La bataille de Rosemont: Jean-François Lisée contre Vincent Marissal
PolitiqueÉlections 2018

La bataille de Rosemont: Jean-François Lisée contre Vincent Marissal

L’ancien chroniqueur Vincent Marissal annoncera la semaine prochaine qu’il se présente pour Québec solidaire aux prochaines élections.

La prochaine bagarre électorale dans la circonscription de Rosemont s’annonce épique.  L’ancien journaliste Vincent Marissal sera candidat pour Québec solidaire dans cette circonscription montréalaise où QS peut espérer une percée. Il affrontera nulle autre que le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée.

Selon nos informations, c’est Vincent Marissal qui a approché Gabriel Nadeau-Dubois l’automne dernier, affirmant que les valeurs de QS sont près des siennes et qu’il pourrait être intéressé à porter leurs couleurs aux élections de 2018. À l’interne, les organisateurs de QS au fait de la candidature à venir utilisait le nom de code «Monsieur Rosemont» pour parler de Vincent Marissal sans ébruiter la nouvelle. L’ancien chroniqueur de La Presse, qui a quitté le quotidien le printemps dernier, réside dans Rosemont.

Le co-porte-parole de QS, Gabriel Nadeau-Dubois, a confirmé les discussions en cours avec Vincent Marissal, sans toutefois ajouter qu’il se présentera , et ce, «par respect pour les conversations privées» qu’il entretient encore avec le principal intéressé. L’actualité a toutefois pu confirmer que l’entente est scellée et que l’annonce aura lieu la semaine prochaine (probablement mardi). Vincent Marissal n’a pas souhaité commenter ces informations.

Le Parti québécois était au fait de la candidature possible de l’ancien journaliste depuis quelques jours. Le chef Jean-François Lisée a envoyé un émissaire auprès de Vincent Marissal la semaine dernière. C’est l’ancien député Camil Bouchard, résident de Rosemont et ami de Marissal, qui a été désigné pour ce café-discussion. Souhaiterait-il se présenter pour le PQ? La question lui a été posée. À la direction du PQ, on affirme qu’il ne s’agissait pas d’une offre formelle.

Selon nos informations, Vincent Marissal lui aurait dit qu’il ne se lance pas en politique pour régler des comptes avec Jean-François Lisée. Il se présente dans Rosemont parce qu’il y est résident, et en politique parce qu’il est «un homme de gauche» qui se retrouve dans le style «no bullshit» de QS afin de «brasser la cage» en politique, selon une source bien au fait des discussions.

Au sein de QS, on se félicite d’avoir recruté un bon communicateur qui aidera le parti à faire la promotion de ses idées auprès de la population. Vincent Marissal aurait été inspiré par la campagne énergique de Bernie Sanders aux États-Unis, lors des primaires démocrates de 2016. «Il ne vient pas chez nous pour avoir une limousine ministérielle, c’est assez clair!», raconte une source, amusée.

Vincent Marissal, aujourd’hui directeur principal chez la firme de relations publiques et gouvernementales TACT Intelligence-conseil, n’était pas le seul candidat potentiel de QS intéressé par la circonscription de Rosemont. Le militant pour les droits de la personne et architecte d’affaires, Haroun Bouazzi, a longtemps réfléchi à la possibilité de s’y présenter et récoltait plusieurs appuis des militants locaux.

M. Bouazzi a toutefois décidé de briguer les suffrages dans Maurice-Richard (anciennement Crémazie), plus au nord. «Je suis heureux de me présenter dans Maurice-Richard, et je pense que Vincent Marissal est un excellent candidat pour nous, et qu’il va gagner dans Rosemont. C’est une bonne nouvelle pour le parti», a-t-il dit en entrevue avec L’actualité.

Des sources au sein de QS mentionnent des «pressions» de la direction de QS pour que Vincent Marissal ait la voie libre dans Rosemont, au détriment de Haroun Bouazzi. «Il n’en est rien», rétorque M. Bouazzi. «Ça ne s’est pas passé comme ça. J’ai choisi Maurice-Richard il y a un moment déjà, parce que c’est là que je veux me présenter. Le national aurait été déçu que deux bonnes candidatures comme la mienne et celle de Vincent s’affrontent à l’investiture dans Rosemont. On ne s’est jamais rendu là. Le parti a deux principes qui guident ses choix de candidats en vue des élections: la démocratie locale et la cohésion nationale. On a, de loin, la meilleure situation.»

C’est l’animateur et chroniqueur politique Bernard Drainville qui a le premier évoqué la possibilité que Vincent Marissal se lance en politique, ce matin, sur les ondes du 98,5 FM, à l’émission de Paul Arcand.

La circonscription de Rosemont représente un potentiel intéressant pour Québec solidaire, qui avait récolté 18,6 % des voix en 2014.

Résultats dans Rosemont aux élections de 2014. Source: DGEQ

 

Le futur adversaire de Vincent Marissal, Jean-François Lisée, a dit ce matin craindre qu’une division du vote souverainiste ne favorise un candidat libéral, puisque le PLQ a terminé deuxième en 2014 dans cette circonscription.

La situation a toutefois évolué depuis quatre ans. Le PLQ et le PQ sont moins forts dans les sondages qu’en 2014, notamment chez les francophones, de sorte que la course qui se profile à l’horizon pourrait être serrée entre le PQ et QS dans Rosemont, comme l’indique l’expert des projections électorales, Philippe J. Fournier, de QC125 et collaborateur à L’actualité.

Voici sa plus récente projection de la course dans Rosemont, en fonction des sondages, et qui ne tient pas compte d’une candidature connue pour QS comme celle de Vincent Marissal.