La CAQ s'essouffle, le PLQ plafonne… et le PQ reste à la traîne
PolitiqueÉlections 2018

La CAQ s’essouffle, le PLQ plafonne… et le PQ reste à la traîne

Bien que les chiffres diffèrent quelque peu, les deux sondages publiés au mois d’avril mesurent les mêmes tendances générales. Ainsi, la CAQ semble reculer légèrement, le PLQ demeure stable et le PQ peine à reprendre le terrain perdu. Analyse de Philippe J. Fournier.

Deux nouveaux sondages sur les intentions de vote au Québec ont été publiés depuis le début du mois d’avril 2018. D’abord, un sondage Léger/LCN accordait une avance de cinq points à la Coalition avenir Québec sur le Parti libéral (34% contre 29%). Ces chiffres révélaient surtout que l’avance dont jouissait la CAQ en mars avait fondu de moitié.

Une semaine plus tard, la firme Recherche Mainstreet – qui mesure des appuis à la CAQ moins élevés que la firme Léger depuis le début de 2018 – a publié un sondage qui a fait couler beaucoup d’encre: la CAQ et le PLQ seraient à égalité statistique avec 30% chacun. De plus, Mainstreet mesurait un recul important du Parti québécois, une donnée qui semblait être statistiquement aberrante, mais pas non plus hors de la marge d’erreur des deux sondages.


Ces deux sondages, malgré leurs chiffres différents, mesurent les mêmes tendances générales:

  • La CAQ semble reculer quelque peu après avoir peut-être atteint un certain plafond au milieu de l’hiver;
  • Le PLQ est stable à son niveau que nous croyons être son plancher, soit autour de 30% du vote populaire;
  • Le PQ peine à reprendre le terrain perdu à ses deux rivaux principaux. Malgré l’efficacité potentielle du vote péquiste, le PQ ne peut pas espérer prendre le pouvoir avec les chiffres actuels.
  • De son côté, QS semble avoir stoppé sa glissade de l’automne 2017, mais nous sommes bien loin de la lune de miel de l’été dernier.

Voici les sondages, toutes firmes confondues, des douze derniers mois au Québec:




[Points bleu foncé: Parti conservateur du Québec. Points violets: NPD Québec. Points verts: Parti vert du Québec.]

Donc, à l’aide de ces nouvelles données, nous pouvons finalement mettre à jour la projection électorale Qc125. Voici donc le portrait politique au Québec à cinq mois des élections générales.

1- Projection du vote populaire

La Coalition avenir Québec conserve la tête de la projection du vote populaire avec une moyenne de 32,4%, un recul de 1,7 point par rapport à la projection Qc125 du 8 mars dernier. Nous verrons plus bas que ce niveau de support pour la CAQ pourrait être suffisant pour remporter une pluralité de sièges, mais qu’une majorité caquiste n’est plus le scénario le plus probable avec ces chiffres.Le Parti libéral du Québec grimpe modestement de 0,6 point à 29,7%. Comme le vote libéral est hautement concentré dans le grand Montréal et la région de l’Outaouais, un tel recul pour le PLQ par rapport à la CAQ donne un net avantage à la formation de François Legault sur la projection de sièges.

De son côté, le Parti québécois obtient une moyenne de 21,2%, une faible baisse de 0,7 point par rapport à mars. Avec ce niveau de support, le PQ pourrait perdre de nombreuses circonscriptions qu’il détient présentement, particulièrement aux mains de la CAQ.

À court terme du moins, « l’effet Marissal » n’aura pas été perceptible dans les sondages d’avril et donc Québec solidaire demeure stable avec une moyenne de 10,2%.

Finalement, le Parti conservateur du Québec est à 2,7% et le NPD Québec, à 2,6%.

Voici les moyennes et intervalles de confiance de 95% des quatre principaux partis:


Nous pouvons remarquer que les intervalles de confiance de la CAQ et du PLQ se croisent considérablement, ce qui signifie que le PLQ n’est qu’à une « prime à l’urne » près de dépasser la CAQ au vote populaire.

2- Projection des totaux de sièges

Sans surprise, la Coalition avenir Québec conserve la première place de la moyenne de sièges avec 58,0, un recul de 5,1 sièges par rapport à la moyenne de mars. Avec ces chiffres, le scénario le plus probable serait donc un gouvernement caquiste minoritaire fort. Mais attention: une majorité de la CAQ n’est pas hors de portée non plus.

Le Parti libéral du Québec obtient une moyenne de 44,6 sièges, une hausse marquée de 4,6 sièges par rapport au mois dernier. Pour le PLQ, cela signifie que le scénario le plus probable est qu’il devienne l’opposition officielle.

Le Parti québécois continue de stagner avec une moyenne de 18,1. Le modèle de ne semble pas lui faire profiter de la baisse, quoique modeste, de la CAQ. Nous verrons plus bas que des circonscriptions comme Marie-Victorin et Joliette sont maintenant plus probables pour le PQ, mais que la légère baisse du PQ à Montréal le fait reculer dans Pointe-aux-Trembles, Rosemont et Sainte-Marie-Saint-Jacques.

Finalement, Québec solidaire obtient une moyenne de 4,3 sièges, une légère hausse de 0,5 siège.

Voici les moyennes et intervalles de confiance des totaux de sièges:


En arrondissant les moyennes des totaux de sièges à l’unité près, voici ce que nous obtenons:



Et voici les distributions statistiques des totaux de sièges pour les trois principaux partis:



Nous pouvons remarquer que la courbe de la CAQ est plus basse et plus large que celles de ses rivaux. Statistiquement, cela signifie que les totaux caquistes sont plus incertains que ceux des libéraux et du PQ.

Voici la distribution statistique des totaux de sièges pour Québec solidaire:
Nous pouvons remarquer que le scénario le plus probable pour QS est un total de quatre sièges (38,7%). Avec les chiffres actuels, un total de cinq sièges solidaires (29,3%) est plus probable qu’un total de trois (19,6%).

3- Projection du vainqueur

Avec une telle avance sur la projection de sièges, il est naturel que la Coalition avenir Québec soit la formation favorite pour former le gouvernement avec les chiffres actuels. En effet, la CAQ obtient une pluralité ou une majorité de sièges dans un peu plus des trois quarts des simulations, soit 76,9% des simulations de la projection.

Le Parti libéral du Québec remporte tout de même une part respectable de 21,3% des simulations (ou environ une simulation sur cinq), la presque totalité d’entre elles avec un gouvernement minoritaire. Au cours des 50 000 simulations, seulement neuf ont résulté en un gouvernement libéral majoritaire (soit une proportion de 0,02%, ici considérée négligeable).

La CAQ et le PLQ terminent avec des totaux de sièges égaux dans 1,8% des simulations.

Le Parti québécois ne remporte aucune simulation.

Voici la courbe de probabilités de l’écart de sièges entre la CAQ et le PLQ. Les zones bleu poudre représentent les victoires caquistes et les colonnes rouges, les victoires libérales (les colonnes pâles signifient que ces résultats se trouvent hors de l’intervalle de confiance).

La colonne noire est la probabilité d’égalité entre la CAQ et le PLQ.

4- Distribution régionale

Pour consulter la carte complète de cette projection électorale, incluant les projections des 125 circonscriptions, cliquez sur ce lien.

Voici les cartes colorées selon les tendances actuelles. Les comtés de couleurs pâles sont les circonscriptions pivots (entre 60% et 80% de probabilités de victoire). Les comtés laissés en blanc sont des pivots blancs, où aucun parti ne remporte au moins 60% des simulations.






En conclusion

Comment cette nouvelle projection électorale Qc125 se compare-t-elle avec les derniers sondages Léger et Mainstreet? Voici:


La projection du vote populaire se trouve bien alignée entre les données des deux sondages pour la CAQ, le PLQ et QS. Pour le PQ, le modèle s’arrime davantage avec la valeur de la firme Léger. Tel que mentionné dans l’analyse du sondage Mainstreet, le 16% accordé au PQ était probablement une donnée quelque peu aberrante.

Dans quatre mois débutera la campagne électorale québécoise de 2018, la première élection à date fixe depuis l’adoption de cette loi par le gouvernement Marois. Nous sommes donc encore loin de l’élection et bien des événements pourraient chavirer les intentions de vote des Québécois et Québécoises d’ici le 1er octobre. C’est pourquoi les chiffres présentés aujourd’hui dans cette projection ne représentent pas une prédiction pour octobre prochain, mais bien une projection du portrait actuel.

Avec la session parlementaire qui s’achève dans quelques semaines, nous sommes déjà officieusement en campagne électorale. L’intensité ne fera qu’augmenter d’ici l’automne.

* * * * *

À propos de la méthodologie :

Les données de cette projection se basent sur les six derniers mois de sondages, l’historique des 125 circonscriptions (en tenant compte de la nouvelle carte électorale qui sera en vigueur à l’élection générale d’octobre prochain) et les tendances électorales régionales des élections de l’ère postréférendaire (1998, 2003, 2007, 2008, 2012 et 2014).

Chacun des sondages est pondéré selon la taille de son échantillon et sa date de terrain. Il va sans dire que les sondages plus récents possèdent un poids plus important dans la pondération.

Le modèle Qc125 effectue ensuite 50 000 simulations d’élections générales en faisant fluctuer le vote à l’intérieur des marges d’erreur de la pondération des sondages. Le vote populaire, les totaux de sièges et le résultat de chaque simulation sont ensuite compilés et analysés en détail.