Où se joueront les élections du 1er octobre ?
PolitiqueÉlections 2018

Où se joueront les élections du 1er octobre ?

Notre chroniqueur Philippe J. Fournier a passé en revue les 125 circonscriptions du Québec selon les probabilités de victoire de chaque parti. Circonscriptions solides, circonscriptions pivots ou pivots blancs… Il dresse un état des lieux à cinq mois du scrutin.

La projection électorale Qc125 du 23 avril dernier nous donne un portrait de l’échiquier politique québécois truffé d’incertitudes à moins de cinq mois des élections générales.

La CAQ, en tête dans les sondages depuis la fin de l’automne 2017, semble toujours tenir le coup, malgré un léger recul dans les intentions de vote au début du printemps. Si la CAQ consolide ses appuis dans la région de Québec et dans le 450, elle pourrait au moins se garantir une victoire minoritaire.

Le PLQ, généralement stable depuis l’automne dernier, a repris quelques points perdus depuis la pause de Noël. Sans surprise, il se situe aux alentours de 30 % du vote populaire, niveau autour duquel il oscille depuis près d’un an.

Le Parti québécois, en troisième place depuis maintenant 12 mois, doit composer avec un électorat qui semble de plus en plus enclin à voter pour la formation de François Legault. En effet, comme nous le verrons plus bas, de nombreuses circonscriptions du 450, jadis considérées comme des bastions péquistes impénétrables, sont dans la mire de la CAQ.

Québec solidaire, qui a grimpé à des sommets auparavant inégalés à l’été 2017, semble encore une fois coincé au centre de l’île de Montréal, au sein des limites du Plateau-Mont-Royal, du Centre-Sud et de Rosemont.

Voici les moyennes des totaux de sièges des quatre partis selon les données de la projection :

Ces totaux de sièges reposent-ils sur des bases solides ou sur des châteaux de cartes ? Une façon de représenter la solidité de ces totaux est de départir les sièges selon leurs probabilités de victoire par parti.

Le modèle Qc125 divise les circonscriptions en trois catégories :

  • Les circonscriptions solides : le parti en tête détient une probabilité de victoire supérieure à 80 %. Sur les cartes, le parti en tête est désigné par sa couleur principale (bleu pastel pour la CAQ, rouge pour le PLQ, bleu foncé pour le PQ  et orangé pour QS) ;
  • Les circonscriptions pivots : le parti en tête détient une probabilité de victoire qui se situe entre 60 % et 80 %. Sur les cartes, les circonscriptions pivots sont indiquées par des couleurs pâles.
  • Les pivots blancs : aucun parti ne remporte au moins 60 % des simulations. Ces circonscriptions sont considérées comme trop incertaines pour obtenir une couleur. Ce sont les circonscriptions « too close to call ». Sur les cartes, elles sont laissées en blanc.

Selon les données de la dernière projection électorale, il y a présentement 86 circonscriptions solides et 39 pivots, dont 12 blancs. Les voici :

[Cliquez pour agrandir]
Les pourcentages inscrits dans les cases représentent les probabilités de victoire du meneur selon les données actuelles.

Afin de bien représenter le portrait politique actuel, divisons et dénombrons, pour chaque parti, les circonscriptions solides et pivots.

Les circonscriptions solides

[Cliquez pour agrandir]
Voici les circonscriptions solides de chacun des partis représentés à l’Assemblée nationale selon les données de la projection :

  • L’an dernier, les circonscriptions solides de la Coalition Avenir Québec se limitaient principalement à celles en périphérie de Québec, du Centre-du-Québec et de Lanaudière (et bien sûr, Granby). Toutefois, comme nous pouvons le constater sur la carte-ci-dessus, le terrain fertile caquiste aurait pris de l’ampleur depuis les derniers mois. En effet, la CAQ pourrait déloger les libéraux de la Mauricie et le PQ de la Montérégie. Selon la projection actuelle, la CAQ possède 44 circonscriptions solides.
  • Les circonscriptions solides du Parti libéral du Québec se trouvent, sans surprise, à Montréal (est et ouest) et dans l’Outaouais. Nous pouvons aussi ajouter quatre circonscriptions de Laval et cinq dans l’ouest de la Montérégie. Remarquons que les Cantons-de-l’Est, région qui a été particulièrement fidèle au PLQ depuis plusieurs décennies, ne contient maintenant aucune circonscriptions solides libérales. Au total, nous dénombrons 32 circonscriptions solides pour le PLQ.
  • Tel que mentionné plus haut, il y avait jadis de nombreuses circonscriptions péquistes inébranlables dans plusieurs régions du Québec, en particulier dans le Saguenay–Lac-Saint-Jean et en Montérégie. Le portrait actuel a de quoi perturber de nombreux électeurs du PQ : selon la projection, il ne resterait que sept circonscriptions solides pour le Parti québécois. Elles se trouvent dans le Bas-Saint-Laurent, la Gaspésie, la Côte-Nord et les Hautes-Laurentides (Labelle).
  • Finalement, les trois circonscriptions que Québec solidaire détient déjà, soit Mercier, Gouin et Sainte-Marie–Saint-Jacques, sont considérées comme solidement solidaires.


Les circonscriptions pivots

Selon les données de la projection, il y a 27 pivots parmi les 125 circonscriptions. Ces circonscriptions sont celles où le parti en tête ne remporte que de 60 % à 80 % des 50 000 simulations.

[Cliquez pour agrandir]
Voici donc ces pivots :

En additionnant les circonscriptions solides et pivots pour chacun des partis, voilà ce que nous obtenons :

En regardant les totaux ci-dessus, gardez en tête qu’il ne reste que les 12 pivots blancs à ajouter. Ces 12 circonscriptions sont, pour l’instant, divisées presque équitablement entre le PLQ, le PQ et la CAQ. Nous pouvons donc constater qu’un gouvernement majoritaire, de quelque couleur qu’il soit, n’est pas une éventualité bien probable avec les chiffres actuels.

Les pivots blancs

[Cliquez pour agrandir]
Finalement, nous dénombrons 12 pivots blancs, dont le résultat est hautement incertain (aucun parti ne remporte au moins 60 % des simulations). Les voici :

En conclusion

La dernière projection électorale Qc125 nous indique que l’écart entre la CAQ et le PLQ s’était quelque peu resserré, mais nous devons faire preuve d’une grande prudence dans les analyses. D’abord, les intervalles de confiance des totaux de sièges de ces deux partis se croisent considérablement, de sorte que même si la moyenne de la CAQ est supérieure d’environ 13 sièges sur celle du PLQ, le parti de Philippe Couillard parvient tout de même à remporter une simulation sur cinq. En effet, le vote de la CAQ est considéré comme plus volatil et moins fidèle que celui des libéraux.

Pour le Parti québécois, avec les chiffres actuels, il pourrait terminer deuxième dans un grand nombre de circonscriptions. Résultat : quelques points de plus pour le PQ et la projection serait complètement chavirée ; quelques points de moins et toutes ces circonscriptions pivots présentement favorables au PQ pourraient tomber aux mains de ses rivaux. La possibilité que le PQ parvienne à peine à obtenir les 12 sièges ou 20 % du vote populaire requis pour la reconnaissance de parti officiel n’est pas irréaliste.

Gare à ceux et celles qui affirment que le résultat de l’élection d’octobre est fixé une fois pour toutes ! La réalité est tout autre.