La CAQ au seuil de la majorité
PolitiqueÉlections 2018

La CAQ au seuil de la majorité

Donnée gagnante du scrutin du 1er octobre dans 90 % des cas, la Coalition Avenir Québec atteint ou dépasse le seuil de majorité dans un peu plus de la moitié des simulations. Le PLQ n’a toutefois pas dit son dernier mot : il remporte une simulation sur 10.

Deux sondages sur les intentions de vote au Québec ont été publiés au mois de mai. D’abord, la maison Ipsos pour le compte de La Presse publiait au début du mois que la CAQ et le PLQ n’étaient qu’à trois points d’écart (35 % pour la CAQ, 32 % pour le PLQ). Il s’agissait du troisième coup de sonde consécutif, toutes maisons de sondage confondues, qui indiquait que le PLQ semblait avoir rattrapé quelques points perdus depuis le Nouvel An.

La semaine suivante, Léger publiait ses nouveaux chiffres dans les quotidiens Le Devoir et Le Journal de Montréal. Ceux-ci suggéraient plutôt que le vote libéral francophone, mesuré à seulement 26 %, tirait les chiffres du PLQ vers le bas et que la CAQ jouissait d’une avance confortable de neuf points.

Nous ajoutons donc ces deux sondages à la moyenne pondérée du modèle. Voici ce que nous obtenons :

Avec ces données en main, nous publions aujourd’hui une toute nouvelle projection électorale Qc125, basée sur 50 000 simulations d’élections générales effectuées en tenant compte des sondages des derniers mois et de l’historique électoral des 125 circonscriptions du Québec.

À quatre mois du scrutin provincial (131 jours !), voici le portrait politique actuel au Québec.

Projection du vote populaire

Sans surprise, la Coalition Avenir Québec conserve la position de tête du vote populaire avec une moyenne de 33,2 %, une hausse de 0,8 point par rapport à avril. L’avance de la CAQ auprès de l’électorat francophone fait que le parti domine aussi la projection de sièges, comme nous le verrons plus bas.
Le Parti libéral du Québec se maintient avec une moyenne de 29,6 %. Il y a ici un certain désaccord entre les maisons de sondage : alors qu’Ipsos rapporte une course plutôt serrée entre la CAQ et le PLQ, Léger note des appuis anémiques à l’égard des libéraux, particulièrement chez les francophones. Le modèle Qc125 mesure un vote populaire moyen quelque part au milieu des valeurs obtenues par ces maisons.

De son côté, le Parti québécois continue de faire du surplace et n’obtient qu’une moyenne de 20,5 % selon cette projection.

Finalement, Québec solidaire obtient une moyenne de 9,9 % du vote populaire.

Voici les moyennes du vote populaire avec les intervalles de confiance de 95 % :

Projection des totaux de sièges

Grâce à son avance dans le vote populaire, en particulier chez l’électorat francophone, la Coalition Avenir Québec remporte la plus grande moyenne de sièges au cours des 50 000 simulations de cette projection. Avec une moyenne de 62,9 sièges, la CAQ est aux portes d’un gouvernement majoritaire.
Le Parti libéral du Québec remporte en moyenne 42,8 sièges, un résultat qui, avec les chiffres actuels, lui permet tout de même d’espérer une victoire minoritaire si l’écart entre la CAQ et le PQ devait se rétrécir. Néanmoins, un tel total de sièges serait la pire performance du PLQ depuis 1981.

Avec une moyenne de 15,2 sièges, le Parti québécois se trouve juste au-dessus des seuils de reconnaissance de parti officiel à l’Assemblée nationale (20 % du vote populaire ou 12 sièges). Toutefois, comme nous avions discuté de ça il y a quelques semaines, le vote du PQ demeure potentiellement efficace s’il grimpe jusqu’à une première zone payante autour de 25 % ou 26 % du vote populaire.

En arrondissant les moyennes de sièges à l’unité près, voici ce que nous obtenons :

Voici les moyennes de sièges avec les intervalles de confiance :


Projection du vainqueur

Avec une telle avance dans la moyenne de sièges, la Coalition Avenir Québec demeure donc fortement favorite pour remporter une pluralité (et même une majorité) de sièges. En effet, avec les chiffres actuels, la CAQ remporte près de 9 simulations sur 10 (88,9 %).

La CAQ atteint ou dépasse le seuil de majorité dans un peu plus de la moitié des simulations (53,2 %).

Mais attention, il ne faudrait pas tenir le Parti libéral pour battu. Avec les chiffres actuels, la troupe de Philippe Couillard remporte tout de même une simulation sur 10 (9,8 %).

Il y a égalité au total des sièges entre la CAQ et le PLQ dans 1,3 % des simulations.

Le Parti québécois ne remporte aucune simulation.

Voici les probabilités de l’écart de sièges entre la CAQ et le PLQ (les couleurs pâles indiquent que ces résultats se trouvent hors des intervalles de confiance) :


Distribution régionale

Voici la distribution régionale des sièges de cette projection électorale.

  • Les couleurs normales indiquent les circonscriptions solides, dont la probabilité de victoire est supérieure à 80 %.
  • Les couleurs pâles sont les circonscriptions pivots, où le parti en tête ne remporte que de 60 % à 80 % des simulations.
  • Les circonscriptions blanches sont les pivots blancs, où aucun parti ne remporte au moins 60 % des simulations.

Pour consulter la carte interactive des circonscriptions, visitez ce lien. Vous y trouverez aussi les projections détaillées des 125 circonscriptions du Québec.



En conclusion

Nous rappelons aux lecteurs que les chiffres de cette projection ne représentent pas une prédiction du résultat de l’élection du 1er octobre, mais bien un portrait du « maintenant », avec les chiffres présentement disponibles. Les chiffres peuvent (et vont) changer d’ici la fin de la prochaine campagne électorale. Suivre leur évolution de mois en mois permet de mieux comprendre à la fois les états d’âme des électeurs et les stratégies qu’adopteront chacun des partis en lice.

La CAQ détient certes une forte avance sur ses rivaux, mais la route vers 63 sièges est toujours parsemée d’obstacles pour la formation de François Legault. Gageons que les candidats de chaque parti commenceront leur tournée des barbecues dès que la présente session parlementaire s’achèvera. Avec la saison estivale à nos portes, la bataille de terrain est sur le point de s’intensifier de quelques crans.