Des voisines distinctes
PolitiqueChronique de Chantal Hébert

Des voisines distinctes

Les campagnes électorales de l’Ontario et du Québec sont dissemblables à bien des égards.

Il n’a guère été question de réforme du mode de scrutin au cours de la campagne électorale ontarienne. Dans son programme, le NPD — pourtant partisan de longue date d’un système plus proportionnel — en faisait à peine mention à la page 91 d’un document qui en comptait 107. Et l’engagement du parti se résumait à la création d’une commission indépendante chargée, notamment, d’étudier des modèles de rechange.

Au Québec, par contre, trois partis sur les quatre représentés à l’Assemblée nationale ont signé un pacte préélectoral qui les engage à s’assurer que le scrutin de l’automne sera le dernier à se dérouler sous le système uninominal à un tour. Seul le Parti libéral n’a pas adhéré à cette entente qui prévoit le dépôt d’un projet de loi instaurant un système proportionnel mixte compensatoire au cours de la première année du prochain gouvernement québécois.

Ce n’est pas le seul enjeu dont la place, très différente dans le débat électoral, donne aux deux provinces, toutes voisines qu’elles soient, l’allure de planètes éloignées.

1. Le carbone

En Ontario, la participation de Queen’s Park au programme de lutte contre les changements climatiques du gouvernement de Justin Trudeau a été un enjeu important de la campagne. À l’instar de ses cousins fédéral et albertain, le Parti conservateur de Doug Ford a passé la campagne à dénigrer le projet d’introduire un coût carbone dans l’économie.

Au Québec, par contre, le concept fait consensus entre les principaux partis. Aucun ne décrit la participation de la province à une Bourse du carbone comme une arnaque étatiste. Dans une entrevue au quotidien Le Soleil en mars, le chef de la CAQ, François Legault, a confirmé que, s’il devenait premier ministre, le Québec continuerait d’adhérer au marché du carbone.

2. Les accommodements raisonnables

Au cours de la dernière campagne fédérale, les conservateurs de Stephen Harper avaient flirté avec le débat sur les accommodements raisonnables en tentant d’interdire le port de voiles religieux, comme le niqab, lors des cérémonies de prestation du serment de citoyenneté, et en annonçant la création d’une ligne téléphonique pour dénoncer les « pratiques culturelles barbares ».

En Ontario, la manœuvre avait fait chou blanc et, par la suite, la base militante du Parti conservateur a profité de la course à la succession de Stephen Harper pour la mettre au rancart en répudiant des candidats comme l’ancienne ministre ontarienne Kellie Leitch, qui faisait la promotion d’un test des valeurs à imposer aux candidats à l’immigration. Pour l’avenir prévisible, la question des accommodements est évacuée du discours électoral de la province.

Par comparaison, chacun des partis en lice au scrutin québécois du 1er octobre va se présenter à l’électorat avec une conception différente de la manière de refléter la laïcité de l’État dans l’espace public. À divers degrés, tous proposent un certain nombre de mesures contraignantes en matière de port de signes religieux.

La réforme du mode de scrutin  n’est pas le seul enjeu dont la place, très différente dans le débat électoral, donne aux deux provinces, toutes voisines qu’elles soient, l’allure de planètes éloignées.

3. L’immigration

Comme le Québec, l’Ontario souffre d’une pénurie de main-d’œuvre, surtout en région. Mais les ressemblances s’arrêtent là. Sur le fond, rien ne distingue particulièrement l’approche des trois principaux partis ontariens, d’autant que la question de l’intégration linguistique ne se pose pas vraiment.

Un futur gouvernement québécois soucieux de retenir ses candidats à l’immigration pour pallier les besoins de plus en plus criants en matière de main-d’œuvre devra sans doute tenir compte de l’existence d’une province voisine plutôt disposée à accueillir à bras ouverts les candidats devant lesquels il pourrait faire la fine bouche.

4. La petite enfance

S’il y a un sujet sur lequel le Québec et l’Ontario sont à des années-lumière, c’est bien celui de la petite enfance. Pendant que les partis à l’Assemblée nationale débattent de la place plus ou moins centrale des CPE dans le paysage, l’Ontario a encore à mettre en chantier les fondations d’un réseau digne de ce nom de garderies universelles et publiques.

Résultat : des coûts exorbitants qui taxent le budget des jeunes parents et la vie professionnelle des femmes qui tentent de concilier travail et famille. Sur ce front, les partis ontariens ont multiplié les promesses de grandes manœuvres, fiscales ou autres, pour remédier à la situation.

Au total, la campagne ontarienne s’est d’ailleurs déroulée à l’enseigne d’une valse des milliards sans précédent. Tout cela sur fond de budget provincial déficitaire. En cette année électorale, l’herbe n’est pas vraiment plus verte en Ontario qu’elle l’est au Québec, mais semblerait-il que l’argent pousse là-bas dans les arbres !