La CAQ consolide son avance, le PQ recule
PolitiqueÉlections 2018

La CAQ consolide son avance, le PQ recule

La formation de François Legault a remporté la pré-campagne électorale en se hissant, lentement mais sûrement, au-dessus de peloton. Entre les batailles de terrain, les potlucks et les BBQ, la saison estivale promet donc d’être chaudement disputée.

Un nouveau sondage de la firme Léger a été publié hier sur les ondes de LCN. Il vient à la fois confirmer et alourdir les tendances des derniers mois. Ce sondage par panel internet a été conduit du 31 mai au 10 juin auprès de 3234 répondants (panel internet non probabiliste), un échantillon tout de même considérable, soit trois fois plus important que les sondages Léger des derniers mois.

Voici les résultats après répartition des indécis:

La Coalition avenir Québec trône toujours en tête des intentions de vote des électeurs québécois avec une avance considérable de 9 points sur son plus proche rival, soit le PLQ. Avec 37% d’appuis, la CAQ se situerait donc en territoire majoritaire selon ce sondage.

Au deuxième rang vient le Parti libéral du Québec avec 28%, une modeste hausse de deux points par rapport au sondage Léger/Le Devoir de mai 2018. Un tel résultat, s’il devait se transférer dans l’urne en octobre prochain, serait le pire score pour le PLQ depuis la confédération.

Loin derrière avec des appuis anémiques de 19% se trouve le Parti québécois, en baisse de trois points depuis mai. L’érosion du vote péquiste sous la basse des 20% pourrait avoir de fâcheuses conséquences sur sa projection de sièges, tel que nous le verrons plus bas.

De son côté, Québec solidaire n’obtient que 9% d’appuis, ce qui semble être son nouveau niveau de croisière depuis la fusion avec Option nationale à la fin de 2017.

[Sondages des intentions de vote au Québec de mai 2017 à juin 2018.]
Enfin, le Parti conservateur du Québec, le Parti vert du Québec et le Nouveau parti démocratique du Québec obtiennent chacun 2% selon ce sondage.

Explorons d’abord les sous-échantillons du sondage, puis jetons un coup d’oeil à son effet sur la projection de sièges.

Les électeurs francophones

Chez les électeurs francophones, majoritaires dans 106 des 125 circonscriptions du Québec (selon les données du recensement canadien de 2016), la Coalition avenir Québec possède une avance monstrueuse sur ses rivaux. En effet, avec 44% dans cette importante tranche de l’électorat, la CAQ pourrait balayer complètement de nombreuses régions du Québec et ainsi remporter une majorité de sièges à l’Assemblée nationale.

La région métropolitaine de Montréal

Dans la région métropolitaine, le Parti libéral du Québec conserve de peu la première place avec 34%, fort de ses appuis des électeurs non francophones. Toutefois, la donnée la plus importante de ce sous-échantillon est l’écart entre la CAQ et le PQ.

En effet, avec 31% d’appuis dans la région de Montréal (14 points devant le PQ), la Coalition avenir Québec pourrait être en position de complètement balayer l’est de la Montérégie, y compris les bastions péquistes de Marie-Victorin, Verchères et Taillon. Dans l’ouest de la Montérégie, les circonscriptions de Sanguinet, Châteauguay et Beauharnois pourraient aussi basculer vers la CAQ avec de tels chiffres.

Des circonscriptions montréalaises seraient aussi à l’intérieur de la portée de la CAQ, notamment Pointe-aux-Trembles, Bourget et Rosemont.

La région métropolitaine de Québec

Dans la région de la Capitale nationale, aucune surprise: la Coalition avenir Québec écrase tous ses rivaux avec 51% d’appuis. Il s’agit d’une tendance lourde qui perdure depuis plus d’un an maintenant et qui se confirme ici: avec de tels chiffres, tous les sièges de la Capitale nationale pourraient tomber aux mains de la CAQ – même Jean-Talon et Taschereau.


Ailleurs au Québec

C’est la même histoire dans les régions du Québec, où la Coalition Avenir Québec obtient 41%, soit presque le double des appuis de ses deux rivaux. D’ailleurs, sur son fil Twitter, Jean-Marc Léger a indiqué que la CAQ était en tête dans 9 des 12 régions du Québec.

Et en termes de circonscriptions?

Je crois qu’il est important de ne pas donner trop d’importance à un sondage unique lors d’une projection de sièges. Un des objectifs du modèle Qc125 est de réduire les fluctuations normales des données des sondages (communément appelées le «bruit»). C’est pourquoi j’attends généralement la publication d’un deuxième nouveau sondage avant de compiler une projection.

Toutefois, nous pouvons tout de même utiliser les données de la dernière projection Qc125 (23 mai 2018) et les comparer à ce nouveau coup de sonde. Voici les moyennes du vote populaire (avec les intervalles de confiance) de la projection superposées avec ce dernier sondage Léger.

Nous remarquons que les données du sondage se trouvent à l’intérieur des intervalles de confiance du PLQ, du PQ et de QS. Pour la CAQ, le 37% du sondage ne dépasse que légèrement l’intervalle de confiance supérieur.

Nous pouvons donc utiliser la dernière projection Qc125 et filtrer, parmi les 50 000 simulations, celles qui s’alignent avec les données du sondage. Au total, il y avait 1600 simulations qui se trouvaient à ±1% du vote populaire pour chacun des partis. En tenant compte uniquement de ces simulations, voici les moyennes des totaux de sièges:

En arrondissant, les moyennes de sièges à l’unité, voici ce que nous obtenons:

Avec de tels chiffres, la CAQ serait donc confortablement en territoire majoritaire. L’opposition officielle serait le PLQ (avec son pire total depuis 1976). Le parti québécois serait décimé avec une moyenne de seulement 9 sièges (trois de moins que le seuil de reconnaissance officielle).

En conclusion

À pareille date l’an dernier, les sondages indiquaient que le Parti québécois ne talonnait plus les libéraux en première place des intentions de vote, car ce dernier avait perdu des plumes principalement au profit de Québec solidaire. La CAQ, sans avoir bougé de façon significative dans les intentions de vote, s’est retrouvée au deuxième rang. Dans les douze mois qui ont suivi, tous les partis représentés à l’Assemblée nationale ont perdu du terrain auprès de l’électorat – à l’exception de la CAQ.

La formation de François Legault aura donc remporté cette pré-campagne électorale en se hissant, lentement mais sûrement, au-dessus de peloton. Les politiciens sont sur le point d’amorcer une nouvelle phase de la pré-campagne: les batailles de terrain, les potlucks et les BBQ estivaux.

La saison estivale promet d’être chaudement disputée.

* * *

Pour consulter le rapport de ce sondage Léger/LCN, cliquez sur ce lien.