À 365 jours des élections fédérales canadiennes
PolitiqueÉlections fédérales 2019

À 365 jours des élections fédérales canadiennes

À un an du scrutin, les libéraux de Justin Trudeau sont en tête, bien que talonnés par les conservateurs d’Andrew Scheer. Au Québec, le PLC se maintient à un niveau comparable aux résultats de l’élection de 2015. Tour d’horizon avec Philippe J Fournier.

Dans exactement 365 jours, le 21 octobre 2019, les électeurs canadiens iront aux urnes lors de la 43e élection générale canadienne depuis 1867. Les Libéraux de Justin Trudeau, au pouvoir depuis 2015, demanderont alors aux Canadiens de leur accorder un second mandat.

Qui remportera cette élection? L’analyse qui suit ne répondra évidemment pas à cette question, mais vise plutôt à peindre le portrait actuel des intentions de vote au pays.

Voici les sondages nationaux des intentions de vote depuis le début de 2016:

Nous pouvons remarquer que la «lune de miel» du PLC, qui perdurait depuis l’élection d’octobre 2015, s’est graduellement estompée au cours de 2017. De plus, si nous regardons plus attentivement les sondages publiés en 2018 (ci-dessous), nous pouvons constater que la course entre les libéraux de Trudeau et les conservateurs de Scheer s’est considérablement resserrée à partir du printemps dernier. Pendant la même période, les appuis au NPD, au Parti vert du Canada et au Bloc québécois sont demeurés relativement stables.
Malgré tout, et surtout depuis l’élection de Doug Ford en Ontario, le PLC a repris de l’avance dans les intentions de vote au Canada – principalement dans les deux provinces les plus populeuses, soient l’Ontario et le Québec.

À 365 jours des élections fédérales canadiennes, voici la projection électorale Qc125 du 21 octobre 2018.

Projection du vote populaire

En calculant la moyenne pondérée des sondages des quatre derniers mois (les sondages plus récents possèdent une pondération plus importante), le Parti libéral du Canada devance ses rivaux et obtient une moyenne de 38,1% sur les 50 000 simulations de la projection.Non loin derrière, le Parti conservateur du Canada récolte une moyenne de 33,6%. Nous pouvons remarquer que, malgré ce recul de 4,5 points en moyenne sur le PLC, les intervalles de confiance du PCC et du PLC se croisent considérablement. Néanmoins, nous calculons que les appuis du PCC, fortement concentrés en Alberta, Saskatchewan et dans les régions rurales et banlieusardes de l’Ontario, sont moins efficaces que ceux du PLC dans le mode de scrutin actuel.

Au Québec, le PLC se maintient à un niveau comparable aux résultats de l’élection de 2015. La chute importante du NPD depuis l’arrivée de Jagmeet Singh semble avoir modestement profité au PCC et au Bloc québécois (de nombreux sondages au printemps 2018 accordait aussi peu que 11% à 14% au BQ au Québec). En fait, le niveau d’appui actuel au BQ est similaire au résultat obtenu par le Parti québécois lors des élections québécoises du 1er octobre dernier.

Comment ces appuis se traduisent-ils en sièges à travers le pays? Voici.

Projection de sièges

Avec une avance significative sur ses rivaux au Québec et en Ontario, le Parti libéral du Canada remporte le plus grand nombre de sièges avec une moyenne de 189 sièges, soit 19 de plus que le seuil de 170 pour une majorité à la Chambre des Communes.

Le Parti conservateur du Canada remporte une moyenne de 116 sièges (il en avait récolté 99 à l’élection de 2015). Encore une fois, nous remarquons que les intervalles de confiance du PCC et du PLC se croisent quelque peu. Un scénario où le PCC se trouve nez à nez avec le PLC n’est donc pas impossible selon les chiffres actuels: il survient principalement lors des simulations où les Conservateurs surperforment leur moyenne en Ontario et dans les régions rurales du Québec.

De son côté, le Nouveau parti démocratique se trouve désormais loin derrière ses rivaux avec une maigre moyenne de 22 sièges (ce parti en avait obtenu 44 en 2015). Jagmeet Singh se présentera sous peu dans une élection partielle dans Burnaby-Sud en Colombie-Britannique. Nous verrons donc si son arrivée en Chambre (s’il remporte la partielle) et une hausse de sa visibilité mousseront les appuis de son parti.

Au Québec, les libéraux de Justin Trudeau remportent en moyenne 57 sièges (sur 78). Avec de tels chiffres, nous comprenons qu’une majorité libérale sera pratiquement impossible l’an prochain sans de forts appuis au Québec.

Après un printemps difficile à la suite du mélodrame entourant la chefferie de Martine Ouellet, le Bloc québécois, toujours sans chef pour l’instant, semble avoir repris quelques points dans les sondages depuis le printemps dernier. Toutefois, si le Bloc demeure sous la barre des 20% au Québec, ce parti ne pourra espérer plus d’une poignée de circonscriptions en octobre 2019.

Voici les moyennes de sièges de chacun des partis selon les régions du Canada:

  • Dans les provinces de l’Atlantique, le Parti libéral mène toujours confortablement se rivaux. Toutefois, comme il avait balayé l’entièreté des 32 circonscriptions de cette région en 2015, il ne peut qu’en perdre en 2019.
  • Au Québec, la forte division du vote sourit particulièrement aux troupes de Justin Trudeau selon les chiffres actuels. Une récolte de plus de 50 sièges libéraux au Québec est envisageable avec à peine 40% des suffrages.
  • En Ontario, le PLC a repris quelques points perdus au PCC depuis l’élection de Doug Ford au printemps dernier. Depuis plus de 40 ans, les électeurs ontariens ont l’habitude de voter différemment au provincial et au fédéral. Si on se fie à cette lourde tendance, l’élection de Doug Ford n’aura pas été une bonne nouvelle pour Andrew Scheer. C’est à suivre.
  • Dans les Prairies et en Alberta, les Conservateurs dominent toujours haut la main. Un balayage quasi complet de l’Alberta par le PCC n’est pas exclu avec les chiffres actuels.
  • En Colombie-Britannique, plusieurs chaudes luttes à trois sont à prévoir, particulièrement dans la région métropolitaine de Vancouver. Les Verts pourraient aussi gonfler leurs totaux de sièges, surtout dans la région de Victoria (la cheffe Élizabeth May, députée de Saanich-Gulf Islands, est actuellement la seule députée du Parti vert à la Chambre des Communes).

Vous pouvez consulter la carte interactive de la projection dans les 338 circonscriptions en cliquant sur l’image suivante.

Projection du vainqueur

Comme ni le Parti vert du Canada ni le NPD ne sont compétitifs pour remporter le plus grand total de sièges, nous pouvons nous concentrer sur les totaux de sièges du PLC et du PCC. Voici la densité de probabilité des totaux de sièges libéraux et conservateurs des 50 000 simulations:

Si nous soustrayons les totaux libéraux et conservateurs pour chaque simulation, nous obtenons la courbe de probabilité suivante:


Avec les données actuellement disponibles, le Parti libéral du Canada remporte environ neuf simulations sur dix et récolte 170 sièges ou plus dans les trois quarts des simulations.

En conclusion

Lors de l’élection en Ontario en juin dernier, le modèle Qc125 a correctement prédit un gouvernement conservateur majoritaire et identifié le parti gagnant dans 111 des 124 circonscriptions. Puis, le 1er octobre dernier, malgré des sondages qui avaient sous-estimé l’avance de la Coalition avenir Québec, le modèle Qc125 a identifié 112 des 125 gagnants. Bien qu’il y ait toujours place à amélioration, je suis prudemment confiant quant à la performance du modèle.

Néanmoins, le Canada, avec ses 338 circonscriptions et nombreuses régions bien distinctes, constitue certainement une autre paire de manche. Je peaufinerai donc le modèle davantage en ajoutant/ajustant les données démographiques des circonscriptions, compilerai les sondages au cours des prochains mois afin de tâter le pouls de l’électorat pour ainsi offrir aux lecteurs une analyse chiffrée et honnête.

Plus que 365 jours!