Yves-François Blanchet tenté par la chefferie du Bloc québécois
PolitiqueFédérales 2019

Yves-François Blanchet tenté par la chefferie du Bloc québécois

L’ancien député du Parti québécois et commentateur politique Yves-François Blanchet réfléchit à la possibilité de briguer la tête du Bloc québécois. Il compte faire part de sa décision dans les prochains jours.

L’ancien député du Parti québécois et commentateur politique Yves-François Blanchet réfléchit à la possibilité de briguer la tête du Bloc québécois.

Celui qui participe à l’émission quotidienne Les Ex, à RDI, qui intervient dans plusieurs stations de radio au Québec et qui tient une chronique le samedi dans les journaux du Groupe Capitale Médias, a annoncé mardi après-midi à ses employeurs et à ses collègues des Ex qu’il se retirait de l’espace public, le temps de réfléchir à son avenir politique. Il prendra quelques jours loin des micros pour faire le point.

Selon les informations obtenues par L’actualité, Yves-François Blanchet est sollicité depuis plusieurs semaines par des membres et des députés du Bloc québécois, qui souhaitent le voir devenir chef à l’issue de la course à la direction, qui se mettra en branle le 14 décembre prochain et qui connaîtra son dénouement en février 2019.

L’ex-ministre de l’Environnement dans le gouvernement de Pauline Marois a commencé à recevoir des appels dès le départ de Martine Ouellet, le printemps dernier. À l’époque, les sept députés dissidents du Bloc québécois n’étaient toutefois pas encore rentrés au bercail. Mario Beaulieu et Gilles Duceppe ont agi comme médiateurs pour les inciter à revenir au parti, sachant qu’il serait plus simple de recruter des candidatures à la direction intéressantes avec un caucus uni.

Une récente rencontre avec Pauline Marois aurait convaincu Yves-François Blanchet de reconsidérer la possibilité de se porter candidat pour devenir chef du Bloc. L’ancien chef, Gilles Duceppe, aurait également été consulté, tout comme Mario Beaulieu, le chef par intérim. Advenant son entrée dans la course à la direction, plusieurs députés se rangeraient dans son camp, a-t-on appris.

Yves-François Blanchet n’accorde aucune entrevue pour l’instant. Il compte faire part de sa décision dans les prochains jours.

Certaines personnes dans son entourage souhaitent qu’il n’y ait pas de course à la direction au Bloc, un parti dont les finances sont déjà précaires, et que M. Blanchet soit couronné chef. Deux sources affirment qu’il souhaitait une course à la direction éclair de quelques semaines à peine, et que les modalités annoncées par le parti la semaine dernière lui conviennent.

Il pourrait toutefois y avoir de la concurrence, puisque le député de Terrebonne, Michel Boudrias, n’exclut pas de se présenter à la chefferie, tout comme l’ancien candidat du PQ dans Portneuf battu le 1er octobre dernier, l’agriculteur Christian Hébert, selon un article paru dans Le Soleil.

Les candidats intéressés devront amasser 500 signatures de membres en règle dans 20 circonscriptions différentes, et payer 15 000 dollars en deux versements pour pouvoir participer à la course.

Si Yves-François Blanchet en arrive à la conclusion qu’il souhaite se lancer dans la course à la chefferie et qu’il l’emporte, quelques circonscriptions fédérales sont susceptibles de l’accueillir. Voyons plus en détails.

La plus récente projection électorale du Bloc québécois au Québec

La situation n’est pas rose au Québec pour le Bloc depuis la démission de Martine Ouellet. En considérant les sondages des derniers mois, nous constatons que les libéraux de Justin Trudeau trônent loin en tête des intentions de vote des Québécois. Conservateurs, néo-démocrates et bloquistes sont loin derrière. Considérez cette projection du vote populaire fédéral pour le Québec :

Pire encore, la projection de sièges actuelle pour le Bloc québécois place ce parti au bord de l’abysse, avec au plus une poignée de sièges. Avec les chiffres actuels, environ le tiers des 100 000 simulations de la projection n’accordent aucun siège au Bloc. Évidemment, comme ce parti est sans chef depuis l’été, ce manque d’exposition médiatique pourrait y être pour quelque chose. Un nouveau chef pourrait potentiellement changer la donne.

Quelle circonscription pour le prochain chef du Bloc ?

Si nous supposons qu’aucun des 10 députés actuels du Bloc ne cédera sa place au nouveau chef à temps pour l’élection fédérale du 21 octobre 2019, quelle circonscription pourrait être favorable au prochain chef du Bloc, qu’il s’agisse ou non de M. Blanchet ?

Actuellement, les 10 circonscriptions bloquistes sont :

En prenant en compte les données de la plus récente projection fédérale Qc125, voici les circonscriptions les plus potentiellement favorables :

5. Belœil-Chambly

Le NPD a remporté les deux dernières élections fédérales dans Belœil-Chambly, mais celle de 2015 était particulièrement serrée. Le député néo-démocrate Matthew Dubé ne l’a emporté qu’avec 31 % des suffrages, soit moins de deux points devant le PLC et quatre points devant le Bloc. Voici la projection actuelle dans Belœil-Chambly :



4. Longueuil–Saint-Hubert

Sur la Rive-sud, près de Montréal, Longueuil–Saint-Hubert est une autre circonscription néo-démocrate potentiellement prenable pour le Bloc. En 2015, le député Pierre Nantel n’avait obtenu que 31 % des suffrages lui aussi. Une partie de cette circonscription fédérale contient du territoire de la circonscription provinciale péquiste de Marie-Victorin. Le Bloc y avait obtenu 27 % des suffrages en 2015.


3. Salaberry-Suroît

Le Bloc n’était qu’à deux points de remporter Salaberry-Suroît en 2015 dans une course à trois endiablée qui avait été finalement remportée par la députée néo-démocrate Anne Minh-Thu Quach. Une campagne locale efficace pourrait faire que cette circonscription revienne au Bloc québécois l’automne prochain, mais les libéraux sont présentement favoris.

2. Laurentides-Labelle

Historiquement, le PLC n’a pas eu beaucoup de succès dans la grande région des Laurentides, mais une division du vote favorable aux libéraux avait permis à David de Burgh Graham de prendre Laurentides-Labelle au NPD en 2015. Le Bloc avait bien fait avec presque 30 % des voix. Si le NPD chute davantage au profit du Bloc, les libéraux auront du mal à conserver cette circonscription.

1. Hochelaga

Bloquiste de 1993 à 2011, la circonscription montréalaise d’Hochelaga devrait être la prochaine cible du Bloc québécois. Non seulement il s’agit d’une circonscription urbaine francophone qu’il a détenue pendant longtemps, mais il n’était qu’à trois points de la ravir à la députée néo-démocrate Marjolaine Boutin-Sweet en 2015. L’historique électoral et la démographie d’Hochelaga en font la circonscription la plus probable pour retourner au sein du Bloc si le nouveau chef parvient à faire grimper ses intentions de vote.