L'éducation de Doug Ford
PolitiqueFédérales 2019Chronique de Chantal Hébert

L’éducation de Doug Ford

« La crise que Doug Ford a provoquée en voulant réaliser des économies de bouts de chandelles sur le dos de la minorité franco-ontarienne l’a fait passer de poids lourd du mouvement conservateur à poids mort pour ses cousins fédéraux. »

Sur l’échiquier fédéral-provincial, le premier ministre de l’Ontario est une pièce incontournable. Aucun parti fédéral ne peut remporter le pouvoir au Canada sans assises solides dans sa province la plus peuplée. Aucun chef de gouvernement provincial, à part peut-être celui du Québec, n’est mieux placé pour jouer à l’empêcheur de tourner en rond par rapport à Ottawa.

Cette influence a un prix.

Le premier ministre Doug Ford l’apprend à ses dépens depuis qu’il s’est installé au pouvoir à Queen’s Park l’été dernier. Les gestes de son gouvernement ont une portée que cet ex-politicien municipal semble avoir de la difficulté à mesurer.

Lorsque M. Ford a entrepris de biffer d’un coup de crayon le poste de commissaire aux services en français et qu’il a passé à la trappe le projet d’une université francophone le mois dernier, il ne s’attendait manifestement pas à provoquer un ressac qui allait déborder des frontières de sa province.

Son gouvernement n’avait pas jugé bon de mettre en place un plan de communication pour amortir le choc. Le jour de l’annonce, la ministre responsable du dossier, Caroline Mulroney, était à l’extérieur de l’Ontario. M. Ford n’avait ni consulté ni prévenu son allié fédéral, le chef du Parti conservateur du Canada, Andrew Scheer. En clair, il semble qu’il se soit aventuré dans un champ de mines dont il ignorait l’existence.

Dans les jours qui ont suivi, il n’a pas reculé sur le fond, mais il a changé de ton. Un peu plus d’une semaine après avoir mis le feu aux poudres, l’incendiaire s’est métamorphosé en pompier.

Doug Ford a subitement ressuscité le ministère des Affaires francophones, qu’il avait rayé de l’organigramme du Cabinet lors de son arrivée au pouvoir, et il a décidé d’ajouter un conseiller aux affaires francophones à sa garde rapprochée. On verra à l’usure si cela se traduira par une plus grande ouverture.

Ce n’est pas seulement pour les beaux yeux de ses concitoyens francophones que le premier ministre Ford a adapté son discours sur la place légitime des Franco-Ontariens dans l’ordre des choses de sa province.

Au Québec et dans les régions plus francophones du Canada, Andrew Scheer risque de payer cher la cour assidue qu’il a faite à son homologue ontarien depuis six mois.

Depuis qu’il est devenu premier ministre, Doug Ford s’est fait fort de bouter Justin Trudeau hors du pouvoir à Ottawa. À l’entendre, on pourrait croire qu’Andrew Scheer n’est qu’un instrument dans sa vendetta personnelle contre les libéraux fédéraux.

Mais voilà que la crise qu’il a provoquée en voulant réaliser des économies de bouts de chandelles sur le dos de la minorité franco-ontarienne a fait passer Doug Ford de poids lourd du mouvement conservateur à poids mort pour ses cousins fédéraux.

Au Québec et dans les régions plus francophones du Canada, Andrew Scheer risque de payer cher la cour assidue qu’il a faite à son homologue ontarien depuis six mois. À l’échelle canadienne, le rôle de spectateur plus ou moins impuissant du chef fédéral dans la saga ontarienne a affaibli son image.

Des commentateurs de langue anglaise ont trouvé qu’il avait davantage l’air du chien de poche de son allié ontarien que du chef en titre du mouvement conservateur canadien ou d’un aspirant premier ministre.

Le gâchis de Doug Ford sur le front linguistique aura-t-il un effet dissuasif sur le gouvernement de Blaine Higgs au Nouveau-Brunswick ? Là aussi, un premier ministre conservateur qui pourrait devenir encombrant pour Andrew Scheer est en train de s’installer au pouvoir. Non seulement M. Higgs n’a pas été particulièrement friand de dualité linguistique dans le passé, mais son gouvernement minoritaire dépend, s’il veut survivre, de l’appui d’un tiers parti déterminé à rogner les acquis des Acadiens.

L’équipe Scheer pourrait devoir s’activer pour éviter qu’un autre de ses alliés provinciaux ne provoque une nouvelle flambée susceptible de brûler les ailes du parti fédéral en vue du scrutin de l’automne prochain.

Dans cette affaire, la levée de boucliers québécois et les répercussions appréhendées des politiques de Doug Ford sur les perspectives conservatrices au Québec lors des prochaines élections fédérales ont indéniablement joué un rôle déterminant. Sans gains québécois, les conservateurs d’Andrew Scheer risquent de continuer à ronger leur frein dans l’opposition.

Pour le premier ministre François Legault, qui ne s’attendait pas à ce que sa première visite à Queen’s Park se déroule sur fond de crise linguistique, il y a là un rappel que le rapport de force du Québec au sein de la fédération repose au moins autant sur son poids électoral que sur la place du français dans l’histoire du Canada. C’est justement ce poids qui pourrait être appelé à diminuer dans la foulée de la réduction caquiste des seuils d’immigration.