Le NPD va-t-il être rayé de la carte au Québec ?
PolitiqueFédérales 2019

Le NPD va-t-il être rayé de la carte au Québec ?

Le Nouveau Parti démocratique termine l’année avec une moyenne d’à peine 14,4 % sur la scène nationale. Si le Bloc québécois parvient à lui arracher quelques points aux prochaines élections, les résultats pourraient même être désastreux pour les troupes de Jagmeet Singh. Analyse de Philippe J. Fournier.

En février prochain s’amorcera la dernière session parlementaire de la 42e législature du Canada. Des élections partielles seront enclenchées, dont celle dans Burnaby-Sud, où Jagmeet Singh tentera de se faire élire. Le Bloc québécois aura un nouveau chef (fort probablement Yves-François Blanchet). Le Parti populaire de Maxime Bernier tentera de surpasser les attentes, ce qui sera accompli s’il récolte plus que des miettes lors de ces partielles.

Puis, nous entrerons dans le sprint électoral en vue des élections du 21 octobre 2019.

Où en sont les partis représentés à la Chambre des communes à l’aube de cette année électorale ?

Après un resserrement des intentions de vote entre le Parti libéral et le Parti conservateur au printemps 2018 (à la suite du fameux voyage en Inde de la famille Trudeau), le PLC a repris de l’avance sur le PCC dans les intentions de vote.

(Les sondages des intentions de vote au Canada en 2018. Pour consulter la liste des sondages, visitez cette page.)

De plus, ces nombreux coups de sonde semblent confirmer non seulement l’avance libérale sur le plan national, mais aussi une avance libérale importante dans des régions stratégiques, principalement le Québec, l’Ontario et les provinces de l’Atlantique.

Il est important de rappeler qu’un sondage unique contient trop d’incertitudes pour permettre une projection fiable à la grandeur du pays. C’est pourquoi cette projection électorale utilise les sondages des trois derniers mois afin de calculer des moyennes et des incertitudes appropriées (les sondages utilisés ont été publiés par Léger, Recherche Mainstreet, Ipsos, Nanos, Forum, Abacus Data, Campaign Research, Innovative Research et Pollara).

Voici la projection électorale fédérale du modèle Qc125 pour le 9 décembre 2018.

La projection du vote populaire

Sans surprise, le Parti libéral du Canada conserve la tête de la projection du vote populaire avec une moyenne de 38,0 %. Depuis le début de l’automne, les intentions de vote pour le PLC sont demeurées étonnamment stables, soit entre 35 % et 40 % (à l’exception des sondages de Forum Research). Le Parti libéral est de loin en tête dans les provinces de l’Atlantique et au Québec. Depuis l’élection de Doug Ford, en juin dernier, le PLC a même pris la tête en Ontario. De plus, les troupes de Trudeau détiennent une mince avance sur leurs rivaux en Colombie-Britannique.

De son côté, le Parti conservateur du Canada récolte un vote populaire moyen de 32,3 %, soit un niveau légèrement plus élevé que son résultat national à l’élection de 2015. Le PCC domine en Alberta et en Saskatchewan, et se porte bien au Manitoba ainsi que dans les régions rurales et banlieusardes de l’Ontario. De plus, avec ce niveau d’appui, le PCC parviendrait à conserver ses acquis au Québec dans la grande région de Québec et dans Chaudière-Appalaches.

Pour le Nouveau Parti démocratique, l’année 2018 aura été catastrophique. Il termine 2018 avec une moyenne d’à peine 14,4 % à l’échelle nationale. Non seulement il s’est dramatiquement éloigné du peloton de tête depuis 2015, mais le NPD se bat maintenant pour la troisième place contre le Parti vert du Canada dans l’Atlantique et risque d’être virtuellement rayé de la carte au Québec et dans plusieurs fiefs ontariens. D’ailleurs, au cours des 14 élections partielles depuis octobre 2015, le NPD a perdu des votes dans 13 d’entre elles (l’exception est Ottawa-Vanier, en avril 2017).

La projection de sièges

Comment ces appuis se traduisent-ils en matière de sièges ? Voici.

Le Parti libéral du Canada remporte une moyenne de 201 sièges, soit loin devant ses rivaux et le seuil de la majorité, qui est de 170 sièges.

Étonnamment, même si sa moyenne de 111 sièges se trouve derrière celle du PLC, le Parti conservateur du Canada serait en bonne position pour enregistrer des gains par rapport aux résultats de 2015 (il avait alors remporté 99 sièges). Toutefois, la piètre performance du NPD partout au pays fait que le PLC semble, du moins pour l’instant, indélogeable.

Avec les chiffres actuels, et s’ils devaient se transférer dans l’urne en octobre prochain, tout cas de figure autre qu’une victoire libérale serait considéré comme une aberration statistique. En effet, le PLC remporte plus de 98 % des 100 000 simulations de cette projection.

Considérez la figure suivante. Il s’agit de la moyenne de sièges par parti par région au Canada. Entre Terre-Neuve et la frontière du Manitoba et de l’Ontario, le PLC remporte en moyenne 168 sièges, soit seulement deux sièges sous le seuil de la majorité.

La projection au Québec

Comme il est indiqué dans le tableau ci-dessus, le Québec demeure crucial pour la réélection de Justin Trudeau. Considérez la figure suivante :

Il s’agit de la projection actuelle du vote populaire au Québec superposée avec les résultats de 2015. Les libéraux et les conservateurs sont en modeste hausse, et le Bloc québécois, en faible baisse. Pour ce qui est du NPD, c’est une chute de 10 points dans la province depuis 2015.

En ce qui a trait aux sièges, le seul parti au Québec qui semble profiter de la déroute du NPD est le Parti libéral, lui qui pourrait gagner de 51 à 68 sièges (sur 78) au Québec, selon les chiffres actuels.

Selon cette projection, le NPD n’obtiendrait que deux sièges en moyenne au Québec, les plus probables étant Rosemont–La Petite-Patrie (Alexandre Boulerice) et Berthier-Maskinongé (Ruth Ellen Brosseau). Rappelons que le NPD avait remporté 16 sièges au Québec en 2015, soit le plus grand total de députés néo-démocrates des 10 provinces canadiennes (la Colombie-Britannique avait élu 14 députés du NPD).

Que feront alors les élus néo-démocrates si Jagmeet Singh demeure chef malgré tous ces chiffres alarmants ? L’arrivée probable d’Yves-François Blanchet comme chef du Bloc québécois ne peut certainement pas être de bon augure pour le NPD au Québec.

Se pourrait-il que des députés néo-démocrates québécois décident de quitter le navire avant le naufrage ? Après tout, selon Philippe-Vincent Foisy et Louis Blouin, de Radio-Canada, des députés néo-démocrates québécois avaient été sollicités par le PLC et (feu) Québec debout au printemps dernier. Si les chiffres du NPD ne s’améliorent pas dans les prochains mois, plusieurs de ces députés pourraient être forcés de décider entre 1) changer de bannière et sauver leur carrière, ou 2) quitter la politique fédérale active.

En conclusion

Il n’y a pas qu’au Québec où le NPD est en sérieuse déroute : ailleurs au pays, cette projection nous indique que les appuis néo-démocrates sont en baisse partout. D’ailleurs, la seule région où la moyenne du NPD atteint le seuil des 20 % est en Colombie-Britannique (avec 20,8 %).

De plus, la moyenne néo-démocrate actuelle de 17 sièges, selon la projection, se trouve bien loin du total de 44 sièges récoltés par le NPD sous Thomas Mulcair en 2015.

Alors, certes, cet effondrement du NPD n’est pas limité qu’au Québec. Mais avec le Bloc québécois, les électeurs québécois se situant au centre gauche du spectre politique possèdent une option supplémentaire que les électeurs des autres provinces n’ont pas. Même si le Bloc ne parvient à arracher que quelques points supplémentaires au NPD, les résultats pourraient être désastreux pour les troupes de Jagmeet Singh.

Bref, d’un point de vue purement chiffré, remplacer Thomas Mulcair par Jagmeet Singh ne semble pas avoir été une décision judicieuse pour le NPD. Les prochains mois pourront confirmer ou infirmer la justesse de cet énoncé.

 

À propos de la méthodologie : le modèle Qc125 utilise l’historique électoral et le portrait démographique de chacune des 338 circonscriptions du Canada, puis évalue le soutien pour chacun des partis en tenant compte de l’évolution des sondages nationaux et de leurs sous-échantillons régionaux. Les sondages sont pondérés selon la taille de l’échantillon et la date de terrain. Évidemment, les sondages plus récents possèdent une pondération plus importante.