Le Québec, la clé de la réélection de Justin Trudeau
PolitiqueFédérales 2019

Le Québec, la clé de la réélection de Justin Trudeau

Les intentions de vote annoncent une récolte de sièges encore plus importante qu’en 2015 pour les libéraux au Québec, explique Philippe J. Fournier. De quoi compenser les pertes appréhendées ailleurs au Canada.

En 2015, le Parti libéral du Canada a repris les rênes du gouvernement fédéral après une quasi-décennie de règne du Parti conservateur de Stephen Harper. Mené par une vague de sympathie envers son chef, que beaucoup percevaient comme le négligé tôt dans la campagne automnale de 2015, le PLC a remporté un total de 184 sièges à la Chambre des communes — 14 de plus que le seuil de majorité de 170 sièges (il y a 338 sièges au total).

En ce début d’année électorale au Canada, quelles sont les probabilités d’une réélection de Justin Trudeau ? Historiquement, les électeurs canadiens accordent généralement à leurs gouvernements au moins deux mandats avant de changer de parti. Le dernier gouvernement à n’avoir remporté qu’un seul mandat remonte à 1979 et au Parti progressiste-conservateur de Joe Clark. Et encore, il n’avait remporté qu’un gouvernement minoritaire (136 sièges sur 282).

Pour le dernier mandat unique et majoritaire d’un premier ministre, il faut remonter au conservateur Richard B. Bennett, en poste de 1930 à 1935.

* * *

Jetons un coup d’œil aux totaux de sièges remportés par parti et par région lors de l’élection fédérale de 2015 :


En 2015, le Parti libéral du Canada de Justin Trudeau a balayé l’entièreté des 32 circonscriptions des provinces de l’Atlantique et a remporté une majorité de sièges au Québec (40 sur 78) et en Ontario (80 sur 121). À peine rendu à la frontière de l’Ontario et du Manitoba, le PLC avait déjà remporté 152 sièges — il n’en manquait que 18 pour atteindre la majorité.

Se sont ajoutés 8 sièges dans les Prairies (Manitoba, Saskatchewan), 4 sièges en Alberta et 17 sièges en Colombie-Britannique. De plus, le PLC a remporté les 3 sièges des territoires.

Avant la défaite de Stephen Harper, la dernière fois que le Parti conservateur avait perdu une élection alors qu’il était au pouvoir datait de Kim Campbell. En 1993, la première ministre menait son parti à la pire défaite de l’histoire de la Confédération, passant d’une majorité de sièges à seulement deux.

Vingt-deux ans plus tard, la défaite conservatrice était plus honorable : Stephen Harper, après près de 10 ans au pouvoir et trois mandats consécutifs, menait le Parti conservateur du Canada à un total respectable de 99 sièges au pays, y compris des gains nets de sièges au Québec.

De son côté, le Nouveau Parti démocratique a essuyé de grandes pertes en 2015, mais a tout de même obtenu son deuxième résultat en importance dans l’histoire, après la vague orange de Jack Layton, en 2011.

Enfin, le Bloc québécois a remporté 10 sièges, dont plusieurs de justesse, soit un gain de 6 sièges par rapport à 2011, et ce, même si sa part des suffrages au Québec est passée de 23 % à 19 %.

Comment les résultats de 2015 se comparent-ils avec les dernières projections de sièges ? En considérant tous les sondages de sociétés professionnelles publiés dans les derniers mois (consultez la liste complète ici), voici les moyennes* des totaux de sièges par région pour chaque parti :

Les incertitudes et intervalles de confiance des moyennes indiquées dans le tableau ci-dessous sont disponibles ici : PLC, PCC, NPD, BQ, PVC et PPC. Ces résultats ont été compilés lors de la projection fédérale Qc125 du 6 janvier dernier.

Soustrayons maintenant les valeurs de ces deux tableaux afin d’indiquer les écarts :

Dans les Maritimes, le PLC trône toujours en tête des intentions de vote, mais un balayage complet des 32 circonscriptions semble peu probable selon les chiffres actuels. En effet, les conservateurs se trouvent en position favorable pour enregistrer des gains, particulièrement au Nouveau-Brunswick.

Il n’y a plus de doute en regardant ces chiffres : une forte performance au Québec sera la clé de la réélection de Justin Trudeau. Avec l’effondrement du NPD depuis le départ de Thomas Mulcair, c’est le PLC qui récolterait de loin le plus grand nombre de sièges. S’ils parvenaient à remporter plus de 50 sièges au Québec (la projection actuelle est de 58, soit 18 de plus qu’en 2015), les libéraux pourraient alors espérer récolter une pluralité — si ce n’est une majorité — de sièges au pays.

Les chiffres ont fluctué énormément en Ontario depuis l’élection de Doug Ford à Queen’s Park en juin dernier. Au cours de l’été 2018, les conservateurs détenaient une avance moyenne de quatre à huit points en Ontario. Puis, à l’automne, le PLC a repris la tête, bien que la course demeure encore serrée avec le PCC. En effet, la projection de sièges actuelle place le PLC et le PCC à égalité statistique. Donc, si la tendance se maintient, le PLC essuiera des pertes en Ontario par rapport à 2015.

Dans les Prairies et l’Alberta, les conservateurs dominent actuellement dans les intentions de vote, au point où seules les circonscriptions de Winnipeg et de Regina-Wascana (Ralph Goodale) pourraient demeurer dans le giron libéral. D’ailleurs, selon les derniers chiffres, le PCC est même projeté en tête dans 33 circonscriptions albertaines sur 34 !

* * *

L’usure du pouvoir est venue à bout de plusieurs longs règnes récents au Canada : Pierre-Elliott Trudeau / John Turner, Brian Mulroney / Kim Campbell, Jean Chrétien / Paul Martin et Stephen Harper. Quel sera le sort des libéraux fédéraux en octobre prochain ? Si les Québécois devaient tourner le dos à Justin Trudeau, le PLC n’aurait presque et mathématiquement aucun chemin vers les 170 sièges requis pour une majorité.

Néanmoins, si on analyse les performances du PLC dans le dernier demi-siècle, cela risque peu de se produire. En effet, quelle est la fiche du PLC contre un Parti conservateur uni depuis 1969 ? (Indice : seuls des Trudeau ont remporté des majorités.)

Ce qui nous mène à Maxime Bernier et à son Parti populaire… Nous regarderons ces chiffres en détail dans une prochaine chronique.