35 citations: Moments de sagesse

Suite et fin de nos 35 citations savoureuses de l’histoire du Québec:

Des moments de sagesse

• J’aime mieux importer des dollars américains qu’exporter des Canadiens aux États-Unis. — Alexandre Taschereau

• On tourne en rond, mais on tourne tellement vite qu’on a l’impression d’avancer. — Michel Chartrand

• Au sujet de « ce pays qui ne finit pas de ne pas naître », Gaston Miron disait : « Cela ne pourra pas toujours ne pas arriver. »

• C’est pas la grosseur de la hache qui compte, c’est le swing du manche. — Maurice Bellemare, de l’Union nationale

• Si on s’est peinturé dans le coin, on marchera sur la peinture. — Jean Chrétien

• Il ne faut pas s’autopeluredebananiser. — Jacques Parizeau

• Quand le seul outil que vous avez c’est un marteau pour tous les problèmes qui se posent, évidemment, tout finit par ressembler à un clou. — Jean Charest

• Il y a des moments où le cynisme passe pour de l’intelligence, où l’indifférence passe pour de la sagesse. — Luc Picard

• C’est le rêve qui nous fait avancer, mais on n’avance pas en rêvant. — René Lévesque

Laisser un commentaire

Bonjour

En voici une de Camille chamchon :

Les libéraux nous ont menés au bord du gouffre, mais avec les crédidistes nous feront un pas en avant!! ;o)))

Guillaume Deschênes

La citation de Miron est d’une stupidité inouie. Relisez-la à tête reposée, M. Lisée. Pas fort en logique, le Miron.

Michel Chartrand, responsable d’un syndicat agricole à propos du commentaire des armées de terre canadiennes anglaises à l’effet que les oeufs québécois étaient trop petits: « Si vous pensez que nos poules vont se fendre le cul pour des $%&! »@ d’anglais! »
(J’ai dû censurer pour respecter votre nétiquette)

Je ne me rappelle plus du politicien qui l’a dit, mais c’était: «les petits rapetissent et les gros grossissent»; en parlant de la richesse.

C’est en forgeant qu’on devient forgerons.

p.s.Forger la vérité, ne forge pas le caratère.

«J’aurai toujours les yeux plein d’eau mais je les aurai toujours ouverts.»
[Paul Piché]

Celles-ci : trouvées sur le site evene.fr :

Pierre Perret :
La sagesse populaire dit la femme de « sexe faible », ce qui prouve que la sagesse populaire peut parfois dire des conneries.

André Suarès :
En politique, la sagesse est de ne point répondre aux questions. L’art, de ne pas se les laisser poser.

Gilbert Keith Chesterton
Le journalisme consiste pour une large part à dire « Lord Jones est mort » à des gens qui n’ont jamais su que Lord Jones existait.

Ci-dessous : trouvées sur citations.ca

Yves Beauchemin
Quand nos ennemis vont mal, c’est que nos affaires sont sur le point de mieux aller.

Pierre Bourgault
Les animaux tuent d’autres animaux pour manger. Les hommes tuent d’autres hommes pour rien.

Jean Duceppe :
L’indépendance pour un peuple, c’est la forme la plus gratifiante mais aussi la plus exigeante de sa liberté.

Claude Jasmin :
La pire des prisons : ne pas pouvoir s’exprimer. S’expliquer.

Les gens tristes ont les plus beaux sourires.

Félix Leclerc :
Une fortune est plus à l’abri dans une tête que dans un sac.

Durant l’absence de pluie, ce sont les jeunes arbres qui jaunissent les premiers. Les vieux ont des cachettes souterraines qu’on appelle « expérience ».

René Lévesque :
La tâche des vrais démocrates est de voir à ce que le peuple soit de plus en plus au courant, instruit, renseigné sur ses propres intérêts.

Et de la part des plus sages, les enfants :

Grand-maman, quand tu étais petite, est-ce qu’il y avait des dinosaures ?

Si j’étais un garçon, est-ce que j’aurais été dans le ventre de papa ?

Viens manger papa, ta crème glacée va refroidir.

Moi, mon chat, on l’a acheté dans un ketchup.

Quand maman est fatiguée, pourquoi c’est moi qui dois aller me coucher ?

Et il y a a des dizaines d’autres!

@ Luc Drouin

Je l’ai lu plusieurs fois à tête reposée et c’est tout à fait logique.

Par ailleurs, on insulte jamais un poète. On le comprends pas, c’est tout.

Bonjour,
Ne pas oublier cette merveilleuse envolée du très fugace Monsieur Jean Chrétien au sujet de l’absurdité, de la fumisterie nationaliste du 50 % plus UNE VOIX : Moi, je ne veux pas perdre mon pays le Canada parce qu’un gars est allé voter en ayant oublié ses lunettes à la maison. Pour nous tous Canadiens habitant la province de Québec, nous en rigolons encore de cette tirade brillante qui d’un seul trait démolit tout l’échafaudage nationaliste.
Et mon ami Pierre Foglia de renchérir : Moi, je n’aimerais pas être le UN du 50 % plus une voix.
Finalement, ne pas passer sous silence cette phrase lapidaire de cet éminent universitaire reconnu internationalement soit Monsieur Jean Pierre Derriennic qui écrivait dans une opinion envoyée à tous les médias écrits et le le cite de mémoire : Nulle part sur la Planète, je ne connais de nationalistes aussi irresponsables et irrespectueux de la démocratie pour tenter de fonder un nouveau pays avec seulement la MOITIÉ de ses habitants et ce, contre l’AUTRE MOITIÉ. Encore aujourd’hui, pas un seul nationaliste québécois n’a été capable ou a même essayé de démolir la justesse de cet énoncé…… Au plaisir, John Bull.

La citation de Miron est d’une stupidité inouie? Ah oui, vraiment?

Moi, je trouve ces deux citations très belles. Je trouve que Miron le Magnifique* a écrit des choses magnifiques.

Patrice

(* l’expression de Michel Chartrand je crois.)

Peut-on faire un parallèle entre les membres du comité du NON en 95 et les auteurs des scandales qui ns arrivent depuis, Commandites.etc

« Fidel Castro n’aime pas les cubains rebelles ».
(Son MD, Arturo Elzebar)

Lire à haute voix.

Les immigrés sont certes un enrichissement; ils ne sont cependant pas des substituts aux naissances. Au bout du compte, une société n’est plus seulement enrichie par les apports nouveaux; elle est remplacée par un échantillon des sociétés de la terre. Et l’on ne peut deviner par quelles luttes certains groupes ethniques ou linguistiques domineront les autres. Il est peut-être plus sage de faire ses enfants soi-même. mais il y faudra une contribution de la société beaucoup plus importante que par le passé. Jacques Henripin

« Quand le seul outil que vous avez est un marteau pour tous les problèmes qui se posent, évidemment, tout finit par ressembler à un clou ».

C’est probablement pourquoi il a institué « la commission marteau »…

@Benoit Brousseau: remplacez « pays » par « graine », et vous saisirez mieux la stupéfiante stupidité du texte de Miron:

« cette graine qui ne finit pas de ne pas germer. Cela ne pourra pas toujours ne pas arriver ».

Le poète-sophiste (à moins qu’il ne soit poète-cynique testant le niveau d’intelligence de ses lecteurs) ne comprend pas qu’il y a un nombre énorme de « graines », ou de « pays en puissance » qui ne naissent pas et ne naitront jamais. N’en pas finir de ne pas naitre n’implique en rien qu’on doive naitre un jour!

Le poète-sophiste a sans doute été obnubilé, comme un enfant de 5 ans, par la sonorité de ses propres mots.

Miron se promènerait nu en demandant à Messieurs Lisée et Brousseau d’admirer ses vêtements que je me demande sérieusement si nos 2 amis n’acquiesceraient béatement: comment pourrait-on contredire un poète séparatiste, semblent-ils penser…

Désolé pour la galerie, mais le roi est nu. J’aime autant vous préparer tout de suite avant que quelqu’un de moins poli que moi ne finisse par vous traiter de béotien ou d’analphabète quand vous admirez des phrases insensées. Une forme courante d’analphabétisme consiste à pouvoir lire des mots, mais être incapable de comprendre des phrases sensées, ou , à l’inverse, applaudir des phrases dépourvues de sens.

La citation de Gaston Miron est, effectivement, fort stupide.

Si un individu n’en finissait pas de ne pas finir son collégial, je concevrais qu’il pourrait arriver qu’il ne le finisse pas! Faut être séparatiste aveuglé pour ne pas voir cela.

C’est ça qui me déçoit chez les séparatistes: même les sérieux parmi eux se font avoir par des petits tours faciles de rhétorique complaisante.

@bull

Moi je ne connais pas un seul pays démocratique où la constitution, la loi fondamentale du pays, a été imposée à tout un peuple contre la volonté de son parlement national. 30 ans que ca dure!

Je préfère la poésie à Jean Chrétien avec le flag su’l hood lui au moins il savait marqué les esprits.

En passant, il y a quelque chose qui marche pas dans la citation à Miron.

Je comprends que la poésie et les math ne font pas bon ménage mais quand même il des limites à citer n’importe quoi. Quel délire.

La souveraineté une psychopathologie?

Le québec comme tout gros débiteur appartient à ses créanciers et nos créanciers ben ils ne veulent pas.

La citation de Charest est une traduction de Ian Shapiro (2004) – Problems and Methods in the Study of Politics. Il suffit de googler « If you have a hammer everything around you starts to look like a nail » pour trouver l’original.

Monsieur Lisée.

Je ne comprend pas que le commentaire « 11 » vient faire ici.

On peut faire dire toute sorte de choses à Pierre Foglia et tout ce qu’il dit n’est pas la bible comme on dit par chez-nous.

Foglia ne voudrait pas être le un du 50+1 selon le Bull en question.

Cela est complètement illogique: la majorité c’est cela.

À ce compte,(selon la logique de bas étage) il aurait fallu que le Non ait 60% des voix pour que la Souveraineté ne nous soit pas reconnue au dernier référendum.

Honorable vous devez lire et comprendre Miron. Répétez la phrase lentement et levez les yeux au ciel. Cela pourra aider !

Foglia ironisait…John Boules.

Même les plus récalcitrants reviennent constamment dire que notre projet est voué à l’échec. Mais ils reviennent encore et encore pour nous le répéter. Comme quoi… ils jugent essentiel de poursuivre un combat !

Et face à la médiocrité des partis traditionnels, vous me faites bien rire.

@Dupe: vous devriez lire Luc Drouin. Il a tout dit. Vous devriez, en somme, comprendre que Miron écrit parfois de pures idioties. Ce n’est pas parce qu’il ajoute « poète séparatiste » que le son de son texte prend nécessairement du sens.

Le manque d’esprit critique des souverainistes est très inquiétant. Ne pas arriver à saisir l’idiotie d’un texte de 2 lignes: il y a vraiment de quoi désespérer ceux qui ont une tête sur les épaules et ne se laissent pas impressionner par les arguments d’autorité ou les propos qui vont dans le sens du poil.

Encore à propos de la citation de Miron, sommes-nous en train de nous obstiner sur de la poésie prise au premier degré?

Vous savez, quand Miron dit « nous serons devenus des bêtes féroces de l’espoir », il ne veut pas vraiment dire que nous serons transformés pour de vrai en animaux. C’est une image.

Il y a des hommes dont les générations futures se souviendront et dont les mots donnent de l’espoir, ils disent « ça ne pourra pas toujours ne pas arriver », on les appelle poète. Et il y a des hommes qui disent « ça n’arrivera jamais », on les appelle pisse-vinaigre, et on les oublie.

« Nous sommes un peuple inculte et bègue […]
et pardonnez-nous de n’avoir pour réponse
que les chants rauques de nos ancêtres
et le chagrin de Nelligan » (Michèle Lalonde, Speak White)

(Et, oui, les indépendantistes citent des poètes ; Trudeau, lui, les emprisonnait. Je préfère les citer.)

Patrice

Bonjour à tous,

Franchement, je trouve extrêmement dommage de prendre à partie cette tribune pour, inévitablement, relancer des débats de sourds. Les quelques uns qui se font un point d’honneur à la ramener à chaque fois sur le nationalisme québécois ou canadien seraient invités à lâcher un peu le morceau, ça frise le monomaniaque.

On pourrait ainsi se concentrer sur le thème proposé par l’hôte dans chacun de ses messages, être un peu plus dans la substance, plutôt que de prendre ce blogue en otage dès qu’une virgule heurte la sensibilité de l’un ou de l’autre.

Merci!

(NB: Ce message n’est pas destiné QU’À M. Bull…)

@honorable

» Vous devriez, en somme, comprendre que Miron écrit parfois de pures idioties. »

En effet, certains préfèrent l’ancien testament et y voit la justification pour des positions politiques qui souhaitent la mort d’autrui et y réussissent.

« … nous reviendrons nous aurons à dos le passé
et à force d’avoir pris en haine toutes les servitudes nous serons devenus des bêtes féroces de l’espoir » Gaston Miron

qu’a rise donc d’elle avant qu’a rise des autres !

Dit par Dominique dans Moi… et l’Autre.

Gilles Richer, Dominique Michel et Denyse Filiatrault.

koldo devrait lire le message de Vincent. Le sujet du billet est suffisamment vaste pour qu’il ne soit pas nécessaire d’en sortir. Je souhaite aux lecteurs de Miron l’esprit critique qui anime les lecteurs de la Bible, et non l’esprit de béatitude non critique qui anime les lecteurs islamistes du Coran.

C’est pas parce qu’on aime un texte, fut-il même de Miron(!), qu’il faut en approuver béatement chaque passage.

Le Bible belt américain est 100 fois plus critique envers la Bible que ne l’est l’immense majorité des visiteurs de ce blogue envers les textes de Miron.

@honorable: merci pour votre appui et vos propos cohérents.

C’est parce-qu’elle est absurde qu’elle est belle la citation de Miron.

Bien sur on peut ouvrir son Berchelle et glorieusement badigeonner de rigueur académique cette citation, du haut de la grande tour d’ivoire, et manquer cette fois d’intelligence émotionelle

Elle ressemble à un arbre cette tour d’ailleurs.

FOOOOOOORE!

bonjour,

citation: (rl)
J’aime mieux acheter de l’or que d’acheter la dette américaine et ses dollarsz

L’auteur-compositeur Richard Desjardins ne partage pas l’avis de la « masse » de commentateurs de ce blogue:

« Moi, la poésie québécoise, quand ça flyait trop, youpelaye, je débarquais. Beausoleil, je suis pas capable. Miron, pas tout le temps. » (Richard Desjardins dans Le Devoir du 20 avril 2011)

Desjardins a raison au sujet de Miron.

On tourne en rond, mais on tourne tellement vite qu’on a l’impression d’avancer. — Michel Chartrand

Je préfère « Je tourne en rond mais c’est autour de toi », titre d’un roman de Michel Beaulieu

À propos de Gaston Miron et son « Cela ne pourra pas toujours ne pas arriver. »

Heille, c’est une boutade, pas un syllogisme!

Ou pour reprendre un exemple discuté récemment dans les commentaires de ce blog… Révélation concernant de Gaulle et le « Mort aux cons » « vaste programme! »: ce ne serait pas l’annonce d’une politique eugéniste!