À bout de souffle ou stratégiques, les étudiants?

Les votes dans les cégeps et les universités s’accélèrent. On entre dans une période charnière pour le mouvement étudiant, mais aussi dans la campagne électorale, alors que les partis regardent de près l’allure imprévisible de la contestation des frais de scolarité.

Certains commentateurs ont affirmé que le mouvement s’essouffle. Possible. Mais il pourrait aussi s’agir d’un repli stratégique.

Dans un précédent billet, je soutenais que la CLASSE pouvait devenir le plus grand allié de Jean Charest et que d’un point de vue tactique, rester tranquille le temps des élections enlevait des munitions au Parti libéral, qui veut faire campagne contre «la rue». Je serais bien mal placé pour qualifier «d’essouflement» un retour aux cours, sachant qu’il y a peut-être une dose de jugement politique derrière ce choix.

Les étudiants du cégep de Saint-Jérôme ont d’ailleurs voté une «trêve électorale» et promis de voter à nouveau après le 4 septembre, jour du scrutin. Les cégeps de Valleyfield et André Laurendeau ont aussi choisi de retourner en classe.

Est-ce un indicateur des nombreux votes encore à venir? La lutte étudiante suit souvent une vague amorcée par les premiers votes. Mais rien n’est encore limpide.

Des ténors de la CLASSE appellent à la mobilisation, alors que le cégep de Saint-Laurent et la faculté des sciences sociales de l’UQAM (deux gros morceaux) ont reconduit la grève.

La démission de Gabriel Nadeau-Dubois de son poste de co-porte-parole de la CLASSE enlève une cible de choix à Jean Charest, mais il ne change pas le haut niveau de risque politique pour la rentrée.

GND avait beau être une figure connue, il n’était pas seul dans les manifestations. Il ne contrôlait rien. Le texte«Mon congrès de la CLASSE», paru dans L’actualité début mai, en témoigne. Lui-même l’a souvent répété.

La lettre de démission de Gabriel Nadeau-Dubois montre que pour un fort segment du mouvement étudiant, il sera difficile de rester calme pendant cette campagne électorale.

Il écrit:

«Le climat d’ébullition politique et sociale que nous avons contribué à mettre en place au Québec doit impérativement se poursuivre dans les prochains mois et les prochaines années. Les critiques soulevées par la jeunesse québécoise ce printemps sont beaucoup trop profondes pour être réglées par une campagne électorale de 35 jours.»

Les premiers votes étudiants démontrent bien qu’il y a un tiraillement dans le mouvement étudiant entre cette vision et la volonté de beaucoup d’étudiants de régler cette crise au plus tôt.

L’idéologie vs pragmatisme. L’objectif à long terme face à la réalité à court terme.

Ce jeu de souque à la corde entre ces deux positions va dicter l’allure des prochains jours. Et il est trop tôt pour déclarer un vainqueur.

Laisser un commentaire

J’aime bien ce concept de »pose électorale ». Il dit bien ce qu’il veut dire soit de prendre une pose.

Pour moi c’est clair que le mouvement étudiant comprend qu’il peut avoir un impact important sur le score final du 4 septembre prochain et pas nécessairement pour le parti qu’il souhaite.

Jouer le jeu ne veut pas dire de ne pas jouer du tout. Le mouvement peut s’articuler en faveur d’un parti politique en favorisant par exemple une participation plus grande au vote. Il peut aussi faire dans la non violence mais montrer beaucoup de conviction (comme certaine grande manifestation du 22).

Bonjour M.Castonguay
Comme le disait Yvon Deschamps dans un de ses monologues: » On veut pas le savoir, on veut le voir. »
Combien de fois les journalistes que ce soient ceux de TVA ou de Radio-Canada qui commentaient les manifestations étudiantes terminaient leurs topos par: On vous revient dès qu’il se passe quelque chose. »
Franchement, les étudiants ont vite compris que les libéraux soufflaient en même temps sur le chaud et le froid dans le seul but de permettre à Jean Charest de se faire le défenseur de la loi et l’ordre.
Et que dire de Jean Lapierre dans son Express 2012 en visite à Victoriaville déplorer que sur les réseux sociaux, on ne trouvait pas d’incitation à l’émeute pour le congrès des jeunes libéraux qui va se tenir en fin de semaine sur les lieux d’une des plus violentes répressions par la S.Q. de la crise étudiante.

Je ne comprends plus où s’en va le mouvement étudiant.
Je coyais à un moment donné que ce mouvement voulait en autre que nous sortions les libéraux de la carte électorale.
Le PQ promet un moratoire sur la question des frais de scolarité.
Or, rien ne semble plaire à certains mise à part la gratuité scolaire. Est-ce une une utopie? SVP ne me sortez pas la cassette de l’indexation des instititions financiaire.
Enfin, avec des taux de participation peu élevé aux assemblées génerales (en faveur ou pas au prolongement de la grève)assistons-nous à un exercice d’oligarchie démocratique?

Soyons pragmatiques. Une nation comme le Québec ne peut être dirigée par un gouvernement corrompu, par un Premier ministre qui a des relations douteuses avec des individus du monde interlope et qui reçoit en secret un salaire directement de son parti politique et des ministres qui doivent ramasser plus de 100,000 $ par année dans les coffres de leur parti. Nous pouvons légitimement nous demander alors pour qui travailles ces tristes personnages ?

Si les étudiants comprennent bien cela, il est normal qu’ils n’amènent pas de l’eau au moulin d’un parti politique pourri qui a créé de toutes pièces un conflit social pour assurer par cette manipulation de l’opinion publique sa réélection.

Alors je ne suis aucunement surpris que les associations étudiantes fassent une pause stratégique dans leurs moyens de pression.

S’il n’y a pas de changement de gouvernement et que nous nous retrouvions avec ce même boulet, il leur sera toujours loisible de déterrer la hache de guerre encore une fois, d’autant plus que la rentrée scolaire, où les étudiants se retrouvent tous, est beaucoup plus propice à une mobilisation de masse que pendant la période estivale où ils sont éparpillés sur tout le territoire.

Mais si il y a changement de gouvernement, alors les nouveaux dirigeants politiques devront prendre le taureau par les cornes et livrer la marchandise.

Sinon les étudiants auront tout à fait raison d’encore une fois brasser la cage. Car bien qu’il n’y aie pas d’unanimité, une bonne partie de la population, des intellectuels et de ceux pour qui la loi et l’ordre n’est pas LA priorité absolue seront encore derrière leur mouvement dont les ambitions s’élargissent et dépassent maintenant la seule gratuité scolaire. Peut-être que nous dirons alors avec raison que Charest aura volontairement provoqué une conflagration extrêmement difficile à circonscrire. Et nous aurons alors de reconnaître Charest comme le Néron incendiaire du Québec.

«Sauf pour les dictateurs et les imbéciles, l’ordre n’est pas une fin en soi.»
[Michel Audiard]

« (…) alors que le cégep de Saint-Laurent et la faculté des sciences sociales de l’UQAM (deux gros morceaux) ont reconduit la grève. »

J’aimerais préciser que ce n’est pas encore fait concernant le cégep de St-Laurent. L’association étudiante invite les étudiants à reconsidérer son mandat de grève, dans une assemblée générale qui se tiendra le samedi 11 août, à 11 h.

Ahhhh…la « démocratie étudiante »…comme elle est belle:

http://www.journaldemontreal.com/2012/08/10/quelle-democratie-

EXTRAIT:

« Sur YouTube (média social si cher aux militants), on peut voir un étudiant du cégep de Saint-Jérôme voter à plusieurs reprises.

On voit aussi les leaders d’une association étudiante déclarer victorieusement la continuation du boycott, après avoir « compté » des centaines de mains levées en deux ou trois secondes.

En mai dernier, les étudiants en sciences politiques de l’UQAM ont décidé d’empêcher les étudiants en droit de retourner en classe, même si ceux-ci avaient voté en majorité – et deux fois plutôt qu’une – pour une reprise des cours.

Au cégep de Rimouski, la majorité des étudiants ont voté pour le retour en classe. Mais une dizaine de minutes après ce verdict final, alors que plusieurs étudiants avaient quitté la salle, un Rouge a demandé un recomptage et cette fois-là, ce sont les pro-boycott qui ont remporté. On a profité du départ de nombreux étudiants pour infirmer leur décision !

Au cégep de Limoilou, un journaliste du Journal de Québec a pu voter sans problème lors d’une assemblée.

C’est cette démocratie qu’il faut protéger et respecter ? »

…et les péquistes qui disent « respecter » cette farce!!!

Est-ce le genre de démocratie qui nous attend pour leur prochain référendum???

Monsieur Denis Drouin, votre commentaire me fait vibrer de justesse… Merci grandement

Les commentaires de Marie Goyette et de «avançons» ont, chacun à leur manière, mis en lumière l’intelligence stratégique dont sont capables ces jeunes étudiants et, hélas, la recherche du SPECTACULAIRE par nombre de journalistes ou d’anciens politiciens qui se disent journalistes.
On sent que se dessine un mouvement de «trêve» jusqu’au fatidique 4 septembre. Si le PLQ ou le groupe du chef surnommé «On verra» prend la direction du gouvernement du Québec, les marches et les casseroles vont sûrement resurgir.

La SQ se prépare pour la visite de Jean Charest à Victoriaville.
Comment faire pour diifférencier un jeune libéral d’un manifestant?
Le jeune libéral se promène avec des petites envelloppes brunes.

@ François 1

Martineau est un réactionnaire fini qui entretien son image publique avec ses coups de gueule penchant toujours du même bord. Alors quand je lis ses commentaires et ses réactions, je sais d’avance la tournure qu’ils vont prendre.

Quand à la démocratie étudiante elle n’a rien à envier à la démocratie de l’Assemblée nationale où les beni-oui-oui et les adoptions bulldozer de projets de loi se font aller à qui mieux-mieux.

C’est tout de même impressionnant de constater à quel point on a tendance à s’offusquer toujours selon la même ligne.

«Il est plus facile de briser un atome que de briser un préjugé»
[Albert Einstein]

Il faudrait ajouter au commentaire de Denis Drouin #11 la loi mammouth C38 des conservateurs de Harper.

Je ne pense pas que les étudiants soient à bout de souffle mais ont adopté une action plus stratégique malgré des votes serrés dans certains Cégeps pour la continuation de la grève.
Durant la campagne électorale, ils y participent en passant le message de ne pas voter pour le PLQ et Charest (d’ailleurs le PM a des difficultés dans son comté probablement, en partie, à cause des étudiants, nombreux à Sherbrooke) et en mettant la pédale douce sur les manifestations.
Cette stratégie est la bonne car cela a permis à la corruption du PLQ de remonter à la surface dans les cuisines et les salons.
D’ailleurs la CAQ parle beaucoup de corruption de ce temps-ci bien qu’elle ait voté en faveur de la loi 78. Changement provoqué par la stratégie étudiante.
D’ici le 4 sept. je crois plutôt que nos citoyens-étudiants vont faire tout un combat à Charest:ils vont voter.

Les étudiants se sont réveillés et ne s’endormiront pas. La trêve des élections est stratégique pour permettre aux étudiants de travailler aux élection contre Charest et la CAQ

Au delà de cette montée estudiantine face à notre structure politique, rien n’indique dans tout ce qui s’écrit que ces derniers seront du rendez-vous du 4 septembre en allant voter. Pourtant, ils ont des avantages vs nous les travailleurs de pouvoir voter au sein même de certaines institutions qu’ils fréquentent. D’accord, ils ont choisis la rue pour s’exprimer, on peut tous le faire d’une certaine façon sauf que, lorsqu’on veut que les choses changent on exerce son droit de voter selon ses convictions et ce qu’on souhaite que l’avenir soit.

Les manifestants n’étaient pas à la convocation au chaos de John James et son « aile-jeunesse » d’hier à Victoriaville. La police politique du PLQ et ses agents casseurs étaient en service commandé à l’hotel du chaos de Victo; espérant faire une démonstration violente de leur savoir faire en politique stalinienne et poutinienne au grand plaisir de la clientèle Liberull, au grand dam de JJ ils se sont trouvés sans adversaire. Faisant un pied de nez aux Liberulls, les associations étudiantes ont enfin compris la stratégie de perturbation de la paix et de l’ordre social par John James, stratégie qui allait assurer sa réélection le 4 septembre prochain. Le roitelet JJ est nu…que des félicitations à faire au mouvement étudiant !!!

Pour les gens qui appuient les étudiants , il serait de mise , d’analyser honnête , la procédure des votes de boycottes des institutions scolaire .Procéder a un vote avec seulement 9 a 15 % de la population étudiante et souvent a la main , ca c’est so so et pas vraiment sérieux . En plus reprendre un vote , quant le premier , n’est pas favorable au boycotte , ce n’est pas du tout acceptable .Voir les réactions , des qu’un étudiants contre le boycotte prend la parole a ces assemblées et les types d’insultes et autres .

Pourquoi , ne pas proceder au vote par électronique , la , une majorité d’étudiants pourrait voter .
Comme sa existe ailleurs .

Ces étudiants , parlent de corruptions et de magouilles dans les partis politique existants , mais eux avec leurs procédures de prises de votes , ca ne ressemble pas a une sorte de corruption ou de maguouille ca ??????. A bien y penser .Les manifestaions quotodiennes aux frais des autres , c’est quoi cela ??????????

Exiger , immédiatement l’application direct de leurs idées , ca ressemble a un jeune adulte , qui a recu des une première demande , une console vidéo et ses jeux gratuit , un ordinaneur et un système de son gratuit, un cellelaire gratuit , argent de poche sans travailler pour , cetain une auto gratuite, certain un appartement payer par autre et en plus , il a éduqué ses parents lui-même .Par la suite , des qu’il met le nez dehors , il pense que la société , va faire de même . Donc , il exige comme s’il était chez ses parents et veut éduquer lui-même la population directement avec ses semblables .En tout cas pour moi , sa ressemble a cela .

Et en plus , ce sont des étudiants en grande majorité , qui proviennet du social de tout acabis . Ces étudiants seronr les gens les moins payé en général que la moyenne des étudiants de autres secteurs .

Ils pensent qu’ils sont les seuls a revendiquer , imaginez , si tout les autres divers groupements , commencent a les imiter a exiger .?????????????

Ils veulent que le gouvernement , démissionne , des qu’il ne suit pas leurs pensées , donc , en exgarérant quelques peux , une démission aux 6 mois ou année et un revote , pour élire un autre gouvernement, comme disait une personne , sa ca ne fait pas de enfants forts ca .

Est-ce vraiment logique et applicable cette position .??????????????????????????????

Un peut d’expérience pratique serait de mise .

Je me répète encore , je n’ose imaginer , si autres groupes commencent ce même manège , ou allons-nous nous retrouver .

Ici au Québec , nous sommes prévilégié économiquement , sil’on se compare a la Grèce , lEspagne et énormément d’autres pays y compris les US . Pourquoi vouloir détruire cette bonne chose , en voulant aller trop vitre .Et je dirais , par de égoistes pure d’enfants roi en majorité .

Ce n’est pas que leurs idées sont négative , non , c’est de la manière , qu’ils veulent ou ont choisi , pour tanter de les appliquer ou mettre en vigeur .

Je suis un peu tanné d’entendre et de lire les comentaires a propos du vote etudiants qui serait pas démocratique. Qu’est ce que les elections on de plus democratique que les votes etudiants… 3.3 million ont voté au dernieres élections 2.5 millions on choisi de ne pas voter. Des 3.5 millions qui ont voté nous étions 1.9 millions a ne PAS voter liberal. Ca c’est 600 000 de plus que le nombre de vote pour les liberaux. La réalité est que 60% du monde se foute de la démocratie et parmis ceux la les premier en tete sont les deux gros parti, si ils avaient vraiment a coeur la démocratie ils aurait changer le mode de scrutin il y a longtemp…la politique n’as rien a voir avec la démocratie pas plus que la liberté n’as a voir avec les guerres americaines au moyen orient
c’est du marketing, du loby, de l’arnaque au profit du 1% …malheureusement 80% du 99% sont trop endormi et individualiste pour s’en rendre compte. Allez y, continuez a espérer de payer moins d’impot et que le poulet soit en special chez costco en paquet de 24 poitrines. Un jour, bientot nous subirons tous les conséquence de vos actes

Je crois que certain étudiants , essaie de comparer le pourcentage des votes des citoyens a celui des étudiants .

Aux élections la participation moyenne est de 70 + – % avec cetain creux près le 60% .

Chez les étudinats présentement , nous avons présentement , les moyenne de 10 a 15 % . Incomparable .

Au élection provincial ou fédéral , les votes ne se reprennent pas . Chez les étudiants oui , ils ce reprennent , si le vote n’est pas conforme .
Voir exemples dans les médias et vrai .

La population , ne vote pas a main levée, les étudiants oui .

Pourquoi , les étudiants , ne font’ils pas un votre électronique , est-ce trop facile ou est-ce incontrolable pour leurs gouts .

A un moment donné , il va falloir tirer une ligne , une vrai ligne de vérités .

Comme sur la route , rouller trop vide peut causer des blessures tout niveaux .
En évolution de société , c’est identique . Juste a lire l’histoire .

Les étudiants , en social , ne sont pas les seul , a vouloir faire changer les choses , ca , ils semblent l’oublier .

Les moyens qu’ils prennent présentement , vont leur retomber sous le nez , questions de temps .

J’espère , qu’Ils ne demanderont pas l’aide d’ailleurs ou qu’ils vont refuser l’aide d’ailleurs . S’il l’accepte , ils vonr en perdre le controle et ca a 100 % , expérience acquise ailleurs , encore lire l’histoire et ce qui ce passe , dans le peuple arable et ceci sans les abaisser et pas du tout .Ils ne voulaient pas cette fin .

Charest et sa gang de la CAQ eux aussi ont votés loi loi totalitaire 78 à mains levées . Ou est la démocratie de Charest et ses collecteurs d’enveloppes BRUNES ?

Je ne crois pas que le mouvement s’essoufle. Il faut prendre en considération que beaucoup d’étudiants retournent dans leur région durant l’été, ici ou ailleurs, la plupart travaillent pour payer la prochaine année d’étude… bref beaucoup d’entre eux ne peuvent se déplacer dans leur école pour voter.

Le vote électronique rendrait la chose beaucoup plus facile, en effet. Pourquoi ce n’est pas disponible encore pour la majorité des écoles ? Je ne sais pas, peut-être une question de logistique. Peut-être que jusqu’à maintenant, ça ne semblait pas nécessaire.

Stratégiquement, c’est une bonne chose que les étudiants soient plus tranquilles. Charest n’a plus de clous à enfoncer.

Les plus populaires