À lire: les entrepreneurs fantômes

Nous nous étonnions l’autre jour, le professeur des HEC Benoît Tremblay et moi, de la bonne performance économique de Montréal, y compris dans le domaine de la création d’emploi, alors que rien de très spectaculaire ne se passe.

Montréal et Austin, Texas, sont les seules métropoles occidentales à avoir fait la liste des 30 grandes villes les plus performantes d’un index du London School of Economics et du Brookings.

Comment est-ce possible ? Outre les commandes de Bombardier, on n’annonce pas d’implantation importante de nouvelles usines, de grandes chaînes de distribution, de nouveau siège d’organisations internationales d’envergure.

La bonne tenue de la ville — comparativement aux autres métropoles — semble être le fait d’une création très diversifiée de richesse, par des entreprises très nombreuses mais pas très tapageuses.

Mon collègue blogueur Pierre Duhamel semble en avoir trouvé la piste. Dans son billet de ce lundi, il a même trouvé au Québec un entrepreneur du domaine des technologies dont la richesse n’est surpassée que par les Desmarais. Robert Miller. Vous le connaissez ? Il n’y a même pas de photo pour les médias. Pierre écrit:

Il n’y a qu’un seul Robert Miller au Québec, mais on trouve des centaines, sinon des milliers d’entrepreneurs, qui ne font jamais les manchettes et qui contribuent immensément à l’économie québécoise. Leurs entreprises sont connues dans leur secteur ou leur région, mais le grand public ignore à peu près tout de leur réussite.

J’entreprends deux grands projets qui me mèneront à mieux connaître les joyaux méconnus du Québec. […] La semaine dernière, j’ai rencontré 7 entrepreneurs pour ce dernier projet. Des gens que je connaissais pas et dont je n’avais jamais entendu parlé. Je suis tombé en bas de ma chaise tellement leurs réalisations sont étonnantes et leurs succès éclatants.

Laisser un commentaire

Cher M. Lisée,

Je comprends que vous et vos amis veulent essayer de voir les points positifs de notre coin du monde. J’aime aussi beaucoup ce « pays », mais je trouve ça pénible de voir l’aveuglement VOLONTAIRE de certains. Ce n’est pas en se comparant à des économies en perte de vitesse(ou pire encore: en GRAVE crise), que nous allons améliorer notre sort. Il faut se comparer aux meilleures économies dans le monde. Dans les années 50, le Québec avait la 2e économie la plus dynamique/performante au MONDE. Eh oui, en pleine période de « grande noirceur ». Aujourd’hui, plein de pays et régions du monde nous dépassent.

***

Devinette:

Quelle province a le plus gros déficit par rapport à ses échanges commerciaux?

Sous-questions:

Et quel est ce montant? (indice: plusieurs, plusieurs, plusieurs milliards de déficit)

Et quel était ce montant il y a 5 ans? (indice: nous étions en surplus)

Quelle province a le plus bas taux d’activité parmi les 6 provinces les plus populeuses? (« faque », un taux de chômage bas ne veut RIEN dire, si l’on tient compte de ce « petit » détail…)

Quelle province a la plus grosse dette?

Quelle province a le plus de programmes sociaux déficitaires?

Quelle province taxe le plus ses citoyens?

Quelle province perd le plus d’immigrants investisseurs?

Quelle province a le plus d’immigrants inactifs et dépendants de programmes sociaux pour survivre?

Quelle province perd le plus de ses habitants parmi les 6 provinces les plus populeuses?

Quelle province a le plus de programmes sociaux et programmes gouvernementaux mal ciblés ?

Quelle province détient le triste record du secteur privé (qui finance à 100% le public, en passant), le plus petit par rapport à son secteur public?

Quelle province a le moins d’investissements de la part de son secteur privé (par rapport au secteur public)?

Quelle province a subi la PLUS grande baisse concernant les investissements en machines et matériel d’entreprises sous contrôle étranger?
(-42,1 % de 2007 à 2009)

Quelle province a une croissance annuelle moyenne à peu près nulle, concernant les investissements en machines et équipements, de 2008 à 2009 ?

Quelle province règlemente le plus son secteur productif(qui paye pour le secteur public = il faut le répéter souvent!), soit le secteur privé?

Quelle province est la MOINS productive parmi les 6 provinces les plus populeuses?

Quelle province a les plus hautes tasses régressives, soit des taxes sur la masse salariale ?

Quelle province taxe le PLUS(8%!), les profits des petites entreprises, soit la BASE de notre économie?

Quelle est la province (ou même: région du monde), qui est parmi l’une des sociétés qui vieillit le plus vite ?

Pour vous aider:
Le nom de cette province commence par Q…

p.s
Pendant combien de temps pensez-vous que « tout » cela est soutenable ?

Pouvons-nous nous permettre de faire l’autruche… tout ça pour défendre notre fierté?

SVP, cessons ces futiles guerres « canadian » -vs- Québécois et retroussons nos manches.

En passant, j’ai demandé à mes collègues ici à Toronto s’ils connaissaient Robert Miller – unanimement, oui, ils le connaissaient et l’associaient à Future Electronics.

Correction:

« Quelle province a les plus hautes TAXES régressives, soit des taxes sur la masse salariale ? »

***

Je continue?

1/

« Montréal suscite des inquiétudes puisque le taux d’emploi a fortement chuté en 2009, les investissements en machines et équipements ont régulièrement diminué depuis 2000 et la croissance du PIB de notre ‘moteur économique’ était plus faible en 2009 que la moyenne québécoise.

La croissance des investissements en construction, machines et équipements dans cette région est anémique depuis le début de la décennie. Si bien que ces investissements ont diminué régulièrement depuis 2000 de -0,6 % en moyenne, les faisant passer de 16 % du PIB à 12 % en 2009. Sans surprise le taux de croissance annuel moyen du PIB est de 2,3 % soit 0,4 point plus faible que la croissance du PIB québécois. Une constatation peu encourageante compte tenu que Montréal est le cœur de l’activité économique du Québec. »

-Les Indicateurs FCCQ, Édition 2010

2/

D’importants changements dans la répartition de la population se répercuteront sur la croissance de la production potentielle et les dépenses de consommation. La proportion des Québécois âges de 65 ans et plus augmentera considérablement entre 2009 et 2030, passant ainsi de 14,9 à 24 %.

Avec 4 travailleurs par retraité actuellement, comment va-t-on arriver dans moins de 20 ans avec seulement 2 travailleurs par retraité ?

3/

« Quand Cascade vous dis, selon leurs calculs, que les employés au Québec coûtent en moyenne 50 % de plus que ses employés américains, il y a-t-il quelqu’un qui gouvernent, ou vous être trop préoccupés avec vos scandales ? »

-La grande illusion, (votre ami)André Pratte, Cyberpresse.ca, 02 octobre 2010

4/

« Il faut faire attention sur les statistiques du chômage, car il faut distinguer entre ceux qui créent de la richesse et ceux qui la consomment.

Québec : «Dans l’ensemble, l’emploi a progressé dans le secteur public (+58 000) et dans le travail indépendant (+18 000), mais il a reculé dans le secteur privé (-40 000). Depuis juillet 2009, l’emploi a progressé de 4,3% dans le secteur public et de 2,9% dans le secteur privé, tandis que le nombre de travailleurs indépendants a légèrement diminué de 0,8%».

Donc on vient perdre plus de 40,000 créateurs de richesse pour être compensés par 58,000 fonctionnaires qui sont une dépense.

C’était la technique du PQ pendant des décennies pour réduire le chômage, on avait de belles statistiques !, on engageait des fonctionnaires, sauf qu’un fonctionnaire c’est une dépense. »

-La grande illusion, André Pratte, Cyberpresse.ca, 02 octobre 2010

5/

Taux d’activité / 6 provinces plus populeuses / octobre 2010

Alberta: 73,1 %
Sask: 70,2
Manitoba: 70,1
Ontario: 67.1%
B-C: 66%
*** Québec: 65,6 ***

Taux d’activité pour le Canada (décembre 2009):

—» 67.1 (pour cent)

***

Taux Chômage / 6 provinces plus populeuses / octobre 2010

Manitoba: 5,2
Sask: 5,7
Alberta:6.0
B-C: 7.4
Québec: 8,0
Ontario: 8,6

-Statcan

***

Bon, je crois que c’est assez.

Cessons de trouver des raisons pour se « flatter l’orgueil » et IMITONS les sociétés les plus dynamiques sur la terre !

Pourquoi jouer low profil Pour ne pas se faire vider de sn sang par le grand méchant loup.
Grand-Mère comme vous avez de grandes dents!
Tant mieux s’il y en a qui ont réussi a trouver moyen de faire des profits, faire travailler du monde et ne pas se faire avaler tout rond(par les syndicats, le gouvernement et les envieux qui vont les copiers, essayer de leur enlever leur marché, taxer ses profits ou subir les pressions de ceux qui veulent s’approprier tout ce qui a un potentiel viable), tout en créant de la richesse au Québec. Il faut être ruser pour nager avec les requins et ne pas se faire dévorer.

Dans LE DEVOIR en avril 2010:

http://www.ledevoir.com/economie/actualites-economiques/286757/de-des
«Il est facile d’être nostalgique au Québec si l’on se tourne vers le passé. Mais la vraie révolution économique du Québec est en train de
se jouer maintenant. (..)

La révolution universitaire a complètement changé la donne et fait de l’École des sciences de gestion de l’UQAM (fondée il y a seulement 40
ans) et de HEC (qui accueillait ses premiers étudiants en 1910) les écoles de gestion les plus populeuses au pays, avec plus de 25 000
étudiants. Aucune université de Toronto ne compte autant d’étudiants en affaires. « ..

OUI!
Enfin! On va peut-être arrêter de se penser « bon pour un p’tit pain ».

Soyons fiers, nous sommes brillants, imaginatifs, intelligents; nous avons le droit et les moyens d’augmenter notre richesse sans écraser les autres. Nous avons le droit et la capacité d’innover, de prospérer et ce, sans se sentir coupable.

Allons de l’avant et avançons la tête haute!

Voici une très bonne façon de populariser la gauche. Montrer qu’elle a le sens des affaires et qu’elle peut être à l’écoute de manière à encourager les entrepreneurs en utilisant différents leviers (pas juste l’État) que la société rend disponibles.

Samedi dernier, Humanware a ouvert les portes de ses nouveaux bureaux à Drummondville. Leader international dans le développement et la commercialisation de solutions innovatrices répondant aux besoins des personnes vivant avec une déficience visuelle. Impressionnant !!

Si les choses vont si bien à Montréal, alors comment expliquer le solde migratoire négatif (- 19 463 hab.)

Et Montréal à un taux de chômage de 9,6%.

C’est un taux supérieur à beaucoup de villes américaines avec une population similaire:

Dallas: 8,3%
San Antonio: 7,6%
Philadelphie: 8,4%
Phoenix: 8,5%
Houston: 8,6%

Des villes directement touchées par la récession font mieux que Montréal qui a pourtant été épargnée par la récession.

Maudit que ça va bien ! Continuons sur cette voie et applaudissons le travail du maire !

@sebas
Il y a toujours de ces dénigreurs très pro-Canadian qui ne trouvent jamais rien de positif au Québec mais par contre ne trouvent que des choses positives dans leur Canada si parfait à un point tel qu’on se demande pourquoi ils vivent encore dans l’enfer québécois au lieu de leur paradis Canadian.J’en plein le derrière de ces détracteurs du Québec moderne et créatif tel que qualifié et considéré par les autres observateurs nationaux ou étrangers. Ce manège est souvent utilisé par certains chroniqueurs de Gesca ,toujours les mêmes d’ailleurs, qui ne trouvent jamais rien de positif ou selon leurs propos les succès québécois sont tout a fait accidentels ou dûs à la conjoncture.
Cessons cet autoflagellation stupide.

@Sabas

«Quelle province perd le plus de ses habitants parmi les 6 provinces les plus populeuses?»

L’Alberta.

Entre le 1er juillet et le 1 octobre 2010, 1055 personnes ont qutté le Québec pour l’Alberta pendant que 1292 Albertains quittaient l’Alberta pour le paradis québécois, le meilleur endroit au monde pour élever des enfants.

150 Terre-Neuviens ont quitté TN pour l’Alberta pendant que 693 Albertains quittaient pour Terre-Neuve.

7,317 Albertains ont quitté pour la CB pendant que
6,939 Colombiens ont quitté pour l’Alberta.

http://www.finance.alberta.ca/aboutalberta/population_reports/2010-3rdquarter.pdf

@Sébas

« Quand je me vois, je me désole. Quyand je me compare, je me console »-Proverbe connu-

D’abord, simplement signaler que la situation du Québec est très avantageuse comparée à celle de beaucoup d’États états-uniens.Quelques rappels:

« Le niveau de vie réel des familles québécoises a dépassé celui des familles ontariennes »
http://www2.lactualite.com/jean-francois-lisee/reellement-les-familles-quebecoises-plus-riches-que-les-ontariennes/7124/

« au cours de la décennie écoulée,
*le PIB par habitant du Québec a connu la seconde plus importante progression des pays du G7,
*la charge fiscale des familles est plus faible au Québec que dans le G7 et aux USA;*le Québec est l’endroit en Occident qui a le mieux résisté à la crise en cours,
*la dette québécoise est préoccupante mais le déficit un des plus faibles, par rapport au PIB, en Occident, et que
*le taux de pauvreté québécois est le plus faible en Amérique. »
http://www2.lactualite.com/jean-francois-lisee/quebec-la-meilleure-droite-du-continent/5591/#more-5591
http://www2.lactualite.com/jean-francois-lisee/pauvrete-le-quebec-est-la-scandinavie-damerique/5375/#more-5375

« Pauvreté: le Québec est la Scandinavie d’Amérique !
Le problème avec les bonnes mesures comparatives sur la pauvreté (lorsqu’on prend en compte le coût réel du panier de consommation et non des moyennes coupées de la réalité) est qu’elles sont toujours en retard sur la conjoncture.
Et puisque la situation économique du Québec a été meilleure que celle de ses voisins nord-américains et que celle de ses cousins européens depuis la crise de 2008 (et avant, en croissance per capita), les derniers tableaux disponibles minimisent la performance québécoise. »….

Cette affirmation, quant à l’indice de pauvreté, a été soulevée récemment par le ministre libéral Clément Gignac.

@Sébas

Ça prendrait beaucoup de texte pour répondre à votre série d’affirmations.Une de « vos bonnes » a trait à la situation du Québec dans les années 50.

Je me permets de vous référez à série d’articles de Jacques Noel, sous le titre: »Le mythe d’un Québec pauvre ».Et je cite:

« Alors, la droite s’est dit, on va changer de stratégie. On va décrire un Québec d’enfer, un Québec qui va tellement faire honte aux Québécois, qu’on va pouvoir enfin prendre le pouvoir et faire le maudit ménage (lire moins d’argent aux pauvres). C’est ainsi qu’Alain Dubuc inventa le mythe du Québec pauvre, un mythe tenace, transformé en dogme par tous les ténors de la droite, de plus en plus bruyants dans la Cité.

Dans le monde de la nouvelle droite québécoise, les routes ressemblent à celles du tiers-monde, trouées de nids-de-poule et coiffées de ponts qui s’écroulent (il n’en tombe pas des ponts au Minnesota (2) et ailleurs dans le monde, sans parler des toits de stade (3) !) ; les enfants n’apprennent rien à l’école publique (ni le français qu’ils parlent si mal, ni l’anglais si nécessaire de nos jours) ; on doit attendre 16 heures aux urgences, en jaquette, la crack à l’air. Le monde de la droite est un Québec de pauvres, de BS et de décrocheurs. Un Québec endetté par-dessus les oreilles. L’enfer Made in modèle albanais sur les rives du Grand Majestueux.

Le PIB du Québec est rendu à 318 milliards, 40,253$ per capita, soit 40,655 USD , 4% de plus que celui des Zétas (39,138 USD). Tiens toé ! http://www.stat.gouv.qc.ca/princ_in…

Si le Québec était un État américain, il serait aujourd’hui au 17e rang, devant le Delaware, la Pennsylvanie, le Dakota du Nord, le Nevada, le Vermont, le Nebraska, le Kansas et -vous êtes bien assis ?- la Floride ! Par 3000 piasses ! Oui, oui, la Flodida de nos Elvis, 24e au USA. La Florida où 13% d’habitants comptent maintenant sur les food stamps pour se nourrir

http://en.wikipedia.org/wiki/List_o…)

http://www.vigile.net/Le-mythe-du-Quebec-pauvre-1

http://www.vigile.net/Le-mythe-du-Quebec-pauvre-2

http://www.vigile.net/Le-mythe-du-Quebec-pauvre-3

http://www.vigile.net/Le-mythe-du-Quebec-pauvre-4

http://www.vigile.net/Le-mythe-du-Quebec-pauvre-5

http://www.souverainete.info/docs/L…

http://www.vigile.net/Le-mythe-du-Quebec-pauvre-6

http://www.vigile.net/Le-mythe-du-Quebec-pauvre-7

http://www.vigile.net/Le-mythe-du-Quebec-pauvre-8

http://www.vigile.net/Le-mythe-du-Quebec-pauvre-9

http://www.vigile.net/Le-mythe-du-Quebec-pauvre-10

@david
Vous devez ajouter un point à tous les taux de chomage aux USA parce que leur façon de calculer est différente de celle de Statistiques Canada

Dallas: 9,3%
San Antonio: 8,6%
Philadelphie: 9,4%
Phoenix: 9,5%
Houston: 9,6%

Le Québec recoit 2 fois plus d’immigrants per capita que les USA et 80% se concentrent à Montréal.

Bonjour,
Les Albertains ayant quitté l’Alberta vers le Québec sont tout simplement des Québécois qui travaillaient la-bas, soit en ayant fait leurs timbres de chômage requis pour le retirer au Québec et ceux qui furent sûrement obligés de revenir à cause de la sévère crise économique qui frappe de plein fouet l’Alberta. Il n’y a aucune raison de se péter les bretelles avec un tel constat….. Au plaisir, John Bull.

On a la preuve ici qu’il n’y a rien de mieux que sortir les avantages réels du Québec pour allumer le fond de culotte nos éteignoirs locaux.

Il est à remarquer qu’en général ils sont fédéralistes ou libertarien.

«soit en ayant fait leurs timbres de chômage requis pour le retirer au Québec» >>john bull
– – – – – – – – – – – – – – – – –

Pourquoi revenir retirer le chômage dans cette misérable province du Québec,au lieu de le retirer dans le paradis « libertarien » de l’Alberta tant vanté par les chantres de service ?

@ Raymond Campagna

Mais la Suède n’utilise pas ses impôt pour redistribuer sa richesses, la différence est là.

http://www.oecd-ilibrary.org/social-issues-migration-health/growing-unequal_9789264044197-en

Dans tous les pays de l’OCDE, seul la Suisse redistribue moins la richesse.

En Suède, ceux l’État retourne l’argent à ceux qui payent des impôts.

@ Rod

Même quand tu ajoute ton point de chômage imaginaire, le taux de ces villes reste inférieurs à celui de Montréal.

Et ce malgré l’immigration illégale aux USA qui perturbe le marché de l’emploi. Et je te signale que selon JF Lisée, l’immigration à Montréal ne pose pas de problème.

Les commères de galeries Elvisse Gratton commencent à manquer de matière.
Elle sont très malheureuses de savoir que les gens apprennent qu’il y a plus d’entrepreneur qu’ils le pensaient.

Il faut être rendu bas, très bas pour chercher la petite bibite au Québec et ramper pour voir où il y a un petit quelque chose de mieux aux EU ou ailleurs afin de rabaisser son propre pays.

@ Youlle

Tu me fais penser à un élève qui obtient 65% dans un examen et qui est satisfait de son résultat parce que ça prend 60% pour passer.

Désolé mais moi je suis de ceux qui pense que c’est 100% qu’on devrait toujours viser.

Penser autrement s’est accepté qu’on est né pour un p’tit pain.

@ David : L’immigration illégale aux ÉU ne perturbe pas l’emploi, ils offrent du cheap labor.