À l’origine du SIDA: l’erreur humaine !

Ni le Pentagone, ni la CIA (ni le KGB) n’ont fabriqué le Sida en laboratoire dans un but de guerre biologique. Le Dr. Jacques Pépin, de l’Université de Sherbrooke, a remonté la trace des origines du SIDA dans son livre The origins of Aids (Cambridge Press), publié l’an dernier.

Cela lui a valu, entre autres, d’être désigné Personnalité internationale de l’année par le CÉRIUM, Le Devoir et Une heure sur terre. Et nous a valu qu’il veuille bien raconter cette histoire pour le dernier Planète Terre:

Les commentaires sont fermés.

Il faut savoir que la théorie du vaccin antipolio à l’origine de l’épidémie de sida fut d’abord défendue par un journaliste britannique, ancien correspondant de la BBC en Afrique, Edward Hooper. Celui-ci publie aux États-Unis, en 1999, The River – A Journey to The Sources of HIV and Aids, un ouvrage de près de mille pages, fruit d’un travail d’enquête de plus de dix ans.

Fascinant ! Je me suis toujours demandé ce que l’humanité sera sera si elle peut survivre encore deux ou trois milles ans.

N’oublions pas de reconnaître que le progrès de la science est toujours plus rapide. La conscience saura-t-elle suivre la science ? Je crois que oui alors …

«Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait.»
[Mark Twain

Oups !

Mon commentaire était en relation avec l’interview avec M. Gilles Bibeau.

«La religion n’est autre chose que l’ombre portée de l’univers sur l’intelligence humaine.»
[Victor Hugo]

Très belle émission…

Une dimension qui m’a semblé un peu manquer dans la seconde partie (avec M. Bibeau), c’est toute la notion d’idéal.

Je pense que l’idéalisation des « techno-sciences » (dans notre héritage culturel des derniers siècles) est pour beaucoup dans la déshumanisation qui menace et sévit. En braquant notre regard sur les mécanismes qu’on est capable de comprendre (notre science), en idéalisant cette capacité, on tend à minimiser ce qui lui échappe.

M. Bibeau établit un contraste entre une perspective de l’univers où tout serait régi par des lois physiques, et une autre qui s’établirait sur des principes biologiques. À mon sens il y a là un flou qui gagnerait à être mieux défini: en quoi le biologique échappe-t-il aux lois physiques? Quelle est la part de ce flou causée par des phénomènes réels, et lesquels? Et quelle portion est due à l’ampleur de ce qui échappe à nos connaissances? Il y aurait peut-être lieu de faire un petit « reality check » de nos idéaux…

À noter que même en informatique, même en logique à vrai dire (deux disciplines pourtant contrôlées par nous et infiniment plus simples que la biologie), la notion temporelle introduit énormément de difficultés.

Toute cette vision du monde où on tend à se percevoir comme une machine limite notre champ d’action à la production et la consommation – il y a là une question historique, politique et sociale; les questions de religion et de laïcité doivent être étudiées à cette lumière également.

On s’affaire à confectionner et acheter des bidules, et on en oublie qu’on est aussi capable d’aimer, par exemple. Allez définir « aimer », dans un cadre purement physique, biologique ou scientifique…

Il y a quelques années, je crois avoir déjà vu un documentaire (à la télé ou sur YT) où il était question de la transmission du VIH par le biais de campagnes de vaccination à répétition.

Merci pour ces deux entrevues, et surtout la deuxième qui nous ouvre sur l’importance de la liberté comme caractéristique définitoire de l’être humain.

Que faisaient ces scientifiques en Afrique ? Que cherchaient-ils ? M. Pepin parle aussi de vaccination. C’est évident qu’aucune grande puissance n’admettra que le sida vient de ses laboratoires militaires. On se sert souvent d’études pour appuyer telle ou telle thèse. Par exemple, dans le plan Nord , on en a une qui nous promet des milliards alors que l’autre nous dit qu’il y a aura un déficit de 9 milliards. L’important, n’est plus d’où vient le sida, mais comment l’enrayer. Il est aussi intéressant de voir que l’on a essayé de se servir du fléau pour faire croire que Dieu est ant-gai.

Ahhhh la théorie des savants fous…

Elle fait le bonheur des amateurs de complots et des caricaturistes depuis des siècles.

Si le Titanic avait coulé la nuit dernière ai lieu d’en 1912, je suis assuré qu’un Amir Khadir quelque part dans le monde aurait trouvé le moyen de relier le tout à la CIA, au FBI et à W.

N’importe quoi…

Les plus populaires