À quand le pont Wilfred Le Bouthillier?

Tout le monde gagnerait si Québec gérait seul — sans l’aide d’Ottawa — ses ponts, dit Frédéric Bastien… ce qui éviterait des décisions aussi «inacceptables» que celle de renommer le pont Champlain le «pont Maurice-Richard», ajoute le blogueur.

Suivant les informations du journal La Presse, le gouvernement conservateur a décidé de profiter de la reconstruction du pont Champlain pour le débaptiser, lui préférant plutôt le nom de Maurice-Richard.

Cette décision est inacceptable.
Politique

Imaginons d’abord un scénario semblable dans le reste du pays : pourquoi pas un pont Terry-Fox? Si, un jour, il fallait par exemple reconstruire le pont MacDonald-Cartier (à Ottawa) et que les autorités projetaient de nommer le nouvel ouvrage Terry-Fox, le tollé serait immense.

Bien sûr, tous admirent cet athlète qui, amputé d’une jambe suite à un cancer, a entrepris de traverser le pays à la course afin de collecter des fonds pour lutter contre cette maladie qui, finalement, lui a fauché la vie.

Mais jamais les fédéraux ne débaptiseraient une infrastructure portant le nom de John A. Macdonald, le père du régime fédéral. Ce serait vu, à juste titre, comme une attaque à la mémoire de la Confédération.

Il en va autrement de cet autre géant de notre histoire qu’est Samuel de Champlain. Explorateur, navigateur, premier cartographe de notre pays, fondateur de Québec, politicien, humaniste, et j’en passe.

Son défaut ? Il a dirigé le pays au temps de la Nouvelle-France. Or, la période française est certainement bien moins importante pour Ottawa, sans compter qu’elle perpétue une mémoire distincte pour le Québec.

Quoi de mieux que de cesser de commémorer les grands personnages de cette période plus ou moins secondaire ? semblent se dirent les conservateurs.

Rien de plus facile. On leur substitue des héros de notre temps, comme Maurice Richard — une figure récente et acclamée, méritoire certes, mais dont les accomplissements ne se comparent d’absolument aucune façon à ceux de Champlain.

Comme le suggérait Gilles Duceppe, si les fédéraux tiennent absolument à honorer ainsi la mémoire de Richard, ils n’ont qu’à donner son nom au pont Victoria. L’ancienne souveraine n’a joué aucun rôle particulier pour Montréal et le Québec.

Évidemment, jamais le gouvernement Harper ne fera une telle chose. Il s’agit de la monarchie et du souvenir de l’empire britannique au Québec.

On rétorquera que Maurice Richard est un symbole contemporain pour les Québécois, un modèle qui est très populaire. Bien sûr.

Mais si la commémoration est désormais basée sur la popularité du moment et la contemporanéité d’un personnage, on pourra bientôt songer à donner des noms de rue et d’infrastructure à des personnages toujours vivants — par exemple, d’anciens gagnants de Star Académie. À quand le pont Wilfred Le Bouthillier?

Cette affaire révèle une fois de plus à quel point la gestion du pont Champlain est une anomalie. La loi constitutionnelle de 1867 prévoit que les travaux et entreprises d’une nature locale sont de compétence provinciale.

Sauf qu’il est aussi prévu qu’Ottawa puisse utiliser son pouvoir déclaratoire, par lequel il déclare qu’une infrastructure locale est d’intérêt général, s’arrogeant ainsi le pouvoir de décision. C’est le cas des ponts Jacques-Cartier et Champlain, construits par Ottawa au départ et géré par lui en vertu de ce principe. Ce sont les seuls ponts intraprovinciaux dans cette catégorie.

Cette situation a pour effet de multiplier les difficultés et d’allonger les discussions entre les fédéraux et les Québécois — autant de choses qui entraînent du gaspillage de temps et d’argent.

Tout le monde gagnerait si Québec gérait seul ces deux ponts. Mais comme il s’agit de la constitution, on nous répondra sans doute que l’important consiste à s’occuper des vraies affaires.

* * *

À propos de Frédéric Bastien

Frédéric Bastien est professeur d’histoire au collège Dawson et auteur de La Bataille de Londres : Dessous, secrets et coulisses du rapatriement constitutionnel. Il est titulaire d’un doctorat en histoire et politique internationale de l’Institut des hautes études internationales de Genève.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

7 commentaires
Les commentaires sont fermés.

En lisant cette déclaration de Frédéric Bastien qui affirme que selon la constitution, les ponts passeraient sous une matière de compétence fédérale à cause du « pouvoir déclaratoire ». Ceci a soulevé un doute dans mon esprit, étant convaincu que cela relevait de l’article 91(10) : La navigation et les bâtiments ou navires (shipping).

C’est donc en consultant l’ouvrage de Gérald-A Beaudouin, La Constitution du Canada : institutions, partage des pouvoirs, droits et libertés, 3e éd., que mon doute s’est renforcé. À la page 516, on lit : « La compétence fédérale en matière de navigation permet au Parlement de légiférer sur les obstructions à la navigation (barrage, obstacle, pont), et sur les améliorations (travaux de creusage de chenail (sic), de canalisation). »

» il est scandaleux que si peu soit fait, à Montréal, pour commémorer le « Rocket », un des seuls grands héros modernes du Québec », ainsi s’exprimait Jean-François Lisée en 2007. C’est sûr que si l’idée d’honorer Maurice Richard vient des conserteurs, cela ne vaut pas un clou!

http://www.lactualite.com/societe/nordiques-operation-resurrection/

Les choix ne sont pas seulement les suivants :

– renommer le Pont Champlain en Pont Maurice-Richard
– ne rien faire du tout pour honorer la mémoire de Maurice-Richard.

C’est le même genre de raisonnement que je sers à mon jeune garçon pour être sûr qu’il dise oui lorsque vient le temps de prendre son bain.

– Veux-tu prendre un verre de lait avant ton bain ?
– Veux-tu prendre un verre de lait après ton bain ?

Ça donne pour un adulte tel que vous :

– Veux-tu honorer la mémoire de Maurice Richard en donnant son nom au nouveau pont ?
– Préfères-tu continuer à ne rien faire pour honorer la mémoire de ce géant québécois ?

Pont Maurice-Richard
Rocket Bridge.
Bilinguisme montréalais…

Imaginez si les Newyorkais changeaient le George Washington Bridge pour le Mickey Mantle Bridge

Bon, un autre souverainiste qui se déchire la chemise parce qu’un gouvernement en fin de mandat cherche à se rapprocher des électeurs.
Gardez votre chemise sur votre dos mon cher monsieur, la première pelletée de terre n’a pas eu lieu et le pont ne sera pas prêt avant un bon 10 ans encore.

Ma prédiction: il s’appellera le pont Champlain, peut-être même Samuel-de-Champlain et on trouvera quelque chose de plus approprié pour nommer en l’honneur du « rocket ».

Comparer Maurice Richard à Wilfred Le Bouthillier. Certaines personnes n’ont soit aucune décence soit aucun sens de l’histoire. Simplement parce que les conservateurs ont voulu rendre hommage à une figure historique du nationalisme au Québec, des gens ont décidé de salir la mémoire de Maurice Richard.