À quel parti profiterait le vote des jeunes?

Les initiatives pour encourager le vote des jeunes se multiplient. La FEUQ, la FECQ et l’Institut du Nouveau Monde (INM) sont sur le terrain pour convaincre les 18-24 ans de se rendre aux urnes le 4 septembre.

Une cause importante, sachant que cette tranche d’âge a voté dans une proportion de 36 % en 2008. Et puisque l’habitude d’aller voter s’acquiert au début de l’âge adulte, il y a de quoi être inquiet.

Quel impact pourrait avoir ce vote des jeunes s’il se concrétise à la hauteur des autres tranches d’âges (le taux de participation en 2008 a atteint 57 %)? La réponse définitive viendra le 4 septembre.

Mais en attendant, le dernier sondage Léger Marketing nous donne une idée de la tendance. Et le Parti québécois doit prier pour que ça se maintienne!

Une partie de son avance dans les sondages est attribuable à sa force chez les 18-24 ans. Dans les autres tranches d’âges, la lutte est beaucoup plus serrée. Si le vote des jeunes ne se matérialise pas (ou qu’il migre vers d’autres formations), le PQ en pâtirait.

Et surprise, en ce début de campagne, c’est la CAQ de François Legault qui est 2e chez les jeunes.

Voyez:

Intentions de vote 6-8 août 2012 – Léger Marketing

18-24 ans      25-34 ans       35-44 ans

PQ 38 %         PQ 33 %           PLQ 35 %

CAQ 23 %       CAQ 25 %        CAQ 27 %

PLQ 14 %        PLQ 22 %        PQ 27 %

ON 9 %            QS 13 %           QS 6 %

QS 8 %             PV 4 %             ON 2 %

PV 7 %             ON 2 %            PV 2 %

 

45-54 ans      55-64 ans     65 ans et +

PQ 36 %          PQ 33 %         PLQ 40 %

PLQ 32 %       PLQ 31 %        CAQ 30 %

CAQ 25 %      CAQ 27 %        PQ 28 %

QS 3 %            QS 5 %            QS 1 %

PV 1 %            PV 2 %             PV 1 %

ON 1 %           ON 2 %           ON 1 %

 

Françoise David et Amir Khadir ont beau avoir pris une position ferme en faveur de la gratuité scolaire et ne pas avoir renoncé au carré rouge (contrairement à Pauline Marois), Québec solidaire ne tire pas profit du conflit étudiant du printemps. Du moins pour l’instant. Même qu’Option nationale est passée devant.

Est-ce l’effet Léo Bureau-Blouin qui aide le Parti québécois? Ou alors ses chances plus réalistes de former le gouvernement? Difficile à dire.

Il est aussi très clair que Québec solidaire est plus fort sur l’île de Montréal, alors que le Parti québécois est bien implanté hors des grands centres pour canaliser ce vote 18-24 ans.

Tout au long des prochains coups de sonde, il faudra surveiller les intentions de vote de cette tranche d’âge. Ne serait-ce qu’en raison des efforts importants déployés pour les amener aux urnes, ils pourraient faire une différence dans plusieurs circonscriptions.

Laisser un commentaire

M.Castonguay
Êtes-vous au courant de la marche à suivre pour qu’un jeune de 18 ans soit enregistré sur la liste électorale?
Je précise. Un jeune qui atteint l’âge de 18 ans reçoit-il automatiquement sa carte de votation étant donné qu’il a un permis de conduire ou une carte d’assurance-maladie qui devraient suffir pour qu’il soit automatiquement enregistré.
Autrement, le jeune devra se déplacer à un bureau du directeur du scutin qui peut se retrouver une assez bonne distance et à des heures ouvrables qui peuvent en décourager plus d’un.
Merci.


ADMIN: Je vous conseille de vous informer auprès du directeur général des élections du Québec, qui pourra répondre à cette question de procédure. http://www.electionsquebec.qc.ca

Les Libéraux ont donné un apperçu de leur haine, de leur mépris des jeunes, en refusant de leur faciliter la tâche de voter en n’installant pas de bureaux de scrutins dans ou près de leurs écoles ou universités.

Les jeunes, pour ce venger, devraient faire des pieds et des mains pour aller voter pour un parti qui lui a soutenu cette initiative avortée. C’est le moment ou jamais de mettre son cinq cennes.

Je serais très surpris de constater le soir du 4 septembre qu’un plus grand nombre de jeunes se sont présentés à leur bureau de scrutin pour remplir leur bulletin de vote malgré les appels en ce sens produits sous différentes formes. Le geste de se rendre dans un sous-sol d’église ou un gymnase d’école, attendre sur le trottoir ou entre les deux portes puis dans le corridor, s’identifier au scrutateur, prendre son petit papier (bulletin de vote) se rendre à l’isoloir et prendre le petit crayon… Tous ces gestes du début du siècle passé qui n’ont pas évolué, ce n’est pas dans la dynamique des gestes qui rejoignent les jeunes . Ils sont plus dans l’instantané. S’ils pouvaient voter par twitter, par texto, via leur Ipad, leur « laptop » en une fraction de seconde à peine puis passer au prochain tweet, peut-être enregistreraient-ils leur vote. Mais poser les gestes physiques de déplacement, non je ne crois pas que le taux de participation soit accru, plutôt le contraire. Leur vote se faisait à main levé en quelques secondes lors des votes de grève de la GGI.

Les jeunes sont assez intelligents pour ne pas diviser les votes favorables à leurs causes il voteront très majoritairement Parti Québecois pour que Charest dégage avec sa réplique Legault et leurs lois bananières 78(12) plan Nord et Jameserie
MICHEL

J’espère que les jeunes vont faire payer cher aux libéraux le mépris dont ils ont été l’objet.

Les libéraux ont volontairement créé le conflit étudiant pour aider à leur réélection. Les libéraux ont instrumentalisé ce conflit dont les jeunes paient le prix fort pour leur propre profit.

Les libéraux ont considéré les étudiants comme de la chair à canon et n’ont hésité une seconde à les sacrifier et à les démoniser.

En plus d’aller massivement voter contre les libéraux, nos jeunes doivent démontrer à leurs parents, à leurs frères, à leurs sœurs comment les libéraux les ont utilisés d’une façon écœurante et scandaleuse pour éviter d’avoir à répondre des très nombreuses accusations de collusion et de corruption au sein de leur gouvernement.

Je pense que les étudiants feront bien plus de dommages aux libéraux ainsi qu’en descendant dans la rue. Il sera toujours temps en septembre, si les choses le nécessitent, d’y revenir à la rue et aux manifs.

«Le gouvernement s’occupe de l’emploi. Le Premier ministre s’occupe personnellement de l’emploi. Surtout du sien.»
[Coluche]

Si on fait la somme des intentions de vote pour les partis marginaux (QS, ON et PV), ceux-ci se classent 2e chez les 18-24 ans (24%), alors qu’ils restent 4e chez les autres groupes d’âge. La seule façon de respecter cette tendance de vote est d’inclure, d’une façon ou d’une autre, la proportionnalité au mode de scrutin.

Ce serait aussi une façon d’encourager le vote chez les jeunes. Après tout, c’est plus facile de convaincre quelqu’un d’aller voter lorsqu’on lui dit que son vote servira à élire un ou deux députés d’un parti qui représente ses valeurs, plutôt que de lui rappeler, à coup de campagnes publicitaires, à quel point c’est important de voter alors que son vote ne sert finalement à rien.

« Et surprise, en ce début de campagne, c’est la CAQ de François Legault qui est 2e chez les jeunes. »

Je ne vois pas en quoi tout ça est une surprise : les jeunes ont essentiellement le même choix que les plus vieux, c’est-à-dire voter pour un des trois grands partis. Comme les libéraux ont passé plus de temps à les dénigrer qu’autre chose, il ne fallait pas s’attendre à ce que le PLQ arrive au 2e rang. Quant à Québec solidaire, pourquoi les jeunes voteraient pour un parti qui ne sera pas au pouvoir de toute façon?? Assez stratégiques nos jeunes quand on y pense. Iront-ils voter : ça c’est la vraie question.

Aucune surprise là et l’Institut du nouveau monde encourage les jeunes à voter car il sait que cela favorisera son parti.

Pourquoi les 65 ans et plus sont-ils si nombreux à voter pour ce gouvernement corrompu ? Je suis dans ce groupe d’âge, et je ne les comprends pas…

Avec le nouveau gouvernement (pas celui du PLQ-CAQ, j’en doute), j’espère qu’on s’attaquera vraiment à la réforme démocratique du système électoral québécois (p.e. « proportionnelle mixte & vote électronique, élections à date fixe, etc.) Là vraiment ça pourra faire augmenter le vote et la participation citoyenne de tous, incluant celle des jeunes de 2012.

On peut aussi voir différemment l’opposition entre vote proportionnel et vote à un tour. Dans le vote à un tour comme celui que nous connaissons, ce sont les électeurs qui établissent leur propre stratégie au moment d’aller voter. Dans le vote proportionnel, on cède aux partis le soin de faire leurs stratégies après les élections. Les électeurs perdent à ce moment leur pouvoir d’intervention.
Alors que préfère-t-on?

@ Nicole J. # 8

Je vous invite à lire : « Pour Entrer dans le XXIe siècle », réédition de « Pour sortir du XXe siècle » publié en 1981, Le Seuil, 400 p.

Certains chapitres pourraient vous permettre de trouver des éléments de réponse à votre questionnement.

J’ai près de 66 ans. Je vous dirais qu’un phénomène universel existe tant sur le plan physique qu’intellectuel et même au plan des émotions je crois bien. C’est le phénomène de la force d’inertie. Ainsi quand on nous a poussés à croire certains dogmes pendant toute une vie, il est difficile de changer notre crédo. Pour certains c’est impossible même si vous leur apportez toutes les preuves nécessaires allant à l’encontre de leurs croyances.

«[…] Une conviction bien assurée détruit l’information qui la dément.»
[Edgar Morin in « Pour sortir du XXè siècle »]

Dit autrement : «Il est plus facile de briser un atome que de briser un préjugé.»
[Albert Einstein]

En ce qui me concerne. Même si je suis retraité. C’est de voir le vote des 18/24 ans se concentrer dans les partis progressistes. Encore plus surpris, agréablement, du 9 % qu’Option Nationale obtient après seulement huit mois après sa création, et ce,dans la totale indifférence des médias dits traditionnels..

M. Renaud Guénette (#12) souligne qu’Option nationale obtient 9% dans la totale indifférence des médias dits traditionnels.

Au cours de mes incursions sur Youtube, Facebook et Twitter, où se déroule la campagne de ce parti, je suis toujours frappée par la similitude du lyrisme, des moyens et du discours – au sens large – d’ON et de ses militants avec les forces indépendantistes en présence lors de l’élection de 1966. Cette année-là, le pourcentage du vote combiné du Rassemblement pour l’indépendance nationale (RIN) et du Ralliement national (RN) a été de 8,76 %. De voir ainsi l’histoire se répéter sous mes yeux, à la fois me fascine et me chagrine.

Quel impact pourrait avoir le vote des jeunes?

Tout dépend de quels jeunes nous parlons. Si vous pensez à l’infime minorité de jeunes se dirigeant vers l’université ou y étant déjà, c’est une chose.

Mais si vous regardez l’immense majorité des autres jeunes, dont hélas un grand pourcentage n’ont même pas terminé leurs études secondaires, j’imagine que c’est une toute autre chose!

Les plus populaires