À une époque, même Harper était contre les projets de loi fourre-tout

Pour ceux et celles qu’indispose la manoeuvre budgétaire du gouvernement Harper, voici un élément d’information intéressant. La chef du Parti vert, Elizabeth May, s’est rappelé qu’à une autre époque, celle où il était chef de l’opposition officielle, Stephen Harper avait menacé de faire tomber le gouvernement Martin si ce dernier ne retirait pas du projet de loi budgétaire UN amendement à une loi environnementale. Voici le lien vers le communiqué du Parti vert et voici la transcription de l’échange aux Communes entre M. Harper et Stéphane Dion, le 24 mars 2005 :

Stephen Harper:

[…] J’ai des questions à soulever aussi au sujet du projet de loi d’exécution du budget qui a été déposé aujourd’hui. Nous avons plusieurs préoccupations à cet égard, notamment en ce qui concerne les modifications qui donneraient au gouvernement un pouvoir illimité qui lui permettrait de mettre en oeuvre le Protocole de Kyoto sans jamais présenter de plan au Parlement. Il s’agit là d’un moyen détourné de donner au gouvernement un chèque en blanc. C’est une façon de procéder qui est dangereuse. Cette mesure n’aura certainement pas l’appui de notre parti. Si le gouvernement a un plan concernant Kyoto, pourquoi refuse-t-il de le présenter aux Canadiens?

Stéphane Dion :

Monsieur le Président, le plan pour Kyoto sera rendu public très bientôt. Ce sera un plan très convaincant qui va permettre à l’économie canadienne de se renforcer de façon à respecter l’environnement et réduire les émissions de gaz à effet de serre de façon très substantielle pour le bien de notre pays et de la planète.

Stephen Harper :

Monsieur le Président, si le gouvernement a un plan, il doit le déposer et le faire approuver par la Chambre, et non essayer de le faire passer en douce dans le projet de loi d’exécution du budget.

 

Laisser un commentaire

Trop tard pour pleurnicher, il aurait fallu réagir avant les élections.

Aujourd’hui ils sont au commandes et ça va durer encore au moins 3 belles autres années…

Les projets de loi fourre-tout permettent au parti qui les soumet de lancer des accusations toutes plus loufoques les unes que les autres dans le but de gagner la bataille de l’opinion publique

Genre: Le NPD, les Libéraux et les Bloquistes veulent protéger les pédophiles. C’est ce que disait Vic Toews… avant d’avouer candidement qu’il n’avait pas lu le projet de loi C-30 dont le titre laissait faussement croire qu’il portait sur la protection des enfants contre les pédos, alors qu’en réalité il visait à permettre une surveillance électronique sans mandat et non balisée par les tribunaux.

Pour un gouvernement qui gouverne par l’idéologie plutôt que par la raison, c’est une aubaine!

= = =

Une loi de plus de 400 pages qui modifie des dizaines de lois par des mentions du genre:

Le paragraphe 128.07 (1) de ladite Loi est modifié par le remplacement du mot « pourra », à la version française, par le mot « devra » et par le remplacement dans la version anglaise du mot « may » par le mot « shall ».

Un parlementaire consciencieux devra donc se taper la lecture de cette autre loi s’il veut comprendre quelque chose.

Mais il aura beau être consciencieux, le parlementaire ne disposera pas du temps nécessaire. Pire, lorsqu’il est caché à la 300e page d’une loi soit-disant fiscale, un article qui a pour effet d’abolir l’obligation de protéger les milieux naturels de fraie des espèces poissonnières sera « examiné » par la Commission parlementaire sur la fiscalité.

Or les membres de cette Commission ne connaissent rien des lois sur l’environnement ou sur la protection des milieux marins.

Autrement dit, la population est « flouée par les deux bouttes » – le terme « FLOUÉE » devant être ici perçu comme un très pâle euphémisme.