Accommodements hivernaux

On n’a rien compris à l’attitude des juifs hassidiques d’Outremont. Loin d’être repliés sur eux-mêmes, ils démontrent une volonté remarquable d’intégration à la culture québécoise car, comme chacun sait, Mon pays, ce n’est pas un pays, c’est l’hiver. Deux preuves irréfutables:

(Photo: origine inconnue)
(Photo: origine inconnue)

1) Ils aiment tellement l’hiver qu’ils considèrent la neige sacrée pendant le sabat. Comme pour les vaches sacrées en Inde, il ne faut pas y toucher les jours saints.

2) Ils aiment tellement l’hiver qu’ils s’en ennuient l’été et réclament, partout où c’est possible, des fenêtre givrées.

Plus intégrés que ça…

Laisser un commentaire

C’est comme ça depuis plusieurs années et tout d’un coup ça fait la manchette de nos journaux…

Étrange…

La liberté des individus s’arrête ou commence la liberté et les droits des autres. C’est pas sensé être une loi universelle ça? Comment ça se fait qu’il y en a qui demande des affaires inconsidérées sans même réfléchir au fait qu’il y en a d,autres qui existent et on droit d,avoir une vie »normal ». Si on la majorité doit commencer à changer ses normes de vie pour des petits groupe c,est la chaos. On commence a comprendre pourquoi dans les vieux pays ça se bat depuis des millénaires, ça s’en vient ici aussi. Tant qu’on a pas accepté le fait que pour vivre société il y a des régles d’établient pour maintenir l’ordre social et préserver l’usage et les droits de la majorité des individus et que dans un tel contexte il est inadmissible de commencer a se plier aux demandes qui peuvent paraitre banale et annodine aux uns mais auront inévitablement un effet pervers de BOULE DE NEIGE. On connait ça la neige faites nous dont confiance la dessus. Si vous ne pouvez pas accepter les règles qu’on a ici, faudrait peut-être regarder si vous seriez mieux ailleurs. Malgré qu’on ait des valeurs traditionnelles des coutumes on s’est même mis a les pratiquer en privé pour pas nuire ou en imposer trop aux arrivants. Quand on veut trop être ouvert on fini par se faire demander la lune. NON, c’est pas facile de dire non, mais ça va être plus facile ç vivre pour tout le monde quand ça va être claire qu’on n’accepte pas de changer les règles. C’est pareil avec des enfants, si vous donner un heure de dodo mais que vous commencer a faire des exceptions les demandes vont se faire de plus en plus pressante Ben pourquoi l’autre fois tu as dis oui, pourquoi pas aujourd’hui, pis moi j’aime pu ça, moi je veux …il va arriver quoi si chaque personne veut imposer ses choix dans une maison. Tout le monde va se promener avec des bouchons dans les oreilles, se mettre des oeillères, tout le monde va manger a nimporte quel pis plus personne va se parler. Qui est-ce qui va se ramasser avec toutes les responsabilités et aucune possibilité de jouir des lieux???

Il s’en sac.. Sur la tête, il n’est pas rendu au recyclable!

On doit sortir les jeunes de ces guettos! Sinon, l’histoire se perpetuera. Une communauté intégrée dans la société ou des membres intrégrés?? Que les murs soient psychologiques ou physiques ils demeurent des murs.

Je déteste nos guettos, bien que réflexe naturel de sécurité, on est loin du plaisir cosmopolitain, citoyen du monde. Ma tolérance s’épuise!

Depuis la nuit des temps, l’homme a eu peur de la mort. Il s’est alors inventé des histoires pour se rassurer.

Lorsqu’il en a été capable, il a écrit ces histoires pour pouvoir les garder en mémoire et les lire à d’autres hommes.

Puis il a créé des organisations pour que d’autres hommes puissent aussi lire ces histoires à encore plus d’autres hommes.

Toutefois des hommes se sont aperçus qu’ils pouvaient exercer un pouvoir sur d’autres hommes avec ces histoires.

D’autres hommes ont réalisé qu’ils pouvaient interpréter ces histoires de différentes manières.

Ils ont donc créé d’autres organisations pour lire à d’autres hommes leur interprétation des histoires et pour eux aussi contrôler d’autres hommes.

Finalement, les organisations des différentes interprétations des histoires se sont chicanées entre elles chacune étant persuadée que leur interprétation de l’histoire était la seule et la meilleure.

C’est ainsi que quelques millénaires plus tard et quelques milliards de morts plus tard causés par ces chicanes, il y a des hommes qui ne peuvent toucher à la neige un jour par semaine sur sept.

Ben voyons donc vous autres, qu’est-ce que vous avez à vous énerver comme ça? Le Canada est un pays multiculturel non?

Ben c’est ça un pays multiculturel. Ça s’inspire directement de la «République des animaux» de Georges Orwell.

Là-dedans, ça dit que tous les animaux sont égaux, mais qu’il y a des anmaux qui sont plus égaux que les autres.

That’s it, that’s all! Respirez par le nez batinsse…

Terrain glissant- Terrain très glissant. Attention vous pénétrez dans une zone à risque. Celle où il est préférable de ne porter la moindre critique ou même une simple remarque interrogative sur les modes de vies de la communauté israélite (cf irouv et sukkah). S’il est un exemple de non racisme et de tolérance ouvertement xénophile c’est bien Foglia. Le B’nai Brith le poursuit de sa vindicte dès qu’il ose écrire une ligne de doute sur les comportements de certains groupes ou membres de la communauté juive ou sur la politique israélienne. Vous prenez le risque, comme le chroniqueur de La Presse, d’être catalogué antisémite, d’autant plus que vous osez y mettez une pointe d’humour.

mais ce qui est surprenant ce n’est pas que cela fasse la une des journaux compte tenu du contexte actuelle mais plutôt pourquoi les gens et le conseil d’Outremont n’en ont jamais parlé avant! Depuis des années, on chiale contre la ville et les cols bleus qui ne déneigent pas nos rues sans savoir les vraies raisons.

les gens qui vivent dans ce quartier s’en plaignent ils ou non ? S’ils ne se plaignent pas, l’accommodement est sûrement raisonnable sinon il faut le revoir

Mes premiers contacts avec cette communauté hassidique, je les ai eus alors que je poursuivais des études classiques dans un collège de la rue Bloomfield… il y a près de 50 ans.

Ils étaient ostracisés. Certains de mes camarades de classe lançaient des encriers en leur direction, non pas pour les assommer, mais pour les éclabousser!

Qui vient en premier, l’oeuf ou la poule? L’ostracisme, ou le refus de s’intégrer?

= = =

La neige DEVRAIT être ramassée. La sécurité publique doit primer sur les empêchements d’ordre religieux.

Les rues Outremont, De l’Épée, Champagneur, Querbes, Durocher, Bloomfield ne sont pas très larges. Qu’un véhicule s’y immobilise un lendemain de tempête et le jour du Shabbat, et ni les pompiers ni les ambulanciers ne peuvent avancer.

Comment « rouler » une civière à travers un banc de neige haut de 120 cm et large de 150 cm?

On ne peut rien contre le verglas ou contre la neige, du moins pendant quelques heures. Mais on doit s’en occuper dès de possible.

Qu’on me comprenne bien: l’employeur doit respecter le choix d’un juif de ne pas travailler le jour du Shabbat. Mais les Juifs devraient, de leur côté, respecter le droit des Non-Juifs à un environnement aussi sécuritaire que possible.

Il y a d’ailleurs une certaine hypocrisie autour des contraintes religieuses: les juifs de stricte obédience ont installé un érouv, autrefois, autour de leur quartier, ce qui les autorisait à considérer – par une forme de fiction religieuse – que leur résidence s’étend à l’ensemble du quartier. Et, par conséquent, à déplacer leur véhicule!

Si Dieu existe, j’imagine qu’il est assez intelligent pour autoriser un Juif à déplacer sa voiture. Si Dieu n’est pas assez intelligent pour comprendre qu’il y a de la neige au Québec, eh bin, qu’il aille au diable!

Pourquoi ces Juifs refusent-ils de faire confiance à l’intelligence de leur Dieu? Ça demeure un mystère pour moi…

Montréal n’a pas les ressources pour nettoyer toutes les rues en même temps. Elle a donc le choix, le samedi, entre nettoyer les rues A, B, C et D, où demeurent très peu de juifs hassidiques, ou nettoyer les rues J, U, I et F, où se trouvent 35 % de juifs hassidiques.

En ne nettoyant pas les rues J, U, I et, F, ce qui est compensé par le nettoyage des rues A, B, C et D, Montréal fait X heureux sur les rues A, B, C et D (sauf qu’ils ne savent pas qu’ils devraient se compter parmi le heureux), alors qu’il aurait pu faire 0,65X heureux sur les rues J, U, I et F. Il y a gain net d’heureux.

Montréal maximise donc le bonheur des gens par cette mesure.

Evidemment, si Montréal avait les ressources pour nettoyer toutes les rues en même temps (i.e. si les rues J, U, I et F pouvaient être nettoyées sans retarder le nettoyage des rues A, B, C et D), il ne devrait pas y avoir d’exceptions pour le sabbat, car alors Montréal ne ferait aucun heureux surnuméraire, tout en rendant les 0,65X personnes ci haut mentionnées malheureuses.

En somme, avant de sauter à des conclusions sectaires hâtives, il est bon de réfléchir un peu.

Vous n’avez pas fini d’écrire, il y a 613 interdictions ou recommandations demandées par la religion, 613. À décharge, il reste donc beaucoup de choses permises ou plutôt non-interdites. Dans un épisode de Law & Order, une bonne série américaine, où quelqu’un s’étonnait de voir un juif orthodoxe fumer de la marijuana, il lui fut répondu qu’il n’y avait aucune interdiction dans les 613 obligations.

Pas du tout d,accord pour qu’après ça des québécois se disent que ça peut poser problèmes pour eux de vivre dans ce quartier. Il n’appartien a personne et tout les résident du québec doivent avoir le droit d’y vivre avec les mêmes services qu’ailleurs.

Dans ce cas si un quartier est occupé apr une grande majorité de jeune ils devraient avoir le droit de faire du bruits, des party tout les soirs étant donné que les gens plus vieux ont choisi ce quartier en connaissance de cause, après quoi une famille avec des enfants ne peut pas chosir de vivre dans un quartier ou il y a une majorité de personnes agèes parce qu’on va interdire aux enfants de crier dehors et de s,amuser dans le parc pour ne pas troubler la paix du voisinage. Non non on a des règles qui faciletent la vie des différentes générations et le respects des personnes qui ne partagent pas votre système de valeur en fait parti, vous ne pouvez pas imposer vos coutumes a l’extérieur de votre maison. Et encore à l’intérieur elle doivent être respectueuses de nos lis. Donc si des gens par coutumes ailleurs battent les femmes ou les enfants ici ce n’est pas permis

L’érouv, mentionné au commentaire #8, ne permet que de pousser le véhicule, le déneiger, le remplir, le vider, etc. Mais il ne permet pas de le démarrer afin de le placer de l’autre côté de la rue ou sur une rue adjacente. Tout comme l’érouv ne permet pas au juif hassidique d’allumer son four le sabbat, bien qu’il lui permette de transporter (sans allumer un feu ou déclencher une étincelle-courant électrique, comme il se produit en démarrant une voiture) un piano de chez lui à son voisin de la 3ème rue, si cela l’amuse.

Donc, il n’y a aucune hypocrisie, contrairement aux insinuations de warren peace. L’information libère et donne de la sérénité!

Ce n’est pas de l’hypocrisie Laughrea, c’est de la connerie. Érigée en système en plus. Un chat, ça s’appelle chat…

« L’érouv, mentionné au commentaire #8, ne permet que de pousser le véhicule, le déneiger, le remplir, le vider, etc »

Autrement dit Laugherea les juifs hassidiques d’Outremont font venir le towing pour déplacer leur char, ou la ville le fait avec une très grosse facture salée de 300$.

Ben c’est comme ils veulent.
========

Deuxième chose Laughrea.

Voulez-vous dire qu’un juif hassidique à le droit de déplacer sa WW diesel qui ne fait pas d’étincelles?

Troisième chose Laughrea.

Quand un juif hassidique déclenche une étincelle en transportant un piano, ou son four, comme en vidant son char, commet-il un péché? Ou une faute ou une infraction ou si vous voulez quelque chose de correct ou pas correct?

L’hypocrisie…Ouin ouais!

Bonjour .
M.Lisée tout commence par la reconnaissance de la nation québécoise dans une constitution avec tout nos spécificités propres à nous ensuite la reconnaissance à une d’intégration selon le village ,la ville ,la province,ou l’État, mais toujours en respectant la nation d’accueil ,oui à un épanouissement solidaire et respectable selon la nation d’accueil,et le respect mutuel de chacun.

Merci et bonsoir.

Nous sommes tous des immigrants ici ou presque sauf les nations autochtones. Ce qui motivent les gens a se ressembler c’est d’avoir un ennemie commun. Les premiers arrivants durant des sciècles dans ce pays se sont bien assez mélangé, sauf peut-être quelques secteur de proximité la fréquentation d’établissement scolaire(langue). C’est quand on a commencé a tenir un discours sur les québécois PURE laine, a vouloir se proclamer nation basé non pas sur le territoire mais la culture en mettant centrale la valeur de la langue, qu’on a commencer à provoquer chez les autres un espèce de replis. Personnellement je viens d’une ville minière, donc une ville champignon peuplée de gens de partout avec une grande ouverture d’esprit sur l’acceuil. J’ai un jour vécu dans une communauté principalement d’origine acadienne AU Québec ou à la fin de la saison estivale on a constaté que je n’y était pas en touriste. L’attitude si ouverte et acceuillante qu’on avait reçu quand on nous croyait touriste a changé radicalement. Ils se disaient des PURES et excluaient les nouveaux arrivants et les gens qui avaient choisi de faire leur vie avec un conjoint qui n’était pas UN NATIVE. Ces termes viennent de chez eux, ce sont ceux qu’ils prennent pour se décrire. Ayant passé 10 ans a Ottawa et étant ouverte sur le MONDE, je n’admettait pas ce traitement, et m’imposait en participant dans les organisme communautaires etc. On voyait mon mari comme un »voleur » puisqu’il occupait un emploi qui selon eux devait être occupé par un des leurs. Ils ont une façon particulière d’exclure ceux qui ne sont pas des natives en ignorants vos interventions et ne vous répondant même pas, comme si personne ne vous entendais. Ça a pour effets que la plupart des nouveaux arrivants s’impliquent a fond dans les organisme pour participer au développement et à la vie communautaire et même si vous avez un commerce là. Vous finissez par cotoyez uniquement des gens qui ne sont pas des puristes (donc la majorité) et être exclu. Malgré un grand nombre de promesses d’achats, on n’acceptait pas nos offres d’achat même celle ou on a offert exactement le prix demandé.L’agent s’est empressée de clore la vente avec un autre client avant même qu’on ait pu faire quoi que ce soit. Je comprend ce genre de réaction. Pour les villes des planifications de zonage pourraient contrer ça. En ne permettant pas de commerce de quartier, en centralisant les commerces dans des centres et des boulevard uniquement. Le fait d’avoir de petits commerces de quartier spécialisés alimentaires et de services favorise le développement de ghettos. Il faut développer un projet de société qui intégre et non exclus les gens en place avec des valeurs rassembleuses et non discriminantes. En subventionnant par exemple la construction de coopérative d,habitation ou l’ont doivent intégrer des minimum et des maximum de famille de diverses provenance culturelles. Avec des cours de français et de francisation accessible a tous.

Les religions sont des farces supersticieuses que trop de ceux qui les pratiquent veulent nous faire passer pour des oibligations sociales.

En aucun cas quelque gouvernement laïque que ce soit ne devrait s’incliner et faire des exceptions devant les superstitions des autres comme des nôtres.

@DrStrange, j’approuve à 100% votre com.
je rajouterais une exception quand même fermer les rues pour la parade du père noelHAHAHA!

Dr Strange: les pires massacres ont été commis par des gens non religieux. Pensons à l' »oeuvre » de Pol Pot, Staline, Hitler et Mao Tse Toung. Les excès de certaines personnes se prétendant religieuses sont réels mais bénins comparés aux excès de ceux qui sont non religieux.

La pratique religieuse peut donner une discipline dont les avantages ne sont pas à négliger. Bien sûr, il y a d’autres manières d’acquérir de la discipline: sa propre volonté, un service militaire de 2 ou 3 ans, un service civil fortement encadré, quelques années dans un bon pensionnat ou un bon « boarding school »…

Monsieur Laughrea, vous confondez croyances religieuses avec croyances théistes. Alors dire que Pol Pot, Hitler, Staline et Mao n’étaient pas religieux relève d’une ignorance crasse.

Et votre affirmation « Les excès de certaines personnes se prétendant religieuses sont réels mais bénins comparés aux excès de ceux qui sont non religieux » ne se base sur rien. En fait, c’est tout le contraire aux États-Unis: les athées qui forment 8 à 16 % de la population générale sont moins de 1% de population carcérale.

http://www.freethoughtpedia.com/wiki/Percentage_of_atheists#Atheists_In_Prison

Christian