Accommodements torontois

Depuis un peu plus d’une semaine, ca brasse dans la presse  et sur les ondes des tribunes téléphoniques torontoises. Un groupe de la communauté hindoue a protesté publiquement contre et, du coup, a fait connaître une pratique en vigueur depuis environ trois ans dans une école du Toronto District School Board.

Valley Park Middle School, une école publique supposément non confessionnelle, permet aux étudiants musulmans qui forment 80 % de sa clientèle d’utiliser la cafétéria pour la prière du vendredi. Mais sous prétexte d’éviter à ses étudiants de sécher des cours pour aller à la mosquée, l’école ne se contente pas de mettre un local libre à leur disposition. Elle permet à un imam de guider la prière et autorise que les filles soient séparées des garçons. Elles sont reléguées à l’arrière et celles qui sont menstruées sont tenues à l’écart, comme on le voit sur cette photo du Toronto Star.

«Accommodement déraisonnable», ont protesté plusieurs. Inacceptable, pourrait-on ajouter. Voilà un exemple parfait d’atteinte au droit à l’égalité par une institution sensée le promouvoir, mais qui trop soucieuse d’accommodement favorise une façon de pratiquer une religion qui va à l’encontre de la mission de toute école publique qui se respecte.

Laisser un commentaire

C’est ça le multiculturalisme canadien?

Au nom de la tolérance, l’on va permettre toutes sortes d’abus?

Deux droits fondamentaux se confrontent ici, le droit à la liberté de religion et le droit à l’égalité.

Le droit à la liberté de religion est un droit qui est censé protéger l’individu ayant une pratique religieuse minoritaire contre une majorité en ayant d’autres. Pas à imposer ses convictions à la majorité.

Le droit à l’égalité quant à lui s’adresse à une collectivité d’individus.

Dans le cas qui nous concerne, quand bien même les musulmans forment 80% de la clientèle, il est inadmissible de reléguer les filles dans le fond de la cafétéria et d’ostraciser celles qui ont leurs règles.

C’est aberrant!

La liberté de religion n’est pas censé permettre l’imposition de ses convictions aux autres, mais plutôt de rendre l’individu imperméable aux convictions des autres.

Les plus populaires