Accurso: petit diagramme d’une pieuvre

Parmi les documents déposés à la Commission Charbonneau, on trouve ce diagramme de l’empire Accurso et de son emprise sur 60 entreprises de construction:

 

Cliquer pour agrandir, mais éloignez vous un peu de l'écran pour échapper aux tentacules...

(Via Brian Myles, du Devoir, sur Twitter)

Laisser un commentaire

C’est-tu ça qu’on peut appeler de la vente pyramidale???

ou

Des corporations ayant des relations incestueuses???

Ça ressemble à un gros (pardon, un énorme) OVNI. Plus sérieusement, c’est un organigramme d’une structure hiérarchisée (mais avec composantes bordéliques) dont il manque les étiquettes (les référents) …

C’est un classique pour les entreprises qui veulent berner le fisc ou s’échapper de la faillite.

Dans cette situation il y a toujours une entreprise bidon responsable qui vous a berné et que vous ne pouvez pas poursuivre parce qu’elle n’a pas aucun actif.

Pour ramasser le coupable vous devrez investir des centaines ou des millions de dollars pour le débusquer.

Alors, quand cette entreprise vous doit 200K, vous devez abandonner.

Seul l’état peut débusquer ces fraudeurs soutenus par nos dretteux qui eux même passent leur temps à dire que le Québec est un état de corruption.

Qu’est-ce qu’il y a à faire avec ça? C’est comme si il n’y avait que Accurso pour faire les travaux au Québec!!! La C. Charbonneau encore aujourd’hui nous a démontré qu’il n’y en aura pas de facile. Comment faire le ménage alors que le Québec tout entier est en chantier, que les millions se promènent et les contribuables paient. Les étudiants ont eu la bonne idée de riposter au gaspillage et là je veux rester polie mais dans ma tête c’est autrement, c’est quelque chose de pas disable.

Le marché des entreprises de construction d’Accurso où la version mercantile et réseau d’influence digne de l’ancien empire romain.

Cette pieuvre tentaculaire n’est pas aussi sans faire penser à la mafia tout court. En fait, c’est dans le monde romain antique que le lien mafieux dans la botte italienne a commencé.

Les patriciens romains en tant que riches aristocrates ont développés des réseaux de gens soutenant leur pouvoir d’influence, des gens donc dépendants du pouvoir de ces aristocrates romains, vous avez déjà là l’ébauche du réseau mafieux italien et mondial qui structure au 20ème siècle et aujourd’hui le pouvoir d’une famille et de son parrain.

Un monde mafieux ou anciennement aristocrate qui va jusqu’à organiser une sorte de redistribution sociale afin de garder la stabilité dans la société qui est sous l’emprise de grandes familles. Réseaux mafieux qui donnent de l’argent aux hôpitaux publics, à des organismes sociaux tout comme sous les patriciens romains on donnait afin de faire construire de grands établissements et monuments pour la prospérité de Rome.

On a appelé cela de L’évergétisme qui est une façon essentiellement de confondre l’intérêt de familles avec celui de tous lorsque en fait dans le cas des mafias certainement, la somme des ressources publiques volées par les groupes criminels est bien plus importante que ce qu’ils redonnent à la collectivité.

C’est ce que ce diagramme peut faire penser.

En parlant de familles et de leurs parrains, il
y a aussi la grande famille libérale qui profite de son bienfaiteur patriarcal et des liens connus entre le parti et les familles de la construction.

Tout un monde en réseau!

Si je deviens membre du parti Libéral, est-ce que je pourrai un jour diriger autant de compagnies?

Accurso, s`est un gars très intelligent qui s`est mené des entreprises. Accurso devrait être à la tête du Québec avec 3 fois moins de ministres et de députés. On serait 100 fois mieux dirigé que la gang de gogauche qui nous dirige depuis 50 ans. Et on en aurait beaucoup plus dans nos poches et on prendrait nos décisions nous même au lieu que ça soit la gang de gogauche qui pense pour nous autres et qui dépense notre argent tout croche à notre place.

Ouais… C’EST PROPREMENT SCANDALEUX!

DIRE QUE ce gars-là vient d’être arrêté lors d’une opération de l’UPAC, et fait face à des accusations de fraude, d’abus de confiance, de complot et d’actes de corruption (Charest a soustrait son copain in-extremis des griffes de la Commission Charbonneau,en le faisant coffrer juste au bon moment, mais ça, c’est une autre histoire)…

DIRE QUE Constructions Louisbourg et Simard-Beaudry, deux compagnies faisant partie de l’étandard d’Accurso ont été reconnues coupables d’une fraude fiscale de 4 millions de dollars à l’endroit du gouvernement fédéral.

DIRE QU’Hydro-Québec vient d’accorder à une des entreprises auxquelles Accurso est lié, un contrat de 8,5 millions et un autre de 51 millions de dollars, au chantier La Romaine! DÉGEULASSE!!!

Des entreprises telles EBC Construction et Inter-Cité (Saguenay) avaient pourtant participé à l’appel d’offres et auraient eu les compétences pour livrer la marchandise.

Notre absurde règle de l’obligation d’accepter la soumission la plus basse, sans parler de celle rendant imputable la personne morale, plutôt que l’actionnaire, vient encore de permettre au copinage entre Libéraux et mafia de sévir en toute impunité.

DIRE QUE les Québécois s’apprêtent à réélire Charest!

VOUS DIRE QUE je suis sans voix et j’ai franchement honte de mon peuple. Z’êtes pas tannés de vous faire entuber, des fois? Qu’est-ce que ça va prendre pour vous réveiller?

INQUIÉTANT!

Ce diagramme n’est pas la pieuvre, ce n’est qu’un seul tentacule comportant des dizaines de ventouses. L’ampleur de la pieuvre du système de collusion et corruption dans l’industrie de la construction a 14 tentacules dénommée « le Fabulous Fourtheen ». Imaginez maintenant l’immense emprise de ce monstre sur sa proie, l’État du Québec et son gouvernement.

À Mireille Deschênes: le maire de Mtl a presque dit qu’il n’y avait qu’Accurso pour travailler convenablement. C’en était choquant. Un genre de dépendance affective!

À Pierre Bouchard: il faut lire « Mafia Inc. » pour connaître les origines de la mafia. Très intéressant.

@ jackwood

« Accurso devrait être à la tête du Québec avec 3 fois moins de ministres et de députés. On serait 100 fois mieux dirigé que la gang de gogauche … »

Ben justement mon jackwood, cé déjà eux autres qui te mènent. Tu es comblé et tu ne le sais pas.

Réponse au commentaire no 9

@Jackwood

Dite-moi Jackwood, je croyais que s’était la dret-dret néolibéral québecoise qui nous dirigeait.

Grasse à votre analyse politique si perspicace, je vais me coucher moins ignorants se soir. J’espère que demain je vais me réveiller sur le côté droit de mon lit. Lol

Le PLQ, c`est pas la droite. C`est la gogauche. C`est rendu même qu`on paye avec nos taxea ou de l`endettement les bébés In Vitro. Sous le PLQ, la dette n`a pas cessé d`augmenter. On fait tout bâtir à crédit. La fonction publique est encore la plus grosse en Amérique du Nord et on forme des communistes dans les écoles avec des profs communistes qui participent au boycott. Et on les a payés en plus, c`est grave. Y`a aucune droite au Québec.

@ Jackwood

De quel wood vous chauffez-vous, Jack?
Ce n’est sûrement pas à l’érable…peut-être au bois maffieux…

Sur quelle planète vivez-vous Jack?
Affirmer que la Gauche nous gouverne ???

Votez donc Accurso du Comté La Prison, aux prochaines élections.

Ben l’fun tout ça sauf que…le Parti québécois s’attaque férocement à Duchesneau, soit celui qui a mis à jour cet organigramme.

Quelqu’un sait pourquoi?

http://www.ledevoir.com/politique/quebec/353027/le-pq-s-en-prend-a-duchesneau

Moi, je m’en doute un peu mais je ne voudrais pas passer pour une mauvaise langue.

En fait, on commence à comprendre un peu ourquoi le Parti québécois tenait-il tant à avoir son avocat à la Commission Charbonneau?

Et vous? Des idées?

À David

Ce n’est pas parce que ta maman a un porte-feuille plein de compartiments qu’il faut la voler.

Mr Lisée,J’aimerais bien que vous expliquiez un jour ce qu’est la gauche et la droite au Québec.Je me suis obstiner avec mon frère en fin de semaine passé parce que nous ne voyons pas du tout de la même façon et si le sujet reviens j’aimerais avoir l’heure juste et c’est important pour l’élection qui s’en vient.Merci.Je crois que le NO 9 est mêlé aussi.

J’ai bien peur qu’un des problèmes qu’on aura à gérer suite aux révélations que la commission Charbonneau nous offrira sera la grosseur, la très grande ampleur de la collusion et de la corruption qui sera révélé.

J’ai bien peur que ce sera tellement gros que notre réflexe d’autoprotection sera de ne pas y croire.

J’entendais le maire de Mtl qui disait que sa ville ne pourrait pas se passer de certaines entreprises montrées du doigt et dont les propriétaires sont accusés au criminel, car beaucoup de travaux seraient sérieusement compromis. Ces entreprises auraient obtenus tellement de contrats qu’il est impensable de les écarter du jour au lendemain.

C’est rendu que dans notre société, si tu ne veux pas être inquiété par la justice, ce n’est pas de petits vols qu’il faut faire. Il ne suffit qu’à être un si gros voleur qu’il devient pratiquement impossible d’être sanctionné.

Je pensais à une solution plutôt drastique pour répondre au «cris du coeur du maire Tremblay» : édicter une nouvelle loi qui donnerait le droit au gouvernement de purement et simplement nationaliser les entreprises dont on parle afin qu’elle soit gérées honnêtement mais par des gestionnaires publiques et non plus mafieux. De toute façon ces entreprises ne sont-elles pas devenues si grosses grâce aux taxes, impôts qu’elles nous ont littéralement volés. La loi pourrait prévoir que ces entreprises mafieuses nationalisées deviennent, après un certain temps, des coopératives de travailleurs par exemple .

Mais nos politiciens auraient-ils le courage de prendre une telle mesure ? J’en doute.

«Les gens sont trop bien élevés, les méchants peuvent s’en donner à coeur joie.»
[Dan Powell]

Faudrait maintenant que le PQ s’excuse auprès de M. Duchesneau pour s’être attaqué, par son avocate, à sa crédibilité, pendant qu’il est perçu comme M. Net, quand qu’il s’attaque aux fraudeurs provinciaux.

Cette bourde de l’avocate du PQ pourrait faire autant de tort au PQ que l’affaire des Yvette de Mme Payette, en a fait au OUI, au référendum de 1980.

Si le Parti Québécois se croit injustement accusé, il a le droit de se défendre. Il me semble que c’est élémentaire.

Jamais dans notre histoire le crime organisé n’est allé aussi loin, jamais de réseau aussi vaste et de système à ce point implanté à tous les échelons, vampirisant, affaiblissant, dénaturant et sabotant l’État du Québec.(Réingénérie!)

Cela fait une dizaine d’années que sévit le régime libéral. Le parti québécois ne doit pas se laisser entraîner dans la chute de ce régime mafieux sans exiger des preuves à propos d’allégations aussi graves et lourdes de conséquences.

La stratégie des mafieux en place consiste à jeter le discrédit sur toute la classe politique afin d’éviter que justice soit faite. « Tout le monde est croche, donc il est tout-à-fait normal et compréhensible que nous le soyons nous aussi… » Encore une supercherie libérale!

Le Parti Québécois refuse de tomber dans cet autre piège à ours. Maître Estelle Tremblay exige de la rigueur de la part de monsieur Duchesneau, elle ne fait que son travail en faisant valoir ses arguments.

Si on prétend que le P.Q. a commis quelque méfait, alors qu’on le prouve, en nous le démontrant.

Je reconnais que le P.Q. n’est pas blanc comme neige, mais de là à affirmer qu’il est sous le contrôle de la mafia, hors de question de laisser passer ça!

@jackwood, David, François 1

Continuez les gars, vous faites la job ! Au point que la go-gauche paraît géniale !

très habile de la part de l’avocate du PQ.
En s’attaquant à la crédibilité de M Duchesneau, je crois que l’on contribue à le rend encore plus crédible mais surtout on confirme qu’il n’y a pas d’alliance PQ-Duchesneau contre les libéraux.
On force la commission à étudier ce rapport et à valider son contenu et à donner un résultat.
Si le PQ était vraiment mal pris dans son financement il n’aurait pas demander le rôle de participant.
Je crois que le PQ doit arriver à se positionner bien distinctement du parti libéral au niveau de son financement, même s’il est un vieux parti.
À titre d’exemple le salaire sous la table de 75 000 $ de Jean Charest et les 100 000 $ de financement que chacun des ministres de Jean Charest doivent aller chercher doivent bien provenir de quelqu’un et selon moi seulement sur ces deux éléments je crois que le PQ se distingue grandement du parti libéral.
Je ne crois pas que l’on puisse mettre les deux partis dans le même sac comme essaie de le faire évidemment le parti libéral mais aussi QS ET la CAQ malgré le financement obscur de ce jeune parti notamment par un bureau d’avocats je crois dont tous les employés auraient conribué.

@ jackwood #18

Si la « gogauche » communiste vous énerve tant, ne lisez surtout pas ceci :

« Baragar : Longue vie à Karl Marx.

M. Baragar fait partie de ces économistes selon qui il n’est pas fou de penser que les théories de Karl Marx peuvent encore être pertinentes de nos jours, surtout pour cerner certaines imperfections du système capitaliste. »

Fletcher Baragar, professeur d’économie à l’Université du Manitoba.

http://www.affairesuniversitaires.ca/la-science-incertaine-de-leconomie.aspx 😉

C’est bien désolant qu’une Pitt bull avocate ait attaqué la crédibilité de J. Duchesneau. Sa tentative est un pion de plus dans le jeu de J. Charest qui pourra s’en servir contre le PQ.

Une autre bourde sur le compte du PQ que P. Marois devra corriger. C’est à se demander si le PQ est en mesure de diriger le Québec alors qu’il ne peut contrôler ses intervenants

Il est évident que la majorité des Québécois ne connaissent pas la différence au niveau économique entre la gauche et la droite. D’ailleurs, il suffit de lire les commentaires de quelques internautes pour s’en rendre compte.

La droite économique n’existe pas vraiment au Québec. Ici, nous avons le choix entre la gauche ou plus de gauche. Le copinage et le corporatisme du PLQ n’est certainement pas de la droite économique. L’État-providence prend de plus d’importance et ne cesse de grossir sous le PLQ.

Hier, Alain Dubuc écrivait, avec une certaine éloquence, ces quelques lignes au sujet de Daniel Audet:

«Ce qui distinguait Daniel, sur le plan des idées, c’est qu’il était à droite dans une famille politique où le coeur est plutôt de l’autre côté. Soyons plus précis, ce qui est nécessaire dans un monde où on est peu porté sur les nuances. Disons qu’il était pas mal à droite sur les questions économiques, et plutôt à gauche sur les libertés individuelles et les débats sociaux. Il s’est lui-même défini comme un «libertarien pragmatique de gauche».

Au plan économique, c’était en quelque sorte un vrai néolibéral, une espèce plutôt rare au Québec. C’est de cela que je voudrais parler dans les lignes qui suivent, que je lui dédie. Le terme néolibéral est galvaudé. C’est devenu, au Québec, un terme fourre-tout aux fortes connotations péjoratives, qui sert surtout à insulter et à stigmatiser.

Par exemple, une manchette assez sotte du Devoir, qui proclamait, il y a quelques semaines: «Ras le bol des idées néolibérales.»

Le terme de néolibéralisme a un sens précis. Un courant de pensée qui prône le retour aux idées libérales, dans le sens originel du terme – moins d’État, forces du marché, initiative individuelle – par opposition aux théories dominantes de l’après-guerre, inspirées par le keynésianisme et le développement de l’État-providence.

Il est en effet difficile de qualifier de néolibéral un gouvernement qui a augmenté la dette avec des travaux publics, d’infrastructures, dont le développement du Nord repose largement sur une société d’État, Hydro-Québec, dont les dépenses de santé augmentent de 5% par année. Ce n’est vraiment pas ça, le néolibéralisme.

La pensée dominante au Québec repose bien davantage sur le conservatisme fiscal, notamment le principe du déficit zéro et la relative austérité qui vient avec. Mais c’est une doctrine qui est partagée par les trois principaux partis politiques.

Pourquoi parler de cela? Parce que les mots ont un sens. Que les doctrines ont une cohérence. Que les faits ont leur place dans les débats publics. Des choses auxquelles Daniel Audet croyait.»

http://www.lapresse.ca/debats/chroniques/alain-dubuc/201206/19/01-4536556-un-ami-souverainiste.php

@ Ben
no 22

Pour vous aider à comprendre très simplement, la Droite / la Gauche, allez sur le Web et tapez Jean François Lisée et Eric Duhaime à Tout le Monde en Parle.

Intéressant les commentaires de Philippe # 30. Mais est-ce possible de penser que le positionnement gauche/droite ne soit pas un absolu, une position en soi. Je crois que toutes les idées sont à gauche et à droite de quelques autres idées.

Mais dans un système où on veut toujours moins d’État, il est normal qu’on voie l’État s’atrophier au point de perdre sa capacité effective d’agir. Accroître la règlementation, édicter des lois ne sont certainement des moyens de réduire la taille de l’État. Mais ne pas le faire permet aussi les initiatives qui peuvent fondamentalement nuire à la société. La libération des marchés financiers aboutissant aux dérives extravagantes de Wall Street en est un exemple patent.

C’est certain que l’honnêteté n’est pas l’apanage ni uniquement de la droite ni uniquement de la droite. Mais soyons clairs, si nous réduisons les lois et la règlementation, à un strict minimum, il est évident qu’on peut faire encore plus ce qu’on veut, n’ayant que peu de lois à respecter. Mais le contraire est également vrai. Mais reconnaissons tout de même qu’il est plus tentant de rouler à une vitesse correcte quand il y a une limite de vitesse imposée.

Se fier uniquement aux forces du marché pour le réguler est un contresens. N’est-ce pas Joseph Stiglitz qui a écrit dans « Quand le capitalisme perd la tête » (2003) : «Une des raisons pour lesquelles la main invisible est invisible, c’est peut être qu’elle n’existe pas.» C’est comme si les néolibéraux exigeaient que ce soit le renard qui assure la sécurité du poulailler.

Quand des ministres s’associent avec le monde mafieux et génèrent ainsi par un accroissement des dépenses et de la dette gouvernementales, il ne faut pas parler d’une politique de gauche ou de droite. On parle simplement de l’enrichissement illicite d’un groupe au détriment de toute la société. C’est bien là un comportement mafieux certainement facilité par l’affaiblissement tous azimuts de l’État.

«Comme le dit un jour un homme d’esprit, le cannibalisme fit place au capitalisme lorsque l’homme se rendit compte qu’il était plus rentable d’exploiter son prochain que de le manger.»
[Lytle W. Robinson]

M. Daniel Charette, M. Duchesneau n’a jamais mentionné le PQ mais ce parti doit s’être senti visé puisqu’il a réagit lourdement en niant la compétence de M. Duchesneau. Très mauvaise réaction du PQ, du genre à le couler chez les admirateurs de M. Duchesneau. Ils sont un grand nombre.

Toujours est-il que Tremblay (notre maire chéri) aime Accurso, le « plus meilleur » entrepreneur de la ville.

C’est un aveu. Tremblay dit cela trop tranquillement pour ne pas savoir : il sait et cela ne le dérange pas du tout : c’est efficace pour Accurso et pour le maire Tremblay.

Tout le monde sait : il ne s’agit pas de « pommes pourries ». C’est un système.

D’ailleurs, quelques internautes sont d’accord. La crapulerie, si elle est déclarée officiellement « efficace », c’est permis. Allez-y les gars : servez-vous.

Pourquoi cache-t-on les noms des entreprises? Il s’agit pourtant d’informations publiques.

Remettre les pendules à l’heure. M.Duchesneau fait dans la généralisation à outrance. Que le PQ se soit fait prendre par le système des prêtes noms sans doute mais pas de façon délibéré comme les libéraux. Rappel d’un article d’Alex Castonguay à l’époque récente journaliste au Devoir bien connu aujourd’hui à l’Actualité dont ces extraits.

-Les contributeurs à la caisse du Parti libéral du Québec sont deux fois plus généreux lorsque les libéraux sont au pouvoir, selon des chiffres obtenus par Le Devoir. Une situation unique, puisque les dons versés au Parti québécois ne varient presque pas lorsque le PQ passe de l’opposition au gouvernement.

Lorsque le Parti libéral formait l’opposition officielle, de 1994 à 2002, il recevait en moyenne 4,37 millions de dollars par année de la part de contributeurs. Depuis qu’il a pris le pouvoir, en 2003, les dons ont explosé. Ainsi, de 2003 à 2008, le PLQ a reçu chaque année en moyenne 8,37 millions de dollars, soit presque deux fois plus que durant son séjour dans l’opposition (voir le tableau).

La situation est différente au Parti québécois, qui a pourtant lui aussi eu l’avantage d’être au gouvernement depuis 15 ans. Ainsi, lorsqu’il était au pouvoir de 1994 à 2002, le PQ amassait en moyenne 4,68 millions de dollars par année. Une fois dans l’opposition, de 2003 à 2008, les dons ont été en moyenne de 4,83 millions de dollars par année, soit une variation minime. En fait, le PQ a reçu en moyenne plus d’argent des contributeurs depuis qu’il est dans l’opposition. Une situation tout à fait inverse de celle des libéraux.

Ces chiffres ont été obtenus à partir des états financiers des partis politiques remis au Directeur général des élections depuis 1994. Les chiffres pour 2009 ne sont pas encore connus. (…)

http://www.ledevoir.com/politique/quebec/286972/financement-des-partis-politiques-le-pouvoir-attire-plus-les-contributeurs-du-plq-que-ceux-du-pq

Mme Grogière, il y a l’histoire assez récente du mouvement ou groupe mafieux et il y a cette histoire lointaine ou on en trouve les rudiments, les éléments, les débuts.

L’humanité a développé les techniques et les civilisations sophistiqués comme les ruses et les arnaques politiques depuis 7,000 milles ans et plus!

Ici on s’amuse plaisamment. On enrichit son regard de la diversité de l’autre. On partage. On vit la démocratie quoi.

Loi 78 afin de protéger le territoire de la pieuvre.

Et quand le PQ s’emmêle dans les filets de la pêche, alors je me confirme dans le fait que Ma tante ne passe pas.

Est-elle en vacances déjà ?

Cela lui ferait tellement notre bien commun… vers une redirection Du Cep qui devrait cesser de se tairir.

Lorsque notre principal ennemi est dans notre camp, il faut s’adapter. Changer demande intelligence et soumission au profit du bien commun.

On meurt simonac.

Tenter de dénigrer M. Duchesneau, perçu comme M. Net, est, actuellement, comme dénigrer le Père Noël, Nelson Mandela ou Mère Teresa, ça ne peut pas aider mais peut nuire considérablement au dénigreur. Dans ce ca, le PQ qui va devoir s’expliquer et s’excuser ou en subir les conséquences électorales.

M. Pierre Bouchard ne semble pas du tout se rendre compte que de frapper M. Net rend son attaquant sale aux yeux des nombreux électeurs, admirateur de ce redresseur de torts gouvernementaux.

L’avocate du PQ, qui n’était pas directement attaqué ar M. Duchesneau, pouvait lui demander de simples explications sans sauter sur sa crédibilité pour tenter de le rabaisser. M. Duchesneau était en train de nuire au PLQ, ce que ne semble pas faire l’affaire du PQ. Ça s’peut tu ? C’est qui le cave ?

M. Bouchard,

On aura beau faire toutes les analyses statistiques pour établir, à partir des chiffres officiels des partis lequel reçoit le plus ou le moins, le problème n’est pas là.

Ce sont les fonds occultes, non déclarés, secrets et reçus en contravention de la loi qui doivent nous préoccupés.

Reste à savoir comment ça se fait et qui sont les acteurs concernés. L’autre question est de savoir comment ceux qui reçoivent ces sommes importantes peuvent réussirent à les utiliser bon comme leur semble. Comment réussissent-ils à laver ces argents sales ?

«Il te montre la Lune et tu regardes son doigt.»
[Proverbe africain]
[Jacques Duchesneau ] 😉

M. Duchesneau vient de déclarer à M. Dutrizac de 98,5 FM, cet après-midi qu’il a été renversé par les niaiseries dites par l’avocate du PQ.

D’accord avec M. Duchesneau.

Illisible! Je ne distingue pas la F.T.Q. ni son Fond de solidarité dans le diagramme.

Est-ce possible que cette avocate recoive une rémunération secrète du PLQ? Une question comme ça…

Voir aussi:

Commission Charbonneau, les ramifications des empires Accurso, Fava et Catania dévoilées: http://www.radio-canada.ca/nouvelles/societe/2012/06/20/004-commission-charbonneau-diagrammes.shtml

Et dans cette nouvelle on montre d’aussi jolis organigrammes passionnants:

Famille Bibeau et compagnies associées: http://www.radio-canada.ca/nouvelles/enProfondeur/com-charbonneau/Famille-Bibeau.pdf

Garnier Constructions: http://www.radio-canada.ca/nouvelles/enProfondeur/com-charbonneau/Garnier.pdf

Groupe Doncar: http://www.radio-canada.ca/nouvelles/enProfondeur/com-charbonneau/Doncar.pdf

les entreprises Catania: http://www.radio-canada.ca/nouvelles/enProfondeur/com-charbonneau/Piece_5P-106d_01.pdf

les entreprises Catcan: http://www.radio-canada.ca/nouvelles/enProfondeur/com-charbonneau/CATCAN.pdf

Neilson-EBC-Famille Fava: http://www.radio-canada.ca/nouvelles/enProfondeur/com-charbonneau/NIELSON-EBC.pdf

Tony Accurso et ses compagnies, en vigueur en 2011: http://www.radio-canada.ca/nouvelles/enProfondeur/com-charbonneau/Tony-Accurso.pdf

Est-ce que ces compagnies font parti de 7 soeurs (ou plus si affinité) (dans la liste de RC, il y en a 7 !) qui contrôleraient les travaux dans la ville de Montréal?

Impossible de le savoir puisque ce n’est pas le gouvernement ni aucun parti, ni aucun organisme public ou légal (police ou justice ?) qui nous en informera. Ou qui daignera enquêter. La police de Montréal et la SQ enquêtent sur les anarchistes. Ouuuh! Quelques journalistes qui font le travail des centaines d’autres qui font quoi?

Et la Commission Charbonneau qui on l’espère fera son travail ? Déjà en repos et retour en septembre. Après les élections. Et la réélection de monsieur Charest pour 5 ans. Mais elle ne se concentre que sur la construction. Les contributions charitables des compagnies d’ingénierie aux Caisses Électorales des partis politiques. Mais tout ce beau monde contribue aussi dans les villes et villages lors des élections clés en main. Certains ont parlé d’autres scandales dans les contrats d’informatisation des ministères gouvernementaux.

Le fichier des armes à feu de 1 milliard ? que le fédéral veut détruire. Personne ni aucun journaliste n’a posé de question sur la savante méthode employée qui a fait que quelques questions puissent coûter si cher. Et personne ne se pose de question sur les 50 milliards envolés de la Caisse de Dépôt. Mais où a été cet $ ?

Et l’$ qui va et vient au Chantier Maritime de Lauzon. Et, broutille, les 2 viaducs effondrés de Laval qui malgé l’enquête Johnson n’a… Et le Plan Nord. Et tout ce qu’on est incapable de soupçonner!

Et les droitistes pour terminer par ces étranges oiseaux à qui il ne manque qu’une soutane et une variation de vocabulaire pour me replonger dans ma belle enfance, eux, voudraient que l’État, le gouvernement, les finances publiques, nous, soyons gérés par… ?

Ginette Boivin, l’ex-directrice du financement national au Parti Québécois, soupçonnée d’avoir permis la réception de contributions «d’argent sale», devrait être invitée à venir témoigner devant la Commission Charbonneau. Suite du dépôt du rapport de la Commission Moisan, Mme Boivin a été mise à la porte du PQ après 30 ans de «loyaux» service. Elle a une vaste expérience dans le domaine du financement électoral.

Le diagramme de l’empire Accurso…ont dirait une montagne avec des pistes de ski…
Pour en savoir davantage, voir le site Libéraux.net…c’est aussi édifiant, vous verrez!

Les plus populaires