Ah qu’elle est riche, la sauce terre-neuvienne !

« Ce qui est bon pour l’oie est bon pour le jars » selon l’adage anglophone repris cette semaine par notre voisin et ami le premier ministre ontarien Dalton McGuinty. (En fait, l’expression d’origine dit que la même sauce doit être appliquée sur les deux volatiles, qu’on suppose, en l’espèce, déjà cuits. Mais je m’égare.)

Terre-Neuve a trouvé le gisement...
Terre-Neuve a trouvé le gisement...

Ces temps-ci, au Canada, l’oie est Terre-Neuve et les jars (le mâle de l’oie) sont les provinces dont les initiales ne sont pas T-N.

Nous avons vu hier comment pourrait s’appliquer à l’avantage du Québec la garantie de prêt sortie de la boîte à surprise fédérale pour le projet hydro-électrique terre-neuvien. Appliqué à la dette de notre jars Hydro-Québec, cela nous économiserait 9 milliards de beaux dollars.

La sauce au pétrole

Mais il y a une autre sauce dont l’oie terre-neuvienne a profité à plein ces dernières années: la sauce, très riche, de l’aide au pétrole.

D’abord il faut dire qu’à la loto-énergie, si le Québec a hérité d’un potentiel d’énergie propre, il a totalement manqué le train de la distribution de sauce fédérale.

En 2007, le groupe de recherche Energy Probe a calculé que l’investissement fédéral dans le nucléaire s’élevait à 20 milliards $, ce qui a généré pour 75 milliards$ de la dette fédérale actuelle… sans que le Québec ne profite d’une part significative de ce magot.

Mieux encore, le service de recherche de la Bibliothèque du Parlement fédéral, à partir des rapports du commissaire à l’environnement, a calculé qu’Ottawa avait versé seulement entre 1970 et 1999, 40 milliards en subventions et crédits d’impôts divers à l’industrie pétrolière, gazière et du charbon, des industries jusqu’ici inexistantes au Québec. En dollars de 2007, cela fait 79 milliards.

Notons que dans les deux cas, les contribuables québécois ont contribué pour plus de 20% à ces subventions fédérales à nos amis et voisins des autres provinces.

Or voilà que nous avons trouvé du pétrole, à Old Harry, au large des Iles-de-la-Madeleine.

Une question nous saute au visage: ce qui fut bon pour l’oie terre-neuvienne dans le cas du développement de ses gisements d’Hibernia sera-t-il bon pour les jars que nous sommes ?

Voyons ce que ça donnerait.

Une averse, non. Une forte pluie, non. Un déluge d’aide fédérale.

Voici comment un site fédéral résume les choses, pour le développement d’Hibernia:

L'excellente aventure de l'argent canadien dans Hibernia...
L'excellente aventure de l'argent canadien dans Hibernia...

Le 18 juillet 1988, le gouvernement fédéral a révélé les détails d’un accord conclu avec un consortium de quatre sociétés au sujet de l’exploitation du gisement Hibernia.  L’accord prévoyait une subvention fédérale d’immobilisations de 1,04 milliard de dollars, une garantie fédérale d’emprunt de 1,66 milliard de dollars, une participation fédérale de 300 millions de dollars aux intérêts, un financement temporaire de 175 millions de dollars […]. En 1993, le gouvernement a offert aux trois partenaires [trois compagnies pétrolières engagées dans Hibernia] des prêts sans intérêt pouvant atteindre 132 millions de dollars.

On a donc très hâte de voir si les goussets fédéraux seront également présents pour les entreprises (qu’on espère au moins partiellement québécoises) qui feront les travaux à Old Harry.

Mais ce n’est pas tout. Il y a beaucoup de sauce, de toute nature, sur l’oie terre-neuvienne.

Quand les Terre-Neuviens ont signé avec Ottawa, en 1985, une entente semblable à celle que Québec vient de signer avec Ottawa pour Old Harry, nos voisins et amis ont obtenu que la richesse créée par Hibernia ne soit pas prise en compte dans le calcul de la péréquation. Bref, même si Terre-Neuve s’enrichissait, il fallait faire comme si elle ne s’enrichissait pas, et continue à recevoir de la péréquation — payée, il faut le rappeler, pour 20% par les contribuables québécois.  Depuis, Terre-Neuve a reçu 4,6 milliards « comme si » elle n’avait pas de pétrole — dont  1,15 du Québec.

Il ne serait évidemment que justice que l’entente Ottawa-Québec inclue cette clause.

Oups ! Bizarre. J’ai beau lire et relire, je ne la trouve pas.

Gilles, Pauline, Jean, Nathalie: au travail !

Il reste 27 jours avant l’élection.

Laisser un commentaire

Y a-t-il quelque chose de nouveau sous le soleil ?

Le ROC n’a jamais géré ce pays autrement que pour son propre profit. Il a pu le faire, faut-il le redire, grâce à l’aide de rois-nègres qui ont tenté sans succès de devenir semblables aux maîtres.

N’oublions pas qu’à l’origine le Canada était un dominion de l’empire britannique qui avait sous sa férule des centaines de millions de personnes qui n’avaient aucun droit sinon celui d’enrichir l’Empire.

L’ADN de ce pays coule encore dans ses veines. Et on ne va pas facilement contre sa nature. Et celle de beaucoup de Québécois est encore celle du conquis.

«Le léopard ne se déplace pas sans ses taches.»[Proverbe nigritien]

Et rappelons à JF Lisée les quelques faits suivants:

1-Les revenus pétrolier de Terre-Neuve sont inclus dans le calcul de la péréquation. C’est d’ailleurs ce qui a coûté à Harper tous ces députés à Terre-Neuve lors de la dernière élection.

2-Si Québec reçoit de la péréquation, Terre-Neuve n’en reçoit plus (i.e. Terre-Neuve envoie une partie de son argent au Québec).

3-Comme Pierre Duhamel l’a expliqué, Québec reçoit plus d’Ottawa qu’il donne.

Et pourant le Québec était représenté a l,époque Ottawa par des libéraux ou conservateurs et non pas par le Bloc.Bravo m. Lisée.

Malgré que le Québec représente un autour de 20% des citoyens, je ne crois pas que les impôts du Québec dans le budjet fédéral représente 20%… (on ne recevrait pas de péréquation si c’était le cas).
Oui le gouvernement fédéral doit mettre son poid politique et économique dans le déeloppement des ressources et la construction d’infrastructures (santé, éducation, routes, ponts, installations d’exploitation minières, énergies, culturelles, sportives, carcérales etc).
Mais en plus on devrait créer un fond canadien (maximum 30% étrangers, avec une garantie de taux d’intérêts minimum) pour investir et financer développement durable au Canada(incluant sustanable cities).
Non seulement les investisseurs seraient canadiens en majorité (a profiter des intérêts), mais les développements augmenterait la richesse partout au pays. Un peu comme un père de famille avec des terres qui au lieu de séparer sa terre pour la donner a ses enfants, la leur font exploiter et leur prête l’argent tout en donnant des intérêts a ses enfants qui veulent contribué au fonds de développement de la richesse. Évidement le tout doit se faire d’une manière responsable en matière d’environnement et rentable pour les générations futur de manière a ne pas aliéner les sols.
On a plusieurs projets sur les tablettes qui ne demandent qu’à se construirent (trens-québec, amphithéatre, plan nord, pont, accès rapide mont-tremblant pour québec…olympique, pétrol, tours agricole, coopératives d’habitation logements supervisés avec services a la carte, centre de recherche et d’enseignement aérospatial, biotechnologies, développement véhicules électriques, véhicules amphibiens etc) et on a des gens qui cherchent a investir dans le développement mais sans risque (pour leur fonds de retraite), on veut aussi s’approprier une partie du développement de nos ressources en étant propriétaire des infrastructures.
C’est le rôle du fédéral d’assurer que d’une côte à l’autre les peuples aient les moyens de développer leur économie pour profiter de l’exploitation de leur territoire au lieu de donner de l’argent. On ne donne pas du poisson on montre à pêcher et donne les moyens de s’équiper efficacement pour le faire. C’est plus aantageux pour tout les canadiens si nous sommes collectivement en contrôle des taux d’intérêts des sources de revenus au lieu de dépendre de la bourse et d’investisseurs extérieurs qui peuvent retirer leur argents, fermer ou déménager les entreprises. Du développement régional dans un projet intégré de développement durable du pays.
En passant ça m’énerve de voir RDI (fonctionnaires qui se sentent redevable aux libéraux) ne pas cacher leur parti pris (la boussole ou n’importe qui donne un résultat libéral avec une programmation pour ternir (montrer uniquement le côté moins luisant perte d’objectivité) en choisissant une programmation d’émission émission enquête, Emmanuelle Latraverse qui depuis le début qui de toute évidence supporte les libéraux et tient des propos et raporte que les soit disants beau coups des libéraux, malgré que dans les faits l’appuie de la population est encore pour les conservateurs. Je pense qu’on peut voir que RDI dans sa façon d’aborder la nouvelle et l,emphase qu’elle met n’est pas impartiale est clairement libérale y comrpis la pluspart journalistes des ex du midi à RDI. La boussole est un moyen de propagande libéral en mettant le libéral au centre (malgré que ce soit un parti de gauche). On sait qu’il n’Y a pas de parti au centre, et que la population est au centre donc en mettant les libéraux au centre malgré que ça ne soit pas ça dans les fait ça influence les gens a voter libéral. On ne veut pas développer l’appareil d’état.
Dans les fait on est en environnement conservateur (protéger l’environnement en l’exploitant et préservant la qualité pour les générations futurs), conservateurs en économies, démocrate en programmes sociaux et libérale en valeurs individuelles.
On ne peut demander aux gens de choisir d’être tout un ou tout l’autre. Il faut voir la capacité d’ouverture en maintenant l’équilibre dans les dépenses et la répartition de la richesse et des responsabilités. On veut un gouvernement responsable. M. Layton dit que les retraités on besoin d’un meilleur système. Pourquoi alors que je me fait dire depuis l’école secondaire que je dois épargner pour ma retraite ce serait a moi d,assumer le coût des retraites des babyboomers alors qu’ils ont eu des gros salaires, beaucoup de services gratuits de l’état (on doit payer les emprunts maintenant) et des plus bas taux d’impôt. Pourquoi ils n’ont pas ne se sont pas serré la ceinture et ont profité de tout toute leur vie, pourquoi moi qui doit payer plus cher d’impôts, payer les emprunts qu’ils ont contracté pour avoir des gros salaires et plein de vacances, de congés, pourquoi moi qui doit payer chers l’éducation, soins de santé (parce qu’on ne peut pas toujours attendre 6-18mois pour avoir le service gratuit), pourquoi moi qui dois payer tout ça et économiser pour ma propre retraite je devrais assumer un plus grand coût pour les babyboomers irresponsable qui ont mené une vie de cigale, je dois me priver pour assumer pour eux sans pouvoir économiser pour moi-même sachant qu’il n’y en aura même pas de retraite quand moi j’y serai? LÉgalisons l’euthanasie et donnons au gens le choix d,assumer leur responsabilités face a leur vie. Socilament il y a une limite a notre capacité de pouvoir prendre en charge les autres, on doit assumer nos propres besoins aussi ça n,est pas de l’égoisme c,est du réalisme on a pas les moyens. Pourquoi supporter des gens qui ne sont pas conscient qu’ils vivent, d’autres qui ne sont plus intéressés a vivre et prolonger aparfois avec acharnement la vie de dépendance.
M. Drouin avez-vous passé les 30 dernières années dans le coma, vous parlez comme si vous ne voyez pas la réalité. Ça n,est plus l’église et l’angleterre qui gouverne. Si les québécois mettaient des élus au pouvoir au lieu de s’attacher les mains et bouder dans le coin on aurait une participation plus active dans la fédération et pourrions influencer davantage les orientations et les dépenses.

Les revenus que Terre-Neuve retire du pétrole sont bien exclus du calcul de la peréquation !

http://lois-laws.justice.gc.ca/fra/lois/N-27.5/page-7.html

« 21. Pour chacun des exercices compris entre le 1er avril 2006 et le 31 mars 2012, le ministre verse à la province de Terre-Neuve-et-Labrador un paiement de péréquation compensatoire supplémentaire qu’il calcule conformément à l’article 22.

Calcul des paiements

22. Le paiement de péréquation compensatoire supplémentaire versé à la province de Terre-Neuve-et-Labrador pour un exercice correspond à la somme déterminée par le ministre au moyen de la formule suivante :

(A – B) – C

où :
A
représente le paiement de péréquation qui pourrait être fait à la province pour l’exercice selon la formule de péréquation en vigueur si la province n’avait pas eu de recettes extracôtières ou n’avait pas produit d’hydrocarbures;
B
le paiement de péréquation qui peut être fait à la province pour l’exercice selon la formule de péréquation en vigueur;
C
le paiement de péréquation compensatoire fait à la province pour l’exercice.
«

À ceux que ressassent la sempiternelle remarque que le Québec reçoit plus de péréquation qu’il n’en paie…
Je n’aime pas me sentir et traité comme un adolescent à qui on dit.. »voici l’argent de tes parents..assures toi de le dépenser comme ceux-ci le veulent ».
Je préfère ne pas partager mon argent et le conserver pour l’utiliser selon mes priorités.

C’est plus mature et plus efficace.

Bonjour,
Fidèles à leurs vieilles habitudes, les nationalistes québécois veulent l’aide sociale d’Ottawa, soit la péréquation qui permet au Québec d’avoir de l’allure dans la Fédération Canadienne en relevant son standing de vie. Et en plus de n’être jamais contents, car depuis 1867 que nos nationalistes se lamentent dans la Fédération Canadienne, voilà que maintenant ils sont jaloux de Terre Neuve qui ne reçoit qu’une garantie de prêts. Papa Canada, j’en veux moi aussi ! Cela est la teneur de leurs comportements puérils. Au plaisir, John Bull.

Péréquation dans le Transfert Canadien pour 2011-2012

Veuillez noter que la PÉRÉQUATION est incluse dans les données suivantes :

1)-31352 $ montant que reçoit par habitant le Nunavut du gouvernement fédéral

2)-23584 $ montant que reçoivent par habitant les Territoires du Nord-Ouest

3)-21337 $ montant que reçoit par habitant le Yukon

4) -3473 $ montant que reçoit par habitant l’Île-du-Prince-Édouard

5) -3331 $ montant que reçoit par habitant le Nouveau-Brunswick

6)-2744 $ montant que reçoit par habitant la Nouvelle-Écosse

7)-2720 $ montant que reçoit par habitant le Manitoba

8)-2189 $ montant que reçoit par habitant le Québec

9)-1884 $ montant que reçoit par habitant Terre-Neuve

10)-1337 $ montant que reçoit par habitant l’Ontario

11)-1182 $ montant que reçoit par habitant la Colombie-Britannique

12)-1182 $ montant que reçoit par habitant la Saskatchewan

13)-913$ montant que reçoit par habitant l’Alberta

Source des données : Ministère des Finances Ottawa

Notez aussi que Terre-Neuve à cause de son pétrole et d’autres arrangements spéciaux est passée après le Québec comme province qui reçoit le moins pas habitant

@David:

Effectivement, T-N ne reçoit plus de péréquation en tant que tel depuis 2007-2008

Toutefois, selon ce site web: http://www.fin.gc.ca/fedprov/mtp-eng.asp#Newfoundland
ils reçoivent maintenant des « Offshore Accords » transfers.

En regardant les montants de ces « Offshore Accord » transfers, cela semble être dans la suite logique des paiements de péréquation.

Donc, ce n’est plus ni une oie, ni un jars. C’est maintenant un volatile. Mais si ça ressemble à une oie, et que ça goûte l’oie, c’est probablement une oie!

En 2008 Ottawa a dépensé 1,010,000,000$ en biens et services à Terre-Neuve (tableau 13,2) et a versé 6,979,000,000$ en programmes fédéraux (tableau 13,3), pour un total de 7,989,000,000$.

Comme Ottawa n’a retiré que 4,705,000,000$ en taxes et impots, il a donc versé 3,284,000,000$ de plus qu’il n’a retiré de Terre-Neuve.

http://www.stat.gouv.qc.ca/donstat/econm_finnc/conjn_econm/TSC/pdf/chap13.pdf

Rappelons que dans les années 80, le Québec contribuait à près de 25% des recettes d’Ottawa.
Rappelons aussi que TN compte 500,000 hab, un seizième du Québec!

Voici, plus bas, l’entente sur l’ACCORD ATLANTIQUE DE 1985 renouvelé en 2005. Cet accord a permis à TN de développer ses ressources pétrolières off shores sans que ses transferts de péréquation ne soient affectés. Il est donc vrai que les revenus pétroliers ont été exclus des transfert de péréquation. Cependant, cet accord prévoyait deux éléments « élimination progressive » et « plancher compensatoire » afin de permettre une diminution progressive de cette exclusion de revenu dans le montant calculé des transferts fédéraux. Terre-Neuve en 2009-2010 n’a donc pas touché de paiement de péréquation. En 2007-2009, TN avait reçu 477 millions de dollars.

Si le Québec et l’Ontario avait profité d’un accord similaire pour le développement de leurs richesses naturelles, la situation de la péréquation au Canada aurait été différente. L’Ontario n’aurait pas eu besoin de la péréquation en 2009-2010 (347M$) et en 2010-2011 (972 M$). Le Québec en raison de sa population reçoit le plus gros montant des transferts fédéraux, environ un montant stable de 8.5G$ par année. Comme le souligne M. Lisée, les politiques économiques du fédéral n’ont jamais favorisé le Québec. La raison pour moi est simple: il serait plus difficile de maintenir dans le Canada un Québec moins dépendant des transferts fédéraux.

« ENTENTES AVEC TERRE-NEUVE-ET-LABRADOR SUR LES RESSOURCES EXTRACÔTIÈRES

La province de Terre-Neuve-et-Labrador reçoit actuellement des paiements compensatoires aux termes de l’Accord de 1985 et de l’Entente de 2005. Ces paiements ne font pas partie du programme de la péréquation.
L’ACCORD ATLANTIQUE DE 1985

L’Accord atlantique Canada-Terre-Neuve de 1985 a facilité le développement des réserves de pétrole et de gaz naturel au large des côtes de Terre-Neuve-et-Labrador. En plus de permettre à la province d’imposer ces ressources comme si elle en était le propriétaire, l’Accord assurait à Terre-Neuve-et-Labrador une protection transitoire, pendant une période de 12 ans à compter de 1999-2000, contre les réductions importantes de ses droits de péréquation attribuables à une augmentation des recettes qu’elle tirerait des ressources au large des côtes.
Les paiements compensatoires prévus dans l’Accord de 1985 sont calculés selon une formule établie dans la législation fédérale. La formule comporte deux éléments :
L’élément « plancher compensatoire » garantit à la province de Terre-Neuve-et-Labrador un certain pourcentage (au moins 85 %) de l’ensemble de ses droits de péréquation et de l’élément plancher compensatoire de l’année précédente.
L’élément « élimination progressive » assure une protection additionnelle contre des diminutions des droits de péréquation, en garantissant un certain pourcentage des réductions d’une année sur l’autre de l’ensemble des droits de péréquation et des paiements selon le plancher compensatoire. Ce pourcentage diminue graduellement sur une période de 12 ans. »

« Fidèles à leurs vieilles habitudes, les nationalistes québécois veulent l’aide sociale d’Ottawa, soit la péréquation »

Ce n’est pas de l’aide sociale, puisqu’une bonne partie de cet argent vient de nous. Et l’argent ne vient pas vraiment d’Ottawa qui se contente de redistribuer ce que les provinces mettent dans le pot commun qu’est la « péréquation ».

« qui permet au Québec d’avoir de l’allure dans la Fédération Canadienne en relevant son standing de vie. »

La péréquation ne représente qu’une petite fraction de ce qu’on paie, sans « retour de placement » à Ottawa: subventions aux pétrolières (incluant Hibernia et sables bitumineux), aide à l’industrie automobile, aide aux agriculteurs de l’Ouest, JO de Vancouver, G20 et B20, achats militaires, et j’en passe beaucoup.
Loin de vivre au crochet du Canada, c’est le Canada qui siphonne notre argent.
Un peu écoeuré de se faire traiter « d’assisté social » chaque fois qu’on veut une part plus juste de NOTRE argent.

Si vraiment le Québec était un boulet pour le Canada, pensez-vous sincèrement qu’ils dépenseraient autant d’énergie et d’argent pour nous empêcher de partir ? Au contraire, ils voudraient se débarrasser le plus rapidement de ce « parasite » que, selon eux (et vous), nous sommes. Comme les puissances coloniales ont lâcher assez facilement les colonies trop coûteuse dans les années 60.

Ah, mais c’est vrai: Ils nous aiment. Au point d’accepter que l’on vive à leurs crochets.

MDR

Vous êtes aussi tannés qu’on passe pour des assistés sociaux ? Vous voulez qu’on se prenne en main ?
Alors, c’est simple, qu’on prenne nos billes et qu’on devienne un pays indépendant. Ainsi, plus personne ne vivra « au crochet » de personne. Et nous pourrons être fiers de ce que nous réaliserons.

Il est éminemment trompeur de se baser sur la péréquation pour dire que le Québec vit sur le bras du Canada. Mettons les choses en perspective (pour 2009-2010):

– Péréquation totale au Canada: $14.2G (dont $4.4B va au Québec)

– Paiement de transfert total du Canada: $52.7G
La péréquation est un paiement de transfert, mais il y a aussi des paiements de transfert pour la santé, pour le social, etc…

– Dépenses totales du Canada: $274.2

Selon moi, il serait bien plus approprié de regarder la distribution par province des dépenses totale du Fédéral ($274.2G)

Je n’ai pas les chiffres pour 2009-2010, mais selon la référence cité par Rod, en 2008-2009, le Québec aurait reçu $7,459 par habitant, tandis que T-N aurait reçu $15,782 par habitant.

Étrange quand même qu’un province pétrolière ait besoin de plus d’assistance que le Québec.

Tandis que le maître empoche bon an mal 60$ milliards de beaux dollars de sa colonie Kwibek, le Kwibekois se contemple devant un miroir et bombe le torse de ressembler de plus en plus à son maître…

Si on regarde attentivement les commentaires #8 Raymond Campagna, #9 rod et #10 René LeSage, on comprend très bien pourquoi Ottawa est prêt à payer une fortune empêcher le Québec de se séparer.

Si on regarde tous les montants qu’Ottawa verse hors Québec et Ontario, ce sont des sommes gigantesques, ce n’est certainement l’Alberta qui les paye.

Le Québec et l’Ontario représentent environ 75% de l’économie du Canada et donc ce sont ces deux provinces qui payent plus de 75% de tous ces frais.

Advenant que le Québec se sépare, l’Ontario qui est environ un peu plus de 50% de l’économie devra continuer à payer à elle seule ce 75% de frais.
C’est très approximatif comme %, mais c’est une idée de l’ordre de grandeur.

Le Canada ne serait plus capable de maintenir son rythme actuel.

d abord et avant toutles proverbes anglais en terre québécoise on devrait s en passé!!! ensuite, pour la sauce tn…disons-nous qu il a été écrit malheureux les riches donc rien à envier à cette riche sauce!!! Bien québécoisement sachons nous occuper de nos affaires à les rendre non pas riches mais plaisante et abordable pour tous et toutes!!! Indépendantistement ou souverainement ou séparatistement!!!

@ tous

Vos chiffres me donnent la nausée!

À en lire certains, tous reçoivent de la péréquation. À en lire d’autres, seules les provinces dites pauvres en reçoivent.

Je ne sais pas si c’est moi qui ne sait plus comment aligner des colonnes de chiffres, mais d’aucuns me mystifient!!!

Je vais essayé de voir quelle logique ressort de tout ça:

Si, selon certains, toutes les provinces reçoivent de la péréquation à un niveau plus ou moins élevé, quelle province fournit plus que les autres?

Si seules les provinces riches contribuent à expédier un chèque d’aide sociale aux provinces pauvres, qu’elles sont ces provinces riches?

Parce que les pauvres on les connaît!!! Selon les fédéralistes la plus pauvre d’entre tous c’est le Québec. Soit, mettons là dans la liste des plus nécessiteuses (même si c’est la deuxième plus populeuse et que le fédéral doit tout de même venir y chercher quelques sous en impôt des particuliers, des entreprises et un tantinet de TPS). Les autres provinces pauvres qui ne devraient pas créer de dissensions:

– Île-du-Prince-Édouard (c’est sûrement pas avec des pommes de terres et des terrains de golfs que cette province aux plages magnifiques avec ses 135851 électeurs puisse fournir pour faire vivre le Québec)

– Nouveau-Brunswick (cette province doit être un peu plus riche que le Québec, mais pas assez pour lui assurer son train de vie)

– Nouvelle-Écosse (idem)

Les inclassables:

– Ontario (il semblerait qu’elle soit basculée dans la colonne des pauvres depuis la crise financière?)

– Manitoba (que peut-il y avoir là qui ferait en sorte qu’elle puisse fournir sa part d’aide sociale à l’indigente province de Québec? Pour le moment je la place dans la colonne des pauvres. Fournissez moi des arguments qui pourrait la placer dans la colonne des riches!)

– Saskatchewan (avec une partie des sables bitumineux de l’Athabaska et sa potasse, probablement dans la colonne des riches, mais avec ses quelque 968157 électeurs, difficile de croire qu’elle puisse contribuer à la vie de pacha des québécois)

La parvenue:

– Terre-Neuve et Labrador (avec ses ressources pétrolifères, ça bien l’air, selon certains, que c’est la seconde Alberta. Donc, elle doit être en mesure de subventionner une partie du niveau de vie princier des québécois)

La richissime:

– Alberta (le nom est dit, c’est l’Eldorado du Canada. Sans elle, le Canada serait l’équivalent du Burkina Faso en Amérique. Juste après Haïti.) (Pourtant, je me pose une seule question: qu’adviendra-t-il de cette province et du Canada lorsque l’être humain devra se détourner des énergies fossiles pour assurer sa survie sur la planète? Est-ce que le boeuf Angus et le blé suffira à remplacer les revenus provenant de cette lucrative industrie pour maintenir notre train de vie? Deviendra-t-elle à son tour une province pauvre? Nous devons nous poser la question, parce que la plupart d’entre nous vivrons ce tournant énergétique avant notre départ pour un monde meilleur.)

L’autosuffisante?:

– Colombie-Britannique (pourquoi autosuffisante, tout simplement parce que l’on entend jamais parler qu’elle fournit ou qu’elle reçoive).

Donc, messieurs-dames, une simple question me vient à l’esprit: D’où peuvent bien provenir tous ces milliards généreusement distribués aux provinces par un État fédéral qui perçoit ses propres taxes et impôts par tous modes ou systèmes de taxation (paragraphe 3 de l’article 91 de la Loi constitutionnelle de 1867) autrement que par l’apport de ses citoyens (personnes morales ou physiques) peu importe où ils se trouvent sur le territoire selon les mêmes règles communes à tous (Loi de l’impôt et Loi sur la taxe d’accise)?

Donc, plus il y a de population (physique et morale) à un endroit, plus l’État devrait retirer de revenus de cet endroit?

Logique ou non?

La leçon de ce texte ci haut de J.F.Lisée consiste de faire le constat que le monde moderne est compatible avec une forme comptable de domination. Il suffit de prendre les impôts et taxes des citoyens d’une province francophone mal aimée pour les utiliser à des fins de prospérité pour les provinces anglophones qui correspondent à la norme de ce à quoi le Canada correspond. C’est subtil c’est presque invisible ce qui permet par cet appauvrissement encouragé des Québécois a entretenir le mythe d’un Québec pauvre dépendant de la péréquation.

On peut espérer que les Québécois de la capitale nationale qui prennent connaissance de ce blogue prennent du recul avant (pour ceux qui sont concernés) de redonner leur confiance à Harper qui ne tente pas d’améliorer la condition du Québec qui tente au contraire de l’empirer.

Harper qui tente de domestiquer les Québécois en allant jusqu’à consacrer un statut particulier à Terre Neuve sur le plan économique tout en se riant des Québécois allant jusqu’à s’inventer une rigueur imaginaire en refusant de nous redonner nos ressources en impôts et en taxes envoyés à Ottawa pour un nouveau colisée!

Trop c’est trop!

Les deux partis nationaux rocanadians, PC et PLC, qui se disputent depuis toujours la première place du « natural governing party » du ROC ont, dans l’alternance du pouvoir, de tout temps imposé la « rocanadian national building policy » anti-Québec. Cela étant, comment peut-on ne pas comprendre la réélection depuis vingt ans d’une majorité naturelle de députés bloquistes du Québec à la House of commons du ROC chez la plupart des analystes, politologues et journalistes aux actualités politiques dans presque tous les médias québécois qui, d’élection en élection, reposent sans cesse la question sur l’utilité du Bloc québécois ? Ah mais oui…je devais deviner que tous ces illustres experts auxquels je réfère ici sont fédérastes.

@Pierre Bouchard:

Comme le mentionne M. Gascon, cette volonté de garder le Québec sous tutelle économique n’est pas propre qu’au seul gouvernement harper.

Cela est bel et bien une volonté du gouvernement fédéral, quel que soit le parti au pouvoir. On y voit une belle complicité entre le PLC et le PCC.

@ Alain Soucy

Ton lien date de 2005.

La situation pas mal changé depuis.

« L’Accord atlantique, conclu entre la province et le fédéral, porte sur le partage des redevances pétrolières et gazières. M. Williams accuse le gouvernement Harper d’avoir rompu cet accord en refusant d’exclure de la nouvelle formule de calcul de péréquation l’ensemble des ressources non renouvelables. »

http://www.radio-canada.ca/regions/atlantique/2007/11/29/005-TNL-dialogue_n.shtml

@ Raymond Campagna, rod, René LeSage & Youlle

Il faut être complétement déconnecter pour s’imaginer que le Québec fait vivre le Canada. Le Québec fait partie des cancre de la fédération, nous sommes des quêteux.

En 2008, le Québec a reçu (par habitant), 7 459$ du fédéral et le fédéral a ramassé 5 373$.

Donc, par habitant, le Canada envoie 2 176$/habitant.

On devrait tout avoir honte de cette situation de dépendance.

David :
avril 6, 2011 à 22:34
@ Raymond Campagna

Il faut être complétement déconnecter pour s’imaginer que le Québec fait vivre le Canada.
– – – – – – – – – – – – – – – –

Je n’ai dit ça nulle part.

Toujours votre problème de lecture.

@David
«Donc, par habitant, le Canada envoie 2 176$/habitant.»

Sauf qu’il faut enlever 8G pour le service de la dette. Donc le « don » est de l’ordre d’environ 1000$ par habitant.

Rappelons que le déficit d’Ottawa cette année là était de 50G, soit 1,600$ per capita

@David:

« En 2008, le Québec a reçu (par habitant), 7 459$ du fédéral et le fédéral a ramassé 5 373$.
Donc, par habitant, le Canada envoie 2 176$/habitant. »

Je vois que tu fais référence au document de l’Institut de Statistiques du Québec (ISQ):
http://www.stat.gouv.qc.ca/donstat/econm_finnc/conjn_econm/TSC/pdf/chap13.pdf

Pour obtenir ton chiffre de $7,459., tu as additionné les dépenses en biens et services (Tableau 13.2) aux dépenses de programmes (Tableau 13.3). Cela n’est pas correct. En fait les dépenses en biens et services sont INCLUS dans les dépenses de programmes. Donc, le Québec n’aurait en fait reçu que $6,062.

Oui, je sais que M. Duhamel a dit qu’il fallait additionner ces deux dépenses. Toutefois, j’ai réconcilié le document de l’ISQ avec le Rapport annuel du Gouvernement du Canada (Table 1 et table 4):
http://www.fin.gc.ca/afr-rfa/2010/report-rapport-eng.asp#a3

… et en suis venu à la conclusion que M. Duhamel nous avait induit en erreur.

Tu as quand même raison de dire que le Québec contribue moins ($5,373.) qu’il ne reçoit ($6,062.)

Il convient alors de se poser la question du pourquoi de cette différence. Est-ce que le Québec ne serait que tout simplement plus pauvre? pourquoi?

Il convient aussi de noter qu’en moyenne, chaque canadien reçoit $6,164 du Fédéral. Le Québec serait donc dans la bonne moyenne.

Alors, non, je n’ai pas vraiment honte de cette situation.

@ David

Il faut être complètement débranché pour s’imaginer que quelqu’un ici à écrit que le Québec fait vivre le Canada.

Il faut être encore bien plus débranché pour dire que l’Alberta, petite province, fait vivre le Canada et le Québec.

La guéguerre de chiffres ici entre blogueurs est futile: de tout temps la « RoCanadian nation building policy » a toujours, avec les impôts et taxes des Québécois, favorisé le développement économique du ROC au détriment du Québec. L’aide au développement économique de l’État fédéral a contribué à la création de façon exponentielle de la richesse partout dans le ROC en négligeant sciemment de tout temps l’économie du Québec. Alors qui est le dindon de la triste farce « CANADA »? Poser la question est y répondre.

La “RoCanadian nation building policy” a toujours, avec les impôts et taxes des Québécois, favorisé le développement économique du ROC au détriment de celui du Québec. L’aide au développement économique de l’État fédéral a contribué à la création, de façon exponentielle, de la richesse partout dans le ROC en négligeant sciemment de tout temps l’économie du Québec. Alors qui est le dindon de la triste farce “CANADA”? Poser la question est y répondre. Vive la majorité toute naturelle de députés bloquistes à la House of commons du ROC !!! Que les geignards pro-colonialistes rocanadian complices d’extorsion de nos taxes et impôts québécois par le RoCanada aillent se faire…réconforter par leur Fürer Harper et leur dernier Tsar Ignatieff.

@J-P Gascon:

« La guéguerre de chiffres ici entre blogueurs est futile: »

Pas vraiment d’accord avec toi. Tu peux être bien convaincu de ton discours, mais si tu n’as rien de solide pour le supporter, le premier venu pourra le discréditer en servant d’arguments simplistes.

On dit souvent que l’on peut faire dire n’importe quoi aux chiffres. Malheureusement, c’est là également que l’on trouve la vérité.

@ Raymond Campagna

C’est ce que tu as dit, mais comme j’ai démontré assez clairement l’erreur dans ta logique, c’est plus facile pour toi de nier.

@ rod

Le service de la dette est le même pour toute les province, donc ce facteur s’annule (et ton argument tombe à l’eau).

@ Gaston

Désolé de te l’apprendre mais une dépense COURANTE c’est complètement différent d’une dépense de programme.

@ Youlle

De 1998 à 2008, chaque Québécois a envoyé à Ottawa l’équivalent de -58 011$ et a reçu l’équivalent de +65 262$ pour un solde final positif de +7 251$ (+29 004$ pour une famille de quatre personnes).

De 1998 à 2008, chaque Albertain a envoyé à Ottawa l’équivalent de -91 230$ et a reçu l’équivalent de +50 539$ pour un solde final négatif de -40 961$ (-162 764$ pour une famille de quatre personnes).

@David

« Désolé de te l’apprendre mais une dépense COURANTE c’est complètement différent d’une dépense de programme. »

Selon ta méthode de calcul, les dépenses totales du Canada seraient de $259.2G Selon le Rapport Annuel du Gouvernement du Canada, le « Total Expenses » seraient de $238.1G. Comme ce montant inclus $31.0G pour la dette, le montant des dépenses moins la dette serait donc de $207.1G. On est loin du $259.2G que tu prétends.

Comment expliques-tu cette différence?

@David:

« De 1998 à 2008, chaque Québécois a envoyé à Ottawa l’équivalent de -58 011$ et a reçu l’équivalent de +65 262$ pour un solde final positif de +7 251$ (+29 004$ pour une famille de quatre personnes).

De 1998 à 2008, chaque Albertain a envoyé à Ottawa l’équivalent de -91 230$ et a reçu l’équivalent de +50 539$ pour un solde final négatif de -40 961$ (-162 764$ pour une famille de quatre personnes). »

Comparer le Québec avec la province la plus riche en pétrole sert bien ton propos. Comparer le Québec avec le Manitoba ou l’I.-P.-É. amènerait des conclusions différentes.

Une façon plus équilibré de faire serait de comparer le Québec avec la moyenne du Canada. On aurait alors:

Contribution du Québec: $58,011.
Contribution moyenne des canadiens: $69,515.

Le Québec contribuerait donc 16.5% de moins que la moyenne canadienne.

Si tu demeures au Québec, quand tu fais ton rapport d’impôt, à la ligne 440, tu rapportes « l’Abattement du Québec remboursable ». Ce montant représente 16.5% de l’impôt fédéral à payer (tien, tien, quelle coïncidence!)

Ce montant est transféré au Québec pour payer certains services qui sont fournis par le Québec au Québec, et par le Fédéral ailleurs au Canada.

Il est donc parfaitement normal que le Québec contribue moins que les autres provinces car il en reçois moins de services.

En tenant compte de ce facteur, le Québec se situe donc exactement dans la moyenne canadienne.

Quand tu voyages au ROC, tu pourras maintenant enlever le sac de papier brun que tu t’es mis sur la tête!

@ Gaston
À lire les commentaires l’évidence crève les yeux à qui fait l’effort de les ouvrir. Lire entre autres le commentaire 20.

@David:

« Désolé de te l’apprendre, mais pour arriver aux chiffres de Stats Can, il faut bel et bien additionner les 2 montants de l’ISQ »

David, ce que tu fais, cela s’appelle de la désinformation. Ton affirmation est complètement fausse, mais tu te camoufles en ne mentionnant aucun chiffres pour appuyer tes dires.

Je regrette pour ceux qui n’apprécient pas les chiffres, mais je peux pas laissé passer cela. Alors, on y va:

Les deux montants de l’ISQ auquels tu fais référence sont:

– Dépenses courantes en biens & services (Tableau 13.2): $10,826 millions

– Dépenses de Programmes (Tableau 13.3): $46,986 millions

Selon toi, il faut additionner ces deux chiffres pour arriver au total des dépenses, selon Stats Can. Or, ce rapport de Stats Can auquel tu fais référence indique:

– Total des Dépenses Courantes: $53,974 millions
– Intérêt sur la dette: $6,988 millions

Comme le rapport de l’ISQ n’inclus pas la dette, il faut déduire ce montant du total des dépenses courantes de Stats Can. Et cela donne EXACTEMENT $46,986 millions.

Ce montant correspond EXACTEMENT à ce que l’ISQ nomme « Dépenses de Programmes », que j’ai cité plus haut.

Tu semble pratiquer la devise de Harper: « Si on répète un mensonge suffisamment souvent, il deviendra vérité ».

Sans doute que David a réussi à semer la confusion dans l’esprit de plusieurs. Je veux donc rappeler ici l’enjeu de ce débat.

David soutient que le Fédéral dépense $57.8 milliards au Québec, et en conclus que le Québec est une province de quêteux.

J’ai démontré, deux fois plutôt qu’une, que selon les propres chiffres du Gouvernement Fédéral, celui dépense $47.0 milliards au Québec. De plus, j’ai démontré que cela se situe dans la moyenne des provinces canadiennes.

Pourtant, David persiste à dire que le Québec est une province de quêteux, et insiste pour pouvoir continuer à porter son bonnet d’âne!

@ David

Je remarques que tu es complètement dépassé par les commentaires de Gaston.

As tu des preuves avec des chiffres et des règles pour appuyer tes déclarations.

Les déclarations personnelles et les articles de journalistes qui pensent comme toi ne sont pas des preuves ni en économie ni en santé.

@ Gaston

Que l’ISQ inclus la dette ou pas s’est sans importance parce que la dette se répartie de la même manière dans toutes les provinces, donc ce facteur s’annulent.

Et tu es encore dans l’erreur.

Si on n’additionne PAS les chiffres de l’ISQ, les dépenses au Qc totalise 46,986 milliards. Stats Can arrive à 53,974 milliards:

http://www.stat.gouv.qc.ca/donstat/econm_finnc/conjn_econm/TSC/pdf/chap13.pdf

http://www.statcan.gc.ca/pub/13-018-x/2010001/t/tab0724-fra.htm

Donc on voit bien qu’il faut additionner, comme le fait aussi Pierre Duhamel.

Tu fais aussi erreur quand tu dis que le Québec est dans la moyenne canadienne.

De 1998 à 2008, chaque Québécois a envoyé à Ottawa l’équivalent de -58 011$ et a reçu l’équivalent de +65 262$ pour un solde final positif de +7 251$ (+29 004$ pour une famille de quatre personnes).

De 1998 à 2008, chaque Canadien du ROC a envoyé à Ottawa l’équivalent de -73 071$ et a reçu l’équivalent de +69 746$ pour un solde final négatif de -3 325$ (-13 300$ pour une famille de quatre personnes).

Le Québec REÇOIT, la moyenne canadienne DONNE.

@Youle,

Merci pour ton support. Je commençait à me demander s’il y avait d’autres blogueurs qui s’intéressaient encore à cette discussion.

@David:

Coudonc David, à quoi tu joues? Tu me répètes les mêmes arguments que je t’ai déjà démontré comme étant faux et fallacieux.

Tu dis:
“Que l’ISQ inclus la dette ou pas s’est sans importance parce que la dette se répartie de la même manière dans toutes les provinces, donc ce facteur s’annulent.”

Je te répond:
Je suis parfaitement d’accord avec toi, mais là n’est pas la question. Quand on compare les chiffres de l’ISQ et ceux de Stats Can , il faut s’assurer que la dette soit traité de la même façon des deux côtés de l’équation. Comme l’ISQ n’inclus pas la dette, il ne faut pas l’inclure non plus du côté de Stats Can.

Tu dis:
“Si on n’additionne PAS les chiffres de l’ISQ, les dépenses au Qc totalise 46,986 milliards. Stats Can arrive à 53,974 milliards. »

Je te répond:
Le chiffre de 53,974 inclus la dette. Comme la portion de cette dette pour le Québec (selon stats can) est de 6,988, on arrive à l’équation que tu ne sembles pas vouloir comprendre:
53,974 – 6988 = 46986

Ce qui veux dire qu’il ne faut pas additionner les deux chiffres de l’ISQ. Oui, Pierre Duhamel a bien écrit qu’il fallait les additionner. C’est à ma demande d’ailleurs qu’il a écrit cela, après que je lui ais demandé de m’expliquer la source de ses chiffres. Je viens de te prouver, noir sur blanc, qu’il s’est trompé. Personne n’est infaillible (sauf le pape, bien sûr). Toutefois, j’ose croire que m. Duhamel s’est trompé de bonne foi

Pour ce qui est de la contribution du Québec au Fédéral, tu me ramènes encore les mêmes arguments trompeurs. Je ne referai pas encore la démonstration de la futilité de tes arguments. Je n’ai rien à ajouter à ce que j’ai déjà écris en #36

Pour éviter toute confusion, je dois faire la correction suivante dans mon message précédent (11/4 @ 19h40).

Dans mon message, je parle de la « dette », ou « portion de la dette ». Cela est inexact. J’aurais plutôt dû écrire « Intérêt sur la dette du Fédéral imputable au Québec »

Dans le document de Stats Can, on réfère à la « Intérêt sur la dette publique »

@ Gaston

Non, va relire les tablueaux de Stats Can, le dette n’est un facteur à part (isolé).

Meilleure chance la prochaine fois.

Pour arriver aux chiffres de Stats Can, il faut additionner les montants de l’ISQ.