Aide aux victimes: poudre aux yeux

En prévision de la Semaine nationale de sensibilisation aux victimes d’actes criminels, le premier ministre Stephen Harper, sa ministre des Ressources humaines, Diane Finley, et le sénateur Pierre-Hughes Boivenu sont allés à Sherbrooke, la semaine dernière, pour annoncer un nouveau programme de soutien au revenu destiné aux parents d’enfants, de moins de 18 ans, assassinés ou disparus à la suite d’une infraction au Code criminel. Selon le communiqué, le gouvernement pense ainsi pouvoir venir en aide à environ 1000 familles par année à partir de janvier 2013. Mille familles? Voilà un chiffre ronflant et impressionnant, mais qui tient difficilement la route. En 2010, 61 jeunes de moins de 18 ans ont été assassinés au Canada et, selon les études, la majorité des homicides d’enfants sont commis par un membre de leur famille. Il y a par contre beaucoup plus d’enfants qui disparaissent. Des milliers, en fait, chaque année, et la très grande majorité à la suite de fugues. En 2009, 50 492 disparitions ont été rapportées à la police, dont 35 768 se sont révélées être des fugues. Dans 11 757 autres cas, la police manquait d’éléments d’information pour cataloguer l’incident. Dans d’autres cas, les enfants s’étaient égarés ou n’étaient pas retournés à leur centre de détention ou d’hébergement. Ceux victimes d’un acte criminel étaient nettement moins nombreux. En fait, cette année-là, 287 enfants ont été victimes d’un enlèvement, soit par un parent (237) ou un étranger (50), et rien n’indique que ce nombre ait grimpé en flèche depuis. Ce qui veut dire qu’environ 350 familles pourraient avoir droit chaque année à l’aide annoncée et non 1000.

Laisser un commentaire

On N’arrêtera donc jamais la propagande de nos politiciens.

Lors des débats électoraux américains, certains sites (CNN, entre autres) rédigent des colonnes du style : « Ce qu’ils ont dit…Voici les faits… ».

Faudra-t-il établir une collone permanente dans une revue comme L’actualité pour connaître la vérité par rapport aux énoncés de nos politiciens?

À la longue, ça pourrait forcer un peu plus authenticité de leur parté

Pauvre Éric! C’est sûr que cela ne cadre pas avec ton intérêt pour la propagande…

Mon intérêt est pour le fond des choses, que ce soit 350, 500 ou mille, c’est secondaire en ce qui me concerne. Mais c’est conforme au but de ce blogue de chercher des poux.

Comme le prouve l’introduction de la dernière chronique de la blogueuse, les chiffres importent peu pour elle quand ça fait son affaire idéologiquement:

« Ils étaient 150 000 ? 200 000 ? 300 000 ? Peu importe, ils étaient nombreux, dimanche, à marcher vers le parc Jeanne-Mance. Nombreux à refuser de se taire. À secouer le cynisme. À prouver que la politique éteignoir ne saurait avoir raison pour de bon de l’indignation et du désir d’agir des citoyens. »

Les plus populaires