Andrew Scheer sur les talons de Justin Trudeau

À moins de dix mois des élections générales, et à moins d’un mois d’élections partielles fédérales qui auront de vraies conséquences pour tous les partis en lice, Conservateurs et Libéraux sont désormais au coude à coude dans les intentions de vote. Le point avec Philippe J Fournier.

Alors que va débuter la dernière session parlementaire de la 42e législature, il nous est impossible, avec les données actuellement disponibles, d’identifier un clair favori pour remporter l’élection du 21 octobre prochain.

Jetons un coup d’oeil aux sondages des douze derniers mois au Canada:

[Pour consulter la liste complète, visitez cette page.]

Nous entrons ces sondages dans le modèle électoral Qc125 et présentons aujourd’hui la projection fédérale du 27 janvier 2019.

La projection du vote populaire

Toujours en tête dans la projection du vote populaire, le Parti libéral du Canada récolte un support moyen de 35,2% à l’échelle du pays. Il s’agit d’un net recul pour le PLC depuis l’automne, où sa moyenne frôlait régulièrement les 38% et 39%.

Non loin derrière, le Parti conservateur du Canada grimpe quelque peu depuis l’automne et atteint maintenant une moyenne de 33,5%. Bien que les Libéraux soient toujours en première place dans la plupart des sondages publiés dans les derniers mois, l’écart moyen entre le PLC et le PCC est bien trop étroit pour que cette avance soit statistiquement significative. Les chiffres actuellement disponibles nous indiquent donc qu’il y a une égalité statistique entre les deux partis.

Les chiffres ne s’améliorent pas pour le Nouveau Parti démocratique qui obtient un vote moyen de 15,9% au pays. Évidemment, au cours du prochain mois, tous les yeux seront rivés vers Burnaby-Sud, cette circonscription de Vancouver où le chef Jagmeet Singh tentera de se faire élire lors de l’élection partielle à venir. Quoi qu’il advienne, cette élection partielle sera certainement lourde de conséquences pour le NPD. C’est à suivre.

Voici les projections de vote populaire avec les intervalles de confiance de 95%.

Encore une fois, nous pouvons remarquer que les intervalles de confiance du PLC et PCC se croisent considérablement.

Au Québec, les Libéraux de Justin Trudeau trônent toujours au sommet des intentions de vote avec un peu plus de 40% d’appuis. Les Conservateurs, le Bloc et le NPD sont à triple égalité statistique pour le deuxième rang.

Il est encore tôt bien sûr, mais l’arrivée d’Yves-François Blanchet ne semble pas avoir fait bouger l’aiguille pour le Bloc québécois – ni positivement, ni négativement. De nouveaux chiffres pour le Québec sont attendus dans les prochaines semaines, alors nous pourrons y voir plus clair sous peu.

La projection de sièges

En considérant les niveaux d’appuis fédéraux et régionaux des principaux partis, le modèle Qc125 calcule les projections de sièges suivantes:

Le Parti libéral du Canada demeure en tête de la projection avec une moyenne de 166 sièges, mais avec une avance considérablement réduite par rapport aux projections de l’automne dernier.

La moyenne de sièges du Parti conservateur du Canada est de 139 sièges. Donc, s’ils devaient «surperformer» dans l’urne, les Conservateurs pourraient même franchir la barre des 170 sièges requis pour la majorité.

La projection de sièges du NPD demeure stable depuis maintenant quelques mois. Sa moyenne actuelle est de 25 sièges, soit bien en-deçà de son résultat de 44 sièges en 2015.


Du côté du Bloc québécois, avec un niveau d’appui qui oscille autour de 15% au Québec depuis plusieurs semaines, il remporte une moyenne de 5 sièges. Un résultat semblable aux dix sièges de 2015 est certes possible, mais la domination du PLC au Québec fait rapidement plafonner les limites supérieures de la projection du BQ. Rappelons qu’en 2011, avec 23% du vote au Québec, le Bloc n’avait récolté qu’un maigre total de 4 sièges.

De son côté, le Parti vert du Canada remporte entre 2 à 4 sièges – tous sur l’Île de Vancouver en Colombie-Britannique.

Finalement, le Parti populaire du Canada est projeté comme favori dans la circonscription de Beauce, siège du chef Maxime Bernier.

La projection du vainqueur

Les résultats de cette projection électorale proviennent de cent mille simulations d’élections générales effectuées par le modèle Qc125. Selon les données actuellement disponibles, le Parti libéral remporte le plus grand nombre de sièges dans sept simulations sur dix (70,8%)

Le Parti conservateur remporte le plus grand nombre de sièges dans près de trois simulations sur dix (28,4%).

Il y a égalité entre le PLC et le PCC dans 0,8% des simulation. Évidemment, aucun autre parti ne remporte une pluralité de sièges.

En conclusion

  • Dans les provinces de l’Atlantique, le PLC détient toujours une avance importante sur le PCC (entre 20 et 25 points) et est présentement projeté en avance dans 27 des 32 circonscriptions.
  • Au Québec, les chiffres actuels (voir plus haut) nous indiquent que le PLC pourrait augmenter sa part de sièges – il avait remporté 40 des 78 sièges du Québec en 2015. Si les appuis actuels se transfèrent dans l’urne, une récolte invraisemblable de 60 sièges libéraux québécois ne serait pas un scénario irréalisable.
  • En Ontario, le PLC et le PCC demeurent nez à nez à la fois dans les intentions de vote et dans la projection de sièges. Si Andrew Scheer ne parvient pas à convaincre davantage de Québécois à voter pour son parti, seul un balayage quasi complet de l’Ontario lui permettrait de devenir Premier ministre.
  • Dans les Prairies (MB/SK), le PCC devrait remporter la presque totalité des comtés ruraux. Les circonscriptions de la ville de Winnipeg penchent toujours vers le PLC.
  • En Alberta, les Conservateurs dominent leurs rivaux avec une avance d’environ 40 points (!!) et pourraient donc balayer les 34 circonscriptions de la province.
  • Finalement, en Colombie-Britannique, les Conservateurs ont grugé l’avance du PLC au cours des dernières semaines de telle sorte que les deux partis sont maintenant à égalité statistique. Les Verts pourraient enregistrer des gains dans la région de Victoria.

De nouveaux sondages seront publiés sous peu. Je décortiquerai ces chiffres aussitôt et mettrai à jour la projection électorale. C’est à suivre.

Dans la même catégorie
12 commentaires
Laisser un commentaire

sheer est un arriviste sans aucune capacité à diriger le pays, il sera aussi dangereux pour la classe moyenne que l’a été harper, les gens de la région de Quebec doivent cesser d’ecouter les radios poubelle et apprendre à lire des journeaux intelligent.

Répondre

On disait la même chose de François Legault ! Rappelez-vous d’ un éminent libéral, arriviste magasineux à la Bourdon et nommé Alexandre Taillefer !!!

cela devrait être une victoire libérale, d’autant plus que certains électeurs du npd sont plus proches de voter libéral que conservateur.

Répondre

Est-ce moi qui ne comprend pas ou quoi? Chaque jour j’entends, ou je lis dans les nouvelles, des gens se plaindre de ce gouvernement pour toute sorte de raisons mais, selon les chiffres rapportés ici-même le gouvernement de monsieur Trudeau pourrait continuer d’être au pouvoir grâce à l’apport de vote québécois! Les gens sont libres de voter pour qui ils le veulent mais, ils sont durs à suivre. Sans manquer de respect, qu’à concrètement accomplis ce gouvernement outre la légalisation du cannabis ? Beaucoup de dépenses, relations internationales laborieuses si ce n’est désastreuses, l’ALENA renégocier à notre défaveur, le pipeline, la frontière à Lacole… Ce que j’ai aimé de ce gouvernement, qu’ils aillent voulus aider les franco-ontariens avec leur université, le retour de péréquation (ils n’avaient pas le choix car c’est la règle) et que le premier ministre est capable de prendre de bonnes décisions quelques fois, comme de démissionner son diplomate en Chine par exemple. J’ai quand même l’impression que le Canada est moins uni sous la férule de ce gouvernement. C’est mon opinion.

Répondre

Le père Noël est habillé de rouge, trudeau et ses lutins (les ministres) aussi.
Avec ce gouvernement, le canada s’endette à une vitesse effrayante, les catastrophes conséquentes dans l’avenir seront les lourdes charges d’intérêts sur les emprunts qui vont contraindre les orientations et marges de manoeuvre de tous les gouvernements prochains. Les gouvernements seront à la merci des financiers, comme tous les pays lourdement endettés, tel la Grèce.

La dette approche les 700 milliard et trudeau continu à annoncer les dépenses en milliards… comme un adolescent qui n’a pas encore appris la valeur de l’argent et les conséquences de l’endettement.
Le déficit en 2018 est de 19 milliards, sans compté les coûts non »budgété », mais annoncés de 7 milliard pour la construction du pipeline vers la Colombie britanique.
Pendant ce temps au Québec, il semble qu’on le reporterait au pouvoir… l’imbécilité grand V tout en allant fumé un pétard..!

Répondre

L’argument massu du Bloc: arrêter Trudeau.
A partir de 20% on entre dans la zone payante.
Il va falloir que Blanchet occupe le terrain. Fasse parler de lui. Attaque Trudeau directement: superficialité, larmes, déguisement, déficit, multiculturalisme, « Canada is not back », Roxham, pipeline.

Répondre

« Nous mesurerons notre taux de succès à la brièveté de notre mandat » – Lucien Bouchard lors de la création du Bloc en 1990. Il y a 29 ans!!!

Pour le moment , M.Fournier n’ a pas grand chose à se mettre sous la dent! Il reste 8 mois et demi avant les élections et tout peut changeer. Toutefois le leadership de Justin Trudeau est vraiment à la baisse; ce n’ est pas lui qui mène ! Il a l’ air de d’ un ados qui se cherche; il est meilleur avec son image et ses selfies mais après 3 et quelques mois son bilan est médiocre!

Sa loi sur le cannabis est ce que les gens vont se rappeler. À son arrivée au pouvoir , il a multiplier les gaffes et s’ est mis à effacer toutes traces du PCC ! Gros déficits à tous les ans et pas de retour à l’équilibre budgétaire, le système Phénix pas encore performant , il s’ est mis à dos la Chine, la Russie, les USA, l’ Inde, aucune modification au régime électoral tel que promis, aucune sommes allouées malgré ses énormes déficits aux provinces en ce qui attrait aux infrastructures, dans les affaires authoctones rien de régler, ect…

Son bilan est vraiment épouvantable et il n’ a fait que surfer sur sa popularité de star! Ce gars là est une vedette , pas un politicien avec du charisme! Il s’ exprime très mal en français et souvent ses réponses aux médias ne sont que des phrases creuses! 40% des intentions de votes au Québec c’ est incompréhensible! Les électeurs du Québec ont le temps de changer d’ idée d’ ici le scrutin quand il vont réalisé le bilan de ce parti! Vite les débats et ça presse pour analyser sa performance !

Répondre

Le vote anglo-allophone fait maintenant plus de 22%. Ajoutez la très grande majorité des vieux (75 ans) et une partie des millénaires qui le trouvent tellement cool, pis vous avez votre 40%.
C’est ca qui est ca comme on dit.

outre la balance du budget et l’expansion de l’économie, la prochaine campagne devrait inclure les changements climatiques, l’internetisation de l’état et les énergies vertes.

Répondre

Scheer sur les talons de Trudeau ou vice versa ne change rien sur le fait que le Québec n’est plus représenté à Ottawa. Chacun des députés fédéraux québécois ne fait pas le poids quand les décisions qui auront un impact sur l’économie se prennent. On ramasse des miettes et cela dure depuis toujours mais encore plus depuis que le projet de séparation a été mit de côté.
Le seul espoir qu’il reste, c’est la fin de non recevoir de TOUS ce que Legault va demandé peut importe le parti en place. Peut-être alors, je dis bien peut-être, les gens comprendront que le Québec pour eux à Ottawa, c’est un Québec qui ne demande rien et qui se tient bien tranquille dans sa réserve provinciale Canadian. Prends ton chèque pis ta gueule le sauvage métissé. Et ce jour-là ou nous serons plus nombreux que les fédéralistes au Québec, bien peut-être envisagerons-nous de faire notre pays avec nos convictions propres au lieu d’essayer de vivre avec les convictions des autres. Faut que je m’accroche à quelque chose sinon mourir dans cette société en perdition individuelle sans projet sociétale autre que plus de, toujours plus, plus plus de je, me, moi.

Répondre

« On ramasse des miettes et cela dure depuis toujours mais encore plus depuis que le projet de séparation a été mit de côté. »

Le Québec a reçu plus de $13 Milliards de péréquation cette année seulement (c’est la plus grosse portion de la péréquation au Canada!!! Et ça dure depuis des lustres) et en PLUS, le gouvernement Canadien dépense plus de $10 Milliards par année au Québec!!!

Comme « miettes », je trouve ça pas si mal…