L’image: Après les témoins-chocs – Bastarache réfléchit

Qui dit vrai ? Qui dit faux ? L’ex-ministre ou le premier ministre ? Le Commissaire Bastarache doit maintenant mobiliser toutes ses ressources de déduction pour séparer le mensonge de la vérité. Dans cette photo venue du futur, on le voit en pleine réflexion:

M. Bastarache ? M. Bastarache ? Vous allez bien ?
M. Bastarache? M. Bastarache? Vous allez bien?
Les commentaires sont fermés.

Maintenant qu’on sait que Marc Bellemare disait vrai et que le pm Jean Charest le confirme, le juge libéral Bastarache ne devrait pas avoir de misère à déterminer que le choix des juges est empreint de partialité politique, non?

Avec tout le respect que l’on vous doit, faut pas charrier, Monsieur Lisée. Que le commissaire ait changé de maquilleuse (ou de maquilleur), ne vous autorise en aucune façon à exposer sur Internet les essais malheureux tentés pour dérougir l’honorable commissaire. Une des bases, un des fonds de teint, est en effet, selon votre photo du juge, très décapante, trop en apparence. On a même entendu dans les couloirs de la Commission, une jeune comédienne recrutée pour les premiers essais, confier à l’une de ses amies: « C’est terrible comme cette base t’arrache la gueule ». Et apparemment, toujours selon votre photo, pas seulement la gueule. (Avec votre habituelle mansuétude, vous excuserez j’en suis sur, l’emploi de cette vulgarité, accolée à la haute fonction de juge. mais c’est du pris sur le vif, si l’on peut dire.) Nous espérons tout de même pour le commissaire, qu’ils arriveront à trouver rapidement une base efficace pour l’aider à faire le tri dans cette histoire de plus en plus en noir et blanc. Peut-être d’ailleurs, que le commissaire est tout simplement rouge de colère, de voir dans quel guêpier ridicule (et très onéreux) il s’est laissé entraîner. Cela dit, le juge pourra toujours aller se réconforter avec toutes les procureuses et procureurs dans un de ces très chics et très chers restaurants qu’ils donnent l’impression tous et toutes de fréquenter assidûment (Et pour l’instant aux frais de nous autres contribuables).

C’est monsieur Bellemarre qui dit vrai. Il n’y a aucun doute dans les esprits bien tournées. Ce cirque à la Jean Charest doit cesser, c’est de la perte de temps inutile. Charest doit convoquer au plus vite une commission d’enquête publique sur la construction et les dons au parti libéral. C’est là que ça coute cher au Québec. Des milliards dépensé inutilement. C’est le temps d’être sérieux au Québec.

Le visage du commissaire Bastarache est aussi rouge que celui de John Boehner, chef de la minorité républicaine, est orangé.

Charest nous ment depuis qu’il est au pouvoir. Il lui est tout aussi facile de nous mener en bateau que ce l’est pour Bellemare. Il est facile tant pour l’un que pour l’autre d’affirmer ce qui ne peut pas être prouvé. De plus, jamais une personne intelligente ira poser une question ou demander une information qui pourrait lui nuire. Alors quand on lui demande « saviez-vous que ….» ou encore: «Vous avait-on informé que …» il pourra répondre : «Non je n’étais pas au courant». Facile et impossible à prouver.

On voit de plus en plus que la Commission Bastarache ne pourra jamais prouver qui a tort et qui a raison.

Mais Charest n’est pas sorti du bois pour autant. La corruption continue et n’est pas sanctionnée car Charest ne tient pas à faire la lumière sur ce sujet.

Je pense que le magazine Maclean’s a peut-être raison après tout, quant à son titre du moins car je n’ai pas lu tout le reportage.

Dans cette commission il y a deux évidences. La première, est que malgré les tentatives de camoufflage et patialité de la part des commettants libéraux dans cette comission, incluant le commissaire lui même. La démonstration est faite qu’il y a influances et malversations libérales dans le processus.
La deuxième évidence, concerne le rapport qui sera transmit per la commission. Ne soyez pas surpris qu’il sera à l’aventage des libéraux. Avec une commission bidon, il ne peut en être autrement.

Bonsoir,

Pour la première fois de ma vie, j’ai l’impression que le système démocratique est une «foutaise». Quand je vois ce qui se passe à la commission Bastarache, je regrette d’avoir enseigné à mes enfants l’honnêteté et la franchise. Ce ne sont pas les qualités nécessaires dans notre société. Au contraire, mieux tu sais mentir, plus tu t’en sors. Le meilleur témoin est celui qui ment effrontément, avec le plus d’aisance.

Un juge peut demander à un collecteur de fonds de l’aider à avoir une promotion…

Et, parce que tu collectes des fonds, tu deviens compétent pour participer à des nominations à l’appareil d’État.

Pour la première fois de ma vie j’ai honte d’être Québécoise!

Marie Bouchard

Une dizaine de tests de polygraphe auraient fort probablement été plus efficaces que cette commission. Une économie de temps et d’argent. Cependant, connaître la vérité immédiatement dans l’affaire Bellemare permettrait aux électeurs de réfléchir davantage sur le plus gros scandale qui se cache derrière le financement du Parti Libéral et chez des entrepreneurs en construction. La commission Bastarache est une diversion coûteuse.

C’est une épithète qu’on a pas entendue souvent, mais c’est celle que finalement m’inspire le spectacle que j’ai vu aujourd’hui et à vrai dire l’ensemble de la pièce : je suis envahi par une sorte de tristesse. C’est bien le mot, tristesse.

Et je me demande mais comment en est-on arrivé à tomber si bas ? !

Un petit mot en passant: le premier ministre Charest, en ayant décidé de tenir une commission d’enquête dont personne ne tient pour prioritaire par rapport à d’autres commissions qui auraient pu être tenues, a réussi à miner la réputation du Québec. En effet, cette commission, qu’elle trouve un coupable ou non, aura créé une atmosphère de suspicion et de cynisme que la presse canadienne-anglaise commence à exploiter avec une joie à peine cacher.

Bilan: la commission n’aura servi à RIEN, sauf à ternir la réputation du Québec.

Beau travail.

Il est clair que le témoin Charest ment et qu’il utilise son expérience de communicateur politique pour leurrer les gens. Quant à l’avocat de Bellemarre qui l’a interrogé je crois qu’il a démontré qu’il y avait chez ce gouvernement au pouvoir un mépris pour les gens honnêtes, sincères et travailleurs responsables.

COMME L’AMOUR, LA VÉRITÉ NOURRIT

comme tous les juges et les politiciens libéraux
je me nourris de vérité

Le parti libéral perdra t’il son mentor ou son menteur? Ce ne sera pas le « commissionnaire » Bastarache qui livrera un rapport défavorable à la famille,j’y vois plutôt une conclusion comparative à son auteur: mièvre

Sur les mensonges et autres évidences. Charest ment et ça semble évident comme le rouge qu’il porte aux joues et le regard qu’il lance. Le langage du corps et les regards que nous lançons sont le reflet exact de notre âme. Chaque fois que Charest ment, j’ai le détecteur qui frétille. Son regard devient méchant tout en ayant l’air de défendre l’impossible. Un mensonge n’attend pas l’autre. On a beau leur donner des cours sur comment déjouer toutes les situations, lorsqu’on est mauvais acteur, le mensonge se reflète, embue le regard et on ne peut s’y tromper : Charest est un fieffé menteur! Mais ça, on le sait déjà : son prénom, son allégeance politique tordue, la loi 101 qu’il ne devait pas toucher (la loi 103 vient prouver le contraire) et la liste est trop longue, faites vous-même le compte. Alors comment ne pas exiger sa démission, sauf que la situation et sa fierté l’empêcheront de démissionner. Même un mea culpa n’arriverait pas à faire pardonner ses nombreuses traitrises. En finale, tout comme d’autres commissions d’enquêtes au Québec, celle-ci est une vaste farce et jamais nous ne connaîtrons le fin mot de cette histoire alambiquée. Souvenez-vous de la CECO…

En taemps de guerre pour détruire une nation il n’y a plus de lois qui tiennent et pour Charest Meech Moins et Mister Canada c’est ce qui se passe avec ses commandités de service et ses détourneurs de fonds . TOUT EST PERMIS

Avant même de s’asseoir pour répondre aux questions le premier ministre avait déjà commencé à mentir sans broncher. En s’identifiant comme étant Jean Charest il venait de formuler le premier d’une longue série de mensonges puisque tout le monde sait que le seul nom légitime et officiel du premier ministre est John James Charest.

Pour ce qui est des questions concernant les allégations de Marc Bellemare il a tout nié d’un bloc en se contentant de toujours répondre simplement « non » à toutes les questions pertinentes, sans rien ajouter de plus. C’est évidemment la meilleure façon de se placer dans une position où on ne peut jamais se contredire.

Jean Charest n’a jamais eu les 2 mains sur le volant, jamais!

Ce poste de premier ministre du Québec lui guarantit l’opulence des « riches parvenus » sans, toutefois, diriger la province comme il le devrait.

Lui qui promettait « la transparence » politique, la diminution du temps d’attente dans les salles d’urgence des hôpitaux, un réaménagement dans le domaine de la santé, etc. nous, les québécois, devrons nous tourner vers nos propres ressources et réélire un nouveau premier ministre qui ne soit pas dirigé par la Mafia.

Monsieur Jean Charest doit démissionner et il aurait dû le faire depuis longtemps. Un rafraîchissement politique est nécessaire!

Je m’imagine-là Bastarache en train d’espérer que l’avocat de Bellemare continuera à oublier des questions comme celles qu’il n’a pas posées à Charest. Genre : «Qui vous a informé, à votre arrivée au pouvoir, du processus de nomination des juges ?» Ou encore, «Quelle démarche avez-vous faite pour être mis au courant du processus précis de nomination des juges ?» Ou, «Qui, lors de la période de la passassion du pouvoir était chargé de vous expliquer le processus de nomination des juges ? » Ou encore, « qui avait cette responsabilité ?» Ou même, «M. le premier ministre, votre nom officiel est-il Jean Charest ou John James Charest ?» «Comme vous avez prêté serment sous le nom de Jean Charest, pouvez nous fournir les documents à la base du changement de votre nom.» Et selon les réponses, Me Bertrand aurait pu demander au commissaire Bastarache :« M. le commissaire, serait-il possible de demander au témoin Charest de prêter serment sous son vrai nom ?»

Mais peut-être que Me Bertrand demandera enfin des précisions sur comment on en arrive à établir la courte liste des candidatures pour des postes de juges, et qui y participe. Nous aimerions aussi voir Me Bertrand demander sur quelle base sont choisis les membres du comité qui confectionne cette courte liste. Peut-être demandera-t-il que la commission donne accès aux rapports (caviardés adéquatement) de SQ qui disqualifia des candidats et auxquels fit référence le PM à quelques reprises.

Donc on voit bien que le personnage, le squelette en pleine réflexion, si on s’imagine qu’il est Me Bastarache, peut avoir quelques préoccupations dont comment fera-t-il pour empêcher ces questions d’être posées ?

Mais peut-être erre-t-on. Peut-être que justement Bastarache est-il en train de se dire que ces questions devraient être posées par … son procureur.

À suivre …

«Il est fréquent qu’un homme évite de se poser les questions qui comptent vraiment, pour ne retenir que les réponses qui lui plaisent.»[François Barcelo]

Le polygraphe n’a aucune portée juridique, il ne peut pas être déposé comme preuve.

Un autre avis très personnel de David Gagnon libertarien.

Depuis un bon bout de temps je ne suis plus capable d’entendre Charest ou un de sa clique , à la étlé ou à la radio , alors je ferme le son dès qu’ils apparaissent . Je crois que c,est une ecoeurantite aigue!!mais j’ai écouté le plus que ma santé me le permettait cette comédie et j’ai pas ri , j’aurais hurlé si je n’avais pas été paralysée par le dégoût et la peur!! C’est ça notre justice?? notre démocratie??Quelle bande de voyous nous dirigent?? Incroyable!! connaissez-vous un remède?? je ne m’en remettrai pas!

Ce que je trouve le plus déplorable, c’est la vue des sondages d’intentions de vote chez les non-francophones. 63% de ceux-ci donnerait encore leur vote au PLQ malgré toutes les allégations de corruptions, les scandales à répétition, les mensonges, le copinage à un niveau presque industriel!

Je suis souverainiste(ou séparatiste ou indépendantiste… appellez ça comme vous voudrez!) mais je serais le premier à militer pour un retour d’un parti de type Alliance Québec! Les anglos et allophones auraient enfin une alternative valable(pour eux!) au PLQ. Le PLQ se retrouverait probablement au même niveau que le PCC à l’époque post-Mulroney(qui était là déjà?… ah oui notre ami JJ Charest!) ou au niveau du PLC post-scandale des commandites.

Le PLQ ne mérite pas mieux que le PCC de l’époque ou le PLC suite aux commandites, dans les 3 cas, ils essaient de nous manipuler, nous soumettre, nous voler avec l’argent de nos taxes qui retournent en contrats aux amis, qui redonnent l’argent au parti en »dons ».

C’est tout ce qu’avait Bellemarre?

Les affirmations de Bellemarre ne sont jusqu’ici soutenues par AUCUNE preuve; tout juste sont-elles corroborées en PARTIE par UN seul témoin qui n’a pas assisté à la scène…

http://www.cyberpresse.ca/chroniqueurs/yves-boisvert/201009/25/01-4326560-ce-quil-reste-de-la-preuve.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B13b_yves-boisvert_3256_section_POS1

La prestation de notre Premier Ministre, Monsieur Jean Charest, a été tout simplement MAGISTRALE. Il a su résister aux assauts sauvages de l’avocat de Bellemarre et s’en est sorti avec grand brio. Quelle vivacité et quelle habileté. Du grand art!!! Il a envoyé Bellemarre au tapis à multes reprises.

On sait maintenant pourquoi Madame Marois ne fait pas le poids face à une telle personnalité.

J’ai hâte de voir la suite…

Bonjour,
En ne croyant pas que Monsieur le juge Michel Bastarache ait le besoin de réfléchir bien longtemps car depuis le début de la Commission,il semble bien que plusieurs témoins ont corroboré le fait que Monsieur Marc Bellemare ne s’entendait bien qu’avec lui même et encore, savait-il bien ce qu’il faisait ou disait ? Et même sur le dernier droit de la Commission, de mauvaises langues ont affirmé que le torchon brûlait entre lui et son propre avocat qui fut remplacé par Maître Jean François Bertrand, le digne fils de son papa le péquiste roublard et coloré. Monsieur Marc Bellemare a été petit et même plus en attaquant Monsieur Jean Charest sur le nom écrit sur son certificat de naissance et a ainsi fait un péquiste de lui-même car comme un péquiste sans arguments, on tire sur le messager en essayant de le rouler dans la boue. Le brave homme qu’est ce Monsieur Marc Bellemare aurait eu plus de crédibilité s’il n’avait pas beurré si épais dans sa sortie médiatique du printemps et comme dirait cet autre, trop, c’est comme pas assez…..
Finalement, en tant que fédéraliste, nous savons bien en allant aux Archives Nationales sur la rue Viger au registre des mariages que Monsieur Gilles Hotte s’est uni à Madame Yolande Brunelle le 22 Décembre de 1978 et c’est public. Nous n’en faisons pas tout un plat et si vous en vous la preuve, allez sur Google et cliquez : Hotte alias Duceppe Gilles et Hotte alias Duceppe Jean. Ainsi, cessez donc ces attaques personnelles envers Monsieur Jean Charest comme nous respectons le fait que Monsieur Gilles Hotte en se lançant en politique a décidé de faire du millage sur le nom d’artiste de son père Jean. Cessez de lancer de la bouette si vous ne voulez pas être englouti dedans. Au plaisir, John Bull.

À date Charest à dit qu’il manipulait les choix des juges avec ses trois mouquetaires de la famille de Madame Lanfry et il à dit le contraire en laissant croire en une mauvaise interprétation des règles par Me Bertrand.
C’est évident qu’il ment pour sauver les meubles et si Madame Landry se parjure il sera sauvé par cette commission bidon mais si elle parle ce sera la fin de Mister Canada donc du voleur de référendum devenu par magouille Premier ministre de la colonie canadian

Charest banalise la corruption.

Les Libéraux banalisent la corruption.

Les fédéralistes banalisent la corruption.

S’il y a du Quebec-bashing dans le ROC, c’est une gracieuseté des fédéralistes québécois corrompus.

Charest, Chrétien, Guité, Tommasi, Pelletier, Whissel et als.

Ajoutez votre propre liste chers blogueurs.

@David Gagnon
« Une dizaine de tests de polygraphe auraient fort probablement été plus efficaces que cette commission. »

= = =

L’emploi du détecteur de mensonge (polygraphe) a été rejeté par la Cour suprême du Canada dans une affaire criminelle (la reine c. Béland):

http://csc.lexum.umontreal.ca/fr/1987/1987rcs2-398/1987rcs2-398.html

= = =

En droit civil, la Cour d’appel du Québec se prononce ici:

JEAN BRÈS et LOUISE DUMONT et SUCCESSION DE FEU JEAN BRÈS c. COMPAGNIE D’ASSURANCE GÉNÉRALE CUMIS

28] Règle générale, les tribunaux se sont montrés réticents à l’utilisation du détecteur de mensonges en raison : (1) d’un degré de fiabilité douteux; (2) des règles de preuve applicables; (3) du fait qu’un tel procédé ne peut se substituer à la fonction du juge pour l’évaluation de la preuve en général et l’appréciation de la crédibilité des témoins en particulier[3].

= = =

Fidèle à son habitude, notre ami libaaaartarien parle à travers son chapeau et sans prendre le temps de vérifier si ses propos tiennent la route.

Je crois personnellement que le commissaire Bastarache s’est déjà fait une idée au sujet de ses conclusions et recommandations. Son rapport final sera t-il squelettique ? nous sommes plusieurs à croire que les politiciens d’office et les institutions seront épargnés.

On a pu constater avec évidence que Bastarache n’a pas la compétence pour diriger cette commission et qu’il est à la solde du parti qui l’a nommé. Il faut lire Josée Legault dans Voir sur ce sujet.

voir.ca/Josée Legault

François 1 :
septembre 26, 2010 à 4:55

La prestation de notre Premier Ministre, Monsieur Jean Charest, a été tout simplement MAGISTRALE. Il a su résister aux assauts sauvages de l’avocat de Bellemarre et s’en est sorti avec grand brio. Quelle vivacité et quelle habileté. Du grand art!!! Il a envoyé Bellemarre au tapis à multes reprises.
(…)

J’ai hâte de voir la suite…
– – – – – – – – – – – – –

Elle est dans les sondages qui font la une, ce matin :

17% seulement croient sa version des faits.

http://www.cyberpresse.ca/actualites/dossiers/commission-bastarache/201009/26/01-4326848-les-quebecois-croient-toujours-bellemare.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B4_manchettes_231_accueil_POS1

De toute façon, la commission Bastarache, on l’aura tous compris, c’est une opération de diversion pour déplacer le focus sur quelque chose de mineur et éviter tout le reste.

C’est une opération de manipulation publique qui ne conduira qu’à des changements mineurs et cosmétiques.

Le juge Bastarache ne blâmera pas directement Charest mais il recommandera de resserrer le règlement sur la nomination des juges pour confier le processus entièrement au ministre de la Justice et peut-être – s’il va plus loin – à forcer le comité de sélection à ne recommander qu’un seul candidat.

Là où les communicateurs de John James se sont trompés c’est lorsqu’ils ont pensé que cette opération de diversion pouvait contribuer à redorer le blason du premier ministre.

Dans l’opinion publique, Charest est cuit et le PLQ est mûr pour un long séjour dans l’opposition.
C’est en plein le temps de forcer les québécois à assumer leur destin, si vous voyez ce que je veux dire.

Mais avec Pauline aux commandes, j’ai des doutes.
J’ai des doutes.

Pierre Cloutier ll.m
avocat

N’oubliez pas que la commission n’aucune portée juridique, aucun des témoignages ne peut être utilisé comme preuve. Ce n’est pas une cause criminelle, ni le procès de personne. Il n’y a aucune preuve jusqu’à maintenant qui tiendrait la route dans un procès. Le publique ne connaîtra pas la vérité à la fin et c’est pourquoi la commission est inutile à cet effet.

Concernant le test du polygraphe, il est probablement facile de le déjouer pour un espion entraîné. Je ne sais si un politicien habitué à mentir aurait la même aisance. Néanmoins, des policiers enquêteurs avec qui j’ai discuté affirment que le polygraphe est très efficace.

(En passant, mon nom est très commun et je ne connais pas le libertarien que certains mentionnent.)