Assurance-emploi : il faudra être prêt à tout faire

Les prestataires d’assurance-emploi devront-ils accepter des boulots habituellement exécutés par des travailleurs temporaires étrangers? C’est ce qui se prépare, à en croire le ministre de la Citoyenneté et de l’immigration, Jason Kenney.

En entrevue avec le National Post, cette semaine, il a dit ce qui suit : «Ce que nous ferons, c’est informer les gens des endroits où il y a embauche et leur rappeler qu’ils ont obligation de faire application là où il y a du travail disponible et de l’accepter, s’ils veulent se qualifier pour l’assurance-emploi». Ils devront par conséquent accepter de faire le travail actuellement effectué par des travailleurs étrangers. C’est le ministre lui-même qui a fourni des exemples. Citant le cas de la Nouvelle-Écosse où le taux de chômage est d’environ 10 %, il a déploré que les producteurs d’arbres de Noël aient à se tourner vers des travailleurs mexicains pour faire le boulot. Et il a continué en citant ces Russes travaillant dans les usines de transformation de l’Île-du-Prince-Édouard et ces Roumains présents à l’usine de chocolat Ganong, au Nouveau-Brunswick. Il n’a rien dit de l’Ouest du pays où pourtant le nombre de travailleurs temporaires étrangers atteint des records.

Voilà qui clarifie plusieurs passages du dernier budget. Celui-ci faisait état d’«un nouvel investissement ciblé de 21 millions de dollars sur deux ans pour aider les chômeurs canadiens à se trouver un emploi plus rapidement». On disait vouloir réduire les délais dans la transmission d’information sur les emplois disponibles. Mais on ajoutait, sans offrir de détails, que «le gouvernement présentera[it] des mesures législatives afin d’étoffer et de préciser les obligations des personnes qui reçoivent des prestations régulières d’assurance-emploi et cherchent du travail». On pouvait toutefois deviner les intentions du gouvernement en lisant un peu plus loin qu’il «établira[it] également des liens entre le Programme des travailleurs temporaires étrangers et les activités d’information sur le travail disponible à l’intention des chômeurs canadiens».

Nulle part ne faisait-on mention d’une obligation, pour les prestataires, d’accepter les emplois habituellement occupés par des travailleurs étrangers. On disait plutôt que «grâce aux nouveaux liens entre les programmes d’assurance-emploi et des travailleurs temporaires étrangers, les travailleurs canadiens qualifiés pourront prendre connaissance des postes disponibles dans leur région et les obtenir, alors que les travailleurs étrangers disponibles seront engagés là où le besoin de leur participation est le plus grand».

P.S. Il est intéressant combien les lignes de responsabilité se brouillent toujours un peu plus avec ce gouvernement. C’est le ministre des Ressources naturelles, Joe Oliver, et non celui de l’Environnement, Peter Kent, qui annonce des changements fondamentaux à l’importante loi sur les évaluations environnementales. C’est le ministre de la Citoyenneté et de l’immigration, et non celle des Ressources humaines, Diane Finley, qui multiplie les déclarations publiques sur les changements à venir aux règles gouvernant les prestataires d’assurance-emploi. Qui seront les prochains qui s’échangeront ainsi les dossiers?

Laisser un commentaire

Merci de continuer à nous faire voir les incongruences de ce gouvernement. On n’est pas sorti du bois !!!!

hey quelle bonne idée. On vas donner l’argent aux immigrées et verser des bonus de performance au dirigeant de assurance emploi

Les conservateurs semblent ciblés les régions du pays qui n’ont pas voté «du bon bord»!

Comme l’assurance-emploi est une mesure pan-canadienne, vont-ils finir par exiger la mobilité des chômeurs?

J’espère que j’perdrai pas ma job avant le 19 octobre 2015…

J’y ai déjà goûter à l’ouest canadien, mon fils se voyait contraint de parler anglais avec les autres francophones dans sa cour d’école … francophone…

En fait, c’est toute la définition du concept d’emploi convenable dans la Loi qui devrait être modifiée pour que la déclaration de Jason Kenney ait du sens. Et cela irait à l’encontre de l’esprit de la Loi actuelle.

Alors, ce sera intéressant de voir ce que le gouvernement fera vraiment. Juaque là, ça me semble plus de la démagogie qu’un vrai plan. Cela dit, on ne peut présumer de rien avec eux…

Merci de suivre le dossier aussi attentivement!

Je suis souverainiste, de centre, des fois centre-gauche, mais je ne peux qu’applaudir à cette mesure. Travaillant en tant que professionnel dans le secteur agricole, je me désole de voir des taux de chômage élevés dans des régions à faibles revenus alors que des emplois dans le secteur agricole sont disponibles. De bons emplois, difficiles physiquement je l’admets, sont également vacants dans le secteur forestier et ce sont des immigrants de la région montréalaise qui sont maintenant formés pour aller travailler dans le bois. Pardonnez mon fond beauceron : câlice… des descendants de bûcherons et de coureurs des bois qui font faire l’ouvrage par des étrangers. Félix Leclerc se retourne dans sa tombe.

Ajoutons à ça le Manoir Charlevoix qui doit importer des Mexicains dans une région où les taux de chômage sont élevés. Je n’ai aucun problème à soutenir, avec mes impôts, les régions en difficulté. J’en ai cependant un gros sacrament avec le fait de soutenir les gens qui ne veulent pas travailler. J’ai traversé une période difficile dans ma vie où j’ai dû retourner travailler aux sapins de Noël à 10 $heure. Et je l’ai fait. Et j’en retire de la fierté aujourd’hui de m’ëtre relevé les manches.

Mon coeur de Québecois va faire plusieurs tours quand je vais paraphraser Jean Chrétien : il faut redonner aux Québécois la fierté de travailler.

Déjà au lendemain du dernier budget, le Conseil national des chômeurs et chômeuses écrivait que le gouvernement Harper allait prochainement annoncer de nouvelles mesures qui viendraient modifier la loi « afin d’étoffer et de préciser les obligations des personnes qui reçoivent des prestations régulières d’assurance-emploi et cherchent du travail » (http://www.lecnc.com/2012/04/les-conservateurs-sont-a-loeuvre/)
Nous avons aujourd’hui une meilleure idée de ce que nous cache ce gouvernement.

Les plus populaires