Astérix: Le ciel is falling !

Ils le font exprès. Je vous parlais ici des distributeurs français de films qui affublaient les films danois et brésiliens de titres anglais, mais qu’est-ce que j’apprends ?

Mais pourquoi Goscinny n'avait-il pas pensé à un titre en anglais? Strange, non ?
Mais pourquoi Goscinny n'avait-il pas pensé à un titre en anglais? Strange, non ?

Le prochain film basé sur les aventures d’Astérix, principalement sur Astérix chez les Bretons, va s’appeler: God Save Britania !

Je me prends à penser: What would Goscinny think ?

Mais, comme ils disent à l’Académie française, if you can’t fight them, join them !

Alors, chers internautes, aidez-moi à aider nos amis de l’industrie française du film à trouver des titres pour leurs futurs films français.

Les règles sont simples:

1. il faut choisir un thème bien représentatif de la France et de sa culture. On commence avec Astérix. (Note aux plus de 77 ans: Tintin est Belge, il est exclu (pour l’instant du moins)).

2. Il faut  que les mots anglais soient facilement compréhensibles, courts, donc accessible au jeune français qui a appris l’anglais en lisant les étiquettes au McDo. (À ce sujet, notez qu’aux USA, les McDo ont des « drive through »; au Québec, des « services à l’auto »; en France ? Des « Drive »! Pourquoi pas « Through »? J’ai une hypothèse. Le ministère français de la santé a du interdire ce mot, dont la prononciation par les Français auraient produit une excessive et insalubre production de postillons.)

Je vous donne un exemple pour commencer. On tournerait une biographie romancée du Général de Gaulle.

Je propose:

Big Ears Rules !

Un film sur Napoléon:

Funny Hat Wars !

Allez, à votre tour. C’est pour rendre service, vous voyez ?

Laisser un commentaire

Un film biographique sur le président Sarkozy : Bad things also come in small packages!

Une visite télévisée chez Johnny Haliday : Tales from the Crypt

De grâce arrêtez, pitié. Même si on savait que la bêtise était un univers aux ressources illimitées je n’en peux plus la cour est pleine.

Hir yn byw y diwylliant ein cefndryd Ffrangeg
Vive la France!

Je comprends que votre concours, c’est pour rire. Mais là, je ne sais pas ce que j’ai, je n’ai juste pas le coeur à rire.

J’avais une certaine idea de la France, you know, mais là, c’est trop…

Patrice

Un film sur :

la tour Eiffel : « Old Thatcher »
un célèbre aqueduc : « a bridge too Gard »
Georges Marchais : « left wing »
Louis XVI : « short sixteen »
la route du cassoulet : « southwind of the road »

Etc. On pourrait y passer la soirée

En réalité, en tant que Français, j’ai plus de difficulté à savoir ce qui est représentatif de la France et de sa culture. Le steak frite ? Le chauvinisme ?

Our cousins : the Québécors are selfish !

They only thik to restrinct world to their province : La Gaule

They only think that sovereignty is for Romans : Rome and it’s declain.

But if they should know that liberty is on the part of winners : they should vote for sovereighnty. They just don’t know yet indeed !

Je n’ai rien à proposer mais je crois pouvoir expliquer. Nos amis de l’industrie française du du film ont deux croyances ( heureusement fausses)
D’abord ils croient que les anglais sont trop idiots pour apprendre ne serait-ce que les rudiments d’une autre langue, voire même de deviner le sens du titre d’un film dans une autre langue que la leur.
Leur autre croyance est de penser que tous les peuples de langue autre que l’anglais de la terre sont un peu moins idiots que les anglais et pourraient être capables de comprendre un titre en anglais mais pas en français ou traduit dans leur propre langue.
Et là on ne parle que du titre. Attendons d’entendre la chanson thème du film … qui sera logiquement composée par un jeune français prometteur » qui a appris l’anglais en lisant les étiquettes au McDo. «

Je vous trouve bien condescendant. Comme Ian Martel. Vous voulez vous moquer du cinéma français qui utilise soit la chanson soit des titres en anglais. Mais c’est exactement ce que nous faisons. C’est aussi ce que Radio-Canada nous impose à tous les jours via ses animateurs vedettes, à commencer par l’ineffable René«le chinois» Beaumier-Roy-Etc. Alors qu’il fut un temps où mon poste de radio était ouvert à cet indicatif quasiment en permanence, je le ne la fais plus que pour quelques minutes, à l’exception de l’émission de Joël Le Bigot. À Alma au lac St-Jean où il n’y pas 1% d’anglais, on se gargarise de donner des cours d’immersion dans cette langue depuis longtemps. Etc.
Nous n’avons pas de leçon à donner, nous qui ridiculisons Pauline Marois à cœur de semaine parce qu’elle n’est pas bilingue et qu’elle a un accent. Personnellement ce sont les québécois que je trouve particulièrement méprisable pour leur manque de colonne vertébrale, et particulièrement leurs élites autoproclamées.
Tristement votre.

Un film (d’horreur) sur un voyage en Guadeloupe:

« Bad trip on a butterfly »

Un film!

Boff!

Le documentaire sur la sécurité.

Gode saife de France

——-

Traduction pour le film:

« Vive la France! » en Anglais: Vive la France!

« Les français sont tombés sur la tête. » en Anglais: The French are Crazy. prononciation: (De frenche are crasie)

Astérix et les gaulois en Anglais: Astérix ane De Gaules.

PS Inspiré de Goole traduction.

Un film sur la tour Eiffel: « Tower I fell from! »

Un film sur La Sorbonne: « Tasty sour bone! »

Vous êtes dur Jean-François… Vous avez sans doute déjà lu cet album. Astérix se rend dans les Îles britanniques pour apporter la potion magique au village de son cousin Jolitorax. Clin d’oeil au « God save the queen » et au nombreux gags sur le couple franco-anglais je trouve que, pour une rare fois, l’usage de l’anglicisme trouve son utilité culturelle. 😉

Film sur les vacances dans le Midi
Nice is nice

Comédie romantique/gastronomique
Kiss ze cook

Adaptation cinématographique de l’Étranger (Camus)
Killing an Arab (controverse assurée)

Documentaire sur l’Académie française
French rules

Livre sur les grandes sociétés françaises
Yes boss

Manuel de géographie de la France
The hex

Avec l’anglicisation de l’Union européenne, il est probable que nous allons tous finir, sooner ou later…anglophones en conservant quelques expressions françaises comme : C’est la vie mon ami !

Je sais qu’il est Belge lui aussi, mais un film sur Gaston Lagaffe pourrait très bien s’intituler:

« Ze Gaffeur »

Deux suggestions:
Un documentaire sur les tendances mégalomanes de Sarkozy: Limitless

Un point de vue inédit dans les coulisses de l’Organisation internationale de la francophonie : Fight Club

« Avec l’anglicisation de l’Union européenne, il est probable que nous allons tous finir, sooner ou later…anglophones en conservant quelques expressions françaises… »

C’est possible, mais ce jour là la langue anglaise sera altérée à un point tel qu’elle sera méconnaissable et c’est déjà très bien amorcé.

Cela illustre très bien quelques raisons parmi d’autres pour lesquelles l’Inde et le Rouenda ont choisi le tout à l’anglais. Comment un pays en quête d’une langue officielle pourrait-il choisir une langue dont il sait que le pays qui la fit naître n’est pas fier, se montre soumis et perdant? ( « Yesman and looser » beau titre pour un film sur l’histoire récente de la France)

Un jour nous devrons convenir d’au lieu de continuer à se laisser humilier par la
France de sauver notre dignité et passer à l’anglais, devenue désormais la langue la moins pire de celles des deux envahisseurs qui nous firent perdre les nôtres, nos langues autochtones.
Mais tant qu’à en changer, on serait mieux avisés d’en chercher une autre, commune parce que partageable avec tous les autres peuples spoliés par les colonisateurs, qui soit fière sans être prétentieuse, qui ne soit pas moteur d’impérialisme culturel et économique, qui a un sens réel de la nécessaire diversité culturelle (comme la biodiversité l’est) et qui ne nous laissera pas l’impression que l’adoptant « we speak white ».

Concernant Goscinny, je pense que, après une dizaine d’année passé a New York et lui-même prônant son humour Franco-Anglais, notre célèbre scénariste ne serait pas si choquer que ça. L’histoire se passe en Angleterre, tout supporter de rugby connait l’hymne de la reine… c’est de l’humour.

Ni les Bretons ni les Gaulois et ni les Romains ne croyaient en un dieu unique. Pour être historiquement exact, le titre aurait du être « The gods save Britannia ».

Les plus populaires