Attawapiskat: le gouvernement savait

Voilà ce qui s’appelle remettre les pendules à l’heure. Réformiste de la première heure, ministre respecté et influent du gouvernement Harper jusqu’au printemps dernier, Chuck Strahl a accepté en fin de semaine de commenter la crise à Attawapiskat. Et deux fois plutôt qu’une.

Selon cet ancien ministre des Affaires indiennes de 2007 à 2010, la situation d’Attawapiskat était connue du ministère. Sur les ondes de CBC, il a parlé d’«une catastrophe annoncée depuis longtemps» et pas unique à Attawapiskat.

Sur les ondes de CTV, il a rappelé que les fonds versés par Ottawa ne servaient pas qu’au logement. Il a aussi noté qu’on ne pouvait attendre de petites communautés d’avoir toute l’expertise nécessaire pour gérer sans difficulté des services éducatifs, sociaux, de santé et de logement.

Il a ajouté qu’aucun autre gouvernement ne devait suivre les règles financières archaïques auxquelles le ministère des Affaires autochtones soumet les bandes, des règles qui ne leur permettent pas de faire un usage optimal des fonds versés.

À VOIR AUSSI (sur le blogue de Manon Cornellier) :
Les conservateurs et Attawapiskat : punir ceux qui osent se plaindre

 

Laisser un commentaire

Il n’y a pas plus aveugle que quelqu’un qui ne veux pas voir.

C’est réconfortant d’être borgne dans un monde d’aveugles.

Moi, il me semble que ça fait longtemps que je sais que les élites autochtones ne meurent pas de faim. Le temps est peut-être venu de chercher à savoir ce qu’on fait des milliards de dollars qui sont engloutis dans le développement utopique des territoires du Grand Nord et des nations autochtones.

Par exemple, demandez-vous donc où et comment vit Matthew Coon Come et ses compères tous les grands chefs des Premières Nations. Il faudrait lâcher le Vérificateur général dans ce dossier. Vous auriez peut-être des surprises. Je pense que ça vaut la peine d’aller voir et de lever un coin du voile.

PS: Excusez-là, je sais que ce n’est pas politiquement acceptable de poser ce genre de questions.

Les plus populaires