Attentats en France : le multiculturalisme à l’épreuve du réel

Le problème de l’islam avec la modernité (et avec l’Occident) ne saurait être réduit au combat qui oppose des groupuscules de fanatiques à d’autres qui rejettent la violence.

Photo: A Majeed/AFP/Getty Images
Photo: A Majeed/AFP/Getty Images

Politique

Les récentes attaques terroristes chez nos cousins français ont suscité un débat sur la tolérance par opposition à la liberté d’expression. Cette discussion dévoile l’impasse dans laquelle nous plonge le dogme de la diversité devant l’épreuve du réel.

L’un des principes de cette idéologie consiste à dire qu’il faut s’ouvrir aux immigrants. Nos coutumes ne sont pas mieux que les leurs et toutes les cultures se valent. Au Canada, cette idée a même été constitutionnalisée.

Tout cela nous amène vers la civilisation multiculturelle qui accouche de l’homme ouvert, libéré de tout préjugé.

Ce projet est mis à mal quand les événements montrent que des membres de certaines communautés culturelles ont des pratiques indéfendables. Afin de préserver le dogme, les multiculturalistes s’efforcent alors par tous les moyens de nier l’évidence. C’est ce que nous vivons depuis les attentats survenus en France.

L’un des pires sophistes en la matière a certainement été le chroniqueur Yves Boisvert, dans La Presse. Il soutient que l’idéologie des terroristes relève du fanatisme, mais aucunement de l’islam.

Pardon ? Imaginons un tel raisonnement à la suite d’un meurtre d’un Noir aux États-Unis par le Ku Klux Klan : «C’est le fanatisme qui est en cause, le racisme n’a rien à voir là-dedans !» Le défendeur d’un raisonnement aussi aveugle aurait droit instantanément à un lynchage médiatique par les tenants du politiquement correct.

D’autres répètent sans cesse que les terroristes ne constituent qu’une petite minorité au sein de la population musulmane. Certes. Mais le problème de l’islam avec la modernité, et avec l’Occident, ne saurait être réduit au combat qui oppose des groupuscules de fanatiques à d’autres qui rejettent la violence.

À côté d’un petit noyau dur d’extrémistes, il y a ceux, respectueux des lois, qui comprennent et qui pensent que Charlie Hebdo est allé trop loin. Les médias français ont rapporté plusieurs histoires de lycéens dans les quartiers difficiles, où les élèves disaient que les dessinateurs n’auraient pas dû s’attaquer au prophète. Certains ont refusé de respecter une minute de silence.

Chez nous, quelques porte-parole musulmans ont abondé en ce sens. Que dire, par exemple, des déclarations de Geneviève Lepage, présidente de l’Association musulmane québécoise, qui a déclaré que «l’islam n’est pas une menace. Ce qui est une menace, c’est que des organisations comme Charlie Hebdo fomentent elles-mêmes la division et l’intolérance» ?

Il y a lieu de croire qu’il n’y a pas seulement quelques groupes isolés ici et là qui pensent de la sorte. C’est, en tout cas, ce que laissent voir les images télévisées de la rue arabe et musulmane à la suite de la publication des dernières caricatures de Charlie Hebdo, et qui donnent froid dans le dos. De l’Asie à l’Afrique en passant par le Moyen-Orient, des milliers de manifestants ont défilé violemment, brûlant des églises et causant la mort de cinq personnes au Niger, en plus de blesser gravement un photographe de l’AFP au Pakistan.

Les partisans de la diversité occultent largement cette réalité, car elle montre des musulmans — et pas seulement une minuscule minorité de terroristes — sous un moins beau jour. Leur thème de prédilection est plutôt l’islamophobie.

Bien sûr, ce phénomène existe, et il faut le prévenir. Mais il importe de mettre les choses en perspective. Pour prendre l’exemple de la France et de la Belgique, les dégâts causés par l’islamophobie ne se comparent aucunement aux meurtres antisémites perpétrés par des musulmans au cours des dernières années.

N’oublions pas non plus que les pays occidentaux sont les plus tolérants de la planète. Au Moyen-Orient, on assiste à rien de moins qu’une tentative de génocide des minorités chrétiennes, et à celui de certains groupes musulmans jugés indésirables par les islamistes.

Au lieu de rappeler cette tragédie, bon nombre d’intellectuels mettent la faute sur l’Occident. Le Moyen-Orient est exploité par les pays capitalistes, la pauvreté engendre le terrorisme, etc. Cette vision apparaît plutôt simpliste.

Certains pays d’Amérique latine sont très pauvres. Pourtant, cette région du monde n’a pas donné naissance à al-Qaida, contrairement à la très fortunée Arabie Saoudite, au Moyen-Orient, qui a engendré Ben Laden, lui-même issu d’une famille riche.

Guidés par la peur de ne pas offusquer les musulmans, les militants du parti de l’autre nous induisent aussi en erreur quant à la liberté d’expression.

Pour mon collègue Jocelyn Maclure, par exemple, la publication de caricatures de Mahomet est un geste légal, mais qui contrevient à l’éthique. Tellement que les journaux devraient pratiquer l’autocensure, comme l’ont fait la plupart des médias anglophones à la suite des attaques en France, et comme l’ont fait presque tous les médias en 2005, après les premières caricatures de Mahomet publiées par le quotidien danois Jyllands-Posten.

Rétrospectivement, il semble pourtant évident que l’erreur commise en 2005 ait été de ne pas avoir republié les controversés dessins, comme l’avait fait Charlie Hebdo. Si des centaines de médias occidentaux avaient emboîté le pas, il aurait été plus difficile de s’en prendre à un en particulier.

L’argument de l’éthique pose un autre problème. La liberté d’expression a certainement des limites. On ne peut crier au feu dans un cinéma s’il n’y a pas d’incendie, sous peine de provoquer une panique infondée. Les appels à la haine et au meurtre sont également interdits. La diffamation peut être condamnée par les tribunaux.

En dehors de ces quelques cas de figure, toutefois, on peut dire pratiquement tout ce qu’on veut. La Cour suprême a même permis à des antisémites notoires de publier à tous les vents que l’Holocauste n’a jamais eu lieu.

Si l’on accepte l’idée que des critères éthiques doivent parfois se substituer aux règles de droit qui protègent très strictement la liberté de parole, on se heurte à une difficulté insurmontable. Qui va décider de ce qui est éthique ? Le concept est parfois très subjectif. Devrait-on suivre les injonctions de partisans de la diversité, comme Jocelyn Maclure ?

À moins qu’on ne mette en place des comités de la tolérance, à l’instar de certaines universités américaines et canadiennes-anglaises, qui ont instauré des codes de langage afin de favoriser «le respect». Ces règles donnent lieu régulièrement à de multiples enquêtes internes, renvois d’étudiants, poursuites et contre-poursuites devant les tribunaux.

C’est d’ailleurs dans cette perspective que la Commission des droits de la personne du Québec propose de modifier la charte québécoise. Toujours prompte, au nom de la défense des droits, à étendre le pouvoir de ses juristes sur la vie des citoyens, elle veut interdire «les discours et propos haineux qui ciblent les membres de groupes en raison notamment de leur sexe, orientation sexuelle, origine ethnique, race ou religion», et ce même si le Code criminel nous protège déjà à cet égard.

L’exemple de l’Alberta, qui a adopté de telles règles, est éloquent. En 2006, le défunt magazine Western Standard avait été l’un des seuls au Canada à publier les fameuses caricatures danoises. Cela lui avait valu des plaintes à la commission albertaine des droits de la personne, ainsi que des poursuites judiciaires intentées par des organisations musulmanes. Même s’il a évité toute condamnation, il a dû débourser 100 000 dollars pour se défendre et a ensuite fermé ses portes.

L’idée d’une société toujours plus tolérante requiert en réalité des interdits moraux et des condamnations du même ordre pour ceux qui se détournent de la doxa diversitaire. Elle génère une bureaucratie du respect dont le but est de réglementer le vivre-ensemble. Au lieu de la diversité, les promoteurs du multiculturalisme ne produisent qu’une chose : une pensée unique et un régime d’intolérance.

* * *

À propos de Frédéric Bastien

Frédéric Bastien est professeur d’histoire au Collège Dawson et l’auteur de La Bataille de Londres : Dessous, secrets et coulisses du rapatriement constitutionnel. Il détient un doctorat en histoire et politique internationale de l’Institut des hautes études internationales de Genève.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

18 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Très bon billet, M. Bastien.

L’auto-censure est le résultat escompté par les RADICAUX de tout acabit….

C’est justement ce qui empêche une majorité de musulmans moins OBTUS ( pourvu d’un esprit plus critique ) de s’indigner contre les atrocités commises au nom de leur FOI.

Votre analyse est tout à fait juste, M. Bastien. Trop de bien pensants essaient de relativiser, de nous laisser croire que le problème actuel de l’islamisme radical n’est pas interne au monde islamique, mais causé par l’attitude du monde occidental. Le refus de voir cette réalité va nous faire subir un réveil difficile. Certains penseurs musulmans s’en inquiètent eux-mêmes et confirment que les valeurs de l’Islam et du monde moderne sont en ce moment incompatibles. Il faut arrêter de se fermer les yeux et de prétendre qu’il y a un Islam « modéré » et quelques terroristes égarés. Ce n’est pas ce qui correspond à la réalité, il n’y a qu’à voir cette colère insensée manifestée en ce moment dans les pays musulmans pour comprendre que beaucoup trop de musulmans adhèrent à ce principe de répression de la parole, à ce refus de la démocratie que nous dêfendons. Il semblerait que le crime odieux deont se sont rendus coupables trois extrémistes en s’attaquant à des êtres humains dont les seuls crimes ont été d’avoir été Juifs ou caricaturistes étaient justifiés. On n’insulte le prophète, on mérite donc la mort? Il faut reconnaître que c’est dément!

Vous avez tellement raison, mme Arlette pilote!

On n’a pas vu de musulman se lever et demander haut et fort la liberté de parole sinon pour proclamer le droit de tuer si on ose remettre en question leur façon de voir.

La laïcité à la française, qui ne veut pas reconnaître l’existence de communautés, le fait que celles-ci évoluent et ne s’intègrent que graduellement et avec beaucoup de difficultés, qui masque la réalité sociale et politique en s’interdisant même de tenir des statistiques à leur égard, débouche sur la ghettoïsation et la stigmatisation, à laquelle vous vous joignez inconsciemment M. Bastien.
Ce matin même, je lisais avec joie que Manuel Valls parle vrai et aborde les vraies questions que la « religion laïque » évacue en les cachant derrière le citoyen républicain, inodore, incolore et pourquoi pas, insipide de la France indivise et fraternelle! Je le cite à travers le Monde et le Figaro de ce matin:
Il existe en France « un apartheid territorial, social, ethnique ». Enfin, cela est dit clairement. À la misère sociale des quartiers excentriques (Zones Urbaines Sensibles dans la langue républicaine et laïque), continue-t-il, « s’additionnent les discriminations quotidiennes parce que l’on n’a pas le bon nom de famille, la bonne couleur de peau, ou bien parce que l’on est une femme ». La femme voilée sans doute, victime de toutes nos hantises. On permet maintenant, dans la France laïque et ouverte, de ne pas inscrire son nom sur un C.V., de peur que les Mohammed et les Ahmed de ce monde ne soient éliminés d’emblée de l’entrevue prochaine. Ce qui, selon toutes les enquêtes, est bel et bien le cas.
Le combat contre le multiculturalisme, qui prend diverses formes et emprunte plusieurs voies, est devenu la tarte à la crème des nationalistes québécois, à la recherche de la mêmeté, comme dirait le philosophe politique Pierre Rosanvallon.

La « laïcité » officielle c’est le rapport entre l’État et les citoyens; en d’autres termes, l’État se doit d’être neutre et ne pas être sujet à aucune idéologie religieuse pour servir les citoyens avec équité et égalité. Il ne s’agit pas de bannir les signes religieux de la vie quotidienne sauf si cela pourrait compromettre la sécurité du public.

Tout-à-fait d’accord, sauf qu’il existe hélas, ici comme en France, un intégrisme laïc, pour lequel l’espace public dépasse de loin celui du privé. Il n’occupe plus seulement l’espace des institutions démocratiques, mais nos piscines, nos trottoirs, le métro, et tout endroit où l’étranger peut venir bousculer nos hantises identitaires ou heurter nos sensibilités.
Ce que les pourfendeurs du multiculturalisme détestent par dessus tout, c’est que l’on y prône, essentiellement, la diversité. Or celle-ci menace leur recherche identitaire, fondée sur la durée, la mêmeté et, forcément, l’espace clos. Or tout change dans la durée, y compris l’humain, à moins bien sûr que l’on s’en tienne à l’Idée que l’on s’en fait et que l’on ignore totalement ce que nous dit l’observation objective et scientifique.
Et l’Idée faite chair, c’est la religion, comme l’est l’intégrisme laïc identitaire de nos nationaux-patriotes qui s’accrochent à l’Idée d’un canadien-français authentique et préservé par sa volonté d’être. Il sera neutre dans la mesure où il restera identique à lui-même, sinon, gare.

Ce qui se passe présentement en France pourrait arriver n’importe où, cela n’a rien à voir avec la laïcité, ni même avec l’intégration des immigrants, c’est l’islam qui est malade, point.

Simplisme. L’Évangélisme américain a ses malades, l’intégrisme catholique a les siens, l’hindouisme a sa part d’intégristes violents, comme l’Islam et toutes les autres religions de conviction. Mais des blancs post-catholiques de France et du Québec ont maintenant surtout peur des musulman qui comptent pourtant pour 3% de la population du Québec et 8% de la population française, comme ils ont eu peur tour à tour des protestants (1700-1750), des juifs (1870-1945) puis des athées communistes (1945-1990).

Je vous conseil de lire « Lettre ouverte au monde musulman » de Abdennour Bidar et je vous défie de me trouver présentement dans le monde occidental des malades aussi monstrueux. Voici quelques extraits qui remet vos principes en cause :

« Mais ces musulmanes et ces musulmans qui regardent vers l’avenir ne sont pas encore assez nombreux, ni leur parole, assez puissante. Tous ceux-là, dont je salue la lucidité et le courage, ont parfaitement vu que c’est l’état général de maladie profonde du monde musulman qui explique la naissance des monstres terroristes aux noms d’Al-Qaïda, Jabhat Al-Nosra, Aqmi ou « Etat islamique ». Ils ont bien compris que ce ne sont là que les symptômes les plus visibles sur un immense corps malade, dont les maladies chroniques sont les suivantes : impuissance à instituer des démocraties durables dans lesquelles est reconnue comme droit moral et politique la liberté de conscience vis-à-vis des dogmes de la religion ; difficultés chroniques à améliorer la condition des femmes dans le sens de l’égalité, de la responsabilité et de la liberté ; impuissance à séparer suffisamment le pouvoir politique de son contrôle par l’autorité de la religion ; incapacité à instituer un respect, une tolérance et une véritable reconnaissance du pluralisme religieux et des minorités religieuses.

Tout cela serait-il donc la faute de l’Occident ? Combien de temps précieux vas-tu perdre encore, ô cher monde musulman, avec cette accusation stupide à laquelle toi-même tu ne crois plus, et derrière laquelle tu te caches pour continuer à te mentir à toi-même ?
[…]
Ce refus du droit à la liberté vis-à-vis de la religion est l’une de ces racines du mal dont tu souffres, ô mon cher monde musulman, l’un de ces ventres obscurs où grandissent les monstres que tu fais bondir depuis quelques années au visage effrayé du monde entier. Car cette religion de fer impose à tes sociétés tout entières une violence insoutenable. Elle enferme toujours trop de tes filles et tous tes fils dans la cage d’un bien et d’un mal, d’un licite (halâl) et d’un illicite (harâm) que personne ne choisit mais que tout le monde subit. Elle emprisonne les volontés, elle conditionne les esprits, elle empêche ou entrave tout choix de vie personnel. Dans trop de tes contrées, tu associes encore la religion et la violence – contre les femmes, les « mauvais croyants », les minorités chrétiennes ou autres, les penseurs et les esprits libres, les rebelles – de sorte que cette religion et cette violence finissent par se confondre, chez les plus déséquilibrés et les plus fragiles de tes fils, dans la monstruosité du djihad ! »

http://quebec.huffingtonpost.ca/abdennour-bidar/lettre-au-monde-musulman_b_5991640.html

Je viens juste de lire le texte d’Abdennour. Depuis longtemps je crois aussi que l’Islam est malade. Je dois avouer que connais peu l’Islam et ce que je ce que j’en sait par les informations qui nous arrivent: lapidation des femmes, obligation de porter le voile ou la burka, mise à prix de la tête de Salmon Rushdie commandée par le guide suprême l’ayatolla Komeiny ne font rien pour me permettre d’apprécier cette religion. Si comme il dit dans son article il y avait de grands penseurs musulmans dont la pensée vaut la peine d’être publiée partout dans le monde et nous éclairer un peu plus sur ce que cette religion peut avoir de bon peut-être aurai-je une meilleure opinion sur cette-ci. Lorsque j’entendais le frère du policier tué dans l’attentat de Charlie hebdo dire que la religion musulmane était une religion de paix et d’amour ça m’a fait sourciller….Ah !!!! première nouvelle. L’impression que j’ai: c’est que c’est une religion de haine et de guerre. Peut-être que je me trompe mais j’aimerais bien que le monde musulman me prouve le contraire par des faits pas par des parroles qui sonnent faux.

Mercii pour ce moment de rationalité.

Cette discussion est importante chacun y apportant son brin de vérité en tentant de comprendre vraiment le problème . Les pays ont-ils des règles de vie claires à proposer aux nouveaux arrivants, faut-il s’occuper des nouveaux arrivants , connaissent-ils la langue premier critère d’intégration, ont-ils du travail? Continuons à discuter, le sujet est important….

Saprément en accord de lire quelqu’un qui n’a pas besoin de scruter au microscope des évidences qui devraient nous brûler la rétine du bon sens. Le discours du pluri et multi orchestré par les collabos de la bienséance envers l’autre est tout sauf respectueux des avancés de ceux qui de tous temps se sont battus pour contrer l’obscurantisme et la peur des dieux vengeurs. Si nous voulons mettre sur un même pied croyances archaïques et avancées quantiques, pourquoi ne pas réveiller les dominicains de l’Inquisition de Grégoire IX qui pourchassaient tout ce qui heurtait l’incompréhension de l’Église… En ce sens le Djihâd qu’il soit meurtrier ou intellectuel, demeure une connivence pernicieuse. Chez le soufi, branche mystique de l’Islam, on prescrit plutôt le Ishan Djihâd, c’est à dire, pour résumer, ‘ le chemin intérieur , sinon la guerre à nos propres démons ‘ ; et ça l’Occident l’accueille on ne peut mieux que l’Arabie-de-tous-les-scrupules-sauf-celui-de-faire-souffrir-au-nom-de-Allah-et-son-prophète… au détriment d’un humanisme à son meilleur quoi!!!

Effectivement, on ne peut se soustraire à cette réalité de l’Islam et du fait que ces théocraties sont parmi les pays qui sont les plus enclins à violer les droits fondamentaux de ses citoyens, en particulier en matière de liberté d’expression et du droit à l’intégrité de la personne. Mais en France comme dans les autres pays coloniaux, il faut aussi ajouter les conséquences de la colonisation et le fait que bien des gens des minorités sont de familles qui ont vécu les affres de la colonisation et qui ont un rapport aigre-doux avec la puissance coloniale. La France n’est pas la seule à subir les conséquences de ses politiques coloniales du passé et de son esclavagisme.

Cet article est très vrai…le multiculturalisme est une belle chose …quand elle est respecté par tous les participants….Là présentement, les pays occidentaux, sont à peu près les seuls à vouloir le mettre en place….même les membres de cette multi culture ne respectent pas les fondements…

Ils brandissent haut et fort la bannière du »justice et respect » mais n’en n’ont pas beaucoup pour nous qui de peine et de misère la faisons respecter…

Je n’ai aucun préjugé envers les musulmans…mais là ils ont pousser le bouchon trop loin…
entre les attentats gratuits, les rapts et conversions de force de jeunes filles..L’EI….et tous ces gens qui approuvent….on se demande si l’islam est bel et bien une religion d’amour comme tant le réclame…..

une caricature de Mohomet et quoi? …des meurtres lâches?….des émeutes?…des églises incendiés?
et ça se dit pacifique?..mais je rêve….
Pourtant la lapidation est permise….la torture…l’amputation….la lapidation….la mise à mort…..le rapt…..le viol…..les tuerie de masse tout cela est correct….mais pas une image idiote pour faire rire les gens?…..
Vous imaginez …si nous avions tuer 17 personnes chaque fois qu’un pays du moyen orient avait offensé un non musulman las bas…il ne resterait plus personne…

Ils ne se rendent pas compte que c’est ça le mal ultime? tuer gratuitement…décapiter des innocents pour quoi? faire appuyer un message? faire approuver par la force une idéologie?

va-t-on tout brulé chez eux parce qu’ils tues des ressortissants de d’autres allégeances spirituelles?
Les bouddhistes sont-Ils descendus tués des musulmans quand Al-Qaida a détruit les bouddha millénaires en Afghanistan?
A-t-on brulés des mosquées quand ils ont tué des innocents sous le simple prétexte qu’ils étaient juif ou Chrétien?

Je ne sais pas …mais la France doit vivre un certain malaise….eux qui ont tant œuvré depuis tant d’années pour faire entrer la Palestine à l’ONU et la faire reconnaitre…..pour se réveiller un jour avec une manifestation monstre, des menaces de morts et leurs drapeau brulé en Palestine….
Évidement que cela ne constitue pas une offense pour eux….dans leur cas c’est permis….nous…on a juste le droit de se taire?

J’ai été passablement dégouté par cette photo d’une femme au Nigéria qui brandit une pancarte : je suis Kouachi…..
Ils sont fier d’avoir des meurtriers dans leurs rangs?
Allons-nous les lapider pour avoir profané nos églises?

Combien d’occidentaux sont allez las bas au péril de leurs vies afin de soulagés les souffrances d’un peuple touché par une maladie terrible (Ebola)?…Combien de missionnaire sont allé enseigner dans leurs écoles afin de les éduquer? (éducation = meilleur niveau de vie….équation universellement reconnu…..sauf pour les intégristes…qui veulent maintenir les gens dans l’ignorance…un ignorant ne se révolte pas et accepte sans se poser les questions fondamentales)
Combien de travailleurs humanitaires vont chaque années dans ces régions pour donner de l’appui de toutes sortes?
Ces même gens qui se font prendre en otage et décapiter….

Ok ne faisons pas d’amalgame…..
ALORS PROUVER QUE VOUS ÊTES CONTRE

Arrêtez la propagande dans les écoles de confession musulmane et dans les mosquée….
Intégrez vous aux peuples que vous avez rejoint….
Les pays où vous avez choisi de vivre sont des pays qui prônent l’égalité….inspirez vous en….
Dénoncez vos soit-disant compatriotes qui dans le fond ne souhaite que l’obscurantisme
Vous êtes venus ici parce que la vie est meilleur et sécuritaire….
Vous êtes les bienvenu…mais ici on a une seule loi …..et elle est valide POUR TOUS
Si vous voulez un tribunal de la Charia….l’esclavage des femmes….le retour en arrière dans une période archaïque…..
vous pouvez retourner chez vous….

Le pire…c’est que si on leurs retirait toutes aides….si on les laissait mijotés dans leur jus…..
Leurs tuerie ne n’arrêterais pas….ils font la guerre..et se font la guerre.. pour défendre un point idéologique sur un sujet impalpable tel la religion…ils s’en servent et se justifie….soit….mais les témoins de leurs dérivent doivent s’élever contre….ce n’est pas pour défendre l’ISlam que Charlie Hebdo a été tué…mais pour défendre une idéologie de l’Islam…..
et pourquoi des juifs dans un super marché qui n’ont rien à voir avec Charlie? …..ha oui …ils ont eu le malheur de naitre juif….ils crient bien fort par contre à l’islamophobie dès qu’on fait mine de limité leurs propres dérives….

Dieu merci il reste encore des Lassana Bathily….qui comprennent la valeur d’une vie et nous permet de croire en la bonté dans ce monde…lui il croit en un Allah d’amour

Souhaitons de tout cœur qu’on puisse sortir de cette impasse….qui nous plonge dans les ténèbres et risque de nous faire basculer dans l’horreur

Imaginez….dans les livres d’histoire du futur…..
– La troisième guerre mondiale (l’occident vs l’orient) a débuté à cause……d’une caricature…..