Attention voyageurs, on vous écoute à votre insu

On croirait lire au sujet d’un quelconque état policier très éloigné de nos frontières, mais non, c’est bien du Canada qu’il s’agit. D’ici quelques mois, l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) aura en place tout ce qu’il faut pour écouter subrepticement les conversations des voyageurs qui attendent pour passer à la douane, révèle Ian MacLeod, de Postmedia News.

L’agence est en train d’installer dans les aéroports et aux postes frontaliers des caméras haute définition munies de microphones capables de capter les conversations des voyageurs et des employés. Tout ça, bien sûr, pour mieux assurer notre sécurité. L’équipement est déjà en place à certains endroits que l’ASFC n’identifie pas. Son porte-parole précise seulement qu’on n’enregistre pas de conversations «pour le moment». Ça viendra plus tard. Des affiches inviteront éventuellement les voyageurs à consulter un site Internet ou à téléphoner un numéro sans frais pour connaître la politique de l’agence en matière de protection de vie privée, d’utilisation, archivage et destruction des enregistrements.

À l’aéroport d’Ottawa, les employés ont appris l’existence de ces changements après que des journalistes aient contacté le syndicat. Ce dernier est inquiet. Il se demande ce que fera l’employeur des conversations entre employés et s’il pourra les inscrire à leur dossier.

Au bureau de la Commissaire à la vie privée, on a dit ne pas avoir encore reçu d’évaluation de l’impact que pourraient avoir sur la vie privée ces enregistrements audio et vidéo, ce qu’exigent les règles du Conseil du Trésor.

 

MISE À JOUR (19 juin 2012): Il faut croire que le gouvernement a eu peur que cette histoire dérape, mais on se demande encore comment est-ce possible qu’il n’y ait pas pensé avant. Les microphones ne seront pas utilisés tant qu’une évaluation des impacts n’aura pas été faite et soumise à la Commissaire à la vie privée. Voici la déclaration que m’a fait parvenir la porte-parole du ministre de la Sécurité publique, Vic Toews, Julie Carmichael:

Nous avons entendu les inquiétudes des Canadiens au sujet des répercussions de cette pratique sur leur vie privée. Comme l’a dit le ministre Toews hier, nous accueillons avec intérêt l’étude de cette politique par la Commissaire à la protection de la vie privée. Le ministre Toews a donné instruction à l’ASFC de cesser la surveillance audio jusqu’à ce qu’une Évaluation des facteurs relatifs à la vie privée puisse être soumise et que les recommandations de la Commissaire à la protection de la vie privée aie été examinées par le gouvernement. Il est important que les organismes chargés de protéger les Canadiens disposent des outils nécessaires pour intercepter les contrebandiers et empêcher l’entrée au Canada des criminels et des autres individus dont on ne veut pas chez nous. Il est tout aussi important que ces outils ne portent pas atteinte à la vie privée d’une manière qui ne soit pas justifiée ni nécessaire pour assurer la sécurité.

 

Laisser un commentaire

George Orwell, sortez de ce gouvernement!

Ceci est une tentative d’exorcisme…

Ne serait-ce que par nos adresses IP, on peut savoir avec une précision désormais extrême depuis quelle adresse locale nous nous adonnons à Internet. Chaque petit « clic » de souris peut être identifié (attention si vous cliquez sur un mauvais lien par inadvertance). Et touts les sites que vous consultez peuvent être archivés.

On peut sur certains navigateurs, désactiver le repérage, si ce n’est que la désactivation vous empêche parfois d’avoir accès à certains sites.

Prenez garde… si par mégarde vous fréquentassiez des sites que vous ne voudriez pas même avouer 🙂

– « Big Brother » vous à aux doigts, aux oreilles et à l’œil.

Mise à jour 20 juin 2012: «Il est important que les organismes chargés de protéger les Canadiens disposent des outils nécessaires pour intercepter les contrebandiers et empêcher l’entrée au Canada des criminels et des autres individus dont on ne veut pas chez nous.»

Croyez-vous sincèrement qu’un individu fautif entretiendra des conversations sur ses crimes en attendant patiemment de passer aux douanes?

Ces gens là ne veulent pas de publicité et sont d’une discrétion absolue.

Par contre, le commun des mortels qui pourrait dire à la blague à son interlocuteur qui vient de lui lancer une pointe d’humour: «toé t’en fume du bon!» se verra intercepté manu militari et inspecté jusqu’au toucher rectal…

Gouvernement paranoïaque???

Ce gouvernement, pour lequel je n’ai pas voté et pour lequel JAMAIS je ne voterai, ni aucun parti fédéraliste d’ailleurs, est non seulement paranoïaque, mais il joue à chercher les fautifs, les tricheurs, les menteurs, les hypocrites, les faussaires, il souligne à des coûts prohibitifs des batailles qui n’ont même pas marqué l’histoire telle celle de 1812!!! Ce gouvernement ne mérite pas ce pays qui s’était voté des lois progressistes et ultra libérales pour ne pas dire presque libertines. Le dictionnaire donne comme première définition du mot libertin : irréligieux. Voilà, le mot et l’idée sont lancées. Pour un gouvernement de la droite extrémiste-religieuse quoi de plus »normal » que de pourfendre les détracteurs de la religion et des bonnes moeurs. Et par bonnes moeurs, s’entend vie uniformément plate et sans la moindre aspérités qui pourraient enfreindre les lois divines. Et du coup, non pas défendre la veuve et l’orphelin, mais bien les soldats, les avions de guerre, les batailles idiotes, la violence et surtout cette dernière qui est l’apanage et la pierre de lance de tous les ultra-religieux. Aie! J’ai 60 ans et j’ai mal à mon petit catéchisme et à mon duplessisme!!! Quand nous débarrasserons-nous de ces malfrats religieux? Ou bien mieux, quand ferons-nous de notre territoire du Québec, notre pays?