Avis de décès: la position pro-Québec du NPD

Il aura quand même fallu 21 jours avant que le politicien fédéral plébiscité au Québec le 2 mai, Jack Layton, foule aux pieds la « Déclaration de Sherbrooke » adoptée en septembre 2006 et où on lit ce qui suit:

« le NPD reconnaîtrait une décision majoritaire (50% + 1) des Québécoises et Québécois, advenant la tenue d’un référendum visant à modifier le statut politique du Québec. »

Layton en pleine action, sur la "Déclaration de Sherbrooke"

Ce mardi, interrogé à neuf reprises par les journalistes à ce sujet, Jack Layton a plutôt affirmé ceci, se reportant à l’avis de la Cour suprême sur la nécessité d’une « majorité claire » appréciée a posteriori par « les acteurs politiques », dont les élus fédéraux:

« La décision de la Cour suprême avait été acceptée par les deux [clans]. Je pense que cette décision est la base pour déterminer un résultat. Non, il n’y a pas de chiffre, mais c’était précisé d’une façon qui établissait un bon cadre pour régler cette affaire. »

Bref, à Sherbrooke et pour beaucoup de candidats du NPD, il y avait un chiffre: 50% +1. C’était avant l’élection. Aujourd’hui, « il n’y a pas de chiffre ».

Les partisans de Jack rétorqueront que leur chef pratique la realpolitik et qu’il doit composer avec son caucus anglophone et l’opinion publique canadienne anglaise. Et puisque la question référendaire n’est pas d’actualité, il garde cette conviction dans sa manche.

En fait, c’est aujourd’hui, après une élection qui lui fut favorable et alors qu’il est redevable au Québec que Jack Layton aurait, s’il le souhaitait, le capital politique voulu pour affirmer qu’il y a un chiffre. Plus on se rapprochera de la prochaine élection — surtout dans l’hypothèse où le PQ est élu à Québec — plus il sera difficile de réaffirmer le 50% +1.

Le fait que Layton, aujourd’hui, refuse de camper sur cette position de principe, sur cette promesse faite au Québec,  est soit une illustration de son manque de leadership, soit une illustration de son manque de conviction à ce sujet. C’est, en tout cas, une insulte aux militants nationalistes québécois qui ont cru en lui.

Si les nouveaux députés québécois du NPD, attachés à la Déclaration de Sherbrooke, veulent en avoir le cœur net, peut-être pourraient-ils mettre la déclaration — y compris son passage sur le 50% +1 — aux voix lors du Congrès fédéral du NPD qui aura lieu à la mi-juin à Vancouver.

Ce serait extrêmement pédagogique, pour eux et pour tous.

De l’eau dans le gaz du fédéralisme asymétrique

La Déclaration de Sherbrooke fait grand cas de l’appui du NPD au fédéralisme asymétrique « nécessaire pour que le Québec puisse relever les défis qui lui sont propres, notamment dans le maintien du fait français en Amérique ».

Vous me direz que je chipote, mais je ne suis pas le seul à avoir noté l’absence d’asymétrie dans le petit communiqué émis ce lundi par Jack Layton, au sujet de ce que les Canadiens appellent la fête de Victoria et de ce que les Québécois appellent la Fête nationale des patriotes. Lisons:

La fête de Victoria vise à rend hommage à la reine Victoria, première souveraine de la confédération du Canada, et à souligner la naissance de l’actuelle reine du Canada, Sa Majesté Elizabeth II. Ce jour nous rappelle la place qu’occupe le Canada au sein du Commonwealth et nos racines européennes. Il nous rappelle également notre histoire ainsi que les triomphes et les tragédies qui ont ponctué l’édification de notre pays.

De nombreux Canadiens profiteront de cette longue fin de semaine pour se détendre, pour voir des membres de leur famille ou pour passer du temps ailleurs qu’à la maison. Au nom des néo-démocrates du Canada, je vous souhaite une très belle fête de Victoria.

Le Québec est la seule province qui ne célèbre pas la fête de Victoria. Elle est asymétrique (pas Victoria, la province). Un détail, certes. Mais force est de constater que le principe d’asymétrie n’a pas pénétré chaque pore de l’édifice néo-démocrate.

Un autre type d’asymétrie

On lit ce mercredi dans le Globe and Mail que les stratèges néo-démocrates réfléchissent à des façons de répartir les 59 députés québécois du NPD (sur 103) pour, objectivement, en réduire la force de frappe.

Par exemple, les députés du Nord du Québec pourraient se joindre à un caucus nordique régional pan-canadien et ceux de l’Est du Québec au caucus régional de l’Atlantique. Il suffisait d’y penser !

Le journaliste Bill Curry écrit:

When they were only 38, New Democratic Party MPs could gather around a big oval table and everyone who wanted to could speak. That’s now unworkable.

The traditional model for bigger caucuses is for MPs to meet in smaller provincial groups first. The chairs of those regional caucuses would then report to the national caucus. That’s the current NDP plan, but given the lopsided nature of the caucus – Quebeckers make up 59 of the 103 MPs – other ideas are being kicked around.

Northern Quebec MPs could perhaps be part of a Northern caucus or Eastern Quebec New Democrats could join an Atlantic caucus. There will also be issue-based groups.

Rien n’est encore décidé, bien sûr. Mais s’il fallait qu’on saucissonne les députés du Québec seulement par grandes régions et par thèmes, sans leur permettre de se réunir régulièrement en caucus québécois (je ne peux croire que ce soit envisagé), alors, ce serait le triomphe de la multi-asymétrie contre l’asymétrie Canada-Québec.

Pour le décès de la Déclaration de Sherbrooke, prière de transmettre vos condoléances au député NPD le plus près de chez vous et, si vous le voyez, à Amir Khadir.

À suivre…

(merci à l’alertinternaute vilj13
pour un de ces signalements.)


Laisser un commentaire

« Ce jour nous rappelle la place qu’occupe le Canada au sein du Commonwealth et nos racines européennes »

C’est quoi ça Jack? En quoi la reine Victoria nous rappelle nos racines Européenes? Elle nous rappelle plutôt nos racines britanniques, ou plutôt, comme c’est le cas pour bien des Québécois, l’absence de racines britanniques.
Qu’on soit d’origine française, irlandaise, chinoise, indienne, italienne, etc. la reine Victoria représente au mieux une étrangère et au pire une colonisatrice. Ce n’est que si on est d’origine britannique qu’on peut s’y identifier.

M. Lisée,

Ce midi à l’émission de Pierre Maisonneuve, Thomas Mulcair continuait d’affirme que la position de Sherbrooke était la seule reconnue par le NPD.

Voici la référence :
http://www.radio-canada.ca/emissions/maisonneuve_en_direct/2010-2011/chronique.asp?idChronique=154732

Puis cliquer sur «Les propos de Thomas Mulcair» et allez à 3:10 min.

Qui a raison ? Layton ou Mulcair. Je me demande bien par quelle pirouette ils vont s’en sortir

«Si les singes avaient le talent des perroquets, on en ferait volontiers des ministres.»
[Chamfort]

Voyons M. Lisée le orange peut devenir rouge, bleu, vert ou quelle autre couleur encore en 4 ans d’ici les élections de 2015. Le bon Jack ne perd pas de temps, déjà il veut mettre la Roc à ses pieds en voulant se faire Rock Star tout comme il a fait au Québec durant la dernière campagne électorale. Rien de mieux que des coups de jarnac au Québec après s’y être fait plébisciter par les Québécois pour mousser sa popularité dans le ROC et le pouvoir lui est à portée de mains. Plus ça change, plus c’est pareil, du rouge au bleu au rouge à orange au vert ? On en a plus rien à cirer depuis des lustres des partis rocanadians à la House of commons qui ont toujours joyeusement berner les Québécois avec de grands sourires cools.

Il m’a paru évident depuis le début, et si on ne se conte pas de contes de fée que le NPD n’est pas un parti séparatiste, mais bien qu’il s’est engagé a écouter la province et de la faire »fitter » dans la constitution canadienne en tentant de satisfaire tout le monde… D’ailleur c’est le role du politicien et c’est la chose qu’aucuns politiciens n’arrivera a faire… Mais ce semble etre le but dans l’intention qui est truffé de piege pour lui depuis le départ! Le fait que des candidats du NPD ait été en faveur du 50%+1, est selon moi un manque flagrant d’expérience, ce qui est une conséquence normale quand on donne la chance a un nouveau… La cour supreme a tranché et la logique me dit que ça n’aurait meme pas du se rendre a cette instance! La séparation a 50+1 est comme créer le meme probleme qu’on essais de régler mais a l’intérieur meme du quebec, ce qui ne serait vraiment pas souhaitable pour tout les aspects d’une séparation.

Pour ce qui est de la fete de la reine, excusez les canadiens si nous sommes centralisé sur nous meme… De ce fait, ils ne sont probablement pas au courant que la fete des Patriotes existe!

Comme dirait Pauline nous avons fait un vote risqué, ceux qui ne le savaient pas aurait du se mettre plus au parfum. Il est temps d’assumer ses choix et d’arreter le niaisage!

S Phaneuf

Petit détail Monsieur Lisée: la vaste majorité des Québécois était (et est toujours) en faveur de la loi sur la clarté référendaire de Stéphane Dion, appuyée ici par Monsieur Layton…

Serait-ce à dire que la majorité des Québécois est trop stupide pour être elle-même « pro-Québec »???

@François1 :
mai 25, 2011 à 14:09

Où avez-vous pris cette information ? Citez vos sources SVP.

«Une citation sans références est à peu près aussi utile qu’une horloge sans aiguilles.»
[Paul Desalmand] J’ai oublié la référence 😉

Un autre petit détail – vous écrivez que « Le Québec est la seule province qui ne célèbre pas la fête de Victoria. » C’est faux. Vous pouvez bien l’appeler comme vous le voulez pour assouvir votre anglophobie maladive, il n’en demeure pas moins que la Fête de Victoria est un congé férié fédéral et que les règles du Code canadien du travail, du Règlement du Canada sur les normes du travail et la Loi instituant les jours de fête légale s’appliquent partout au Canada.

http://www.rhdcc.gc.ca/fra/travail/legislation_travail/norme_emploi/sta_federal.shtml

Bon ok, soyons honnête, les dirigeants du parti n’ont pas encore développé de bonnes lignes de comm pour le Québec. Imaginez, du jour au lendemain, le poids du Québec dans le caucus des députés NPD est passé de 2% à 57 %. Ça demande pas mal de réflexions et repositionnements. Pour l’instant, je pense que les responsables des communications au NPD ont encore les pieds dans la réalité d’avant le 2 mai.

Toute comparaison est boiteuse, mais imaginons que du jour au lendemain, il y aurait 15 députés anglophones du West Island de Montréal qui débarquent au caucus des députés du Parti québécois…! L’ajustement du discours politique du PQ ne serait pas évident. Les candidats du NPD dans la majorité des comtés au Québec ne pensaient pas être élus, tout comme ceux qui se présentent pour le PQ dans les comtés anglophone depuis 40 ans.

Un période d’ajustement est nécessaire svp. Évitons de sauter trop vite aux conclusions et de cristalliser les positions du NPD à l’égard du Québec.

C’est bien les journalistes québécois, parler de référendums à Layton 3 semaines après les élections alors que le Bloc est lessivé, le PQ pas au pouvoir et même pas sûr de gagner, etc.

Je me rappelle aussi de certains sondages qui allaient dans le sens de ce que dit François1 (quand c’était un sujet qui pouvait se justifier dans l’actualité).

Puisse que M. Leyton (qui ne connait pas son Histoire et ignore que les rois et reines d’Angleterre n’ont jamais été les souverains estampillés francophones) tire un trait sur ses engagements sherbrookois et puisse que, semble-t-il pour montrer au Québec qui c’est l’boss, M. Harper interdit à l’Armée canadienne d’aider les naufragé(e)s des Cantons de l’Est à nettoyer le sol qui d’un coup n’est plus canadien mais québécois* je serais souverainiste, je serais un plus rassuré pour l’avenir. Remember Meech.
* le Manitoba et l’Alberta ont eu plus d’égards de sa part.

Layton et Trudeau, c’est du pareil au même et le NDP est un parti ultra centralisateur !!!

Le NDP, c’est une gang de petits Trudeau!!! C’est parfait pour le Canada anglais….

Un petit sondage éclairant :

53% des québécois sont d’avis que 50% des voix plus une est une proportion suffisante pour que le Québec devienne souverain.
65% sont d’avis que le Québec devrait avoir le droit de fixer la majorité requise dans un référendum sur la souveraineté.
72% sont d’avis que le Québec devrait avoir le droit de formuler la question référendaire.

http://www.ledevoir.com/documents/pdf/sondage_meech_ipso.pdf

@Denis Drouin
Je ne suis pas François1. Mais j’ai lu moi aussi les journaux quand ce sondage a été fait. Jean-François Lisée sait aussi que la très nette majorité des Québécois est d’accord avec la loi sur la clarté de Stéphane Dion.

Il sait aussi que les opinions d’un nombre significatif de Québécois sont volatiles. 50% + 1 des votes ne sont pas suffisants pour séparer le Québec du Canada. Un mois après un tel résultat à un référendum, l’opinion pourrait changer de bord. Il faudrait plutôt 55 ou 60%.

Aucun pays ne peut se constituer avec l’appui de seulement 50% des citoyens. Cela ne s’est jamais fait, nulle part dans le monde. Les pays qui ont acquis leur indépendance au 20e siècle l’ont fait avec l’assentiment d’au moins 75% de leurs citoyens.

Bonjour M. Lisée, nous avons eu un caucus du NPD aujourd’hui et Jack nous a confirmé que le NPD et lui personnellement adoptent la règle de 50%+1. Ça c’est une marque de respect envers le Québec. Est-ce Stephen Harper est prêt à dire la même chose?

@Dany Morin
Cher M. Morin,
merci pour votre réponse. Mais pourquoi Jack refuse-t-il de le dire en public ? N’est-ce pas un peu louche ?
cordialement,
Jean-François Lisée

L’ouverture au Québec du NPD est l’équivalent d’une traduction française d’un texte en anglais c’est tout. Il y a une société ou nation canadienne pour le NPD parcourue par des diversités culturelles.

Ce sont les électeurs québécois du NPD qui au fil des jours, des semaines, des mois seront confrontés à la VALEUR de leur choix. La majuscule sert à rappeler qu’une volonté populaire dans une élection peut aussi ressembler à un naufrage.

Le 2 mai, une sorte de titanic électoral.

@M. Morin

Je retiens deux choses de votre commentaire.

1. «Jack Layton respecte le Québec», mais en autant que ce soit fait à micro fermé. Toute une marque de respect.

2. On sait ce que pense Stephen Harper. C’est pourquoi nous n’avons pas voté pour lui. On s’attendrait à un brin de colonne vertébrale de la part des gens que nous avons envoyé à Ottawa. Sinon, Jack c’est l’équivalent du rat de Serge Chapleau, mais avec une moustache.

@François Beaulé – Soit, aucun pays ne s’est formé avec l’assentiment de 50% des citoyens. Dans la même logique, pourquoi faudrait-il maintenir au sein d’une fédération une nation qui s’y oppose à 50%? Pourquoi donner un avantage à un bord de la discussion plutôt qu’un autre?

Si un vote serré en faveur de la souveraineté pourrait changer de bord et s’y opposer un peu plus tard, pourquoi un vote serré contre la souveraineté ne pourrait-il pas faire de même?

Et sur le sujet qui nous occupe, la déclaration de Sherbrooke est, je crois, déclarée morte un peu trop rapidement. Il est vrai qu’il est désolant de voir M. Layton tenir un discours public ambigu, mais il peut encore (je l’espère) faire amende honorable et confirmer publiquement la valeur de la déclaration.

Je vois un port rempli de voiles et de mâts
Encor tout fatigués par la vague marine.

Charles Beaudelaire.
Les fleures du mal.

@Lisée J’ai entendu dire qu’il en a parlé aujourd’hui à Radio-Canada à l’émission de Desautels. Alors pour répondre à votre question, ce n’était qu’une question de temps. Je ne vous cacherai pas que notre horaire est très chargé de ce temps-ci. Bref, tout est bien qui finit bien. 😉

@Dany Morin
C’est assez cocasse en effet. Après avoir refusé neuf fois de répondre à cette question, en anglais et en français, hier à Ottawa, Layton réitère la Déclaration de Sherbrooke à Desautels (à 5’20 »).
Cela signifie que quelqu’un s’est rendu compte du désastre qui était en train de se dérouler dans sa base francophone. Y a-t-il eu brassage de cage au caucus ?
Mais pourquoi refuse-t-il de le dire à Ottawa? Merci de m’aviser lorsqu’il répétera cette position, dans ces termes, à un média anglophone.
Bien cordialement,
Jean-François

Le bon Jack aurait emprunté la version rocanadian à Ottawa et la version québécoise au Québec à l’émission de Michel Désautels: deux pays, deux nations, deux cultures, deux territoires…deux versions. Plus ça change plus c’est pareil dans « le plusse meilleur pays au monde ».

Bonjour M. Lisée,

Comme vous venez de le mentionner, Jack a réitéré la position du 50%+1 énoncée dans la déclaration de Sherbrooke ce soir. Il l’avait réaffirmé plus tôt aujourd’hui lors de la rencontre du caucus.

Il s’agit probablement pour une majorité d’électeurs québécois une condition sine qua non de leur adhésion… et aussi pour les militants et députés québécois. Reste que les affirmations faites aux médias du ROC sont ambigües. On y distingue mal la démarquation entre la question des négaciations d’après-référendum, celle de la reconnaissance du résultat par Ottawa, et celle de la légalité d’une victoire référendaire par 50%+1.

Ces questions pourraient-elle emmener des réponses différentes? Dans tous les cas, la déclaration de Sherbrooke est claire. Espérons que l’aile québécoise du NPD et le parti lui-même pourront emmener au ROC une épiphanie sur une réalité pourtant simple: Ottawa ne peut pas décider ce que l’Assemblée nationale doit considérer comme un mandat clair de sa population.

La loi sur la Clarté de Stépane Dion ce ne fut qu’une trahison de ce politicien envers la nation dont il est issu. Il est à l’image de Jean Chrétien, un québécois qui est prêt à renoncer son honneur pour plaire à la majorité anglophone.
D’ailleurs ces deux individus ne furent élus à la tête du parti libéral qu’en raison de leur trahison envers les québécois. Stéphane Dion fut rejeté par les anglophones après qu’il leur eût donné ce qu’ils attendaient de lui. Honte à Trudeau, Chrétien et Dion.

Le NPD risque fort de se retrouver dans une situation intenable: en appuyant les revendications nationalistes du Québec il se suicide au ROC, et en adoptant une ligne dure face au Québec il risque de se mettre à dos les Québécois.

C’est la stratégie de l’élastique: parler des deux côtés de la bouche. Reste à voir à qui ils mentent.

Au Canada, le NPD est un virulent fédéraliste, appuyant la loi sur la clarté et le principe de «province comme les autres». Pour ce faire, il fait comme tous les partis fédéralistes: ils évitent de parler du Québec, en espérant que le problème disparaîtra de lui-même.

Au Québec, le NPD est en faveur des «conditions gagnantes pour le Québec», laissant miroiter un retour par la grande porte du Québec dans le Canada, tout en garantissant la légitimité du mouvement souverainiste (dans sa forme démocratique). Sans rien définir concrètement, bien entendu.

Un seul de ces deux discours est vrai. À qui mentent-ils?

Mr Lysée, je vous cite ‘En fait, c’est aujourd’hui, après une élection qui lui fut favorable et alors qu’il est redevable au Québec’. Jamais, jamais le moindre murmure dans toute l’histoire depuis la conquête, les Anglophones ont même concu possible d’affirmer être redevable au Québec. Vous oubliez que les britanniques ont institutionnalisé leurs supériorité de classe, que ce soient les Francophones, Métis ou Autochtones, ils ont toujours et sont toujours des citoyens de deuxième classe institutionnalisé.

@François Beaulé :
mai 25, 2011 à 16:49

Votre docte connaissance pourrait sans doute nous apprendre quel a été le pourcentage des voix favorables, au Québec de l’époque, à l’Acte de l’Amérique du Nord britannique ? Est-ce que ce fut 50% plus 1 ou 60 % plus 2 ou 55 % plus 1/2 ?

On pourrait tout autant vous poser la même question lors du rapatriement de la Constitution par PET.

On n’a pas imposé une loi sur la clarté à ces occasions que je sache. Pourquoi le perfide Dion aiguillonné sans doute par les phalanges les plus répressives de son parti qui mourra lentement gangrené par sa propre turpitude l’a-t-il fait ?

«Malheureusement, nos politiciens sont soit incompétents, soit corrompus. Quelquefois les deux en même temps, le même jour.»
[Woody Allen]

Que Layton et Mulcair cessent de nous niaiser,et ce qu’ils affirment au Québec sur le 50%+1,ils se doivent de l’affirmer devant les Anglos.

De toute façon ça ne marchera pas car la réalité Canadian-Québec vient de les rejoindre.

@Loraine King,

le congé du 11 novembre est un congé appliqué sous la législature du Code canadien du Travail, et au Québec, la majorité des Québécois le travaillent.
Alors, on fait bien ce qu’on veut du Code du Travail fédéral.
La fête de Victoria s’est transformée avec les années au Québec, pour devenir la fête des Patriotes, par décret gouvernemental. On a casé cette fête sans vouloir crée une autre journée supplémentaire.
Les leçons de supposée anglophonbie peut-on se les garder pour soi.

Sandra Lefebvre,
Anjou

Pour les Québécois avertit, le Victoria Day nous rappelle que cette charmante reine a signé les « Arrêts » de morts…soit la pendaison de nos 12 Patriotes et des vingt deux Réformistes du Haut-Canada.

De plus, sa grande gentillesse la poussa à aprouver la déportation en Australie, de 58 patriotes…ainsi que l’emprisonnement de plus de 700 autres à la prison au Pied du Courrant.

De surcroît, dans sa très grande magnanimité elle nous envoya le vieux brulot, Colborne qui incendia les villages le long du Richelieu, en extra, il fit une visite de courtoisie à Saint Eustache et Saint Benoît complètement rasés…

Quant au Haut-Canada, après les pendaisons des réformistes…il n’y aura pas de massacre de la population et le saccage que plusieurs villages du Upper Canada.

Les familles des réformistes furent « compensées » une indemnisation $$$ alors que lorsque ce fut le tour des familles des Patriotes…les journaux tels, The Gazette, préconisèrent la révolte et la violence…conséquence…les Red Neck descendirent dans les rues de Montréal et incendièrent le parlement du Bas et du Haut-Canada.

En outre, en plus du Victoria Day, nous avons un pont Victoria, une square Vitoria et une station de métro au nom de cette auguste reine qui nous voulait tant de bien.

Heureusement qu’avec Jack nous avons une journée en mai pour souligner ces valeureux exploits.

Bref, même si la comparaison est boîteuse, je me demande si en Israël, ils ont la chance d’avoir un Hitler Day.

« Je me souviens »

Pour ma part, je dirais plutôt ceci: « C’est, en tout cas, une insulte à laquelle devaient s’attendre logiquement les militants nationalistes québécois qui ont cru qu’un fédéraliste canadien convaincu pouvait devenir du jour au lendemain un grand sympathisant de la cause nationaliste québécois »

Bonsoir,

@Dany Morin, député de Chicoutimi – Le Fjord :

…… « @Lisée J’ai entendu dire qu’il en a parlé aujourd’hui à Radio-Canada…(…)…Bref, TOUT EST BIEN QUI FINIT BIEN » D.Morin

Ça alors ! C’est mal barré, M.Morin !

Toute une pirouette de Jack! Mais on savait pas qu’elle viendrait si vite et approuvé en plus par un fier québécois. Faites-vous en pas les québécois s’y sont habitués depuis plusieurs siècles : un peu plus ou un peu moins… Rappellez-vous 1867 et 1982…pss de référendum!!!

Si vous trouvez rien n’a redire déjà!, qu’est-ce sera dans les mois et années à venir si vous abandonnez déjà ?

Je vous souhaite quand même bonne chance et surtout bon courage. Se « tenir debout » c’est difficile pour tout le monde ; nmais pour un politicien c’est encore plus rare…

***

Bel effort Mme King, grande canadienen-française de L’Onrtario, de prendre votre précieux temps pour informer les québécois(es) sur la reconnaisance que le ROC accorde à Victoria…: « Victoria qui », disiez-vous »?

Ce qui m’a le plus frappé dans votre texte c’est que vous égratignez le vernis de votre habituelle courtoisie.

Merci M.Lisée d’avoir laisser passer ce brillant (!?) commentaire (« assouvir votre anglophobie »,L.K)) qui la dévoile toute nue.

Bonne soirée,

Jean-Renaud Dubois
Sainte-Adèle

Le surlendemain de l’élection, j’ai envoyé un courriel à mon nouveau député. J’ai été très surpris d’avoir une réponse de son courriel personnel le lendemain …. Mais effectivement, il semble que rien ne se passera pour un an !!!! (Voir ci-dessous)

Merci monsieur Desbois d’avoir partagé avec autant de franchise vos impressions.

Je propose un rendez-vous dans un an, le temps que le NPD et ses députés s’installent à Ottawa pour ensuite faire un constat objectif de la situation.

C’est un rendez-vous?
Bien à vous,
Pierre Nantel
Député, Longueuil – Pierre-Boucher
Pierre Nantel [[email protected]]

Le 4 mai 2011 13:45, Laurent Desbois a écrit :
Monsieur Nantel,
député du NDP à Longueuil,
[email protected]

D’entré de jeu, je tiens à vous féliciter pour votre élection dans Longueuil.

Bien que j’habite Longueuil depuis quarante ans, je ne vous connais point, mais j’ai eu l’occasion de vous entendre sur le journal électronique de Média Sud.

Dans cette entrevue, j’ai compris que vous étiez souverainiste pour ensuite devenir nationaliste, parce que c’était plus approprié. Je dois vous dire que je me suis déjà considéré comme « nationaliste », jusqu’au jour où j’ai entendu Robert Bourassa se qualifier ainsi. Depuis ce temps, je suis allergique à cette définition !!!!

« Layton et Trudeau, c’est du pareil au même et le NPD est un parti ultra centralisateur !!!
Le NDP, c’est une gang de petits Trudeau-David !!! C’est parfait pour le Canada anglais….Mais les canadiens anglais ne voteront jamais à gauche et encore moins pour un parti avec une forte députation québécoise. L’époque Trudeau est finie dans le Canada anglais aussi ! C’est le Québec qui serait le grand perdant. Il n’y a rien chez le NDP pour la souveraineté du Québec !!! »

J’écrivais ça juste avant le vote de lundi… et effectivement, le sourire à Jack n’a pas marché dans le canada anglais !!!!

Avant d’immigrer au Québec, j’ai milité pour le NDP et je me demande toujours si c’est le NDP ou les libéraux qui m’ont fait comprendre que j’étais Québécois, probablement les deux.

Quand j’écoute ces Layton ou Mulcair, j’ai l’impression d’entendre PET…. un demi-siècle plus tard ! « Un non, c’est un oui….. »

Je suis convaincu que certains des jeunes du NDP vont déchanter en arrivant à Ottawa, avec ce beau Canada en pleine face. Comme moi, ils risquent de réaliser que « le Québec, c’est mon pays ! ».

Je vous souhaite bonne chance parce que vos responsabilités sont très lourdes,

Laurent Desbois,
Longueuil, QC, depuis quarante ans.

Ridicule 50+1…
Çela ne passerait jamais. Au Soudan c’est 60%, en Australie c’est 70%, en France 60%, Equador de l’est 60%, Montenegro 55%,Iceland 57%,Palau country 75..etc Continuez à rêver au pays des merveilles, endêté jusqu’au cou et qui reçoit du BS du Canada ($8.5 Milliards).Hellloooo!

@ monsieur Martin Duval il n’y aura jamais 15 députés anglophones du West Island de Montréal qui débarquent au caucus des députés du Parti québécois…!

@Dany Morin Si smiling Jack est sérieux, c’est à la House of commun qu’il doit énoncer sa position et rendre publique et officielle la dite position de Sherbrooke du NDP.

Il faut que les canadians sachent exactement ce que pense Jack Layton, sinon c’est juste une blague de mauvais goût et de la petite politicaillerie de merde.

Je n’ai pas voté pour vous.

Liste des raisons de ne pas être contents:
– Le 50% plus un: de toute façon, si l’indépendance se fait, le pourcentage sera beaucoup plus élevé.
– Ne pas condamner l’aide fédérale au projet du Bas-Churchill: or, aider T-N, c’est aider la concurrence dans les secteur hydraulique et favoriser la guerre aux GES en Amérique;
– Ne pas aider la Davie à Québec: cette entreprise est en faillite technique depuis trente ans et ce serait ajouter du plâtre sur une jambe de bois;
Les demandes du Québec sont idiotes, populistes et condamnées par leur essence même au refus. Ce qui aidera toujours les souverainistes du cru.

Nous voici encore repartis à verser beaucoup d’encre ou plutôt à taper beaucoup de lettres pour tenter de ne pas nous laisser totalement manger la laine sur le dos. Cette fois, nous craignons le NPD; hier ou demain, Harper; un autre jour, les libéraux d’Ottawa ou du Québec.

Pauvres moutons!..

En refusant d’entériner le 50% + 1 au référendum, le NPD se montre anti-démocratique, malgré son nom, et rejoint les Jean Chrétien de ce monde.

Le NPD va le payer cher un jour. Il y aura d’autres élections … et alors les poteaux seront inutiles.

Le chant de sirène de Layton siffle de plus en plus faux.

Bonjour M. Lisée,

Je crois qu’ici, vous tentez de défoncer des portes ouvertes!

Il est clair pour tous les québécois que le NPD est un parti fédéraliste. Les québécois les ont choisis en toute connaissance de cause.

Si jamais un autre référendum devait se présenter, il est évident que le NPD va militer du côté du NON.

Le problème n’est pas avec le NPD, mais avec leurs députés qui n’endossent pas la position fédéraliste de ce parti. Qu’est qu’ils font là?

À $157,000 par année, sans doute qu’ils vont trouver que le fédéralisme n’est pas si pire, après tout.

@francois beaulé
justement une bonne raison de faire des référendums souvent; l’opinion pourrait choisir la bonne solution de temps à autre…
mais je ne sais pas trop comment vous lisez les sondages pour arriver à la conclusion que la majorité des québécois sont d’accord à ce que les règles qui les concernent soient fixées à ottawa!!!

@lorraine king
voir de l’anglophobie partout est-ce une forme de francophobie fédéraliste?

@ Lorraine King #7

Si le paragraphe 3 (lundi qui précède le 25 mai) de l’article 60 de la Loi sur les normes du travail, L.R.Q. c. N-1.1 (loi de l’Assemblée Nationale du Québec en passant) n’existait pas, cette journée serait autant fériée au Québec que ne l’est l’armistice (jour du souvenir ou 11 novembre à votre choix), où seul les banques, la poste et les fonctionnaires fédéraux sont en congé férié. La vaste majorité des travailleurs au Québec seraient donc au boulot.

Donc, votre argument « from coast to coast to coast » ne tient pas la route. Toutefois, je suis d’accord avec vous sur un point, que ce soit un congé fédéraliste (Victoria Day), une fête de nationalistes mous (Fête de Dollard-des-Ormeaux) ou une journée pour les indépendantistes (Journée nationale des Patriotes), l’important c’est que tout le monde y trouve son compte, et ce, peu importe son allégeance politique. Si vous avez remarqué, la Loi sur les normes du travail ne lui donne aucun nom. C’est un décret du gouvernement du Québec en date du 20 novembre 2002 (no 1322-2002) qui institue officiellement ce congé férié comme étant la «Journée nationale des patriotes» n’en déplaise à votre côté orangiste.

M. Lisée,

Ne venez pas me dire que vous êtes surpris de la vision dichotomique du fédéralisme asymétrique de Jack Layton. Tous les partis sur la scène politique fédérale souffle à la fois le chaud et le froid au gré des courants et des deux solitudes canadiennes. C’est la stratégie des fédéralistes depuis des lustres, dire une chose et son contraire tout dépendant la langue dans laquelle on verbalise la chose. Mais les québécois sont de moins en moins dupes. Ils comprennent l’anglais et sont capable de distinguer les subtilités entre les deux discours, et c’est la raison de votre billet et d’une croissance d’articles au Québec dénonçant ces demies vérités et ces faux mensonges. Peut-être que les canadiens unilingues anglais du RduC n’y voient encore que du feu car incapables de comprendre la langue de Molière ou, pour les rares qui sont aptes à la comprendre, ils sont totalement désintéressés de ce que peuvent dire leurs politiciens en français, ça reste à voir?

Quant à la dilution des parlementaires de la province de Québec dans le caucus néo-démocrate dans le tout canadien anglais, ne venez encore tenter de me dire que vous en êtes étonnés. C’est le réflexe et la politique officielle du RduC depuis l’Acte d’Union de 1840. Le RduC a systématiquement abolis les droits des canadiens-français: (Manitoba (1890), Ontario (1912), Nouveau-Brunswick (1871), Nouvelle-Écosse (1864), Île-du-Prince-Edouard (1873) refus du gouvernement du Canada d’inclure la protection des droits des francophones lors de la création des provinces de la Saskatchewan et de l’Alberta en 1905 et les T-N-O on également abolis les droits des francophones en 1892. Si les droits des francophones de ce pays au bilinguisme unidirectionnel avaient été respectés plutôt qu’annihilés, la présence des francophones et le taux de leurs assimilation en serait tout autre aujourd’hui.

Pour le 50%+1 et la Loi inique sur la Clarté, ce sera lors d’un éventuel peu probable troisième référendum sur la souveraineté du Québec, qui sera encore une fois perdu par manque de solidarité entre les francophones catholiques dits «de souche» et non à cause de «l’argent et le vote ethnique» que la question se posera.

Pour ma part, jamais deux sans trois! (échec on s’entend)

Si, et je dis bien «SI», une majorité de québécois votent pour un accession du Québec à un statut d’État indépendant, membre du concert des Nations, libre et capable d’assumer son destin et son développement, c’est le droit international et les conclusions du envoi relatif à la sécession du Québec [1998] 2 R.C.S. p. 217 qui feront foi. Pas la Loi de clarification, L.C. 2000, chapitre 26, qui n’est qu’une interprétation du gouvernement du Canada en 3 articles de cette même décision de la Cour suprême qui comporte 95 pages.

@ Dany Morin, député de Chicoutimi – Le Fjord

Bien hâte de voir si Jack Layton saura relevé le défi de Jean-François Lisée et s’il aura les couilles d’affirmer la même chose dans les deux langues officielles.

Il y a une excellente caricature de André-Philippe Côté sur Jack Layton souffrant d’insomnie à l’idée que 60% de son caucus de députés provient de la province de Québec:

http://www.cyberpresse.ca/photos/caricatures/201105/21/12-4609-caricatures-du-22-au-28-mai-2011.php

Ceci dit, j’ai voté NPD aux élections de 2000, 2004, 2006 et 2008. Sentant le tapis rouler sous les pieds du Bloc québécois lors de l’élection du 2 mai dernier, j’ai fait parti de 23% qui ont tenté de sauver les meubles.

Il y a un dicton qui dit « gros parleur, petit faiseur ». En politique il y a des gens qui parlent plus que ce qu’ils ne sont prêts à faire ou ce qu’ils sont réellement capables de faire. D’ailleurs, cela n’est pas l’apanage de la seule politique. On trouve ces traits de caractères un peu partout et dans une multitude de domaines.

Monsieur Layton manque-t-il de leadership ? Je ne sais pas ! Toutefois rien n’indique que ce soit un grand leader. Devrait-on reprocher au NPD et à son chef un certain manque de consistance ou devrions-nous peut-être prendre le temps d’observer notre véritable expression dans la glace ?

Peut-être que nous serions quelquefois déçus de l’image que nous renvoyons. Peut-être prendrions-nous conscience de notre propre incohérence. Peut-être verrions-nous notre manque d’engagement. Peut-être nous apercevrions nous, nous-même de nos faiblesses, nos compromissions, nos contradictions. Peut-être verrions-nous que nous choisissons des leaders qui nous ressemblent, des leaders que nous suivons un jour et plus le lendemain, comme nous nous suivons un jour et que nous sommes incapables de poursuivre tous nos engagements du jour au lendemain.

Je ne sais pas si nous sortirions grandis de cet examen visuel mais je suis sûr à tout le moins que nous nous apercevrions de l’insoutenable légèreté de notre être.

R.I.P. : Toutes les belles promesses et autres propositions opportunistes jamais tenues. Le NPD est un parti politique bien ordinaire taillé sur mesure pour des gens ordinaires. Et si vous n’aimez pas, vous pourriez toujours considérer la possibilité de changer de tailleur.

Moins de 10% des « partisans de Jack » ont voté NPD pour défendre et promouvoir les demandes constitutionnelles du Québec selon le sondage postélectoral de Léger marketing du 07 mai dernier.Ce même sondage présente les raisons majeures des électeurs ayant votés NPD:
-volonté de changement: 45%
– bloquer une majorité PCC : 34%
– passer à autre chose que le Bloc Québécois:33%
(entendons ici perception d’un cul de sac avec le BQ)
A peu près les même raisons données par les ex-bloquistes sondés séparément soit dans l’ordre 41%,50%,33%.
Bref, les opportunistes électeurs du Québec (partisans de Jack), exceptés un maigre 9%, ne se sont faits aucune illusion sur la capacité du NPD à prendre des positions pro-Québec et dans ce sens avaient déjà signifiés l’avis de décès.
Restons réalistes,le NPD est fédéraliste(d’Est en Ouest) et ne démontrera pas plus de sympathie envers les souverainistes que le PCC et le PLC.
Alors, appuyons le NPD pour leurs valeurs de justice sociale, d’anti-libéralisme économique, souci environnemental…
Pour le volet constitutionnel du Québec, nous ferons cette démarche nous-mêmes ici au Québec avec tous les québécois et québécoises qui nourrissent toujours l’espoir de se construire un pays à leur image.
Nous n’avons plus de temps à perdre dans des discussions constitutionnelles avec le Fédéral.

En quoi le NPD ou tout autre parti fédéral a-t-il ou devrait-il avoir une position pro-Québec? Tout au plus ce que je peux voir ou souhaiter du NPD c’est un fédéralisme « démocatique » par opposition à l’impérialisme que l’on a connu jusqu’ici.Ça n’a strictement rien à voir avec un fédéralisme centralisateur,décentralisateur,asymétrique et alouette mais la simple reconnaissance du droit à l’autodétermination.Encore faudra-t-il qu’au Québec on se lasse de finasser et de nous faire prendre des vessies pour des lanternes.En 1995 il y a d’abord eu une campagne référendaire à laquelle vous avez étroitement participé. Une des conditions gagnantes de cette campagne fut la promotion claire de la souveraineté. Monsieur Parizeau ne camouflait pas l’option sous des euphémismes ni des stratégies emberlificotées même si les sondages étaient au plus bas. Le référendum a été gagné et malheureusement volé par des manoeuvres frauduleuses comme vous le savez et auquel le scandale des commandites n’est pas étranger.Le succès ne repose nullement sur une quelconque position pro-Québec d’un parti fédéral mais sur la mécanique qui peut assurer la tenu d’un référendum selon les règles démocratiques.La surveillance de ce processus par des représentants de l’ONU n’est sûrement utile uniquement aux républiques de bananes.N’est-ce pas à l’ONU que nous comptons siéger comme pays souverain.À quand une promotion franche et directe de l’option plutôt que le navrant louvoiement qui ne va ni à hue ni à dia.

Jack Layton livre la marchandise à flux tendu (just in time); en 2006 la marchandise à livrer au congrès de son parti à Sherbrooke était le 50 % + 1. En 2011, comme plateforme électorale la marchandise à livrer devient tout pour la famille, la demande prioritaire et majoritaire passe de Québec en Canada.

Au congrès de juin, un questionnement sur la politique familiale canadienne et québécoise séparément à cause de l’asymétrie dans notre mode de régénération et le leur presse plus qu’une réflexion sur l’à-propos de la loi de Dion/Chrétien sur la clarté référendaire. Y’a pas de référendum dans l’air. Nous avons un problème de régénération. Layton a signé un sérieux engagement :

Depuis trop longtemps, Ottawa s’est soucié des intérêts des amis du pouvoir, au détriment des priorités de votre famille. Ensemble, nous pouvons changer les choses.

Aujourd’hui, je dévoile mon plan pour qu’Ottawa soit enfin au service de votre famille, grâce à des mesures concrètes et réalistes.

Le plan du NPD a pour objectif d’améliorer les services de soins de santé, de récompenser les entreprises qui créent des emplois, d’assurer la sécurité de votre retraite, et d’aider votre famille à joindre les deux bouts.

Voilà mes engagements envers vous lors de cette élection. Ce sont les mêmes priorités pour lesquelles je me suis battu toute ma vie. plateforme NPD

L’avantage d’être en développement pour un parti est que l’on peut promettre gros, sachant très bien qu’il n’y a aucune chance d’avoir à réaliser. Il pouvait signer ceci sans crainte :

Ces engagements sont tous chiffrés, et ce, dès la première année. Nous n’attendrons pas avant d’aider les aînés à vivre dans la dignité. Nous n’attendrons pas avant de nous attaquer à la pénurie de médecins et de personnel infirmier. Nous agirons dès maintenant.

Je vous promets que dès le lendemain de l’élection, je m’appliquerai à honorer mes engagements. Comme Premier ministre, je travaillerai avec quiconque souhaite faire fonctionner Ottawa pour les Canadiens. Vous verrez des résultats concrets dès les 100 premiers jours, je vous en donne ma parole.

Mes engagements sont clairs. Après le 2 mai, je me mettrai à la tâche et travaillerai jusqu’à ce qu’on en voit les résultats.

Quand on considère qu’une famille se définit sur trois ou quatre générations, nos 59 députés NPD dont 27 femmes ont du pain sur la planche pour la suite du Québec comme nos 47 députés bloquistes de 2008 n’ont jamais eu.

@Denis Drouin et les autres,
Pour amender la constitution canadienne, il faut l’accord d’un nombre de provinces représentant bien plus que 50% de la population.

50% des votes à un référendum n’est pas suffisant pour séparer le Québec du Canada. Il serait complexe et ridicule de se séparer du Canada puis de le réintégrer chaque année au gré d’une opinion publique qui pourrait fluctuer autour de 50%. Voilà pourquoi il faut plus que cela pour faire un changement aussi fondamental.

De plus la loi sur la clarté de Dion demande une question claire, ce que n’était pas la question de 1995. Qui est prêt à republier cette question incompréhensible qui avait été écrite par des stratèges malhonnêtes?

@Renée Houde

Je ne sais pas où vous prenez vos chiffres simplistes de 8.5 millards versés au Québec pour le BS. Sur la lune? Et qui paye en taxe et impôts au fédéral pour avoir ce supposé montant? En dernière heure, le Québec paye toujours des taxes et des impôts au fédéral et je serais curieux de voir ce que l’on a en retour par rapport à ce qu’on verse.

En ce qui à trait au pays des merveilles Québec endetté dont vous ironisez, je vous signale que le Canada a en date de mars 2011 une dette de 562,8 milliards de dollars, somme astronomique qui continue de grimper, surtout avec les Conservateurs au pouvoir. C’est ça le jardin des délices que vous défendez becs et ongles comme pays? Helloooooooooooo.

@Francois 1

Vous avez certainement été un astronaute dans une autre vie car quand la connerie va sur orbite, elle n’a jamais fini de tourner, surtout dans le sens giratoire à droite.

Les données montrent que vous avez tout faux avec le fait que la majorité des Québécois est d’accord avec la loi sur la clarté de Dion. Si les anglophones et les immigrants sont majoritairement en faveur, ce n’est pas le cas de la majorité des francophones, ne vous en déplaise.

Dois-je vous rappeler que Harper, votre favori, n’a eu que 40% des voix, mais il forme quand même un gouvernement majoritaire? Selon votre logique du 50% + 1, il devrait être plus que minoritaire, et ne me dites pas que c’est un cas différent. Vous usez de votre argumentaire démocratique que quand ça fait bien votre affaire.

En passant, quand vous et vos semblables vous gaussez de la fin du despotisme de gauche, c’est drôle, mais j’ignorais que Staline a déjà été au pouvoir au Québec et qu’on déportait les bons capitalistes dans des goulags inuits? En revanche quand je regarde l’histoire du Québec, je constate que la droite a longtemps dominé le paysage politique et n’a pas fait vraiment de bons coups pour l’avancement du bien commun. Je vous suggère donc de vous procurer une machine à voyager dans le temps si vous tenez tant à vivre avec les idées du passé. De mon côté, je refuse de revenir en arrière avec une idéologie rétrograde sous prétexte que l’État dépense trop. Après tout, le gaspillage va essentiellement à vos amis fortunés du privé.

@loraine king

Quand je lis les médias et les journaux de langue anglaise (et oui, on peut être nationaliste et être bilingue) je constate à quel point la francophobie est une maladie médiatiquement transmissible, ce à quoi l’anglophobie dont vous accusez M. Lisée dans ses propos apparaît bien modeste à côté.

J’ai voté NPD M. Lisée et dans quatre ans je verrai? mais oui, si cela peut vs faire plaisir, le npd au Québec disparaitra peut’être aux prochaines élections, nous verrons, mais je n’ai pas l’intention de transmettre mes condoléances a mon député NPD, par contre, j’espere que vs vs acharnerez pas sur eux pendant quatre ans, ca risque d’être long, tres long et redondant, ironiquement, pour resté dans la chronique des avis de déces, je vous conseille de faire votre « deuil » de la défaite du Bloc, vs verrez ca ira mieux.

Ho la la, le 50+1 semble en énerver plusieurs,Bravo M.Lisée.On aura beau s’attaquer a Ti-Jack sur le fait qu’il change son fusil d’épaule a cet égard, si jamais il y a un autre référendum gagné 50+1 pour la souvrainetée, je soupsonne que même les députés et ministres du P.Q. vont être décus et possiblement tres décus car ils se retrouverait dans une situation tres explosive au Québec même et afin d’empêcher l’implosion typiquement québécoise, qui sait, ils auraient peut’être a reculer statégiquement, alors on a beau parler et parler du courage de Ti-Jack, moi je dit attention, car dans l’ombre, je soupconne bon nombre de politiciens souvrainistes pas a l’aise, mais pas a l’aise du tout avec le 50+1.

@.Beaulé #47
Si on peut entrer dans la confédération avec 52% pourquoi alors ne pas quitter avec 51%.
Voir Wiki, reférendum Terre-neuve. Votre raisonnement ne tient pas la route!

Avis de naissance: la position pro-Québec solidaire du NPD … !

Je crois utile de surveiller les jeux de coulisse qui se trament et se développent entre le NPD et Québec solidaire.

En effet, deux membres fédéralistes influents de QS, qui sont aussi de récents élus du NPD, viennent d’être nommés dans le cabinet-fantôme de l’Homme au turban orange : Alexandre Boulerice et Claude Patry (voir : http://www.npd.ca/cabinet-fantome).

Parmi les 270 employés des élus du NPD qui sont en cours d’embauche, on peut également s’attendre à retrouver un pourcentage significatif de membres ou sympathisants de QS.

Par ailleurs, au Congrès du NPD qui se tiendra prochainement à Vancouver (17 au 19 juin), il faut s’attendre à une présence significative de QS, en quête de la formalisation d’une stratégie d’appui de la machine organisationnelle du NPD en faveur de QS pour les prochaines élections québécoises.

Flattés par d’infantiles espoirs générés par une politique-spectacle que d’aucuns confondent avec la démocratie, les dirigeants de QS rêvent tout haut d’une prise du pouvoir à Québec, ou à défaut de cela, à l’élection d’une douzaine de députés, même si cela était au prix d’une autre réélection du gouvernement Charest, ou pire de l’accession au pouvoir d’une ADQ dopée à l’ultralibéralisme et à l’antisyndicalisme.

Le rêves narcissiques des uns ne doivent pas devenir nos cauchemars !

Yves Claudé
(voir aussi : http://www.vigile.net/NPD-controle-centralisateur-et)

@ Mathieu Lemée 9# 48):

Je persiste dans mon affirmation que la VASTE majorité des Québécois est solidaire de la loi sur la clarté référendaire. je ne peux malheureusement retrouver les sattistiques mais elles étaient nettement en faveur de la loi à l’époque. De plus, ne pensez-vous pas que les Québécois se seraient révoltés et auraient crié leur indignation pendant des semaines dans les rues et ailleurs s’ils s’étaient sentis floués par cette loi? À moins bien sûr qu’ils ne soient de parfaits imbéciles prêts à se faire tondre par le premier venu…

La droite n’a pas gouverné le Québec depuis longtemps mais à l’époque, le Québec n’avait AUCUNE dette!!!

Pour ce qui est des statistiques de Renée Houde, elles sont rigoureusement exactes: le Québec retire ANNUELLEMENT $8.5 Milliards de péréquation canadienne (i.e.: de PLUS qu’il n’envoie à Ottawa!!!) grâce à la générosité de nos frères Canadiens et plus particulièrement des Albertains.

Informez-vous AVANT de commenter SVP…

50 % + un des électeurs qui se seraient rendus cocher oui à une question claire, comme celle suggérée par M. Parizeau (http://www.radio-canada.ca/nouvelles/15/15312.htm) serait un stricte minimum. Ce serait mieux si c’était 50 % + un de tous les électeurs inscrits sur la liste électorale. Par contre, afin de se mériter une reconnaissance rapide de la communauté internationale dont aucun des pays qui la composent, incluant la France et nos puissants voisin du sud, souhaitent voir le Canada se briser, ce serait éminamment souhaitable d’aller chercher un bon 55 %, minimum. Ceci étant dit, mettons que le Grand soir ce n’est pas pour demain matin!

@loraine King

Le gouvernement fédéral peut bien décréter une journée fériée pour célébrer la fête de la reine morte, mais au Québec, cette journée-là est devenue la fête des Patriotes et il n’y a rien d’anglophobe à fêter les Patriotes, plutôt qu’un symbole auquel les Québécois ne s’identifient pas. Même nos Québécois anglophones ne déploient aucune énergie pour souligner la fête de la reine morte.

Ce que décrète le gouvernement est une chose, ce qui se vit au Québec en est une autre et je ne vois pas pourquoi cela devrait soulever l’ire des citoyens des autres provinces qui peuvent très bien fêter qui ils veulent, sans se faire traiter de noms d’oiseaux ou se faire presque accuser de racisme.

Pour ce qui concerne Layton, ce type manque de considération pour les électeurs du Québec qui lui ont donné 59 députés. Il aurait été normal qu’il souligne la fête des Patriotes, comme l’a fait patapouf en faisant publier, dans les journaux, un communiqué soulignant l’événement.

Les Québécois ont aussi été en mesure de constater l’indifférence de Layton à l’égard du Québec à l’occasion des inondations en Montérégie. Il ne s’est manifesté que très tard et son intervention manquait de conviction et de sincérité. Il ne s’est pas déplacé pour visiter les lieux et les députés du NPD de cette région brillaient aussi par leur absence.

Tout cela augure très mal pour Layton et son parti au Québec et les Québécois qui ont voté NPD sont de plus en plus nombreux à se sentir floués.

@Martin Duval

L’abandon de la Déclaration de Sherbrooke, est-ce que cela fait partie des mauvaises lignes de communication avec le Québec ou est-ce un repositionnement ?

@François1

La loi sur la clarté, une vaste majorité des Québécois l’appuyait, mais vous n’avez pas les chiffres,comme c’est facile. Voilà donc quelques chiffres, pour alimenter le débat.

Sondage réalisé vingt ans après Meech :

« Une majorité de Canadiens anglais (70 %) pensent que le Québec n’a pas le droit de se séparer. Une opinion qui va à l’encontre du Renvoi relatif à la sécession du Québec de la Cour suprême (1998), fait remarquer Pierre Drouilly. «La Cour suprême a dit que le Québec a le droit de se séparer selon certaines conditions», précise-t-il.

À la question «Qui, du Québec ou du Canada, devrait avoir le droit de formuler la question référendaire?», pas moins de 87 % des Canadiens anglais répondent «le Canada», alors que 72 % des Québécois répondent «le Québec».

À la question «Qui, du Québec ou du Canada, devrait avoir le droit de fixer la majorité requise dans un référendum sur la souveraineté?», 89 % des Canadiens anglais pensent que c’est «le Canada», alors que 65 % des Québécois pensent que c’est «le Québec».

Est-ce qu’une majorité de 50 % des voix plus une est suffisante pour réaliser la souveraineté du Québec? À cette question, le reste du pays répond non à 75 %. Par contre, les Québécois sont divisés, puisque 53 % estiment que c’est «suffisant» alors que 47 % jugent que c’est «insuffisant». »

http://www.ledevoir.com/politique/canada/288629/sondage-20-ans-apres-meech-le-canada-anglais-estime-que-c-est-a-lui-de-trancher-sur-la-question-referendaire

Sondage
La Loi sur la clarté référendaire ne fait pas l’unanimité

« Selon les résultats du sondage Léger Marketing, 45% des répondants croient que la Loi sur la clarté est bonne pour l’unité canadienne, alors que 24,7% estiment que non. Quelque 25,5% n’ont pas d’opinion.

Les différences de vue entre les anglophones, les francophones et les allophones – ceux dont la langue maternelle n’est ni l’anglais ni le français – sont marquées. En effet, les résultats du sondage démontrent également que 50,9% des allophones estiment que la Loi sur la clarté est bonne pour l’unité canadienne, alors que 15,4% ne sont pas d’accord et que 33,8% n’ont pas d’opinion.

Environ 39,6% des francophones estiment que la loi était bonne pour l’unité canadienne, 45% pensent le contraire. Seulement 15,3% n’ont pas d’opinion.

Près de la moitié des répondants de langue anglaise (47,2%) considèrent la loi comme étant bonne pour l’unité canadienne, alors que 20,8% ne sont pas d’accord. Près de 31,9% n’ont pas d’opinion.

La marge d’erreur de ce sondage en ligne, effectué auprès de 1 500 Canadiens au début novembre, est de 2,9%, neuf fois sur 10. »

http://lejournaldequebec.canoe.ca/actualites/national/archives/2009/12/20091211-230657.html

@François1

Concernant ce gouvernement de droite, celui de Duplessis certainement, je ne peux concevoir qu’un être humain digne de ce nom puisse considérer qu’il s’agissait d’un bon gouvernement.

Bien sûr que ce gouvernement n’avait pas de dette, il ne faisait strictement rien. Les Québécois étaient largement analphabètes, la mortalité infantile était nettement plus élevée qu’en Ontario, les Québécois occupaient des emplois mal payés et n’avaient aucun accès au monde des affaires dominé et contrôlé par la minorité anglophone, le filet social était inexistant ou assumé par des organismes de charité, le peu d’argent disponible était utilisé pour favoriser ceux qui votaient du bon bord, les syndicats étaient décriés comme étant des nids de communistes et violemment combattus, le Québec tournait en rond, replié sur lui-même.

Oui, c’est à ce prix que le Québec n’avait pas de dette et le prix qu’il a dû payer aussi, c’est d’avoir perdu une bonne partie de sa population qui s’exilait aux USA et en Ontario pour ne pas crever de faim.

Quel magnifique bilan de la droite au Québec et il y a encore des décérébrés et des colonisés chroniques pour en faire le panégyrique !!!

@François1

La question de la péréquation ne se pose absolument pas dans les termes simplets que vous favorisez. Je me permets donc un copier-coller d’un commentaire fait par VaporZ sur le site de RC et j’en profite pour le remercier à nouveau pour cet exercice :

« Encore le grand mythe de la péréquation.

Dans l’univers des fédéraleux colonisés, le Québec est une province pauvre qui se paie de gros programmes sociaux avec l’argent de l’Alberta.

Nos colonisés oublient évidemment de dire que :

Les 14,4 Milliards $ qu’Ottawa consacre à la péréquation ne représente que 5% du budget de 280 Milliards $.

Le Québec ( 24 % de la population du Québec ne reçoit que :

15% des 19 Milliards $ qu’Ottawa flambe en Défense,
11% des 7 Milliards $ en Agriculture,
11% des 4 Milliards $ en Pêcheries
et
9% des 7 Milliards $ en Affaires indiennes.

Mais il oublie surtout les vrais chiffres :

En 2007, Ottawa a collecté 45,7 Milliards $ au Québec.

En argent réel, une fois qu’on enlève la facture de 7,3 Milliards $ qu’on nous charge pour le financement de la dette (parce que l’appartenance au Canada a un prix), les Québécois n’ont reçu 43,1 Milliards $ pour une perte réelle de 2,6 Milliards $.

En bonus, sachez que la présence du Canada en Afghanistan coûte 1,7 Milliards $ par an en dépenses additionnelles pour les Forces Armées

et

que le coût des dédoublements de responsabilités Québec-Ottawa est de
3 Milliards $ par an.

Perte réelle ( 2,6G $ )
+
Afghanistan ( 1,7G $)
+
Dédoublements ( 3,0 G$ ) = 7,3 G$

Et la facture qu’on charge au Québec pour sa portion du financement de la dette canadienne est de 7,3 Milliards $

Voilà pour le grand mythe de la péréquation, du pauvre Québec qui vit sur le bras des sables bitumineux. »

Les voleurs de référendum qui, joignant l’injure à l’insulte, ont eu l’outrecuidance d’adopter la loi sur la clarté, n’avaient de respect pour la démocratie que lorsque cela faisait leur affaire. Le PLC n’a pas fini de payer pour ses exactions, cela va durer encore très longtemps et c’est très bien ainsi. Comme le dit le proverbe, qui crache contre le ciel, il lui retombe sur le visage.

Ceci étant dit, les habitants du Bas Canada n’ont jamais eu voix au chapitre pour adhérer au Canada. L’AANB leur a été imposé, malgré le fait qu’on leur avait promis un référendum qui n’a jamais eu lieu, tout simplement parce que les bons papas de la confédération savaient qu’ils le perdraient. Comme clarté on fait mieux et on ne parle pas de 50 % + 1, on parle de rien du tout.

Le référendum de 95, les fédéralistes n’ont jamais respecté les règles du jeu, leur comportement s’apparentait plus à du banditisme qu’à quoi que ce soit d’autre. Malgré toutes leurs magouilles, ils ne l’ont gagné que de justesse et en fait, ce n’est pas un gain, c’est un vol.

Terre-Neuve a tenu trois référendums avant de gagner le troisième 52 % à 48 % et je signale, pour les hystériques de la partition et autres maniaques fédéralistes qui aiment faire peur au monde, que les 48 % de Terre-Neuviens qui ont perdu n’ont pas déménagé, ni partitionné leur province. Ils se sont inclinés devant la décision de la majorité, comme le font les gens civilisés et comme l’ont fait les souverainistes en 95.

Alors les hystériques et les voleurs de référendum devraient se calmer le pompon et si rien du tout était suffisant pour adhérer au Canada, 50 % + 1 est donc suffisant pour en sortir.

Si les adolescents attardés fédéralistes n’ont pas encore trouvé d’autres arguments que la peur, le chantage, les déclarations méprisantes, l’auto-flagellation, l’auto-racisme et les menaces pour justifier leurs positions, c’est qu’elles ne sont pas défendables.

@François Beaulé

« Aucun pays ne peut se constituer avec l’appui de seulement 50% des citoyens »

Alors le Canada n’existe pas, car il s’est constitué sans l’appui des citoyens du Bas-Canada qui n’ont jamais été consultés.

Terre-Neuve s’est jointe au Canada avec l’appui de 52 % de ses citoyens. Ce qui vaut pour Terre-Neuve, vaut pour le Québec.

Quand Layton démontrera suffisamment de colonne vertébrale et d’honnêteté intellectuelle pour tenir le même discours en français et en anglais concernant le fait que la Déclaration de Sherbrooke est et restera la position officielle du NPD, il me fera plaisir de lui faire mes excuses. En attendant, il est toujours assis entre deux chaises et il n’a pas démontré qu’il avait envie de prendre une position claire. Ses contradictions et ses tergiversations commencent à devenir ridicules. Qu’il se branche et qu’il cesse de ménager la chèvre et le chou et de dire blanc une journée et noir le lendemain. Nous en avons ras le bol des girouettes et des patineurs de fantaisie.

Il faut respecter la règle du 50% plus un? D’accord. Mais cela s’applique dans les deux sens, non? Nous avons déjà voté, et deux fois plutôt qu’une, à des référendums. Les Québécois ont décidé par deux fois qu’ils préféraient que le Québec reste dans la Canada. Ça ne comptait pas?

M.Lisée,

M. Layton a « rajusté » le tir. Il dit maintenant la même chose en anglais qu’en français.

http://www.theglobeandmail.com/news/politics/ottawa-notebook/its-official-layton-backs-50-plus-one-rule-for-quebec-secession/article2036013/?from=sec368

A quand le billet commentant la nouvelle? D’après moi, il y a beaucoup de matière à analyser:

par e.x:

–Est-ce la preuve que l’aile québécoise a beaucoup d’influence dans le caucus néo-démocrate?
–Quand est-ce que le NPD embauchera de nouveaux experts en communication? M.Layton aurait dû dire dès le début qu’il appuie la règle du 50%+1. (Pensait-il sérieusement pouvoir entretenir le flou sur cette question?!)Ainsi, il aurait évité la controverse chez les francophones. Avec le volte face, les Anglos. sont contre lui de toute façon. voir http://fullcomment.nationalpost.com/2011/05/27/lorne-gunter-jack-layton-closet-separatist/

@Linda Hart

Vous m’enlevez les mots de la bouche. Voilà qui s’appelle une recherche fouillée qui démystifie le message ambiant des fédéralistes et des gens de droite.

Ayant moi-même fait des recherches, voici un autre constat pour rajouter de l’eau au moulin d’un de vos arguments concernant ce que le Québec paye en taxes et impôts au Canada contrairement à ce que l’on reçoit en retour d’Ottawa.

Allez voir ce lien si Francois 1 croit que l’on parle dans le vent. Ces chiffres viennent du parlement canadien, pas des « souverainistes de la go-gauches » que M. Francois 1 se plait tant à railler. Cela devrait également faire ravaler l’argument fallacieux de Mme Renée Houde sur ce 8.5 milliards du BS que l’on reçoit, mais qui ne sort pas comme un lapin de chapeau magique:

http://www.parl.gc.ca/Content/LOP/researchpublications/prb0639-f.htm

Il y est dit qu’en 2004, le gouvernement fédéral a perçu environ 48$ milliards du Québec et en a retourné 17$ milliards INCLUANT les paiements de péréquation et de BS. Avec les chiffres de 2007 que Mme. Hart a signalé, on constate que cette différence tient toujours et il serait étonnant que nous soyons revenus à l’inverse en 2011, même si Harper a promis son 2.2 milliards d’harmonisation de la TPS au Québec.

Il est intéressant de rajouter que le discours de la droite se vante du fait que le Québec n’était pas endetté pendant que Duplessis était au pouvoir et que c’est le totalitarisme oligarchique de la gauche de la Révolution Tranquille qui a mené le Québec dans le trou.

Ils omettent de dire que durant le duplessisme, il y avait une autre oligarchie au pouvoir; celle de l’Église Catholique qui contrôlait les mentalités et celles des compagnies étrangères (surtout américaines) en quête de fortune et profitant d’une population francophone peu éduquée. Bref, un totalitarisme de droite.

Et aujourd’hui, on constate les « bienfaits » de cette droite qui ont mené l’Irlande, l’Argentine et la Grèce, dans un gouffre financier sans nom, comment les banques ont provoqué une grave crise financière en Islande. Et le plus drôle, c’est que la solution proposé pour réduire leur dette est la diminution de la taille de l’État pour privatiser encore plus leurs nations. La leçon de la soif de profit des banques ne leur suffit plus?

Alors avant d’accuser les autres de ne pas faire de recherches, je vous conseille de parfaire votre argumentaire au lieu de balancer des chiffres au vent venant essentiellement de sources qui font bien votre affaire, et surtout de cesser d’employer le mépris simpliste, comme tant d’autres libertaires frustrés, pour justifier votre pensée et critiquer ceux qui sont en désaccord avec vous.

Je veux moi aussi aller de l’avant, mais certainement pas en faisant marche arrière, comme certains le proposent. Que l’État arrête de donner des bonbons au grandes entreprises, surtout étrangères (Charest imite Duplessis, ce qui n’est pas de la politique de go-gauche) pour ensuite dire qu’il n’a plus rien à donner pour le simple citoyen. Si ces entreprises payaient leur juste part de taxes et d’impôts, le débat serait clos, tout dogmatisme confondu.

Bien à vous.

@Linda Hart #60

J’imagine que vous endossez la comptabilité de Vaporz pour reproduire son message…

Je ne vois pas pourquoi la part des frais sur la dette canadienne imputée au Québec devrait être soustraite. Un éventuel Québec indépendant se verrait attribuer une part de cette dette, qu’il devra financer, à un taux qui sera sûrement moins avantageux.

Et s’il y a un peu d’argent à sauver en dédoublements, il y aura aussi de nouveaux postes de dépenses à financer.

Je suis pro-indépendance mais je ne m’illusionne pas que le Québec va y gagner sur le strict plan des finances publiques.

@Renee Houde #35

Comme d’autres commentateurs (André Dallaire et Linda Hart) l’ont signalé, le Canada a déjà fixé sa norme avec le référendum de Terre-Neuve à 52%.

Je ne suis pas constitutionnaliste international mais j’ai quand même regardé les exemples que vous donnez, et c’est assez curieux:
– pour le Soudan, il s’agit d’un taux de participation à 60%: http://www.cyberpresse.ca/international/afrique/201101/12/01-4359358-sud-soudan-plus-de-60-de-participation-au-referendum.php
– pour l’Australie c’est 50%+1 (a majority of those voting throughout the country) http://en.wikipedia.org/wiki/Referendums_in_Australia (il y a aussi une règle de majorité dans plusieurs états mais ça ne s’appliquerait pas à un référendum dans une seule province)
– en France je n’ai pas trouvé de source, mais Maastricht a passé à 51-49, alors…
– pour l’Equador de l’est [sic], encore une fois, ça semble être une majorité simple: http://www.bbc.co.uk/news/world-latin-america-13325112 the president was ahead on all 10 questions by a range of 51-57%
http://blog.lefigaro.fr/amerique-latine/2011/05/referendum-en-equateur-courte-victoire-confirmee-pour-correa.html
une seule question obtient plus de 50% des votes, les autres oscillant entre 44 et 48 %
– rien trouvé pour l’Islande, je ne sais d’où sort ce 57%
– au Monténégro, exact, l’Union Européenne a insisté pour établir un seuil à 55%
– mais finalement ce que font la France ou l’Australie n’ont que peu d’importance, puisque la pratique dans ce phare de la civilisation humaine qu’est le Palaos pour les référendums est bien de 75% ce qui tranche la question… si on est vraiment, vraiment désespéré de trouver un contre-exemple à la norme qui est de 50% + 1.

J’aime vous lire ironiser sur le pays des merveilles, et le rêve, que constitue l’idée que le Québec (1667441 km2, 8 millions d’habitants, PIB de 303 milliards de $) puisse former un pays alors que sur le bête plancher des vaches, Palaos, 459 km2, 21000 habitants, PIB de 164 millions de $ en est bel et bien un.

@ Mathieu Lemée (# 67):

Ainsi le Québec serait soudainement devenu la vache à lait de la péréquation canadienne… N’importe quoi!

Même votre Parti québécois ne conteste plus ces chiffres où le Québec, champion du BS Canadien!, reçoit $8.5 Millirads d’Ottawa de PLUS qu’il n’y envoie. Il reçoit à lui seul 59% de l’enveloppe mais il ne représente que 23% de la population! C’est dire…

D’ailleurs, si votre argument tenait la route un tant soit peu, il y a longtemps que votre Parti québécois aurait mis à jour son « Budget de l’an 1 ». On connait la tiédeur des séparatistes sur ce dossier, avec raison d’ailleurs. Il n’est pas à leur avantage de démontrer qu’ils ont besoin de l’argent des autres Canadiens (surtout des Albertains!) pour pouvoir survivre.

Le reste de votre intervention est à l’avenant où le fanatisme, la fabulation et la tartuferie tiennent lieu de raisonnement…

@Linda Hart,
Si le sondage que vous indiquez indique qu’un très faible majorité de Québécois approuve maintenant la règle du 50% à un référendum sur l’indépendance, avouez que cela n’était pas le cas quelques années auparavant. Et cela prouve combien l’opinion des Québécois fluctue sur cette question. Et cela indique que 50% des votes n’est pas suffisant pour faire l’indépendance d’une province. Si quelques mois ou quelques années après l’indépendance, 50% des Québécois souhaitent réintégrér le Canada, comment alors respecter les voeux de la majorité?

L’argument de François Gravel #65 est très bon. Par 2 fois les Québécois ont dit non. Et actuellement, seulement 40% appuient la souveraineté. Et ce depuis au moins 10 ans. Pourquoi ne respectez-vous pas les résultats de 2 référendums en proposant encore et encore un ou des référendums sur cette question?

@Francois 1

D’après un blogue libertarien, donc qui adhère à tes idées de revenir en arrière, 6 de ces 8.5 milliards du fédéral du BS (en fait de la péréquation et non juste du BS) sont versés à des entreprises privées dites en difficulté. Ces chiffres viennent d’un rapport de l’Institut Fraser et de l’ENAP dont les libertariens se sont servis pour faire avancer leur cause.

Tu confonds BS corporatif avec BS tout court. Voilà ce qui arrive quand tu ne te base que sur les chiffres du blog de Maxime Bernier? 59% de l’enveloppe pour 23% de la population et tu ne cites même pas tes sources?

Je trouve étrange que cet argument du 8.5 milliards que tu défends ad nauseam, ce 6 milliards remis à tes petits amis du privé passe par-dessus ta jambe.

Par ailleurs, va sur Statistique Canada et tu verras qu’année après année, le Québec donne plus au fédéral qu’il n’en reçoit en retour GLOBALEMENT, le montant du BS inclus, que tu t’amuses à confondre avec le montant de la péréquation. Je n’ai jamais dit que le Québec est une vache à lait, en revanche. Toutes les provinces le sont alors dans ce cas. Ça prouve juste que le gouvernement fédéral pense d’abord à faire du fric grâce aux provinces tout en s’endettant monstrueusement en augmentant son pouvoir de dépenser comme bon lui semble. Et ça n’empêche pas Harper de financer les ressources naturelles de la Saskatchewan et de l’Alberta avec une partie de NOS impôts, alors que ces provinces pourraient très bien se suffire à elles-mêmes.

Tu aimes me faire dire ce que je n’écris pas… N’importe quoi pour toi aussi donc. Tu manies le panégyrique autant que tu m’accuses de tartufferie.

Et on peut être nationaliste sans être pour le PQ, alors te servir de cet argument comme quoi le PQ ne se sert pas de ces données pour son budget de l’an 1 pour démolir les nôtres ne tient pas plus la route que d’affirmer qu’elles relèvent du fanatisme. Je te conseille de bien te relire avant d’accuser les autres de cette épithète, car on en relève pas mal de ton côté.

Tu manies l’hyperbole comme un couteau à double-tranchant.

Merci également d’affirmer que les statistiques du parlement canadien relèvent de l’affabulation, j’ai maintenant une raison supplémentaire de vouloir que le Québec devienne un pays. Au moins j’ai le mérite de citer des sources.

Et quand tu blâmes M. Lisée de ne pas connaître l’économie, je trouve étrange que tu occultes le fait qu’il fonde ses recherches et ses chiffres avec un économiste et collaborateur réputé LUCIDE. J’appelle pas ça du dogmatisme communiste de gauche à la Chavez et Che Guevara.

Avec toi, la mauvais foi fait figure de style en tant que connerie lunaire. Si tu n’es pas content, déménages aux États-Unis, comme tant d’autres individualistes insatisfaits et ignorants l’histoire du Québec dont les conséquences sociales de la Révolution Tranquille sont encore à des années lumières du communisme. Même les États scandinaves dits de gauche politiquement sont encore loin du dogmatisme communiste.

Si tu tiens tant à ce que le Québec devienne endetté comme la Grèce, l’Irlande ou l’Argentine grâce à la générosité capitaliste du privé et le souci des profits des banques grâce à la bulle spéculative, c’est ton droit. Et ce ne sont pas des arguments à l’avenant, c’est dans la plupart des sources d’actualité et d’études sur le Krach de 2008 sur le web, Krach qui à mon sens, n’a pas été le fait de dogmatistes de gauche et qui a profité à des milliardaires plus adeptes du libertarisme économique que la redistribution de richesses.

Mais nous accusez d’extrêmistes de gauche pour critiquer l’extrêmisme de droite, c’est de la malhonnêteté intellectuelle. Je suis capable de reconnaître le mal qu’ont fait les dictateurs de gauche dans l’histoire, mais tu n’es même pas capable d’en faire de même avec ceux de ton bord et de critiquer le mal qu’a fait le capitalisme sauvage dans l’histoire. C’est donc toi qui est à l’avenant avec tes opinions.

Je suis contre les extrêmes, gauches ou droite, car mon souci principal est le bien commun, pas le profit aveugle des puissants, ni la paresse où le laisser-aller de quelques profiteurs. Il y a un juste milieu. Ce qui n’est pas une tartufferie utopiste. Peux-tu en dire autant? J’en doute fort étant donné ton individualisme à tout crin.

Les plus populaires