Avortement : l’inconnu persiste sur le sort qui attend la motion du député Woodworth

Depuis une semaine, le parrain de la motion en faveur d’un comité étudiant la définition juridique de la vie humaine répète à qui veut l’entendre qu’il n’arrivera pas, mercredi, à réunir les voix nécessaires pour avoir gain de cause. Personne n’en est sûr cependant car le vote sera libre et plusieurs députés conservateurs ont préféré rester discret sur leur intention jusqu’à présent.

Stephen Woodworth présume de son échec à cause de l’opposition affichée du premier ministre Stephen Harper. Et jusqu’à ce matin, on croyait effectivement qu’il aurait de la difficulté persuader ses collègues qui hésitent à contredire leur chef. La donne pourrait toutefois avoir changé avec la prise de position très publique du populaire ministre de la Citoyenneté et de l’Immigration, Jason Kenney. Il a fait savoir qu’en accord avec sa conscience, il voterait en faveur de la motion.

La motion M-312 vise la création d’un comité qui se pencherait sur la définition de la vie humaine inscrite dans les lois canadiennes depuis toujours, à savoir qu’elle débute à la naissance. Si cette définition est remise en cause, il pourrait en découler des droits pour le fœtus et une restriction du droit à l’avortement. D’où l’importance que beaucoup de députés accordent à ce vote qui sera suivi de très près.

On sait déjà que le ministre des Ressources naturelles, Joe Oliver, ne sera pas présent pour ce vote, que celui du Patrimoine, James Moore, et le whip Gordon O’Connor voteront contre. Plusieurs ministres et députés conservateurs refusent toutefois d’afficher leurs couleurs.

Chez les libéraux, il s’agit d’un vote libre, mais la très grande majorité des députés sont contre la motion alors qu’au NPD, la ligne de parti en faveur du libre-choix prévaudra. Au Bloc québécois, tous les députés s’opposent à la motion. Pour l’emporter, M. Woodworth doit réunir 154 votes.

Laisser un commentaire
Les plus populaires