Beaucoup de questions, peu de réponses

La fin d’une saison politique, c’est le moment de jeter un coup d’œil dans le rétroviseur. Mais ce n’est pas parce qu’on voit derrière soi qu’on sait davantage où on s’en va, comme le montrent 10 jalons qui marquent le chemin parcouru pendant la saison qui s’achève.

Chronique de Chantal Hébert : Beaucoup de questions, peu de réponses
Photo : Annik MH de Carufel

1. LE PRINTEMPS ÉTUDIANT

Quand le virus populiste du mouvement Occupy s’installe chez un électo­rat fatigué de sa classe politique, ce n’est pas nécessairement un signe de bonne santé démocrati­que. La longue épreuve de force qui oppose le mouvement étudiant et ses alliés au gouvernement de Jean Charest n’est-elle pas le symptôme d’un échec plus large?: celui des gens qui dirigent – ou qui aspirent à diriger – le Qué­bec à défendre efficacement un projet de société rassembleur??

 

2. L’ENTRÉE EN SCÈNE DE LA COALITION AVENIR QUÉBEC?


La formation de l’ex-ministre François Legault (photo :J. Boissinot / PC), le Québec solidaire de Françoise David et Amir Khadir, l’Option nationale de Jean-Martin Aussant sont en tout ou en partie des frag­ments d’une coalition péquiste autrefois large. Est-on devant un amas de débris disparates ou devant des éléments d’un nouvel édifice politique??

 

3. LA VICTOIRE DANS LA COURSE AU LEADERSHIP DE THOMAS MULCAIR


Aux dernières élections fédérales, les Québécois ont dit oui en grand nombre au Nouveau Parti démocratique. En mars, les militants du NPD ont dit oui à un premier chef québécois (photo : C. Young / PC). Le parti termine la saison à égalité avec les conservateurs dans les intentions de vote. Le retour du Québec au pouvoir à Ottawa pourrait-il passer par le NPD??

 

4. LE BUDGET FÉDÉRAL

Déman­tèle­ment partiel de l’infrastructure environnementale fédérale?; appauvrissement de la sécurité du revenu des futurs retraités les moins nantis?; resserrement de l’assurance-emploi?; rapetissement de l’appareil de l’État?: le premier vrai budget majoritaire de Stephen Harper est plus structurant que celui qui avait mis le Canada en piste pour le déficit zéro sous Jean Chrétien, en 1995. Et si ce n’était qu’un début??

 

5. UN NOUVEAU CONTRAT FÉDÉRAL-PROVINCIAL EN SANTÉ

Le gouvernement Harper n’est pas désireux de copiloter le système de santé canadien. Mais c’est lui qui continue de rationner le carburant des provinces pour faire tourner la machine. Le système est-il voué à être aspiré vers le bas??

6. LA FIN DE L’INTERVENTION MILITAIRE EN AFGHANISTAN

Le premier ministre Harper a tiré un trait sur le plus long conflit militaire de l’histoire du Canada. Après 2014, il n’y aura plus de troupes canadiennes en Afghanistan. Mais le gouvernement conservateur – qui aurait répondu présent à l’appel aux armes des États-Unis en Irak en 2003 – a-t-il tiré des leçons des limites évidentes de l’aventure afghane??

 

7. L’ARRÊT INSITE

En concluant que la décision fédérale de fermer le centre d’injection supervisée (de drogue) de Vancouver était arbitraire, la Cour suprême a envoyé un signal au gouvernement Har­per. Majoritaire au Parlement, il devra composer avec un contre-pouvoir judiciaire. Le projet d’une commission nationale des valeurs mobilières n’a pas trouvé grâce aux yeux des tribunaux?; qu’en sera-t-il de la réforme unilatérale du Sénat et de la destruction prévue des données du regis­tre des armes d’épaule??

 

8. L’ÉLECTION ALBERTAINE

Les sondeurs attendaient la droite et le parti Wildrose, mais c’est la centriste Alison Redford qui a remporté la victoire. Et l’Alberta est devenue la première province à confier à deux femmes les rôles principaux dans son Assemblée législative. L’Alberta est-elle devenue plus progressiste que le premier ministre fédéral, qui la représente à Ottawa??

 

9. L’ONTARIO À L’HEURE DES CHOIX

Armée d’un rapport qui propose de démanteler de grands pans du modèle ontarien, la province voisine se met au régime minceur. C’est la fin d’une trêve de 10 ans entre les syndiqués des secteurs public et parapublic et Queen’s Park. Comment les autres provinces, à commencer par le Québec, composeront-elles avec un partenaire ontarien en mode revendication plutôt qu’en mode conciliation??

 

10. UN NOUVEAU MODE DE SCRUTIN

En politique, les nouvelles formules sont souvent l’apanage de ceux qui n’ont rien à perdre. Pour choisir son prochain chef, le Parti libéral fédéral a décidé de faire appel à tous les électeurs désireux de participer au scrutin, qu’ils soient membres ou non du parti. Mais seront-ils plus éclairés que les militants qui avaient élu Stéphane Dion ou que les cadres libéraux qui avaient nommé Michael Ignatieff??

 

 

Laisser un commentaire
Les plus populaires