Beubye, 2015! (Deuxième partie)

Histoire de rire (jaune?) de cette année bien chargée qui se termine, voici un survol humoristique des événements marquants de 2015, gracieuseté du blogueur Mathieu Charlebois.

Où sont passés les six premiers mois de l’année? Ils sont dans la première partie!

14 juillet — Allô Pluton!

global-mosaic-of-pluto-in-true-color

Il y a presque 10 ans, on a lancé dans l’espace une boîte en métal appelée New Horizons, pour qu’elle prenne des photos d’une roche tellement loin que sa lumière prend cinq heures et demie à se rendre jusqu’ici. Et on a réussi!

PolitiqueHigh-five pour tout le monde! On a peut-être inventé le bâton à selfie, mais on est aussi capable d’aller prendre des photos de Pluton, quand on s’y met.

Sur mon téléphone, dans l’autobus, j’ai pu regarder des photos prises à des milliards de kilomètres. Wow. Pendant ce temps, quelque part dans un hôpital québécois, un médecin demande qu’on lui faxe les résultats d’un test.

2 août — Déclenchement de la plus longue campagne électorale fédérale de l’histoire

Les Canadiens ne se souviennent pas de la dernière fois où ils ont été aussi excités. Hum… Le jeudi précédent, peut-être, quand il fallait faire la vaisselle?

la-joie-electorale

J’ai déjà résumé longuement l’élection ici, et le jour du scrutin ici. Je vous épargne donc la répétition. Pas besoin de me remercier.

Sophie Grégoire, maintenant reine du Canada, quand Justin a finalement décidé d’arrêter de parler.
Non, vraiment.

13 août — Denis Coderre démolit une dalle de béton
Denis-marteau

Fâché contre Postes Canada, Denis Coderre est allé détruire une de leurs dalles de béton. Ben… détruire… Il a abîmé le coin de la dalle, avant de laisser la grue faire le vrai travail.

Le coup de marteau-piqueur de Denis était comme le persil séché qu’on garroche un peu partout autour de ton assiette au Paccini : purement esthétique, juste pour le spectacle. Ça n’a pas empêché le syndicat des cols bleus de lui envoyer un grief pour avoir effectué une tâche qui n’était clairement pas dans sa description de poste.

28 août  Matricule 728 publie un livre et fait une tournée des médias

De passage à la radio et à la télé, Matricule 728 refait son image. Le public est désormais «quasi unanime», la vraie victime, c’est elle.

Affaire classée.
Affaire classée.

31 août  Dépôt du rapport de la Commission de révision permanente des programmes

Un ministre qui croit que l’on devrait couper avec énergie dans la taille de l’État a demandé à un comité composé de gens qui pensent que l’État est trop gros si l’on devait diminuer l’État québécois.

Ce qu’ils ont répondu vous étonnera.

Ou pas.

2 septembre — La photo du petit Aylan Kurdi fait le tour de la planète

Soudainement, s’être fâché autant pour Cecil le lion, c’était un peu gênant.

Au moins, sa mort aura provoqué une vague de sympathie qui rend possible aujourd’hui l’arrivée de milliers de Syriens au Canada, et aussi la prise de centaines de selfies de politiciens à l’aéroport.

«Un arbre qui tombe dans une forêt fait-il du bruit si personne n’est là pour se prendre en selfie avec lui?»
– Dicton zen (version 2015)

Ce n’est pas tout le monde qui est content, évidemment. À voir tous les gens qui répondent «Et NOS pauvres, eux?» quand on leur parle de réfugiés, la guignolée a dû être un succès cette année.

Heureusement, il y a ceux qui, éternels optimistes, arrivent à trouver du bon, même dans l’exil forcé par la guerre, les bombes et la peur de millions de personnes.

Une guerre meurtrière en Suisse, ça se pourrait? Le Québec manque de bons chocolatiers. #HorlogeriesAussi
Une guerre meurtrière en Suisse, ça se pourrait? Le Québec manque de bons chocolatiers. #HorlogeriesAussi

28 septembre — La Presse annonce qu’elle abandonne le format papier en semaine

Tel un rapport remis au gouvernement, La Presse sera bientôt tablettée.

Idée de slogan pour Le Devoir ou le Journal de Montréal (sur un air connu): «Nous autres on est papier papier, eux autres sont pas papier!»

30 septembre — 35 000 enseignants sont en grève au Québec

Grosse année pour le ministre de l’Éducation. Lui qui a pris le relais d’Yves Bolduc avait de grands souliers à chausser dans le domaine de la déclaration qui fait dire «Est-ce qu’il vient vraiment de dire ça?». Il s’est tout de même acquitté de la tâche avec un certain talent.

Il a par exemple affirmé qu’un réinvestissement en éducation serait «maladroit». Débouler les marches avec un gâteau de mariage dans les mains, ne pas ajouter d’argent en éducation alors qu’il y a plus de champignons dans les murs des écoles qu’au rayon des légumes des épiceries du Québec: même affaire.

Le ministre a aussi coupé les vivres à plusieurs organismes qui luttent contre le décrochage scolaire, ce qui est une façon comme une autre de réduire le nombre d’élèves par classe.

Ça ne veut pas dire que le grand manitou de l’éducation au Québec n’est pas capable d’être mis en colère par ce qu’il voit dans les écoles. On se souviendra qu’il s’est fâché contre les VRAIS problèmes en éducation au Québec: les enfants dans les chaînes humaines autour des écoles, et les enfants qui ne pourront pas fêter l’Halloween à l’école.

Le reste du temps, de sa voix calme, il répétait le même message: tout va bien.

Blais-Asterix

Octobre — Crise du flushgate

À Montréal, on annonce que près de 8 milliards de litres d’eaux usées vont être déversés dans le fleuve pour permettre des travaux sur une importante conduite d’égouts.

La population craint tellement pour la qualité de l’eau que même le gouvernement conservateur décide de faire semblant qu’il se préoccupe de l’environnement. Certains prétendent que Montréal aurait dû prendre exemple sur Québec et déverser ses égouts à la radio, plutôt que dans le fleuve.

Toujours sur un high de marteau-piqueur, Coderre décide de descendre dans l’intercepteur sud-ouest, vêtu d’une combinaison bleue, d’un masque, d’un casque avec lampe frontale et du peu de dignité qui reste quand tu as l’air d’être déguisé en Minion. Arrivé au fond du trou, le maire a été pris d’une terrible crise de panique. «Y’A PAS DE RÉSEAU ICI! J’AI PAS DE 4 G!», criait-il. On a dû lui faire un selfie d’urgence.

Malgré les objections, le déversement a finalement eu lieu. Avant, il y avait des odeurs de corruption à Montréal, maintenant, il y a des odeurs tout court. On va dire que c’est un progrès.

«Bois de la marde!»
– Expression montréalaise.

Octobre — Marcel Aubut

Marcel Aubut s’ajoute à la longue liste des hommes de pouvoir qui s’imaginent que toutes les femmes ont envie de les voir en bobettes. Breaking news: ce n’est pas le cas.

Pour Réjean Tremblay, son ami est la victime de sa «truculence rabelaisienne» (Rabelais fait dire qu’il ne veut pas être mêlé à tout ça) et n’a «pas vu l’évolution de la société». Versons une larme. On ne va quand même pas condamner quelqu’un simplement parce que ça fait 40 ans qu’il n’a pas changé le calendrier dans son bureau. 2015, 1975… Ça sonne presque pareil, après tout.

Hé oui, elle est bien finie cette glorieuse époque où la tape-sué-fesses comptait comme un compliment. Habituez-vous, les vieux schnocks. À propos, êtes-vous au courant qu’on ne peut plus fumer dans les bars, que Moi et l’autre ne passe plus à la télé et que le Trudeau qui est au pouvoir, ce n’est pas Pierre Elliot?

29 octobre — Le gouvernement québécois injecte un milliard de dollars dans Bombardier

Un peu partout au Québec, des directeurs d’écoles évaluent la possibilité de faire construire des avions par les élèves.

Certains se demandent à partir de quelle quantité d’investissement public Bombardier devient officiellement une société d’État. Selon certains calculs, nous ne serions pas très loin. Voyons le positif: d’ici trois ans, peut-être aurons-nous tous droit à une baisse d’impôts et un rabais sur un ski-doo.

20 octobre  Le règne de Justin Trudeau commence

Vous êtes tanné d’entendre tout le monde répéter «Parce qu’on est en 2015»? Patience, votre calvaire achève, «parce qu’on va être en 2016». 
Vous êtes tanné d’entendre tout le monde répéter «Parce qu’on est en 2015»? Patience, votre calvaire achève, «parce qu’on va être en 2016».

Le contraste avec le gouvernement Harper est frappant comme une toune de Mégadeth au milieu d’un mix de musique classique avec des sons de mouette dans une classe de yoga.

La nouvelle ministre de l’Environnement ne doute pas des changements climatiques ou de leur cause! Le strict minimum a été atteint, poppez le champagne!

Enfin «démuselé», un scientifique passe sa fin de semaine à attendre qu’un média l’appelle pour lui parler de ses recherches sur l’attraction des photons dans une interface astroparticules, suivant la théorie des champs à température finie. En vain.

Comme il l’avait promis, le nouveau premier ministre a nommé un cabinet de ministres paritaire, ce qui a fait plaisir à plusieurs. Évidemment, il s’est trouvé des pisse-vinaigre (qui pissaient généralement leur vinaigre debout) pour s’inquiéter de la compétence des ministres choisies. Mais, dites-moi, chers «La compétence d’abord!», où étiez-vous quand Steven Blaney était nommé ministre? C’est là qu’on avait besoin de vous!

Bref, adieu, Stephen. Ton sourire et ta chaleur humaine vont nous manquer.

tumblr_nsvohh6TvM1smfzl0o1_250

… ou pas.

Et bonjour Trudeau!

allo-trudeau

C’est la première fois qu’un père et un fils arrivent au poste de premier ministre. On n’y pense pas assez, mais ça veut dire qu’un premier ministre du Canada a déjà vu un autre premier ministre du Canada tout nu et en couches. C’est quand même spécial.

22 octobre — Adele téléphone à quelqu’un et en profite pour enregistrer une chanson

Pour son retour, la chanteuse britannique Adele enregistre la plus mauvaise reprise qu’on a entendue depuis longtemps. Passé le célèbre «Hello» de départ, elle massacre la mélodie autant que les paroles au point de rendre le succès de Lionel Richie impossible à reconnaître.

Vous n’avez toujours pas entendu la chanson en question? Consultez un audiologiste, votre ouïe est manifestement défectueuse.

23 octobre — Val-d’Or: huit policiers suspendus après des allégations d’agressions sexuelles

On a tous été choqués par ces histoires de femmes autochtones mises en danger par ceux censés les protéger.

Heureusement la police s’est emparée de l’affaire, et elle enquêtera sur la police, pour déterminer si la police a bien fait son travail de police. On peut se fier à la police pour savoir si la police a bien fait son travail de police, puisque c’est une police elle aussi.

13 novembre — Attentats à Paris: 130 morts et des centaines de blessés

Pfff. Quelle année. Quelle terrible année.

Le Québec a su se montrer solidaire et, un peu partout en province, on a vu des marches silencieuses très émouvantes. Puis, en entendant parler certaines personnes, on se dit qu’ils auraient pu continuer à marcher quelques jours de plus.

Les événement nous font nous poser beaucoup de questions sur la géopolitique, sur la culture, sur ce qui fait de nous des humains ou des monstres. Et quand il est question de grandes questions, on sait qu’on peut toujours compter sur Denis Lévesque.

levesque

24 novembre — Commission Charbonneau: dépôt du rapport

Le rapport est une brique qui fait 1 700 pages. Paraît que même Victor Lévy-Beaulieu trouve ça un peu intense.

Entre la dissidence de Renaud Lachance et un texte un peu mollasson quand vient le temps de remuer l’index d’un air réprobateur, le rapport finit par ne blâmer personne. Quand on y pense, c’est mieux ainsi. Autrement, ça voudrait dire que le Québec a réélu une gang de pourris. Là, on est correct.

14 décembre — Accord historique sur le climat

Si les pays signataires réussissent à tenir leurs promesses, la planète ne devrait pas se réchauffer de plus de deux degrés. Ça semble peu, deux degrés? Dans mon appartement, deux degrés c’est la différence entre ma blonde en chemise hawaïenne et ma blonde qui grelotte dans le sofa avec une couverte de laine en maudissant l’hiver.

Bonne nouvelle: la Terre est sauvée!

Mauvaise nouvelle: le monde ne sera pas englouti par les eaux en 2016, et je devrai donc travailler comme un forcené sur une autre revue de l’année en décembre prochain.

Mais ne brûlons pas d’étapes. 2015 est presque fini, adieu 2015.

On se revoit en 2016, chers lecteurs. «Peace out», comme disent les jeunes et les Verts.

May
Laisser un commentaire

Bravo, Mathieu, excellente revue de l’année 2015! Vous nous dénichez de vrais petits trésors (j’ai particulièrement aimé le twit à propos des restos syriens… Un pur délice…) Merci! 🙂

Tordant! La preuve que toute vérité n’est pas bonne à dire…mais bonne à rire. Sourions en attendant la nouvelle année!