Bonhomme strikes back / La réplique

bonhomme-4

(Voici le texte intégral de ma réplique à Maclean’s. Elle est sur le site de Maclean’s et une version plus courte mais non moins cinglante apparaît dans le magazine anglophone en kiosque depuis ce jeudi.)

I was more amused than shocked by Maclean’s cover naming Quebec “the most corrupt province in Canada.” It certainly feels that way these days, and Martin Patriquin’s only challenge was to cram in a single story all the strands of allegations and shady shenanigans surrounding Quebec’s current Jean Charest government. All the facts in the story are public knowledge, and for the most part brought to light by an aggressive Quebec media and no less insistent opposition parties.

Granted, the blow—being named most corrupt province—was not as painful for me to take as for most of my brethren, since I am aware of Maclean’s penchant for take-no-prisoners covers. Thanks to the weekly’s headline writers, I have been informed these past few months that Lawyers are Rats, Hitler is Back, Toronto Sucks, New York is a Land of Constant Terror, Hillary Adopted an Alien Baby, and Bush was a new Saddam.

No wait! Maybe one of those titles came from another magazine. No matter. Having been a journalist for a couple of decades, I did try to find in last week’s issue the methodology used to grant Quebec its number one spot on the corruption scale. I was curious to know who was number two, and how wide the margin was—as in Maclean’s yearly university rankings. Did the writers use the number of corruption convictions of elected officials in each province since 2000? The cash amount proven to have changed hands illegally? Or, since no conviction is to be found in Quebec (yet?), the number of police inquiries in play? I was disappointed. Maclean’s has no comparison metrics whatsoever. The whole cover is based on opinion and perception alone. Hopes for a Pulitzer on this one are dim.

So, what is the fuss about? A screaming headline loosely based on facts? They’re a dime a dozen. They sell. And Maclean’s is in the selling business. So all would be forgiven, if it were not for Andrew Coyne’s scoop that Quebecer’s are impervious to “constructive criticism.” Let’s try.

Coyne to Quebec: I have some constructive criticism for you.

Quebec: Great, let’s hear it

Coyne: You are pathologically corrupt.

Quebec: Gee, thanks!

The story is not about the trifecta of: 1) alleged and probably rampant political-donation-for-contracts schemes of the current Quebec government; 2) alleged and demonstrably occurring strong-arm tactics and graft culture of one major element of one of many Quebec unions; and of 3) alleged and probably rife bidding-rigging system of a group of contractors (dubbed «the fabulous fourteen») in the Montreal area since earlier in the decade. That would have been sufficient for a cover.

No, Maclean’s writers purport to show—and clearly affirm—that Quebecers as a people are inherently, historically and systemically corrupt. “Deeply entrenched,” “inevitable” lack of ethics, with “roots of corruption [that] run deep,” “a pattern,” “a peculiar set of pathologies,” writes Coyne. “A long line of made-in-Quebec corruption that has affected the province’s political culture at every level,” writes Patriquin. (Yes, “every” level!)

Two arguments are marshaled to explain why Quebec stands “in a league of its own” in the corruption sweepstakes. The first is the size of government. The second is the corrupting impact of a nationalist culture intent on getting “loot” or “booty” from Ottawa.

Let’s deal with the voodoo economics first. According to Maclean’s, the bigger the size of government in the economy, the badder, and the sleazier. Quebec being the most left-of-centre government on the continent it should, of course, be the most corrupt. Am I allowed to use comparative figures in this rebuttal? Transparency International tracks corruption in the world. People are asked if they had to pay a bribe or if they feel that private companies have to. The last report, like the previous ones, does show correlation between size of government and graft: reverse correlation. European governments and the greatest spenders, Scandinavian governments, are deemed significantly cleaner than North American governments, who leave more of the economy to the private sector. Haliburton, anyone ? (A contender in my “best quote ever” file is from David Frum’s recent report on a major Republican consultant commenting on the last small-government Republican administration: “I thought we would get more done before becoming completely corrupt!”)

Then there is the “booty” paradigm. Here Quebec’s incessant requests combine with Canada’s victimization as the benevolent provider faced with ingrates. Pierre Trudeau can be thanked for having conceived and pushed this narrative. In 1950 he wrote that Quebecers “are turning into a disgusting bunch of blackmailers.” Ripping into the Meech Lake Accord 42 years later, he revisited the quote, in Maclean’s: “Things have changed since then, but for the worse.”

The “bidding war” [between federal parties to win over Quebec votes] tenet is now entrenched into the Canadian psyche. It will stay there, I am sure. But let me explain why it is wrong. Equalisation: yes, Quebec gets more in the aggregate—and less per person—than any other province. But newsflash: for decades we told Ottawa that we would rather have jobs than dole. And we tired of explaining that if the federal investment in the economy (capital, purchases, research, grants) were distributed in proportion to the population, Quebec would instantaneously knock off one point of unemployment off the chart, more so over the years, and get less equalisation.

Take energy. According to Stéphane Dion’s count, the federal purse sank $40 billion into Alberta’s tar sands industry. Fourteen of these billions came from Quebec. Add in the billions for Ontario’s CANDUs and Newfoundland’s sweet deal on Hibernia and you get quite a tab, a quarter of which was paid by the booty-hunters. Now let’s compare that with federal investment in Quebec’s hydro-power in the last, say, hundred years. The answer is zilch. (But we got Mirabel. Don’t get me started.)

There is an impact on Quebec. Call it blowback. According to a recent university study (not from a Quebec university), the loonie’s overvaluation, driven by oil gushing from Alberta and Newfoudland, has destroyed 55,000 jobs in Quebec manufacturing in just five years. A sign of things to come. But, not to worry, equalization growth has been capped for the future, so future oil damage to Quebec (and Ontario’s) manufacturing base will hardly be offset anymore.

The narrative is most entertaining when it comes to “buying” votes in Quebec. The Mulroney government will never shake the very political decision to grant Quebec’s Canadair, rather than Manitoba’s Bristol, the 1986 CF-18 maintenance contract. But does that reflect the whole picture? In November 1991, anti-booty nastiness in Parliament reached unprecedented heights. Then-Treasury Board President Gilles Loiselle, charts in hand, felt compelled to admit to MPs that transfers to other provinces had grown 7 to 10% in the previous 15 years, but only 4% for Quebec. Only in Ottawa would a Quebec politician have to pledge to be stingy towards his home province.

Figures are clear for the referendum period. Yes, Ottawa illegally funded shady pro-Canada outfits during the campaign—that much has been proven. But the sums were paltry. Let’s look at the real figures. From its 1994 high point to the 1998 low point, federal capital investment—Ottawa’s most direct input—was reduced, overall, by 31 per cent in Canada. These were the dark days of deficit reduction. In Ontario, the reduction was 19 per cent. In Québec, 33 per cent. That makes Bonhomme Carnaval a pretty inept booty hunter.

But we’ve still got the dole, right? Consider this: In the same period, Ottawa moved to rein-in the financial flow to Quebec, over and above the severe across-the-board cuts in health, education and welfare funding. Respected economist Pierre Fortin figures that the EI reforms added a $100 million per year burden on Quebec. And the 1999 surprise reform of transfers wiped-out Quebec’s (and Newfoundland’s) redistributive advantage and reduced Quebec’s expected share of new funding by $1.8 billion over five years. And forget about compensation for GST harmonization or for the ice storm damage, where other provinces in strangely similar circumstances, and whose characters are not sullied on front pages, fared way, way better.

I lived these days from the inside (full disclosure: I was an adviser to Lucien Bouchard). We didn’t find no booty. We found a stubborn willingness on the part of the Chretien government to make things as hard as they could and to impede our (in the end successful) attempt at balancing our own books. Their take was that separatist politics hurt our economy—and they tried to make that happen. Our take was that a fiscally sound Quebec would be in better shape to become independent.

Among the Maclean’s issue’s most preposterous assertions is that Chrétien’s sponsorship scandal is a sign of Quebecers’ intrinsic black soul. Shouldn’t it be remembered that the Chrétien government was never elected by Quebecers? That was Ontario’s doing. We voted for something called the Bloc. For a long while, Chrétien’s only Quebec MPs were elected in non-francophone ridings, Chrétien himself having trouble keeping his own. When the sponsorship scandal broke, we coalesced around candidates whose slogan was “A clean party for Quebec,” and that was not the Liberals. In fact, in 2005, Quebeckers were so incensed about this scandalous Ottawa-based attempt at buying their loyalty, and grease the wheels of the rejected federal Liberal party in the process, that 55% were willing to secede from the corrupting machine right then and there. (Sadly, separatists were not in power in Quebec City at that point to make it happen.)

I have a great idea for a Maclean’s cover. Picture a Bonhomme Carnaval with a halo. No, better yet, a crowd of such Bonhommes as far as the eye can see. The title: Quebecers: Canada’s resilient corruption-busters.

The story would go like this. Eliot Ness-type figures battling corruption are a staple of Quebec culture. It seems to be in the national Quebec genome to rise up against graft and sleaze. Not that they haven’t been duped. In the forties, they loved Maurice Duplessis because he denounced and ridiculed the corruption of the preceding Liberal government. But he then became an even greater corrupter himself. In the 1950s, they turned to the incorruptible inspector Pax Plante and crusader Jean Drapeau, who cleaned-up Montreal’s Mob and brothels with a vengeance. Drapeau became a hero, then an autocratic, visionary, and at times inept—but never corrupt—mayor. In the 1960s, the new white knight was René Lévesque, who championed procurement reform in a Liberal “équipe du tonnerre” that equipped Quebec for the modern world. The decade was nearly scandal-free. In the early 1970s collusion between a mob-related union, the Construction wing of the FTQ, and the Quebec Liberal government saw the rise of new corruption-busters in a commission that was followed more closely than hockey night. Brian Mulroney and Lucien Bouchard’s careers take their roots in this largely successful cleansing effort. (One of those lost his way on the road to power and large envelopes with cash. The other did not and remains a symbol of integrity, even stinginess.)

In 1976, scandal odours polluted Robert Bourassa’s government. That factor contributed to his being named Quebec’s most despised politician (he would recover). He was replaced by Quebec’s most revered (to this day) politician, René Lévesque, who would shield Quebec politics from graft with the then-tightest financing law on the continent. In time, both France and Canada would copy its path-charting vision. It would take 15 years for the corrupt to find ways around it, which they did.

But from 1976 to the early 2000s, the ingrained, visceral, culturally nurtured aversion of Quebecers to graft prevailed, and only low-level, small-scale lobbying mischief was to be reported from Quebec City or Montreal. This quarter-century of relative cleanliness must have weakened the collective antibodies of honest Quebecers. They have been reawakened by the new slew of corruption described above.

How are Quebecers reacting? They are angry as hell. Over 80 per cent want a full inquiry, 58 per cent want Charest out, and fast. Engineers, policemen, attorneys associations, the Montreal city council, all scream for an inquiry and a robust clean-up. Journalists are all on the prowl, cheered ahead by readers and viewers. Like an endless crowd of furious holy Bonhommes, Quebecers can’t wait to throw the rascals out, and the corrupt in jail. If elections had been held any time in the last 18 months, they would have had their wish. It is only a question of time before the long history of integrity of Quebec prevails, once again.

In reacting to the corrupt-Bonhomme cover, Gilles Duceppe quoted a definition of xenophobia from the European Council: “a systematic or irrational hostility towards one or many individuals, mainly motivated by their nationality, culture, gender, religion, ideology or geographic origin.” So. Let’s address the core question. Are Maclean’s writers, Coyne in particular, and its editors who have published his piece as sound journalism and commentary, xenophobic about Quebec? The answer lies in this question: Had Coyne written that Jews were pathologically greedy, Blacks pathologically lazy or Newfoundlanders pathologically goofy, the copy would have been thrown out the window.

I will not win this argument in the English Canadian media because the standard for anti-Quebec writing has been lowered since 1990 to make Quebecers fair game for wholesale put-downs.

Jan Wong famously wrote in The Globe and Mail that the Dawson and Polytechnique killings found their roots in Quebec’s language laws. That prejudiced nonsense was backed by The Globe’s editors (to Jean Charest’s very great chagrin). Lawrence Martin based part of his book demonizing Lucien Bouchard on a psychologist’s opinion that the separatist leader was mentally deranged. (Wait—aren’t those synonyms: separatist and deranged?) Mordecai Richler’s book about Quebec, at 85 000 copies sold the most widely read treatise on Quebec in the ROC, asserted that 66 per cent of my fellow tribesmen were “highly anti-semitic.” More than in Germany in the early 1930s. Even Peter Gzowski defended him. Diane Francis lamented that separatist leaders couldn’t be arrested and hanged. She was named Woman of The Year by the Toronto version of Chatelaine.

These are not rednecks mumbling about the devilish threat of bilingualism and of the metric system in farms out west. These are mainstream, respected writers in Canada’s major media. And they jumped in, earlier this month, denouncing Quebec for attempting to blackmail the Harper government for a stake in a sports arena. The request is debatable—I criticized it on my blog—but the knee-jerk and accepted reaction in the Canadian press and political elites is not to reject the claim on its merits, but to insult Quebecers’ character as a whole.

This is where we are. This is xenophobia. This is what Maclean’s salesmanship rides on and perpetuates as we speak. Yes, I am in favour of the independence of Quebec. Like about half of my fellow francophones these days, I want my nation to be fully responsible for its successes and failures—equalisation payments be damned. But on the too-long road towards that day, I sometimes tire. Then, I simply pick up the Toronto press and smell the now run-of-the-mill disdain and contempt routinely showered upon Quebec, to remember another reason why I want out. I dream of living in a country that respects me. That, I do not have.

*****

Jean-François Lisée is the executive director of the International Studies Center of the Université de Montréal since its inception in 2004. Apart from having been an advisor to the Antichrist (Jacques Parizeau) and to the equally devilish Lucien Bouchard, he is a journalist and author. His last book (with Eric Montpetit) is entitled Imaginer l’après-crise. Although written by mere Quebecers, the book uses a good number of long words. Not only has Lisée received Quebec journalism awards—bestowed upon for, to quote Jeffrey Simpson “what passes for journalism in Quebec”—but sure-fire Canadian ones, too, like the Governor General’s award for non fiction and a number of Canadian magazine awards. Including a silver award this past year for excellence in column writing for, among others, a column on corruption in Quebec. And he actually wrote this rebuttal, himself, in English. Hard to believe !

(PS: N’ayez crainte, c’est moi qui ai écrit cette condescendante bio. Je voulais rester dans le ton!)

(PS2. Une version remaniée, francophone, améliorée, de ce texte paraîtra dans le prochain numéro de L’actualité, avec une Une qui sera une pièce de collection !)

Commentez mon article sur ce blogue…

…et allez voir les commentaires anglophones (et francophones, me signale avec justesse l’alertinternaute M. Patriquin)  sur le site de Maclean’s

Illustration : André-Philippe Côté

Laisser un commentaire

Ça fait du bien de lire une réponse qui adresse les « racines profondes » du problème et son caractère assez généralisé chez nos voisins canadiens, mais comme vous le dites si bien, il s’agit là d’une polémique qui ne changera rien au fonds des choses…

Comme disent si bien les anglos: « Don’t get mad, get even! » Ça serait en effet peut-être le temps de passer à d’autres choses.

PS En passant, la FTQ-Construction n’existait pas en 1976, elle a vu le jour après la Commission Cliche…

Monsieur Lisée, il y a un petit travail d’édition à faire avec cette réplique… Sinon c’est très bien.

Tout ce que je peux dire c’est: paf! Dans les dents! Bien envoyé, incluant la mini-biographie.

La fermeture est parfaite: » I dream of living in a country that respects me. That, I do not have. »

Pensez-vous qu’ils vont lire cette réplique au complet ? Les gens sont généralement peu enclins écouter/lire très longtemps les opinions qu’ils ne partagent pas …

Cher M. Lisée,

Je n’ai qu’à vous remercier pour ce brillant uppercut. Si le MELS décidait un jour d’instaurer des cours d’histoire au secondaire, il serait conséquant de juxtaposer votre texte à celui du triste sire officiant à ce magazine qui confond journalisme et propagande haineuse. Toutefois, je souhaiterais une pluie de tels articles ,et pourquoi pas « une demi-douzaine de red necks piétinant le fleurdelysé » en prime afin de réveiller notre peuple quelque peu endormit…

Merci à vous donc, d’avoir si brillement porté mon indignation auprès des mesquins et des ignorants.

Louis Routhier, Saint-Prime, Lac St-Jean.

There was a time when I lived in Saskatchewan, in Alberta and I had to travel to British Columbia and Manitoba. I spent many years in Ontario. Oftentimes I was told to speak white.Everywhere I was given cold shoulders as soon as my name was revealed and my French accent heard. I was finally convinced that Canada has no place for me.And like you I am dreaming of a country that will respect me.

« Le portrait du colonisateur » et « le portrait du colonisé » d’Albert Memmi m’ont incité à travailler à l’avènement de ce pays qui sera mien.
J’ai beaucoup de respect pour les efforts que vous avez déployés pour ce pays en devenir et je me prends souvent à souhaiter qu’un jour, vous acceptiez, comme René Lévesque avant vous, de prendre une part plus directe dans sa gouvernance.

Bravo, Monsieur Lisée !

J’espère que vous traduirez votre texte pour que tous puissent le savourer et s’en inspirer.

Merci de nous défendre en ces temps difficiles où nous nous demandons si souvent que faire pour sortir de tant d’impasses.

Quand allons-nous enfin comprendre ?
Quand notre action deviendra-t-elle conforme à notre réflexion ?
Qui saura nous entraîner à sa suite dans un grand mouvement collectif de libération ?

Réplique magistrale! Je n’y ajouterais qu’une nuance : la compréhension mutuelle des gens de diverses régions ne survient qu’en minimisant l’usage du « eux et nous. » Comme l’appartenance identitaire est définie par la reconnaissance des pairs, ce n’est pas facile d’éviter les impairs…

Je vous remercie et vous salue bien bas pour ce brillant article que je n’aurais su pondre moi-même, bien que je sois en total accord avec ce que vous dites. Merci de mettre les points sur les i. Merci de souligner à quel point nous ne sommes pas respectés par le ROC.

J’espère que votre mot sera répandu d’un océan à l’autre. Ce qui serait étonnant, mais on peut rêver…

Bravo. 10/10 et un ti-bonhomme carnaval colé sur votre copie.

Cette réponse est percutante. J’espère qu’elle sera citée dans tous les médias du Québec

L’article du Maclean’s, tout comme ceux de M. Lisée, nous prouvent une nième fois ce que nous savions depuis belle lurette: que 90 % des journalistes sont d’abord et avant tout des militants et des activistes, et presqu’en dernier lieu des esprits scientifiques, quoi qu’il y ait des progrès, dans la profession, sur ce sujet.

Ce n’est pas pour rien que les journalistes se recrutent surtout parmi ceux qui se passionnent pour la fiction, la rhétorique et les arts, et que la science rebute. Et ce n’est pas sans lourdes conséquences, malheureusement. Conséquences en termes d’élans créatifs qui dépassent le réel, et de difficultés à voir les choses telles qu’elles sont.

Le journalisme véritablement d’enquête (et non d’ « axe to grind ») me semble plus fréquent que dans le passé, mais toujours très clairement minoritaire.

You, dear sir, are an incomparable writer. I have been following your blog for a while now, and I am always pleased to read your commentary on life in Québec, and in general. As I was until recently living abroad, your outlook enabled me to enrich my own opinion on the home matters. It has also helped enrich the opinion of the German students I was teaching about our Québec. Thank G*d I didn’t solely rely on the federal publications available.

I do hope that the other people who, outside our beautiful (about to become its own) country of Québec, we still share a passport with, will take the time to enjoy this rebuttal as much as I have.

En terminant, j’aimerais, en plus de vous féliciter, vous encourager à continuer votre admirable travail d’éducation, par le biais de vos grandes qualités journalistiques. Nous sommes choyés par la plume et la verve d’intellectuels de votre trempe.

Merci.

Bravo M. Lisée ! Par votre plume, Bonhomme »strikes back » et pas à peu près. Vous venez de passer le KO aux gens de Maclean’s et ils sont probablement en train de récupérer à l’infirmerie, si ce n’est aux soins intensifs !

Bien joué de sortir les pays scandinaves comme contre-exemple de la relation entre la grosseur d’un état et la corruption.

Par contre c’est aussi relativement malhonnête, parce que c’est bien sûr une exception à la règle. La corrélation est sinon assez bonne:

http://www.antagoniste.net/2009/04/23/les-corruptibles/

On oublit aussi de dire que les pays Scandinave sont plus « business friendly » que nous, préferrant tirer leurs revenus directement des individus.

Toutes mes félicitations!
Je suis sincèrement content que vous soyez entré dans la bataille et je vous appuie avec grand enthousiasme!

Dommage que ce texte ne soit pas publier en francais, C’est un des meilleurs argumentaires pour la souveraineté que l’actualité à produit (actualité dans le sens de actuel….quoique).

M. Lisée,

Je ne suis pas du genre à commenter les articles, mais celui-ci est tout simplement époustouflant. Aucune complainte victimaire, aucun pleurnichage; vous envoyez au ROC le message d’un Québec légitimement fier avec une dignité et une grâce sans pareil. J’espère que les médias de masse donneront autant de visibilité à votre réponse qu’à l’injure à son origine.

Merci et encore bravo.

@ honorable

Il y a aussi des scientifiques qui font du journalisme et de la propagande partout sur les blogues et en en réagissant aux articles de journaux.

Ce sont d’abord et avant tout des activistes à l’esprit scientifique biaisé, des ratés antipathiques qui veulent arrondir leur fins de mois. Ils expliquent et se prononcent très souvent dans des domaines où ils n’ont aucune connaissance.

Étant incapables de voir les choses telles qu’elles sont, ces scientifiques se servent souvent de leurs titres pour faire des énoncés qui relèvent le plus souvent de la science fiction avec des conséquences fâcheuses qui vont à l’encontre du bien de la population les induisants en erreur.

On est très loin du journalisme scientifique avec ces bons doc en science.

In my opinion, your arguments vis a vis the empirical weakness of Macleans to substantiate their claim and pointing out that the Magazines seems to be focused on sensationalist covers in order seems generally accurate.

However, your attack on « anglo » and « toronto » borders on exactly what you seem to be suggesting – associating a disparate and wide group of people and then bashing them by either language or location. Many of us who you seem to labeling in that group find this very offensive.

If you get your wish of having your own country, then I hope, depending on what regions or area it includes, that you recognize that will need to rely on neighbors both in the US and the Canadian regions for trade, business and tourism.

ADMIN : Normalement, les commentaires uniquement en anglais ne sont pas publiés. Je fais exception ici puisque le texte du billet est lui-même en anglais.

Bravo pour cet article M.Lisée. C’est drolement bien envoyé. On apprécierait bien cependant une traduction pour en savourer la « quintessente moelle » comme disait Rabelais il y a déja quelques années de cela.

Très bien! Vous allez devoir en faire une autre de lettre. Cette fois à la CBC après avoir vu cet extrait de l’émission 22 minutes où le « premier » Dany Williams ne se gène pas pour nous traiter de voleurs.
http://www.cbc.ca/22minutes/

bonjour M. Lisée,
Merci pour ce texte dense et une contre-attaque bien lancée. Même si vous avez pris la peine de l’écrire en anglais, j’apprécierais une traduction que je verrais à transmettre à tous mes contacts. Est-ce prévisible ?

« Although written by a mere Quebecker, the book uses a good number of long words »
Mouhahahahaha! Celle-là est très donne monsieur Lisée. Vraiment, en plein dans le mile!

Bravo, c’est l’un des plus beaux textes écrits ces dernières années au Québec.

Une petite faute: equalization payment prend un Z plutot qu’un S

Enfin un article qui a du cran. (comme le leur)

Keep up the good work. We need it and deserve it. Not that it will make a difference, the damage is done and actually was done a lot time ago, and they know. All they have to do now, is to hit on the nail over and over again.

Il est grand temps de se séparer, c’est la seule solution. Vive le Québec libre tu ROC!!!

Merci pour l’excellent article

Il est grand temps que nous commencons a dire haut et fort la verité que les Anglais et Macleans fonts de l’intolérance et de l’xenopobie.

Excellent article M. Lisé et pourrais-je ajouter que la réaction de l’auteur du commentaire #14 indique clairement et sans aucune ambiguïté la valeur et la justesse exemplaire de vos propos.

Gilbert Duquette

Well done Jean François.

Performed with skill and efficiency. / Adroit, efficient et efficace.

Thoroughly cooked. Right on / Fort bien frappé. »En plein dans le mille ».

Claude Pelletier
Montréal-Rosemont, QC

Un pur délice!

Un nectar!

Empreint de respect et pourtant si revendicateur et véridique. M. Lisée, vous méritez beaucoup de respect!

J’ai particulièrement aimé votre profession de foi indépendantiste. Un modèle que beaucoup auraient avantage à suivre, tant dans la forme que dans le fond. C’est ça, selon moi, les bonnes raisons de l’indépendance.

Vous pourriez, si vous le désirez bien entendu, offrir à Madame Marois d’écrire et de prononcer »tous » ses discours en anglais.

± Jean François Garneau, votre comentaire # 9 :

Vous devriez envoyer votre texte à Madame Pauline Marois.

Bonne défense de la cause et de la nation québécoise. Mais vous lira-t-on? Je le souhaite. Mais quand la haine fige dans les coeurs, comme c’est le cas de nos compatriotes canadiens anglais, vous aurez beau déployer tout l’art de la rhétorique, rien n’y fera. Nous parlons à un sourd.

@ Claude Pelletier

« Vous pourriez, si vous le désirez bien entendu, offrir à Madame Marois d’écrire et de prononcer ”tous” ses discours en anglais. »

Voulez-vous dire que les politiciens du Québec devraient écrire et prononcer leurs discourt en Anglais?

Vous n’aimez pas le Français?

C’est plus clair en anglais?

M. Lisée parlait justement des éteignoirs dernièrement. Qu’en pensez-vous?

J’avais oublié de mentionner dans mon message: «Mais où est Lucien Bouchard? Comment peut-il rester silencieux?» Nous avons besoin de voix fortes pour défendre le Québec.

@ John, your comment # 22 :

You’re absolutely right John when you say:

»… associating a disparate and wide group of people and then bashing them by either language or location. Many of us who you seem to labeling in that group find this very offensive. »

Even if I highly appreciate Jean François’s rebuttal, I’m feeling sad for these wrondoings, and I feel sorry for him.

I hope Jean François will have the decency to correct that as soon as possible.

Bravo ! Votre réplique deviendra une pièce d’anthologie.

« La vérité est comme le soleil. Elle fait tout voir et ne se laisse pas regarder.»
[Victor Hugo]

Bla…bla…bla…

Finalement, y-a-t’il quelque chose de faux dans l’article du Maclean’s?

Non?

Case closed!

@ John, your comment # 22 :

You’re absolutely right John when you say.

Tu as raison d’être blessé John, et je le serais moi aussi, parculièrement quand tu dis :

”… associating a disparate and wide group of people and then bashing them by either language or location. Many of us who you seem to labeling in that group find this very offensive.”

Even if I highly appreciate Jean François’s rebuttal, I’m feeling sad for these wrondoings, and I feel sorry for him.

Même si j’aprécie grandement la réplique de Jean François, ces préjugés, comme tous les préjugés d’ailleurs, et Dieu sait s’il y en a, ENGLOBANTS À TORT de large pans de la population du Québec et des provinces canadiennes, m’attristent beaucoup, au point de contrer et d’annuler l’impact des justes arguments utilisés.

I hope that Jean François will have the decency to correct these as soon as possible.

Mr LIsée pretends that there is more xenophobia in english Canada than in French Quebec.

If, over a period of 10 years, we would record the number of statements, in Quebec, that demonize The Gazette, anglophone newspapers and/or english anadians, and record the number of statements, in the rest of Canada, that demonize Le Droit, francophone newspapers and/or french Quebeckers, I think that Mr LIsée would be in for a huge surprize. He would realize that, though there are xenophobics among both french Quebeckers and english canadians, xenophobia is more prevalent among french Quebeckers than english canadians.

For example, The Gazette is demonized daily in Quebec, and for no valid reasons. Is Le Droit demonized daily in Ontario?

IMPORTANT NOTE: I am not talking hate crimes, but xenophobia. There is a huge difference : one people can be much more xenophobic than another while at the same time commiting many fewer hate crimes. That would seem to be the case among french Quebeckers… Every indicator that I know of indicates that french Quebecker are LESS violent (less prone to crimes) than english Canadians. But we are talking xenophobia here, and Lisée is explicitly giving as examples: Wong, Richler, Maclean’s, etc. NONE of these have committed CRIMES!

Votre texte est bien envoyé ( un peu long pour diffusion par contre) et je partage le même sentiments a prioiri: à savoir que je me fiche royalement de certains titres de journaux anglophone du Canada. Ces titres reflètent parfaitement l’état d’esprit de nombreux canadiens anglais à l’égard du Québec (ça fait vendre des copies). Le procédé est bien connu et documenté par les politologues, les historiens et les socio-psychologues (aussi par N. Lester). Il consiste à affubler un groupe minoritaire de tous les maux de l’humanité. Cela permet à plusieurs membres de cette majorité de se draper de vertus et de se construire une identité virtuelle, dans le sens que cela permet d’occulter tous les travers de l’identité bien réelle qu’on ose montrer. Ainsi, par exemple, ces gens peuvent traiter les québécois de raciste tout en ignorant que le procédé qu’ils utilisent est emprunt lui-même de racisme. Les québécois en ferait moins un cas (ou presque) si leur province était un pays. Or, malheureusement, ce jour n’est pas, et cette xénophobie défavorise le développement d’un Québec fédéré. S’il est vrai que de nombreux anglophones de bonne volonté ne sont pas xénophobes, il reste qu’ils sont sous influence d’une certaine élite qui elle l’est. Or, mêmes les hommes (et femmes) de bonne volonté ont tous une part d’ombre en soi. Cette part d’ombre se révèle au son des hauts-parleurs xénophobe mais elle est silencieuse, si ce n’est insidieuse. Pour reprendre un de vos exemples, les programmes ou politiques de soutien au développement des provinces, peu de gens de l’Ontario ou d’une autre province plus favorisée par le gouvernement fédéral seront offusquée de savoir que le Québec n’a pas sa part; on leur en donne déjà trop…en péréquation; c’est ce qu’on dit. Les palabres (la riposte) n’y changeront rien. Comme vous, je suis lasse de cette guerre perdue d’avance. Alors, pensons à notre carrière et à nos problèmes domestiques, puisqu’il semble que l’avenir s’y trouve (individualisme). Le projet collectif est six pieds sous terre même s’il est encore chaud. De mon côté, je vais faire en sorte que mes enfants aient les yeux grand ouvert et souhaiter qu’ils trouvent leur chemin.

Au moins, le MacClean’s ne pourra pas dire que « write white » vous est impossible, (and cowly well, si vous permettez). Malheureusement, il est fort probable que ça glisse sur les perverses plumes des so-called journalists du MacLean’s déchaîné, comme sur celles d’un canard bien vivant. Ils s’en foutent. Premièrement, ils sont de ceux qui doivent intimement reprocher aux gouvernements fédéraux de ne pas avoir employé la méthode forte et que ces maudit(e)s québécois(es) n’aient pas été obligé(e)s de parler leur noble langue anglaise. Et ils sont plus nombreux qu’on ne pense dans le ROC à être en accord profond avec cette idée. C’est pourquoi, et deuxièmement, comme la crise qui touche la presse écrite ne peut ignorer MacLean’s. Il faut vendre du papier par tous les moyens et là, tout est bon. Ils tentent d’imiter la presse à scandale avec ses gros titres pour toucher le plus grand nombre d’anglos québécophobes. La différence est que les journaux de la presse à scandale ne peuvent se permettre de sortir des informations inexactes, des faussetés, ils y perdraient leurs âmes (quelle qu’en soit la couleur). Aussi bizarre que ça puisse paraître, ces journaux populaires sont obligés à une certaine déontologie. Ils n’ont pas droit à l’erreur sur la vérité de l’information. Après la sauce, les mots, le style importent peu, ils sont inattaquables sur le fond et en conséquence, peu souvent poursuivis. Les journalistes antiQuébec du MacLean’s sont sans doute persuadés que comme ils sont publiés dans un hebdomadaire célèbre et reconnu, ils sont de grands journalistes, et que la direction du journal doit leur permettre d’écrire n’importe quoi en insultant plus du quart de ce qu’ils considèrent pourtant comme des Canadien(ne)s. Alors qu’ils ne seraient même pas engagés par le Sun ou le Daily Mirror à cause de la très douteuse qualité de leurs informations. Au fait quel tirage pour l’édition du MacLean’s mettant en vedette le bonhomme carnaval ?

M. Lisée, pour le bien de beaucoup, SVP une traduction. Ça en vaut la peine.

«Ce n’est que quand il fait nuit que les étoiles brillent.» [Winston Churchill ]

Suite à votre analyse historico-politique, c’est plutôt le Canada qui est corrompu dans ses fausses promesses et ses coups fourrés.

Merci pour cette lucide mise au point.

Le bon peuple du Québec devra, un de ces jours, faire un véritable choix:

péréquation (confort et indifférence)
ou
séparation (effort et solidarité)?

Bonjour chez-vous!

Très bien Mr Lisée. Même des Canadiens anglais sont d’accord avec vous, en jugeant par les commentaires que votre article a reçus à Maclean’s.

Vous êtes un grand intellectuel. J’aime bien Joseph Facal aussi. Il me réjouit que vous et lui soyez souverainistes. Je rêve d’un débat télévisé entre le centre-gauche Lisée et le centre-droite Facal.

Un débat entre le souverainiste Lisée ou Facal et le fédéraliste Paul Wells sera intéressant aussi.

Pauvre M. Lisee, Un Baby boomer typique qui n accepte aucunes critiques et s’accroche a des valeurs depassees.
Pour les discours on repassera, Est-ce vous qui avez fait le discours (arrosé) de Jacques (nez rouge) Parizeau le soir du referendum?
« Les ethnies et l argent? »

Excellent article monsieur Lisée!!!!

C’est ce genre d’article qui allume une flamme de fierté! J’en ai plus qu’assez que l’on nous traite de perdant et cela s’applique aux plus cyniques d’entre-nous québécois autant qu’au ROC!

Merci beaucoup!!

Jean-François,

Ne trouves-tu pas qu’au Canada anglais on n’en finit plus de réécrire le rapport Durham? À défaut d’avoir pu lui donner immédiatement la suite recommandée, un échec dont il ne s’est pas encore relevé…

Excellent, ton texte.

Après avoir lu les comentaires…j’aimerais pouvoir lire votre réplique à Mclean’s, en FRANÇAIS… s’il vous plait…por favor!
Hablo espanol y frances, Gracias!

M. Lisée,
depuis un bon moment je me pose une question existentielle de façon récurente quand je lis vos chroniques, votre blogue et quand je vous vois en entrevue télé:

Qu’attendez-vous pour vous présenter à une élection?

Vos analyses sont justes, vous êtes un excellent communicateur, vous avez un certain charisme, une profonde expérience, une intelligence prouvée, un fin stratège et vous jouissez à mon avis d’un respect réel de la population. Que demander de plus?

Je sais que le moment actuel n’est pas l’idéal: déjà 2 partis souverainistes, dont l’un où vous avez de profondes racines et dirigé par une mal-aimée(sondages…) malgré sa compétence et expérience.

Dans le contexte présent, il est certain que Mme Marois voudras se faire élire aux prochaines élections, malgré son impopularité personnelle, celle du PLQ est bien pire et lui donne toutes ses chances. Mais compte tenu de son âge actuel, 61 ans, 2-3 ans avant la prochaine élection, un mandant de 4 à 5 ans, il serait surprenant qu’à 67-69 ans elle ait la volonté de se faire élire pour un second mandat. Compte tenu de cela, je vous verrais très bien vous présenter aux prochaines élections, obtenir un ministère majeur et prétendre à la succession de Mme Marois lorsque celle-ci le voudras (loin de moi l’idée de la pousser vers la sortie!).

Une année politique est une éternité, bien des changements peuvent se produire (dont espérons le départ d’un certain député de Sherbrooke….), mais l’idée est là et j’espère qu’elle germera dans votre esprit!

Les erreurs factuelles présentent dans ce texte montre que son auteurs n’a pas fait un gros travail de recherche (l’idéologie a pris le dessus sur les faits).

La relation entre la taille de l’État et la corruption a été démontrer a de multiple reprises.

Mathieu Gagné (commentaire #17) a montré l’une des évidence mais il en a bien d’autres.

« Regarding the primary focus of the paper, our results show that government size, in particular spending by state governments, does indeed have a strong positive influence on corruption. »

Source: Corruption and government size: A disaggregated analysis, Goel, Rajeev K & Nelson, Michael A, Public Choice, Volume 97, Numbers 1-2, 107-120

« This implies that there is a strong relation between economic freedom and corruption. »

Source: The impact of economic freedom on corruption, P. Graeffa and G. Mehlkopb, European Journal of Political Economy, Volume 19, Issue 3, September 2003, Pages 605-620

« Our results show that greater economic freedom seems to matter more in this regard. Examining different components of economic freedom, we find that not all these components are equally effective in reducing corruption. For instance, monetary policy seems to have a stronger influence on the level of corrupt activity in a country than fiscal policy. Robustness of these findings is checked and policy implications are discussed. »

Source: ECONOMIC FREEDOM VERSUS POLITICAL FREEDOM: CROSS-COUNTRY INFLUENCES ON CORRUPTION, RAJEEV K. GOEL, MICHAEL A. NELSON, Australian Economic Papers, Volume 44, Issue 2, pages 121–133, June 2005

En passant, j’aimerais bien que JF Lisée nous dise de quel administration il parle dans l’extrait suivant: « last small-government Republican administration ». Parce que ce n’est sûrement pas celle de Bush, qui a été le président (avant Obama), qui a le plus augmenté les dépenses la taille de l’État (y compris pour les programmes sociaux).

Bref, quand on veut faire une bonne critique, il faut d’abord s’assurer d’avoir les bons faits.

Bravo M. Lisée pour cette excellente réplique ! Maintenant, il faudrait la faire publier dans un grand quotidien de langue française afin d’amener nos concitoyens québécois à prendre conscience de la xénophobie anti-québécoise du ROC et de galvaniser l’opinion publique en faveur de la souveraineté.

Émile Genest, Montréal

On peut bloguer instantanément sur Maclean’s alors qu’on ne peut pas sur l’Actualité, Le Devoir ou cyberpresse. Sans que les commentaires ne dérapent vers l’insulte, le prêtage de maladies honteuses à l’adversaire, ou les déformations de son nom ou de son pseudonyme. N’est-ce pas un signe de plus grande maturité au Canada Anglais? Car si on pouvait bloguer sans dérapage sur l’Actualité, cyberpresse ou Le Devoir, il me semble assez clair que ce serait permis, n’est-ce pas.

Cela est tout à l’honneur de la civilisation canadienne-anglaise.

I am very impressed by the civilised nature of the comments on Maclean’s, despite the fact taht the comments are posted instantaneously, without any prior filtration. Is that typical of english Canada?

My experience of instantateneous blogs from french Quebec is very different: the comments are much less civilised, much less polite; people start insulting whomever thinks differently from them, pretend that person has debilitating physical and mental diseases, distort the names and pseudos of people they don’t like etc.. As a result, in fact, all blogs on cyberpresse are not instantaneous: they are filtered before being published. The same happens at l’Actualité.

The fact that Maclean’s does not have to resort to prior filtration of comments suggest that english Canadians bloggers have greater maturity than french Canadian bloggers. This also suggest that there is a degree of intolerance in french Quebec that does not exist in the rest of Canada. Different opinions can be instantaneously expressed in the ROC. In Quebec reigns a régime of « pensée unique », and of intolerance of whomever thinks out of the « pensée unique » box, that makes the existence of instanteneous blogs next to impossible.

English Canada and Maclean’s readers: congratulations for your apparently greater maturity.

Superbe texte mr.Lisée,un jour nous l’aurons notre pays et ce sera grâce à des gens comme vous et tout ceux qui y croient et ne lâcheront jamais.

Vive le Québec libre !

Vous écrivez bien l’anglais Monsieur!

Et c’est bien parfois de ne pas laisser les gens impunément dire des niaseries.

«Bref, quand on veut faire une bonne critique, il faut d’abord s’assurer d’avoir les bons faits.» >>david

– – – – – – – – – – – –

Ce qui est sa faiblesse à lui aussi.

C’est révélateur qu’à peu près les seuls qui discréditent le texte de J. F. Lisée ont pour référence le site antagoniste.net. Site poubelle de la drette libertarienne.

Jean Émard

This was a brillant piece of exposition and analysis combined with a historical insight that only you could have provided. I’ve missed the opportunities to appreciate your prose.

Warm regards,

David

@honorable #14
« Ce n’est pas pour rien que les journalistes se recrutent surtout parmi ceux qui se passionnent pour la fiction, la rhétorique et les arts, et que la science rebute. »

= = =

Les journalistes rapportent des faits. Mere Facts, with a Capital F. No fiction here… Voir plus bas, pour un exemple.

Arts et science seraient antinomiques et mutuellement exclusifs, docteur? Celle-là, j’avoue que je ne la comprends pas. Par contre, à lire votre rhétorique le plus souvent boiteuse, je ne suis pas loin d’être d’accord avec votre assertion: l’homme de science que vous êtes ne sait pas argumenter avec intelligence.

= = =

« 90 % des journalistes sont d’abord et avant tout des militants et des activistes »

Êtes-vous en train de qualifier les journalistes qui étaient à l’emploi de Feu Israel « Izzy » Asper. Et ceux qui travaillent au Jerusalem Post?

Pour ma part, je vois une différence entre les journalistes des Izvestia sous Staline (ou de l’Agence Chine Nouvelle, for example) et Daniel Leblanc. Alors, l’histoire de Daniel Leblanc (« ma chouette », scandale des commandites), c’était de la pure fiction?

Argumentation vide, très cher!

@honorable #61

« On peut bloguer instantanément sur Maclean’s alors qu’on ne peut pas sur l’Actualité, Le Devoir ou cyberpresse. …N’est-ce pas un signe de plus grande maturité au Canada Anglais? …Cela est tout à l’honneur de la civilisation canadienne-anglaise. »

= = =

Heureux sommes-nous, infects Québécois de souche (comme vous l’êtes vous-même aux sept huitièmes) de jouir du voisinage de cette civilisation supérieure à la nôtre… Les Français ont apporté aux « sauvages » un aperçu de de ce qu’est une civilisation « supérieure » et les Brits ont ajouté la cerise sur le sundae en colonisant à leur tour les descendants de ces « sauvages » et de ces Français… C’est bien là le sens de votre commentaire?

Comme vous devez être malheureux d’être le descendant de tous ces ignobles Frenchies. Vous avez toute ma sympathie.

Pauvre vous. J’espère que vos humbles origines françaises ne vous empêchent pas de dormir.

Bravo !

Ça commence comme une simple réprimande, une tape sur les doigts. Ça se développe de plus en plus et puis Paf ! Le mot tombe, bien amené et parfaitement justifié : Xénophobie. Suit la liste des faits marquants du canada-des-anglos contre son peuple fondateur qui est aussi complète qu’on puisse l’être en si peu de mots.

Il n’y a rien de mieux que de « clencher » l’adversaire poliment 😉

Re-bravo !

@David
Force d’admettre que vous y connaissez en erreurs factuelles. Vous les répétez continuellement.

Comme vous êtes fort des citations, en voici un d’Allais:
« La logique mène a tout, a condition d’en sortir. »

On trouvera toujours des « études » a contre courant sur le Net…
Même les créationnismes ont leurs « études sérieuses ».

Tres beau texte M. Lisee, autant du point de vue du contenu que de celui de la forme. Moi-meme plutot federaliste a la base, je tolere (!), voire m’identifie a une grande part de votre vision du Quebec et du Canada, du moins a votre angle d’attaque, depuis que je vous ai vu en conference a Paris il y a deux ans.
Je suis tres impressionnee par le niveau de votre anglais (avec des mots comme « brethren » et « marshaled ») et meurs d’envie de savoir si vous etes anglophone ou si vous avez simplement un excellent editeur.

@Zenobias
Parizeau avait raison. Son tort a été de le dire.

@François 1
Et puis rien. Ça n’en vaut pas la peine.

«La haine rend non seulement aveugle et sourd mais incroyablement bête.»[Konrad Lorenz]

Wow. Faut-il déblatérer parfois … j’avoue presque rien avoir compris de cette fulmination, mais franchment. Dire que j’ai honte des Lisée de ce monde, qui font leur tout pour censurer toute critique du Québec!

@ Yvon Fleurent, votre commentaire # 38 :

Je vois que j’aurais dû être plus explicite.

Ce que je voulais dire, c’est simplement que vu que Madame Marois a beaucoup de difficulté à s’exprimer en anglais, et que tout premier ministre doit le faire à chaque occasion qui s’y prête ou qui le nécessite, monsieur Lisée ou toute autre personne aussi informée, habile et astucieuce en politique et suffisamment bien ferrée en anglais, pourrait lui apporter régulièrement assistance.

Cela, pour que Madame Marois ne soit jamais ridiculisée, piégée ou mal interprétée à cause de sa difficulté à s’exprimer facilement en anglais.

Ajout de clarification à ma précédente réponse au commentaire # 38 de Yvon Fleurent :

Cela, pour que Madame Marois ne soit jamais ridiculisée, piégée ou mal interprétée à cause de sa difficulté à comprendre et à s’exprimer en anglais.

Mon cher Honorable, je vous invite a aller voir les commentaires sur le site de CBC (Canadian Broadcasting Corporation, le site anglais) et vous aller rapidement déchanter. Même si ce site est modéré il est une honte justement pour le ROC.

@honorable

Alors, selon votre évaluation, nous pouvons dire que les lecteurs du G&M sont des gens qui n’ont aucune classe dû aux pages complètes de commentaires retirés par le modérateur?

Ce texte, issu d’un esprit brillant comme l’étoile dans la nuit, doit être diffusé aussi largement et abondamment que possible.

La vérité fera de nous des êtres libres!

Merci à vous, Jean-François.

Je me répète mais lorsqu’un des seuls opposants à votre article (commentaire #61) en est rendu aussi bas dans son argumentation que de parler des blogues, cela démontre hors de tout doute qu’il n’a justement aucun argument et que votre article est empreint d’une vérité telle, d’une justesse, d’une réalité qu’il ne peut supporter de lire et d’accepter.

Si on ajoute l’argumentaire bancale du commentaire #59 on clos le débat et on ne peut qu’en venir à l’évidence que votre article est des plus honnêtes, critique, recherché, supporté que par des faits.

Merci M. Lisé pour nous avoir fait partager cet article. Qui a ne pas en douter sera un modèle dans le milieu journalistique tant francophone de droite ou de gauche qu’anglophone de gauche ou de droite lorsque l’on parlera d’un article et de son auteur portant le flambeau de l’intégrité. Seuls les esprits obtus, ayant un mode de pensée rigide pour ne pas dire immuable, ceux pour qui tout ce qui provient du Québec est mauvais bref, seuls ceux aveuglés par leurs haines irrationnelles du Québec n’admettront pas l’excellence de votre article.

Gilbert Duquette

Merci M. Lisée. Il s’agit d’avoir vécu qq années dans le ROC pour comprendre à quel point le canadien anglais moyen ne connait pas le Québec. Et comme il n’y a qu’un pas entre l’incompréhension et le rejet, le Maclean’s n’est que le reflet de ses lecteurs….

Excellente réponse !

Votre argumentaire est structuré et ridiculise l’article initial de Maclean’s.

Je suis bilingue mais je crois qu’une version française de votre réponse devrait apparaitre dans
le prochain numéro de l’Actualité.

En passant, il est aussi très intéressant d’aller directement sur le site de Maclean’s pour lire les commentaires associés à l’article de Martin Patraquin et les commentaires associés à votre réponse.

C’est ici :
http://www2.macleans.ca/2010/09/24/the-most-corrupt-province/

et ici :
http://www2.macleans.ca/2010/09/30/bonhomme-strikes-back/

Amitiés Rimouskoises
Guy LeVasseur

VOICI UN TEXTE QUE J’AI RÉCEMMENT COMMIS:

*****Et la liberté d’expression? Qui doit s’excuser: Charest ou Maclean’s?*****

Si Machiavel revenait, il décréterait éventuellement qu’en ce qui concerne Jean Charest, il s’agit là d’un politicien-orateur redoutable et efficace capable d’emporter l’adhésion de nombreux citoyens, ce qui lui permet de parfois gagner «ses» élections. Le vieux conseiller du «Prince» ajouterait probablement que le talent et le brio du pauvre Jean (qui pleure?) s’arrêtent là. En effet, une fois le pouvoir conquis, Jean (qui sourit de moins en moins!) se révèle comme étant un meneur médiocre, dénué de vision et d’envergure. Il est fondamentalement incapable d’éviter et de dissimuler la corruption et une certaine vénalité. Et qui plus est, il refuse de déclencher les enquêtes qui s’imposeraient et qui sont souhaitées par la majorité des citoyens.

En ce qui concerne Maclean’s, il est clair que le magazine à tendance sensationnaliste n’y est pas allé de main morte en sombrant dans l’exagération outrancière et dans des explications simplettes et stéréotypées. Il n’en demeure pas moins que la société québécoise est profondément corrompue, ce qui n’est pas flatteur pour les politiciens et les citoyens. Reste à savoir si cette corruption dépasse celle qui prévaut ailleurs.

Mais la liberté d’expression existe et son existence est essentielle. Elle inclut même le droit de proférer certaines âneries. Alors, le magazine n’a pas à s’excuser!

Ma position est donc la suivante: Jean Charest doit s’excuser auprès du peuple québécois. Quant à Maclean’s, il me semble que les responsables pourraient accepter de nuancer leurs propos dévastateurs, ce qui serait tonifiant pour la liberté d’expression.

Jean-Serge Baribeau, sociologue des médias

« La langue, les lois et le caractère du continent nord-américain sont anglais; et toute autre race que la race britannique […] y apparaît dans un état d’infériorité. C’est pour les tirer de cette infériorité que je désire donner aux Canadiens notre caractère britannique. On ne peut guère concevoir nationalité plus dépourvue de tout ce qui peut vivifier et élever un peuple que les descendants des Français dans le Bas-Canada, du fait qu’ils ont conservé leur langue et leurs coutumes particulières. Ils sont un peuple sans histoire et sans littérature. […] Si la population du Haut-Canada est exactement estimée à 400 000, les habitants britanniques du Bas-Canada à 150 000 et les Français à 450 000, l’union des deux provinces ne donnerait pas seulement une majorité absolue, mais une majorité qui s’accroîtrait chaque année sous l’influence de l’émigration britannique; et je ne doute guère que les Français, une fois placés en minorité par le cours légitime des événements et par le fonctionnement des causes naturelles, abandonneraient leurs vaines espérances de nationalité. » Lord Durham, Report on the Affairs of British North America, 1839

Merci, M. Lisée, pour votre magnifique réplique.

En effet, cela aurait été suffisant si Maclean’s c’était contenté de cela:

The story is not about the trifecta of: 1) alleged and probably rampant political-donation-for-contracts schemes of the current Quebec government; 2) alleged and demonstrably occurring strong-arm tactics and graft culture of one major element of one of many Quebec unions; and of 3) alleged and probably rife bidding-rigging system of a group of contractors (dubbed «the fabulous fourteen») in the Montreal area since earlier in the decade. That would have been sufficient for a cover.

Bien non, il leur fallait épaissir la sauce…

Dommage la dernière phrase de votre bio «And he actually wrote this rebuttal, himself, in English. Hard to believe !» n’apparait pas sur le site de Maclean’s… je la trouve savoureuse.

Ça pourrait donc être très intéressant d’avoir une vraie étude classant les provinces selon plusieurs aspects de la corruption, un peu comme L’actualité dévoile le classement des écoles secondaires à chaque année.

Ne serait-ce pas un bon coup? Certains risquent d’être encore mécontents si le Québec s’avérait vraiment leader de la corruption au Canada.

M. Lisée.
J’ai lu et apprécié grandement votre réponse à MacClean.
C’est regrettable qu’il y ait qu’un seul Jean-François Lisée.
J’aimerais que votre texte soit publié en français dans nos journaux tel Le Soleil, Le Droit, La Presse, Le Devoir ….. etc…. etc… .
Je rêve en couleur, mais, les journaux anglophones devraient le faire aussi. Quand un journaliste prend le temps d’écrire et de publier un texte aussi véridique et de cette qualité, on devrait le donner à étudier dans les écoles, les université. On nous fait voir une image tellement désagréable de nous-même que le Canada dans son entier a peine à nous accepter comme des personnes valables, Bravo, vous avez mis les pendules à l’heure. Mais, le pays fonctionne sur plusieurs réseaux solaire, la clarté arrive plus vite à l’est qu’à l’ouest,

M. Lisée – c’est la première fois que je vous lis. Bravo. dommage que l’attention médiatique ne soit pas aussi large que celle apportée à Macleans
Si plus de gens prenaient la peine de lire vos commentaires, je suis assurée que même les soit-disants non séparatistes voudraient aussi la séparation. Que d’injustices ! J’ai demeuré au QC pendant plus de 45 ans. Mes enfants sont Québécois et lorsque j’entends les gens dénigrer les Québécois en général dans mon coin de pays, j’ai mal à mon âme, j’ai mal pour mes enfants.
Merci beaucoup pour votre très bel article. L’avoir lu a fait en sorte que maintenant tout est clair pour moi.
CB

@Serge
Si faire la critique d’une critique est une censure, je crois que la déblatération est là!

@Francois
L’IEDM est payé par le privé pour dire ça!
Leur devise n’est-elle pas « Des idées pour enrichir le patronat »

Francois 1er

Le modèle scandinave de protection sociale est-il trop lourd pour vous?

Le gouvernement Charest est-il de gauche socialiste?

Le gouvernement Bush et ses centaines de milliards dépensés au profit d’Halliburton, de Black water et de Lockheed Martin était-il un gouvernement léger?

L’état se corrompt quand il sert sa propre cause plutôt que celle des citoyens.

Monsieur Lisée, je vous aime !

Non mais plus sérieusement, je trouve cela tellement triste que la formule journalistique est le plus souvent dominée par le sensationnalisme.

À vrai dire, je crois que le contenu de cet article du Maclean’s a un fond de vérité en ceci : qu’il y a de la corruption évidente au Québec. Le problème vient de leur motivation à publier un tel article contenant des propos que les auteurs auraient mieux fait de garder pour eux-mêmes.

Au lieu d’y aller d’une approche neutre – comme cela devrait être – les lecteurs ont droit à un mélange de vérité et de propos polémiques ; à des conjectures biaisées. « Constructive criticisme » mon oeil ! Au lieu de construire, ils choisissent de diviser, encore!

En tout cas, c’était un vrai plaisir de lire votre texte. Vous donnez un résonnant appel à prendre l’article du Maclean’s pour ce qu’il est.

Honorable, j’en ai vu des aplat-vantristes dans ma vie mais des comme vous, aucun.

Je trouve dommage votre propension à mépriser vos compatriotes c’est déjà une insulte.

De penser que dans le ROC tous les blogues sont gentils et matures fait la preuve de votre grande ignorance.

Merci, simplement.

C’est bon de lire un article complet sur ce qui nous a mené à l’état actuel des choses. Et de raviver la flamme, qui s’endormait tranquillement.

Il y a de l’espoir, tant qu’il y aura des intellectuels comme vous qui se prononceront!

La corruption et la grosseur de l’état.
Faudrait s’entendre sur ce que c’est la grosseur de l’état.
Si c’est sa fonction publique qui coûte chère, alors là, sur le continent africain où dans bien des cas la fonction publique est au minimum, c’est sûrement l’endroit où il se pratique le moins de corruption!
Si c’est une lourde imposition, encore là, la corruption dans les pays d’Afrique doit être au minimum itou.
Si c’est l’interventionnisme de l’état dans l’économie, dans ce cas, le corruption doit être inexistante en Afrique!

On peut se concentrer sur les pays démocratiques occidentaux. Est-ce que l’Irlande ou les États-Unis sont moins corrompus que le Canada ou le Québec, je ne crois pas, sans doute équivalent, quoique ce qui est illégale au Canada ne l’est pas nécessairement aux Etats-Unis. (En autre au niveau du financement des partis)
Reste que si le gouvernement ne construit plus des routes, des hôpitaux et des écoles, et tout soit au privé, c’est évident qu’il n’y aura pas de corruption au niveau gouvernementale, la corruption va tout simplement se déplacer entre le citoyen et l’entreprise pour avoir accès à des soins, une éducation ou des services quelconques. En faite, cette corruption s’appelle plutôt utilisateur/payeur… Évidemment, on a le « libre choix », et beaucoup de gens ont une certaine idée de ce qu’est ce « libre choix » lorsqu’ils s’adressent au service à la clientèle d’une entreprise!!!!

Oui il y a de la corruption, et comment. Non, ce n’est pas dans les gènes des québécois. La corruption vienne des libéraux et des hommes d’affaires liés au parti Libéral qui parasitent l’argent publique. Se servir d’un défaut d’une partie de la classe dirigeante pour détruire la réputation de toute une population c’est médiocre et démontre que francos et anglos ne sont pas faits pour vivre ensemble.

« According to Stéphane Dion’s count, the federal purse sank $40 billion into Alberta’s tar sands industry. Fourteen of these billions came from Quebec. »

Est-ce que quelqu’un a une source pour cette affirmation? Surtout les « 14 of these billions (that) came from Québec »? Considérant que nous somms des bénéficiaires des paiements de transferts…

Bonne remise en perspective M. Lisée.
Pour le bénéfice de tous les citoyens québécois qui comprennent peu ou pas l’anglais écrit,votre équipe pourrait-elle traduire l’article concerné du Maclean’s ainsi que la présente réplique.
De manière à bien saisir certaines nuances de part et d’autres et permettre à tous de faire sa propre opinion au-delà de simples réactions émotives nourries souvent de préjugés. Je propose ces traductions pour mon prochain numéro de l’Actualité. Les transmettre le plus tôt possible à d’autres médias francophones (quotidiens écrits ou électroniques, revues d’affaires, etc. serait aussi faire oeuvre utile d’information.

Un texte magistral! Bravo!

Xanadu est un pays imaginaire, le Xanada l’est tout autant! Deux peuples, les Xanadiens et les Québécois occupent un territoire arbitrairement relié. Devinez lequel est le plus Xénophobe…

Monsieur Lisée, vous savez très bien que le ROC ne vous lira pas jusqu’à la fin. C’est trop long, plein de « wise cracks » et les faits, d’un côté comme de l’autre, ne convainquent jamais personne. « Don’t bother me with facts, my mind is made up »; ce que le sociologue Raymond Boudon appelle du vérificationnisme: chacun relève les faits qui confortent ses idées reçues.

Mais votre style incisif réjouira bien des québécois. Grand bien leur fasse. Cela les encouragera peut-être, se sentant grâce à vous plus blancs que neige, à cesser de rémunérer le travail au noir et d’acheter des cigarettes à plume. Il faut bien commencer quelque part.

Bravo encore monsieur Lisée! Quelle belle démonstration de la nécessité de faire l’indépendance. C’est une peu d’oxygène dans cette période drabe, politiquement parlant.

Je me joins à beaucoup d’autres pour vous demander une version française de votre texte. Je sais bien qu’ « un plaisir repoussé est une jouissance assurée » (François Lafrance), mais ne tarder pas trop à nous l’annoncer. Merci.

Guy Trépanier a écrit: Le bon peuple du Québec devra, un de ces jours, faire un véritable choix:
péréquation (confort et indifférence)
ou
séparation (effort et solidarité)?

J’adore votre façon de voir les choses. Tout est dit.

Merci à tous les internautes qui ont commenté mon texte et à ceux (500 au dernier compte, un record!) qui l’ont recommandé sur leur page Facebook (et 40 par twitter, autre record).
Bien évidemment, il y aura une version française, remaniée, améliorée, dans le prochain numéro de L’actualité, en kiosque en fin de semaine prochaine, et sur le blogue.

Et si l’alertinternaute Andrés veut en faire une version espagnole, nous serons heureux de la mettre en ligne.

Merci à tous (enfin, presque tous) pour vos encouragements.

jfl

Excellent texte! Plus émotif que je m’y attendais vers la fin mais très bon texte…

Ah! L’émotivité!
C’est là qu’on est rendu…
Maclean’s a choisi de cibler une seule province sans parler des autres, et ce, sans tabler sur des indices clairs et précis. On parle alors ici d’opinion presque vide de sens. Votre texte est clair sur ce point. Bravo!

Personnellement, je n’aurai pas eu de problème à ce que les articles de Maclean’s parlent de corruption au Québec. Mais pour utiliser « The most » en page couverture, ça prend comparaison. Non?

@ Jean-Serge Baribeau

« Ma position est donc la suivante: Jean Charest doit s’excuser auprès du peuple québécois. »

Sa prendra beaucoup d’argent pour que John James Charest s’excuse au près du peuple dont il se fout comme la chemise qu’il à porté il y 30 ans et dont il ne se souvient même pas.

N’espérez pas d’excuses, au contraire il en remettra encore pendant trois ans. Privatisation moyennement enveloppes, donations des ressources du Québec (gaz, mines et autre), caisse de dépôt et autres.

« Thanks to the weekly’s headline writers, I have been informed these past few months that Lawyers are Rats, Hitler is Back, Toronto Sucks, New York is a Land of Constant Terror, Hillary Adopted an Alien Baby, and Bush was a new Saddam. »

Si Maclean’s veut continuer dans cette direction:
Je propose la série « Lavons le linge sale du Canada en famille ».

Je propose les couvertures suivantes:
-Quelle est la province avec le plus de meurtres fraticides?
-Quelle est la province la plus héroinomane?
-Quelle province « viole » le plus la nature?

Et dans un dernier combat à finir…
Quel peuple fondateur est le plus….. pédophile?

(Désolé pour les gros mots… j’essaie de trouver des épithètes aussi dégradant que « corrompu » sans être vulgaire. Fiou! Pas facile!!!)

Ce qui va est « bien », c’est qu’on devrait avoir plus de chiffres à se mettre sous la dent cette fois-ci.

Ce qui va être moins bien… c’est juste carrément blessant et inutile.
Le Canada dans son ensemble n’aurait rien à y gagner là-dedans.

Et c’est le cas de la dernière édition du Maclean’s.

@ #59 David

« Bref, quand on veut faire une bonne critique, il faut d’abord s’assurer d’avoir les bons faits. »

Et surtout pas des faux faits comme nous a déjà affirmé un libertarien bien connu ici.

@ Claude Pelletier #75

« Je vois que j’aurais dû être plus explicite.”

C’est ce que j’ai pu comprendre après avoir écrit.

Mais je dois vous dire… bon vous m’influencez.

Je dois vous dire que selon mon avis, personne ne doit avoir honte de ne pas pouvoir s’exprimer facilement en allemand, en polonais, ni en espagnol.

Donc par le fait que le Québec est un pays ou une province francophone, il y a lieu d’avoir honte de ne pas maîtriser le Français, mais PAS l’Anglais.

Alors Monsieur je vais vous choquer. Vous êtes un colonisé, un vrai, comme la majorité des francophones québécois, moi-même compris.

N’oubliez pas M. Pelletier que ce sont des Québécois francophones qui ont ridiculisé Mme Marois.

Pour terminer, je vous dirais que les plus grands ennemis du Québec sont majoritairement au Québec et non dans le ROC. Ce sont les éteignoirs, nos éteignoirs.

Pour cette raison M. Lisée devrait adapter la traduction de son texte pour que nos éteignoirs nationaux, la plupart incultes et pas trop instruits puissent le comprendre et surtout ceux qui les suivent.

Tant et aussi longtemps que les souverainistes, indépendantistes ou séparatistes n’apprendront pas à parler le langage des moins cultivés et moins instruits et ils sont nombreux, JAMAIS le Québec ne connaîtra la souveraineté. Ce sont eux qui détiennent le pouvoir de donner au Québec sa liberté.

Il est temps pour les souverainistes d’arrêter de regarder de haut le petit peuple qui travaille très fort de ses bras et de descendre l’escalier pour aller s’adresser à eux dans la « shop » en parlant le même langage qu’eux.

À mon dernier commentaire je voudrais ajouter ceci:

Jean Chrétien le connaissait très bien ce langage lui.

Je suis tellement fière de vous Monsieur Lisée. Vous maniez si bien la langue anglaise. Ca me fait du bien de vous lire et je vous salue fortement pour nous dire et nous défendre si adroitement.

Merci. Une québécoise qui en a marre des inepties du ROC!

@ Benton

J’ai des étude scientifique publié dans des journaux spécialisés soumis au peer-review qui montre le lien entre la corruption et la taille de l’État.

JF-Lisé lui n’a aucune étude, il a fait du cherry-picking dans la liste de Transparency International et il OSE appeler ça une corrélation !!!

Lisée a aussi fait une grossière erreur en disant que Bush avait mené une administration qui a voulu réduire la taille de l’État. C’est archi faux. Bush est le président qui a le plus fait augmenter la taille de l’État (même si on exclus les dépenses militaires).

Le texte est truffé d’erreurs factuelles, j’ai un billet en préparation la dessus.

« Everyone is entitled to his own opinion, but not his own facts »

Hmmm…

Ma foi, je crois qu’il était préférable de rester le plus loin possible de ce torchon. Après tout, les pauvres sont obligés de publier ce type de porn-info pour se maintenir à flot.

Trop émotive, votre réponse, cela affaiblit le propos (avec lequel je suis d’accord), surtout que c’était un pur piège publicitaire. Vous avez malheureusement fait leur jeu.

Tournons le dos à ces imbéciles carabinés: pas besoin du Maclean’s, icitte, pantoute!

Ayant écouté A. Coyne à CBC hier réaffirmant son opinion bien arrêtée sur un ton condescendant, je suis plus que satisfaite de la justesse de votre propos et du ton de la réplique.

Vous illustrez clairement la situation que nous avons vécue et que nous subissons encore du ROC et d’Ottawa. C’est notre RÉEL.

Malgré qu’il y ait des faits avérés, A. Coyne est très partial, ose avancer des idées sans justification.
Est-il journaliste d’une revue d’idées ou d’un journal à sensations?

« @ Benton

J’ai des étude scientifique publié dans des journaux spécialisés soumis au peer-review qui montre le lien entre la corruption et la taille de l’État.
JF-Lisé lui n’a aucune étude, il a fait du cherry-picking » David

===

Votre étude est contestée par une plus récente. Bref votre argument ne s’applique pas aux démocraties « avancées » mais à des démocraties en développement comme Singapour.

« Using panel data from 1996 to 2005, this paper shows that the effect of government size on corruption is positive at a low level of democracy, but it is negative at a high level. This finding could fill the gaps in previous studies whose findings on the relationship between corruption and government size are controversial. » A panel study on the relationship between corruption and government size.
Réf: Go, Kotera; Okada, Keisuke and Samreth, Sovannroeun (2010)

Jean Émard

“Everyone is entitled to his own opinion, but not his own facts” – david

===

Peut-être devriez-vous mettre en pratique vous même cette motto, en faisant autre chose que de googler des articles qui vont dans le sens de vos lubies et en écartant celles qui les réfutent. 😉

http://mpra.ub.uni-muenchen.de/21519/

Jean Émard

@ Yvon Fleurent, votre commentaire # 111 :

Relisez lentement mes commentaires monsieur Fleurent et vous comprendrez peut-être (?), mais après avoir lu votre dernier commentaire, je n’en suis pas certain.

Mais malgré vos propos injurieux, tout à fait gratuits et forts injustes, (l’on accuse souvent l’autre de ce qu’on est soi-même) comme vous l’avez fait pour monsieur Lucien Bouchard d’ailleurs, rendez-vous en compte, il n’a jamais été question dans mes commentaires qu’il soit honteux pour tout citoyen ou toute citoyenne, de ne pas pouvoir comprendre ni de pouvoir s’exprimer tant soit peu correctement en anglais.

En passant, seulement 40% de la population du Québec peut comprendre et s’exprimer correctement en anglais parce que des gens comme vous nous ont empêchés d’apprendre cette langue de communication universelle qu’est l’anglais dès notre plus jeune âge. Et cela n’a rien à voir avec la détestation ou l’amour de l’anglais comme vous semblez le penser. C’est simplement une question d’ordre pratique.

Mais, revenons à nos moutons, un premier ministre ou candidat au poste de premier ministre du Québec, un État pour le moment provincial et possiblement indépendant ou toujours parti intégrante du Canada, par choix majoritaire, quel qu’il soit, de la majorité de sa population dans quelqu’avenir, ne peut se payer le luxe de ne pas comprendre facilement et de ne pas pouvoir s’exprimer facilement et très clairement en anglais (et ce d’autant plus si le Québec devient un jour un pays indépendant).

L’anglais est la langue, que vous le vouliez ou non et/ou que vous aimiez ça ou non, peu importe, d’environ 300,000,000 (trois cent millions) de nord-américains et la langue devenue de fait la langue de communication universelle entre individus de tous les pays de la planète sans exception, qui forment présentement UN ENSEMBLE DE PLUS EN PLUS INTERDÉPENDANT de 6 milliards 700 millions d’habitants,VIA LES TECHNOLOGIES DE L’INFORMATION ET DES COMMUNICATIONS.

Le Québec ne fait et ne peut faire exception à cet état de fait, qu’il reste intégré au Canada ou qu’il devienne indépendant.

Je vous conseile fortement, avant de vous atteler à la tâche déplaisante de vouloir pondre un autre commentaire gratuitement négatif, pour tenter de vous donner raison à tout prix, contre tout bon sens,

de vous donner la peine de lire, auparavent, l’excellent et fort intéressant article profrançais plutôt qu’anti-anglais de Gaétan Frigon paru dans La Presse il y a seulement quelques jours :

http://www.cyberpresse.ca/opinions/201009/23/01-4325963-un-ghetto-francophone.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B13b_opinions_652_section_POS2

Ajouter FRANCOPHONE au 3ieme paragraphe de mon commentaire precedent, apres population comme dans ce qui suit

… seulement 40% de la population FRANCOPHONE du Quebec peut comprendre et sexprimer facilement en anglais …

Excusez les fautes de ponctuation, parce que pour quelques raisons inconnues, je ne peux utiliser, depuis seulement quelques minutes sur ce blogue, laccent grave, laccent aigu et lapostrophe, et ce, meme si mon clavier est configure en francais Canada

Congratulations to Maclean’s for readily accepting electronic comments in french. Such openness is inexistent in l’Actualité, cyberpresse, Le Devoir, Radio-Canada, etc. (1) Dans ces médias, les commentaires en anglais ne sont tolérés QUE SI le billet est écrit en anglais, ce qui n’arrive pratiquement jamais.

If Maclean’s had reacted like Quebec francophone media, it would have said: « Dear commentator: if you have been able to read Mr. Lisée’s text, which was written solely in english, you should be able to write your comment in english also. »

On the contrary, Maclean’s wisely knows that is is usually much harder to write in a foreign language that to read a foreign language.

There is simply no valid reasons francophone media should not accept, in the comment sections of their electronic articles, comments in english.

(1) Proof: Here is what the administration of L’Actualité wrote in the coment section for the Lisée article:

« ADMIN : Normalement, les commentaires uniquement en anglais ne sont pas publiés. Je fais exception ici puisque le texte du billet est lui-même en anglais. »

Quand le patron du SCRS parlait d’élus sous l’influence de gouvernements étrangers, il parlait surement de Québecois à la solde d’Ottawa…

« to build a highway in Quebec costs 30% more per mile than anywhere else in Canada. » (Maclean’s)

If that does not make Quebec the most corrupt province in this area, it makes it the most incompentent. Is there really a credible alternative, Mr Lisée? Surely, you are not insinuating that we build better roads than in Ontario or Vermont, are you?

“to build a highway in Quebec costs 30% more per mile than anywhere else in Canada.” (Maclean’s)
honorable

===

« Une nouvelle étude vient infirmer l’idée que les coûts de la construction sont plus élevés au Québec que dans le reste du pays.

L’Association de la construction du Québec (ACQ) a publié jeudi une étude réalisée par le Groupe SECOR selon laquelle le coût au pied carré au Québec est supérieur à la moyenne canadienne, mais inférieur à celui en Ontario, en Alberta et en Colombie-Britannique, et ce, dans les secteurs institutionnel, commercial et industriel. »

http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Economie/2010/09/09/010-etude-cout-Construction-QC.shtml

Honorable je vous souhaite une meileure chance la prochaine fois. 🙂

Jean Émard

Pour la construction routière maintenant :

« Une étude de comparaison commandée par le ministère des Transports du Québec révèle que le coût de certains travaux de construction routière au Québec se compare à celui du Nouveau-Brunswick et qu’il est jusqu’à 15 % moins important qu’en Ontario. »

http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Economie/2010/07/15/013-etude-cout-Construction-routes.shtml

« L’Union des municipalités du Québec a publié une étude de comparaison des coûts de construction routière en mars dernier. Elle évaluait que les coûts étaient de 2 % inférieurs au Québec lorsqu’ils étaient comparés au reste du pays. »

http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Economie/2010/03/25/012-UMQ-Rapport-Couts.shtml

Jean Émard

@Jean Émard

Merci pour la référence.

Avec un minimum de réflexion, j’en étais arrivé à la même conclusion.

Évidemment, lorsqu’on recherche de l’information en accord avec notre pensée, ce n’est pas vraiment penser!

Et vlan! Bien écrit, bien documenté, toutes mes félicitations M. Lisée. Il est temps de descendre dans la rue, non pas pour un nouveau stade, mais bien pour un nouveau pays. En aurons-nous le courage?

@Jeanémard: votre première référence s’applique à la construction en générale et non à la construction routière. Nul ne doute que quand une personne ou une compagnie PRIVÉE construit, elle obtient des coûts raisonnables au Québec (je puis en témoigner quant aux coûts de l’agrandissement de ma maison!).

La question est: quand est-il quand un organisme PUBLIC construit avec l’argent des AUTRES (des contribuables) au Québec?

Votre 2ème référence provient de l’Union des Municipalités du Québec (une union d’organismes PUBLICS qui construisent avec l’argent des AUTRES), et non d’une Académie Scientifique ou d’un centre de recherche: pas exactement une source objective.

Je souhaite de tout coeur que vous ayez raison, mais j’attends des études de sources plus objectives avant d’abandonner l’idée que la construction routière coûte plus cher au Québec qu’en Ontario.

@ Claude Pelletier

Veillez me croire M. Peltier que je n’ai absolument pas voulu vous insulter. Probablement que c’est la phrase qui dit « colonisé » que vous retenez. J’aurais pu vous exclure. Mais il n’en reste pas moins que sur ce sujet les Québécois agissent comme des colonisés et si vous relisez je m’y suis inclus au même niveau que vous.

« …un premier ministre ou candidat au poste de premier ministre du Québec, un État pour le moment provincial et possiblement indépendant ou toujours parti intégrante du Canada, par choix majoritaire, quel qu’il soit, de la majorité de sa population dans quelqu’avenir, ne peut se payer le luxe de ne pas comprendre facilement et de ne pas pouvoir s’exprimer facilement et très clairement en anglais”

Combien de PM ou leurs représentants au Canada parlent une autre langue que l’Anglais?

Je vous dirais M. Peltier, que peut importe le rang, premier ministre ou ministre, on peut avoir un traducteur si on ne maîtrise pas PARFAITEMENT la langue anglaise ou une autre. C’est ce qui se passe pour la majorité des chefs d’états et leurs subalternes dans le monde. Marois ne fait pas exception.

Une autre chose :

Sa fait bien longtemps que j’entends que si on est pas un bon bilingue on est un pleutre incapable de se débrouiller et pauvre. Mais M. Peltier je ne suis pas bilingue la raison étant que j’ai des problèmes d’auditions. Je parle très bien l’anglais, mais je comprends mal l’Anglais, et aussi le Français ma langue natale.

Pourtant j’ai fait affaire en Italie, en France, en Espagne, en Allemagne, aux USA et en Ontario avec succès et en plus au téléphôône.

Encore une autre chose :

Lors d’une exposition de machineries à Atlanta, je me souviens très bien d’un petit bout d’homme de Taiwan qui ventait sa machine en disant : Good, very strong, yes, no, the best, the best machine, the best buy. Le reste était des simagrés.

Aujourd’hui cette entreprise qui était débutante dans son domaine, est la plus importante et la plus avancée au monde après avoir embauché des vendeurs taiwanais et chinois et américains qui parlent tous l’anglais bien cassé.

Ses simagrés ont porté fruit. Vous devez savoir que l’anglais employé internationalement est très mal compris des Américains.

Vous devez savoir qu’un Espagnol et un Japonais se comprennent bien en Anglais jargon, mais l’Américain a de la difficulté à comprendre ce baragouinage.

.
. PS 40% des Québécois maîtrisent l’anglais et 60% se débrouillent en Anglais, ce qui en fait probablement le peuple le plus bilingue (Français Anglais de la planète).

Pas de quoi à avoir honte.

@ Jean Émard

Tu aurais du être plus rigoureux et lire l’étude que tu as donné dans ton lien.

Je cite un extrait:

« We consider the effect of the interaction between government size and democracy, which has not been considered in previous studies to the best of our knowledge. This approach is interesting because democracy is deemed a factor that reflects government transparency or a kind of yardstick to explain the effect of government size on corruption.

To measure the effect of government size on corruption based on the level of democracy, the estimation equation is specified as below… »

Bref, la manière dont la taille du gouvernement a été défini dans cette étude repose sur le niveau de démocratie. C’est sans rapport avec la présente discussion.

Mais l’étude va encore plus loin:

« The coefficient of government size is insignificant. This may be due to the problem of omitted variables… »

Je t’invite a regarder les figure 1 & 2 de l’étude qui montrent bien que c’est le niveau de démocratie qui sert à tracer la relation, pas la taille du gouvernement.

Meilleur chance la prochaine fois. À l’avenir tu sauras que l’on ne doit pas seulement lire l’abstract d’une étude mais l’étude au complet.

Et question d’enfoncer le dernier clou, selon le lien que tu as donné de cette étude, on apprend qu’elle n’a pas été publiée (Unpublished). Moi les études que j’ai cité ont été publié et donc, soumis au peer-review, ce qui n’est pas le cas de ton étude.

De plus, c’est très amusant de te voir essayer de discréditer le fait que les routes soient plus chers au Québec en citant des études commanditées par… les gens qui sont impliqués dans la construction des routes !!!

Ya comme un genre de style de conflit d’intérêt !

C’est comme si tu citais une étude des Hell’s Angels pouvant que… les Hell’s Angels ne sont pas des criminels !!!

Rigueur, rigueur, rigueur…

Bon après 120 commentaires j’ai omis d’encourager M. Lisée à continuer de frapper et ce même si Rogers en récolte des sous.

J’ai lu que ce M. Rogers était d’une grande intégrité.

Bravo M. Lisée!

Douce ironie…

David Frum, le conservateur favori de Jean-François Lisée (selon Lisée il est « Intelligent, informé, pédagogue »), le magazine Maclean’s a raison.

Son éditorial qui a pour titre: Quebec’s outrage is understandable. The truth hurts

On peut le lire ici:

http://fullcomment.nationalpost.com/2010/10/02/david-frum-quebecs-outrage-is-easy-to-understand-the-truth-hurts/

Un extrait:

« The Bloc Québécois MPs are playing the same victim game played by Al Sharpton, Eva Peron and James Michael Curley. “When they accuse me, they insult you! […]

The people who wrong Quebecers are not those who publicize the facts.

The people who wrong Quebecers are those who would hush the facts.»

D’ailleurs cet éditorial cite un extrait du texte de Lisée.

Douce ironie indeed !

@Honorable #122

« to build a highway in Quebec costs 30% more per mile than anywhere else in Canada.” (Maclean’s)

If that does not make Quebec the most corrupt province in this area, it makes it the most incompentent. » – Honorable

= = =

Que le coût de construction soit aussi élevé, ça fait scier l’Abitibien que je suis tout autant que ça fait scier le Towner (as is Town of Mt.Royal) qui se dit plus honorable que ses semblables.

Vous votez LIBÉRULE. Votre député est Libérule.Le ministre Tomassi (qui a été démissionné suite à des allégations de corruption) est libérule. Cela fait-il de vous un être corrompu? Pas que je sache…

Vous avez contribué à l’élection d’un gouvernement dont Maclean’s allègue qu’il est corrompu. Faut-il en conclure pour autant que vous – personnellement – êtes corrompu?

Vous qualifiez ce gouvernement – auquel vous avez donné votre appui – de « most incompetant » (j’ai corrigé votre coquille). Est-ce à dire que vous reconnaissez par là appartenir vous-même à la catégorie des « most incompetent » teachers / lecturers? J’imagine que non…

= = =

Comment un honorable PhD en biophysique moléculaire peut-il par ailleurs ne pas voir la différence entre les expressions « corrupt province » et « most corrupt province »?

The most incompetent province in Canada, dites-vous? À qui faites-vous allusion? Aux professeurs de médecine? Aux ingénieurs qui préparent les plans et devis?

Do you belong to this category – « most incompetent »? I don’t think so. But as long as you state that the whole « province » is the most incompetent, you’re part of it. Is that what you meant? I don’t think so.

Moi, qui n’ai ni voté les lois ni rédigé les plans et devis, moi qui n’est ni corrupteur ni corrompu, je n’ai pas à porter le poids de ces erreurs autrement qu’en en payant le prix fiscal.

Sémantique 101 pour Honorable (sound’s familiar, hey?): Ce n’est pas la Province qui est « the most incompetent ». C’est le gouvernement qui refuse de commander une enquête sur l’industrie de la construction, la corruption qui y règne (le cas échéant) et les liens susceptibles d’exister (le cas échéant) entre cette corruption et les coûts de construction des infrastructures routières.

Ou alors, ce sont les rédacteurs de plans et devis qui obéissent à des règles qu’on leur impose (le cas échéant) pour justifier travaux de réfection par dessus travaux de réfection, et (le cas échéants) enveloppes brunes par dessus enveloppes brunes.

Vous mélangez tout, très cher. As usual, should I say.

@ Jean Émard

Merci!

J’ai quelques humbles connaissance en construction.

Je vous dirais qu’au Québec particulièrement sur la plaine du St-Laurent (la majorité des routes) que les travaux devraient coûter plus cher qu’ailleurs.

Comparé à l’ensemble de l’Amérique la plaine du St-Laurent est une flaque de jello. Les ingénieurs ont un vrai casse tête lors de la construction ou la rénovation d’une route au sujet du prix. Il faut ajouter au problème le froid qui est bien plus important que partout, et ce même plus important qu’aux lignes USA Canada.

De plus l’ensemble des routes du Québec couvrent un très grand territoire comparé à la population.

Je connais bien des gens qui se sont moqué des ingénieurs (les gégégineurs). Aujourd’hui ils sont tristes parce que leurs constructions s’enfoncent dans le sol de 6 à 10 pouces par dix ans.

Facile de parler au travers de son chapeau.

Je pense que ce papier est assez clair et c’est pas en changeant les potesux de buts de place que vous allez vous en sortir. 🙂

« This paper shows that the effect of
government size on corruption is positive at a low level of democracy, but IT IS NEGATIVE ST A HIGH LEVEL. »

« This finding could fill the gaps in previous studies WHOSE FINDINGS ON THE RELATIONSHIP BETWEEN CORRUPTION ANS GOVERNMENT SIZE ARE CONTRIVERSIAL.

Jean Émard

« c’est très amusant de te voir essayer de discréditer le fait que les routes soient plus chers au Québec en citant des études commanditées par… les gens qui sont impliqués dans la construction des routes ! »

===

Tordant venant de quelqu’un qui à qui mieux mieux son site libertarien. LOL

Faudrait peut-être citer des gens qui sont impliqués dans la culture de la pomme de terre ? Déaolé mais à défaut de démontrer que cette étude est biaisée, elle demeure valable.

Jean Émard

« Je t’invite a regarder les figure 1 & 2 de l’étude qui montrent bien que c’est le niveau de démocratie qui sert à tracer la relation, pas la taille du gouvernement. » david

===

Ces figures montrent justement que la corruption par rapport à la taille du gouvernement DMIINUE à mesure que l’indice de démocratie augmente. Et ça devient même NÉGATIF pour les pays à indice démocratiques élevé.

Ça peut pas être plus clair.

Titre du tableau:

« Partial EFFECTS OF GOVERNMENT SIZE on corruption in developing countriesÉ

Jean Émard

@ Yvon Fleurent, votre commentaire # 128 :

Vous dites à la fin de votre commentaire :

»Pas de quoi à avoir honte. »

Je n’ai dit ni écrit nulle part, ni sous-entendu ou laisser entendre d’aucune façon, qu’il était honteux de ne pas pouvoir comprendre ni de pouvoir s’exprimer dans un anglais minimalement correct, que ce soit pour un francophone de vieille souche ou de souche récente ou pour un nouvel arrivant au Québec.

Tout ce que j’ai tenté de vous dire c’est qu’un premier ministre ou candidat au poste de premier ministre se doit aujourd’hui d’être suffisamment familier avec la langue anglaise pour pouvoir, en tout temps et en toute occasion, être compris et pouvoir se faire comprendre, sur-le-champ et clairement, par son ou ses interlocuteurs journalistes et politiciens anglophones du Québec et d’ailleurs, sans devoir constamment avoir à recourir à un traducteur, qui devrait la suivre dans tous se déplacements et qui ne pourrait d’ailleurs jamais parvenir à traduire clairement l’entièreté et l’esprit de la pensée du premier ministre.

Les politiciens se plaignent couramment, la plupart du temps avec raison, de ne pas avoir été correctement interprété par tel ou tel journaliste ou tel ou tel politicien. Imaginez Madame Marois qui devrait constamment devoir apporter les corrections nécessaires à ses propos mal interprétés et ce, via un traducteur qui ne peut, aussi compétent soit-il, traduire clairement et correctement sa pensée, sur-le-champ et sans possibilité de se reprendre, ou ce qu’elle a ou aurait voulu dire mais qu’elle n’a pas dit ou pu dire.

Et vu que les journalistes et politiciens anglophones, vous savez bien que nous ne vivons pas en vase clos francophone, prendraient vite goût à la piéger, à la prendre en défaut et à s’amuser d’elle, pour amuser et conditionner l’esprit de leurs lecteurs et de leurs électeurs, et vu que ceci serait instantanément transmis et amplifié à la grandeur de la planète, vous imaginez la cacaphonie qui proviendrait régulièrement du Québec et l’image qui s’imprimerait dans l’esprit d’un très grand nombre de personnes.

Donc, ce n’est pas honteux pour quiconque, y compris pour un premier ministre, de ne pas pouvoir comprendre ni de pouvoir s’exprimer clairement et facilement en anglais, mais pour un premier ministre c’est une nécessité.

Peut-être que pour vous ce n’est pas une nécessité monsieur Fleurent, mais dans »la vraie vie » d’aujourd’hui et davantage dans un proche avenir, c’en est et c’en sera de plus en plus une, avant tout pour un premier ministre et pour de plus en plus d’individus dans un avenir de plus en plus prochain.

P.S.: Pour un bon nombre d’anglophones et d’allophones du Québec, et encore plus pour ceux d’ailleurs, ce n’est pas une nécesité d’apprendre le français, mais c’en est une et c’en sera de plus en plus une d’apprendre l’anglais pour les francophones du Québec, et de partout ailleurs en Amérique du Nord et d’ailleurs.

Il en est devenu ainsi. Et la loi 101, qui a sa raison d’être et qui est et restera très utile pour le Québec dans l’avenir, n’y changera rien.

Faites confiance aux québécois, désirant être plus fier d’eux-mêmes et par nécessité grandissante, ils s’appliqueront de plus en plus, à améliorer leur français et à perfectionner ou à se mettre à l’apprentissage de l’anglais.

@ Jean Émard

L’étude qui démontre que les routes sont plus cher au Québec a été faite par Transport Canada, un organisme objectifs et indépendant.

Les études que tu cites ont été commandités par ceux qui construisent des routes au Québec. Bref, le conflit d’intérêt est flagrant.

Rigueur mon cher, rigueur !

Parlant de rigueur, tu fais toujours la même erreur avec le papier sur la corruption, je soupçonne que tu ne l’a pas lu au complet. Si c’était le cas, tu aurais réaliser que la taille du gouvernement a été défini par les auteurs en fonction du degré de démocratie, pas du degré de liberté économique.

D’ailleurs je t’ai invité a regarder les figure 1&2 du papier. Je t’invite à le refaire. Tu verras que l’axe est « x » est tracé en fonction du degré de démocratie, pas de la taille du gouvernement.

#108
@Yvon Fleurent

Merci vous me rappeler qu il y a beaucoup de reveurs utopique et hypocrites au Quebec

#73
@Denis Drouin

Donc Parizeau avait raison de dire ca?
Hmm je me demande qui sont les vrai xenophobes.
McCleans ou les Peqwistes?

«De plus, c’est très amusant de te voir essayer de discréditer le fait que les routes soient plus chers au Québec en citant des études commanditées par… les gens qui sont impliqués dans la construction des routes !!!

Ya comme un genre de style de conflit d’intérêt !»
>>David

– – – – – – – –

C’est pour la même raison que les études de l’IEDM et Fraser Institute manquent de crédibilité.

@Claude Pelletier

Vous savez tràs bien que c’est un faux problème. Même si Mme Marois était parfaite bilingue ses détracteurs l’attaqueraient sur autres choses. Sa difficulté en anglais sert de faux prétexte à la discréditer quand ce n’est pas pour s’en moquer.

Bien sûr que plus on parle de langues mieux c’est, mais personne ne va me faire croire que ne pas parler anglais parfaitement empêche quelqu’un de bien diriger un pays. Les chefs d’états qui ne s’expriment pas en anglais sont nombreux. C’est encore mieux d’avoir quelqu’un qui s’exprime clairement dans sa langue qu’un autre qui baragouine une langue seconde pour faire son numéro de rectitude politique.

Je comprend cent fois mieux quand Harper (ou un
quelconque de ses ministres) s’exprime dans sa langue maternelle que quand il baragouine quelques mots en français parce qu’il se sent obligé de le faire.

Jean Émard.

@Zenobias

Oui c’est un handicap mais pas un handicap insurmontable.

Tout comme ne pas avoir le sens de la répartie est un handicap, ou ne pas être beau est aussi un handicap…

Tous les politiciens ont un handicap quelque part. Certains sont même créationnistes. mdr

Jean Émard

Arrête de jouer avec les poteaux des buts. LOL

Qu’est-ce que tu comprends pas dans ce qui suit ?

« Using annual data from 82 countries from 1995 to 2008, the estimation results indicate that an INCREASE IN GOVERNMENT SIZE CAN LEAD TO A DECREASE IN CORRUPTION IF DEMOCRACY LEVEL IS SUFFICIENTLY HIGH and, in contrast, can lead to an
increase in corruption if it is too low.

http://mpra.ub.uni-muenchen.de/25015/

Jean Émard

Bravo, Jean-François : une belle pièce d’anthologie ! Je suis à 110 % de ton bord… Quand les plumitifs de McLean seront capables de s’exprimer en français comme tu écris en anglais, on en reparlera…
Dans l’inrevalle, vive notre future (et intègre) République !

J’aimerais ajouter que je souhaite encore beaucoup d’autres articles de couleur jaune de la part de cette feuille de chou : rien de mieux pour nous fouetter et prendre enfin conscience que « oui, nous le pouvons ! » merci beaucoup de nous encourager à le faire dans un proche avenir !

@ Raymond Campagna

L’IEDM ou l’institut Fraser ne sont pas impliqué dans des scandales de corruption.

M. Lisée,

Vous souffrez d’un grave cas de dé-illusion et à la lecture de cet article je ne suis pas certain que les médicaments modernes peuvent vous aider à contrôler votre maladie. Votre « spin » honteux des faits de l’histoire récente, démontre clairement votre bias souverainiste démodé et rétrograde. Je vis au Québec, en fait à Québec, et j’ai honte des scandales après scandales de corruption et de trafique d’influence et ce toujours à mes frais.

Le scandale des commandites a clairement démontrer qu’au Québec la politique, et je dirais même les affaires, ça se fait derrière des portes fermées et avec toujours de l’argent, trop souvent le miens en plus! Bref tout s’achète au Québec même votre parole et votre honneur.

Soit dit en passant, M. Lisée, un des meilleurs exemples de manque d’intégrité et d’honnêteté intellectuel nous provient de votre bien-aimé BLOC et de son chef, votre idole: Gilles Duceppe. En effet, parlez-moi donc de son salaire à vie de plus de 100 000$ payé avec des chèques du Gouvernement du Canada… si vous n’y voyez aucun problèmes, bien ça en dit long sur votre propre intégrité M. Lisée.

Si le Québec fait un jour ses propres frais et devient un leader économique au Canada, nous pourrons alors commencer à commenter sur le comportement des autres, mais d’ici là, temps et aussi longtemps que nous verrons notre budget provincial subventionné à la hauteur de près de 50% par le reste du pays nous avons beaucoup à faire dans notre propre cour… Ha Ha, propre… ça nous changerait.

Article très factuel. Ça devrait plaire (en théorie) à l’esprit anglophone qui n’est pas latin mais plutôt rationnel.

Mais fait assez exceptionnel, juste de mentionner le terme Québécois réveille chez eux une émotivité sans pareil. Si bien que celle-ci prendra le dessus s’ils osent lire cet article. Ils n’y comprendront rien.

À franchement parler, je souhaiterais qu’ils en remettent encore et encore… Peut-être que le miroir déformant qu’ils nous présenteront achèvera notre écoeurement collectif et que nous nous prendrons finalement en main…excédés de se faire «bitchés» comme dans un vieux couple.

Il nous faut une étincelle pour raviver le feu de notre patriotisme… Qu’à cela ne tienne, s’il faut des tonnes d’articles xénophobiques comme celui du Maclean’s de leur part…

À nous de leur dire maintenant:

« What Canada wants ? »

Trop émotifs à notre sujet, ils ne sauront quoi dire. Mais, comme dans un vieux couple, ils ne voudront pas qu’on parte même après nous avoir tant insultés.

Non, ils nous enverrront des marjorettes branlant des petits drapeaux du Canada.

Il y a une très grande différence entre maîtriser une langue et être capable de la parler.

Mieux vaut se débrouiller avec trois langues secondes et maîtriser sa langue maternelle que d’en maîtriser seulement qu’une seconde.

D’ailleurs ont voit très bien que par leurs écrits, que les plus grands critiqueux qui font la promotion de l’anglais à outrance ne maîtrisent même pas leur langue maternelle.

Quand on ne maîtrise pas sa langue maternelle, on est un piètre en Anglais ou dans une autre.

Je ne sais pas pourquoi mais le nom Elvis me viens à l’esprit.

Très bonne réplique M.Lisée. Cependant on constate que tout ce Quebec bashing par les médias anglophones est très efficace sur la perception qu’ont M et Mme tout-le-monde dans le ROC. Je lis régulièrement les commentaires de lecteurs de différents journeaux anglophones, que ce soit le Globe & Mail, Toronto Sun, Vancouver Province, Toronto Star et autres Calgary Herald, en fin you name it, et c’est pas beau. C’est m^me très laid. Dernier exemple. Un court compte rendu de la marche bleue dans le Toronto Sun, a provoqué une quarantaine de commentaire tous plus insultants et grassiers les uns que les autres. Tous les préjugés et les stereotypes concernant le Québec y étaient. C’est a pleurer. Comment un fédéraliste peut-il se sentir à l’aise avec ça? Je ne comprendrai jamais.

David :
octobre 4, 2010 à 3:27
@ Raymond Campagna

L’IEDM ou l’institut Fraser ne sont pas impliqué dans des scandales de corruption.
– – – – – – – – – – –

L’IEDM étant une créature des entreprises privées ; les entreprises privées étant impliquées dans des scandales de corruption, l’IEDM étant donc le haut-parleur, le miroir de ces corrompus, il est donc biaisé, partial et non-crédible.

« L’IEDM étant une créature des entreprises privées ; les entreprises privées étant impliquées dans des scandales de corruption, l’IEDM étant donc le haut-parleur, le miroir de ces corrompus, il est donc biaisé, partial et non-crédible. » – Raymond Campagna

===

CQFD.

Si la corruption profite à certains, ce sont justement les gens du privé. Alors selon la logique même de David, leurs portes-parole sont saprement moins crédible que ceux du MTQ.

Jean Émard

@Gilles Gagnon à 12:26

C’est encore pire quand on pense que les médias américains s’abreuvent aux médias ou à leur bureau de Toronto (ou à The Gazette) pour rendre compte de la situation au Québec.

Jean Émard

@David

« L’IEDM ou l’institut Fraser ne sont pas impliqué dans des scandales de corruption. »

Mon pauvre David, faut pas être naïf, les bailleurs de fonds de l’IDEM sont les même que les bailleurs de fonds des commandites et du parti Libéral!

Une réplique cinglante et appréciée !

Il va falloir un jour s’ouvrir les yeux… peut-être un jour nous réaliserons que nous sommes plus voisin avec le ROC que même famille… et de là découleront de meilleures relations.

@Yvon Fleurant #133
« Comparé à l’ensemble de l’Amérique la plaine du St-Laurent est une flaque de jello. Les ingénieurs ont un vrai casse tête lors de la construction ou la rénovation d’une route au sujet du prix. Il faut ajouter au problème le froid qui est bien plus important que partout, et ce même plus important qu’aux lignes USA Canada. »

= = =

Même chose en Abitibi, pour le « jello ». Et en pire. La ligne de gel y descend beaucoup plus bas que dans la Vallée du St-Laurent.

Variable, par contre. Le secteur Rouyn-Noranda est dans le jello (glaise), alors qu’Amos et Val d’Or sont construites sur du sable et du gravier…

Je vis tout près des « lignes » ontariennes, et sur la route qui sépare Rouyn-Noranda de Kirkland Lake, Ontario, le contraste est frappant entre le tronçon québécois et le tronçon ontarien.

Côté ontarien, l’asphalte est moins fissuré, moins « planche à laver », et la pente entre la chaussée et le fossé est beaucoup plus douce. En somme, le fond du fossé y est plus éloigné de la voie carrossable.

Même climat. Même sol. Mais technique de construction différente. Et qualité de la chaussée très différente…

Depuis les années 90, par contre, au fur et à mesure où des tronçons sont refaits sur la 117 abitibienne, les fossés sont élargis, la pente est plus douce, et la protection contre le gel en profondeur est accrue par l’usage d’une couche de paille!

Reste le problème des poids lourds et du laxisme pratiqué au Qc en période de dégel.

Ça augmente les coûts de réfection en ti-pépére, ça. Surtout quand le fond est en jello! l

Cher Mr Lisée,
Lorsque vous écrivez: « Take energy, for instance. According to Stéphane Dion’s count, the federal purse sank $40 billion into Alberta’s tar sands industry. Fourteen of these billions came from Quebec. »
Je vous met au défi de détailler l’investisement fédéral dans l’exploration et l’exploitation des sables bitumineux, et d’expliciter la part des contribuables québecois, pour éclairer vos lecteurs. Vous préférez leur laisser imaginer que le gouvernement fédéral a envoyé 40 milliards de dollars à l’industrie.
D’où vient cette donnée? de Stéphane Dion? un expert en économie? Vous le trouvez crédible? Vous avez vérifié avec qui, vous qui êtes un journaliste tellement plus compétent que les autres?
En plus, vous comparez cet investissement (sous forme principalement fiscale) avec l’investissement fédéral dans Hydro-Québec, qui comme chacun le sait, est une industrie minière! Avez-vous eu l’intelligence de trouver l’investissement fédéral dans l’industrie minière du Québec? Ça serait un début de comparaison.
Mais pourquoi faire dans la rigueur quand la démagogie ne requiert qu’un peu de paresse.
Un démagogue de votre trempe du Canada anglais (les vilains pas beaux) ferait remarquer que ces 40 milliards ne représentent que 5 années de versements de peréquation au Québec. Ça élèverait le débat, vous pensez?

Vos pyrotechnies verbales, si elles sont de la musique aux oreilles des séparatistes, ne m’impressionent pas. Rassurez-vous, celles de Andrew Coyne non plus. Ni vous ni lui laisseraient les faits interférer avec une histoire qui fait saliver vos lecteurs respectifs.

Merci M. Lisée.
Ça fait du bien de voir que notre histoire locale de libération éventuelle est toujours en marche!
Votre texte m’a réchauffé le coeur et que dire du ton utilisé, délicieux! Merci encore et pour vos texte et sujets tous plus intéressants les uns que les autres à venir!

De toute évidence,le meilleur commentaire à celui du #42 est la caricature de Chapleau du 1er octobre dernier.

Je salue le vitriol, savamment administré en doses rationnelles, dans la langue du ROC.

However, I feel it’s a shameful waste of good argumentation because I fear that the average Maclean’s reader will sit back satisfied and not read beyond your … « Martin Patriquin’s only challenge was to cram in a single story all the strands of allegations and shady shenanigans surrounding Quebec’s current Jean Charest government. All the facts in the story are public knowledge, and for the most part brought to light by an aggressive Quebec media and no less insistent opposition parties. »

En fait, je crois que la plupart cesseront de lire après « … all the facts are public knowledge ».

Ils auront lu, là, ce qu’ils voulaient lire.

The rest is for academics … parce que la « populace » n’a que faire de la vérité.

P.S. J’ai hâte de lire la « version » française de cette réplique.

P.P.S. Un ami proche m’a fait remarquer que Maclean’s et L’Actualité s’invectivent de part et d’autre du corridor dans le but de se faire remarquer … En cette période creuse de notre histoire politique, rien de tel pour « vendre de la copie »!

Je sais de chef de cabinet d’un PM canadian que les pétrolières multinationales de l’Aberta et de Saskatchewan ont reçu dans les années 70 -80 37 G$ pour développer à maturité l’exploitation rentable mais malpropre des sables bitumineux qui à cette époque était rentable que si le baril de pétrole de 160 litres se vendait au delà de 65 $. Tout comme Terre-Neuve a reçu dans le début des années 90 7 G$ pour l’exploration off-shore et l’exploitation du champ pétrolier Hibernia.
Depuis toujours H-Q n’a jamais eu ni demandé de $ au fédéral pour développer ses expertises reconnues mondialement et ses 40.000 Mw propre, propre.
Que vivement arrivent la géothermie communautaire et les meilleurs NÉGAWATTS …

Excellente réplique, bravo ! Ça prenait VOUS pour répondre à la hauteur. Mais, mais, mais….

Mais bordel de m…., quel horrible anglais imbuvable ! De la légèreté d’un dinosaure, de la fluidité de l’échangeur Turcot. J’me demandais tout au long de ma (fort pénible) lecture, qui avait bien pu vous faire une pareille job de bras en traduction ??!!

Mais consternée, j’apprends en bas de page que c’est vous-même… et que vous vous en vantez en plus ! ;-((

Ça sent l’usage du dico français/anglais aux 2 mots, mélange de vieil anglais continental du XIXe siècle et d’américain approximatif, tournures horriblement tarabiscotées… quelle catastrophe !

Une des principales qualités de l’anglais est d’être « user-friendly ». Votre texte est aux antipodes de cela. Je pourrais continuer longuement mais je m’arrête, car tout ce que je veux exprimer ici c’est mon amère déception à l’idée que malgré l’exceptionnelle qualité de votre réplique, je serais prête à parier que pas un anglophone sur 100 ne la lira jusqu’au bout.

Et pire encore, n’y accordera la moindre crédibilité. McLuhan, vous connaissez ??? Il me semble qu’un pro de la communication comme vous aurait dû y penser… Quel dommage !

« This is where we are. This is xenophobia. This is what Maclean’s salesmanship rides on and perpetuates as we speak. Yes, I am in favour of the independence of Quebec. Like about half of my fellow francophones these days »

Then why have you not left. Are you a total failure with your immense credentials. Obviously so. Don’t stop, I am sure someday you will be successful and the Quebec cancer will leave and rid Canada of the tumor. Je ecouter a vous ce soire sur TLMEP…et je voir vous bla bla bal le commentaire comme tous en Quebec.

Prendrez la porte. OH BTW, we don’t have laws restricting signage in the ROC as you do in Quebec. Bigote que vous etes, M. Lisee.

@ #166
Le fond et la forme étaient parfaits – un délicieux texte d’humour et de sarcasmes. Et il faut se rappeler ce qu’ils disent dans le ROC: don’t get mad, get even!

Merci M Lisée pour votre présence et vos propos à Tout le monde en parle !
J’ai lu Bonhomme strikes back…. Triple Bravo.
C’est bien de donner l’heure juste à ceux qui vivent sur une autre planète. Merci beaucoup.

Bravo pour ce texte au contenu si éloquent qu’il m’apparaît comme un document d’anthologie dans notre lutte pour un minimum de respect de la part de ces « réformistes » qui « nous » gouvernent et qui nous fourrent allègrement en élisant des québécois comme paravent: les trois colombes (Trudeau, Marchand et Pelletier), Trudeau, Chrétien et autres Lalonde chargés de canadianiser le Québec et d’en faire une nation au même titre que toutes les nations autochtones qui « ont créé » ce grand pays.

Dommage qu’aussi peu d’esprits, tel le vôtre, ne prennent le baton de pèlerin pour guider le Québec vers sa libération à travers les écueils que sèment constamment ces non corrupt canadians qui veulent certes nous faire la leçon, mais qui veulent surtout conserver les énormes avantages économiques et sociaux que représente le Québec pour le Canada. Sans le Québec, le Canada serait-il? Et que serait-il sinon une succursale des States?

Bonjour Mr. Lisée

Je l’apprécie beaucoup ta désire de l’indépendence québécoise, même si je ne suis pas canayens, même pas encor en faveur de l’indépendence du Québec.

Je suis un Métif, et j’habite dans mon territoire ancestrale du nord ouest. Même après une longue histoire de sépération et de mauvais rapports, je sense encor un lien parental avec mes cousin canayens.

Si le Québec déciderait un jour de séparer, je l’en comprendra et j’appuyera la décision d’un peuple d’affirmer son indépendence. Quand-même, les Canayens et mes gens, nous avons toujours partager une lutte pour le respect, l’autonomie et la reconnaissance dans ce pays, et on est arriver de loin qu’on était il y a cinquants ans.

Moi, je déplore que le Canada n’est pas bilingue, en actualité, dans le Canada anglais. Je crois que si les Anglais apprenaient de parler le Français, peut être un discours égal et respectant du Québec pourrait se développer. Autrement, lorseque les Anglais refusent d’apprendre les habitudes de leurs colonisés et prétendent que le multiculturalisme suffit, comme ils le font de nos jours, je comprendra pour toujours les mouvements souverainistes de nos deux nations.