Brian Topp et le Québec, printemps 2011

Brian Topp et l'ex chef NPD Ed Broadbent, un fan de la loi C-20

Le Montréalais d’origine et actuel candidat à la direction du NPD Brian Topp a été mis à contribution pendant la campagne fédérale de 2011. Il est bon de le rappeler pour comprendre, au-delà des beaux discours, la pensée de l’homme sur la question québécoise.

Au printemps 2011, la presse canadienne venait de découvrir la « déclaration de Sherbrooke » de 2005 dans laquelle le NPD avait accepté de reconnaître un vote souverainiste pour le Oui à 50 % + 1, une position diamétralement opposée à la loi C-20 sur la clarté référendaire, pourtant votée à l’époque par tous les députés néo-démocrates sauf un.

Que fallait-il en penser ? Comme je l’ai signalé à l’époque, la campagne Layton a expressément donné à Brian Topp le soin d’éclairer les lanternes anglo-canadiennes. Ce qu’il a fait en communiquant avec mon collègue Paul Wells, de Maclean’s, par téléphone puis par courriel, pour attribution.

Voici les extraits pertinents de ce que Paul rapporte, dans les mots écrits par Topp:

* M. Layton ne demande pas d’abroger la loi sur la clarté;

* Dans le renvoi de 1998, la Cour suprême a écrit les règles pour tout futur référendum, s’il y en avait un;

* La question de savoir si une future question référendaire est suffisamment «claire», si

cette question devient contentieuse, va vraisemblablement se retrouver devant la cour suprême.

Dans son courriel, Topp évite de rappeler que Layton s’est engagé à respecter un verdict de 50 % + 1, ce qui constitue tout un oubli. Pour le reste, on ne peut être plus clair. Si la loi sur la clarté n’est pas abrogée, elle s’applique. Si elle s’applique, une majorité de la Chambre peut rejeter le résultat référendaire, quel qu’il soit. Si elle l’accepte, chaque province peut ensuite voter contre l’amendement constitutionnel qui reconnaîtrait l’indépendance du Québec.

En fait, Topp/Layton ajoutaient un étage de difficulté, en renvoyant la question référendaire — en cas de conflit, ce qui est virtuellement inévitable — à la Cour suprême. Évidemment, l’Assemblée nationale ne reconnaît ni l’autorité de la Cour ni celle du Parlement en ces matières, qui sont tous les deux juges et parties.

Brian Topp et les députés du Bloc

Au lendemain de la victoire historique du NPD au Québec, Topp, alors toujours chroniqueur, livre le fond de sa pensée dans le Globe and Mail. Et sachez que Topp est brillant, superbement informé et parfaitement bilingue, et que, comme négociateur de Layton lors de la tentative de coalition tripartite de 2008, il connaît très bien le Bloc, ses ex-députés, chef, conseillers:

What did it say about Canada that most of Quebec’s seats were held by ethnic separatists? What does it say about Canada that this is no longer true?

Voilà le résultat de 20 ans de présence à Ottawa des Vivian Barbot, Maka Kotto, Osvaldo Nunez, Maria Mourani. Les députés bloquistes étaient des «séparatistes ethniques».

En quoi les nouveaux députés blancs francophones du NPD ne sont pas des «néo-démocrates ethniques» me dépasse un peu.

Mais cela indique combien les préjugés antinationalistes québécois sont bien enracinés, même dans les têtes les mieux faites, même dans la gauche progressiste canadienne.

Même chez Brian Topp.

Demain: La tentation conservatrice de Thomas Mulcair

Pour suivre la série: Topp et Mulcair

Laisser un commentaire

Sauf au tout début où on nous reconnait au moins le droit d’y rêver, le NPD n’a jamais été favorable à l’indépendance du Québec. Il faut cesser de croire dans les divisions gauche-droite au Québec et au Canada. On est plus ou moins religieux. On est plus ou moins progressites.

Voilà d’autres « révélations » des + instructives pour ceux et celles qui ne sont pas complètement aveuglés par leurs PRÉJUGÉS anti-Québec de tout crin… Merci M. Lisée

Bravo Brian. Topp la.

De toute façon, le NPD au Québec n’est qu’une erreur de parcours par un peuple tanné qui voulait un changement, n’importe quel changement et que le « bon Jack » est arrivé à catalyser lors de son passage tout le monde en parle, juste avant l’élection fédérale de mai.

Le jupon dépasse à la lueur des nouveaux sondages ou le Bloc reprend le premier rang dans les intentions de vote.

Le NPD est un grand coup d’épée dans l’eau au Québec et ses ténors ont bien raison d’en profiter car ça ne reviendra pas de si tôt.

Pour paraphraser les Anglais « Much ado about nothing »

Serait-ce que l’arguement de la distinction du ROC fondé sur la dernière élection dont le résultat est lourdement mis en doute ébranlerait l’engouement pour la séparation. Vite un plan B. Si les éelctions avaient été volée et que dans les faits on ne soit plus aussi distnct des canandiens faudrait pas qu’un parti fédéral succite l’intérêt des québécois.

Au Québec nous n’avons rien à cirer de la loi C-20 de Dion/Chrétin, la loi sur la clarté de l’impérialisme rocanadian sur le Québec est une loi relevant du colonialisme; elle contrevient aux dispositions de la Charte des Nations Unies, elle viole le droit international. Sur la scène internationale elle est donc NULLE et SANS EFFET.

Un vote majoritaire simple (50% + 1) lors d’un prochain référendum en faveur de la souveraineté suivi d’une déclaration d’indépendance du Québec enclenchera tout naturellement le processus de reconnaissance internationale du pays Québec devenu indépendant par les 193 membres actuels de l’Organisation des nations unies (ONU). Cette reconnaissance des membres de l’ONU se fera en vertu des principes, dispositions et règles de la Charte des Nations Unies et Déclaration universelle des droits de l’homme.

À bon entendeur, salut !

Il n’y a rien, mais rien, absolument rien à faire avec ces gens anti-Québec. Rien à faire non plus avec ce parti le NPD; il travaillera toujours contre le Québec.

Sa a toujours été comme ça et sa restera. Plusieurs Québécois veulent donner une chance, espérer un petit accord, mais ça ne changera pas comme depuis 250 ans.

Les québécois semblent oublier qu’être en faveur du Québec dans le ROC est un suicide politique. Cela dit, c’est un coup de génie de la part des Québécois d’avoir voté pour le NPD: on ne leur reprochera pas de ne pas avoir voulu jouer le jeu des fédéralistes.

Car avec le Bloc, la réponse était facile: «le Canada est intransigeant parce le Québec vote Bloc». Maintenant, ils sont bien obligés de se regarder dans le miroir.

Mais la seule chose qu’il est possible de constater, c’est l’unanimité des fédéralistes envers le Québec: ils n’ont rien à offrir. Ils n’ont que le statu quo. Pire, ceux qui seraient ne serait-ce qu’un peu à l’écoute des Québécois savent qu’ils se dirigent vers un suicide politique.

La question nationale crée un effet pervers: son existence même a radicalisé les fédéralistes (qui n’offrent plus rien). Alors que le Québec manifeste une ouverture avec le NPD, ce dernier risque la mort au Canada pour être trop près du Québec, et risque la mort au Québec pour marginaliser le Québec. Disons que son espérance de vie est limitée.

Le discours canadiens est si radicalisé qu’il s’aliène ceux qui voulaient des gains modérés – nous sommes rendus dans une logique du tout ou rien.

Beaucoup de gens l’oublient, mais la question nationale québécoise au ROC est un enjeu électoral; celui qui est le plus dur envers le Québec est celui qui méritera le plus de vote sur cette question. Tellement qu’on s’imagine au ROC que le Québec n’est qu’un braillard qui n’en demande que toujours plus, et qui mérite de marcher dans le rang comme le reste.

Je le dis: la rhétorique canadienne va leur exploser en plein visage. Lorsqu’ils seront confrontés aux demandes légitimes et modérées du Québec, ils auront une masse critique de Canadiens haineux envers le Québec, ce qui leur fera perdre les réformistes du Québec, qui ne veulent pas l’indépendance à tout prix. Ils n’auront aucune marge de manœuvre.

Je ne veux pas le défendre mais tout ceci semble être un malentendu.

Ethnic separatists = séparatistes comme ethnie = comme si les séparatistes étaient une autre race, comme si c’était dans leurs gènes, comme s’ils étaient pas du même peuple que les Québécois fédéralistes et que ces derniers étaient peu représentés à Ottawa et dominés par ces séparatistes qui « osaient » siéger au parlement fédéral d’où le what did it say about Canada. Ça avait l’air fou pour le pays pour le monde comme lui.

C’est sûrement ça qu’il voulait dire puisque sinon sa phrase n’a aucun sens : la grande majorité des députés du Bloc Québécois n’ont jamais été autre chose que de souche, incluant les députés d’avant l’élection de 2011 à quelques exceptions près alors pourquoi il parlerait d’ethnies séparatistes qui détenaient la majorité des sièges du Québec ?

Mais c’est vrai par contre que les fédéralistes ont toujours été frustrés de voir des immigrants supporter l’option indépendantiste. Pourtant c’est parfaitement démocratique. Ils ont une mentalité du genre : on vous donne le droit de vote en tant que nouveaux citoyens mais vous avez intérêt à voter du bon bord !

Maintenant que j’y pense, la langue anglaise n’est pas très claire lorsque vient le temps d’utiliser le terme « ethnic » comme par exemple si j’écrit :

The president of Ukraine is an ethnic Russian.

Ça veut dire que le président de l’Ukraine est d’origine Russe et non qu’il est une minorité ethnique en Ukraine. Les minorités en Ukraine si on les nomme ethnic Ukrainians, ça n’a aucun sens puisque ça, ça veut dire Ukrainiens de souche. Faudrait dire Ukrainian ethnics, j’imagine.

Par contre l’expression « ethnic Americans » ça veut dire Américains issus de minorités ethniques alors « ethnic separatists » peut à la fois vouloir dire séparatistes issus des communautés culturelles ou bien mon explication de séparatistes formant un groupe ethnique mais peut-être ai-je tort.

Ethnic Russian ça veut dire que le président de l’Ukraine est d’origine Russe et non qu’il est une minorité ethnique en RUSSIE, pas en Ukraine, désolé.

En votant NPD au fédéral en 2011, le Québec envoyait implicitement un signal très clair aux citoyens du ROC. Ils leur tendaient la main en quelque sorte. En les conviant au changement possible, à un certain « renouvellement… ».

Or, encore une fois… qu’est-ce que nous avons obtenu comme résultat? Un renforcement de notre enfermement dans leur patente fédérale. Déjà vu!

Maintenant plus que jamais dans notre très jeune histoire, nous comprenons que le Canada peut faire passer toutes « ses » lois, sans même se soucier de notre consentement.

Si nous ne sommes pas du tout d’accord, aucune importance! À Ottawa, on s’en fout. Même leurs propres lois, ils les bafouent…

Si le Québec envoie un de ses ministres à Ottawa pour essayer de leur faire entendre raison, il n’y trouvera que mépris et indifférence.

Même certains fédéralistes convaincus,(en un seul mot)commencent à ruer dans les brancards…

Pauline Marois attaque le gouvernement des fossiles et elle marque des points. Les québécois se reconnaissent de moins en moins dans la patente fédérale.

Est-ce que de quelconques engagements de « changement » venant d’un autre parti fédéraliste pourraient éventuellement modifier la tendance actuelle?…

Les québécois ne sont pas des sots, ils sont juste extrêmement patients, tolérants et compatissants. Mais il ne faut pas abuser de leur très grande générosité et je crois percevoir certains signes de ras-le-bol général grandissant.

Le jour où les francophones voteront de façon monolithique, comme le font invariablement anglos et allos, la mascarade prendra fin, c’est mathématique! Et c’est alors que nous raccompagnerons gentiment, amicalement, les envahisseurs chez eux.

Devons-nous susciter, attiser la colère, le ressentiment? Absolument pas.

Nous devons toutes et tous réaliser que nous sommes les seuls et uniques maîtres de notre destin.

Notre pays n’est pas à naître, ils est déjà là, il nous attend.

Brian Topp et le NPD sont des visages a deux faces qui ont un language pour les Québécois et un autre pour le ROC …. Ce sont de purs hypocrites qui sont sinueux … Avec Chrétien et Dion , on savait a quoi s’en tenir …..

Brian Topp a maintenant les fesses à l’air au Québec..

Beau travail de recherche M.Lisée!

On s’entend tous pour penser que le PNPPD (pu nouveau pantoute parti démocratique) va revenir à sa case départ en 2015.
Ils n’auront aucune incidence sur l’éventuel résultat référendaire et pourront à peine le commenter.

À l’agente féminine: Vous vous êtes trompés de sujet. La question n’est pas de savoir si un parti fédéral suscite l’intérêt des québécois, mais si le Québec suscite l’intérêt d’un parti fédéral.

Et ce drabe Canadian nous a toujours été présenté par certains journalistes de Gesca comme un politicien qui pourrait un jour très bien nous représenter et possiblement nous aimer et prendre soin de nous…

Le NPD présente une gauche aussi fade et drabe que la droite de Harper peut l’être. Tant qu’aux Libéraux on a pour référence la commission Gomery.

Ça n,est pas du NPD bashing c’est du Canada bashing. Monsieur Lisé vous oublié que la vague orange a dit, je ne veux plus perdre mon temps et mon énergie avec la séparation que les séparatissses qui agissent en bébés gâtés malgré des réponses claires, ma priorité c,est de développer mon économie pour assurer mon avenir et celui de mes enfants. Il n’est pas question ici de poser la question pour en finir mais bien de la réaliser coute que coute même si la popualtion est MAJORITAIREMENT contre. La vugue orange aurait eu des résultats différents si les élections n’avaient pas été fraudés. Le ROC a bel et bien suivi le québec dans la vague et suivi Jack qui était prêt a renégocier la constitution pour trouver un contrat dans lequel le québec comme les autres provinces et territoires y trouve son compte. Les autres aussi veulenet plus d’autonomie et mettre le fédéral au service de la fédération. Ça n’est pas d’hier et ça est ressorti aussi lors des dernières rencontre des provinces et territoires avec le fédéral. Jack n’a pas dit on va laisser le québec se séparer, il a dit on va lui donner la place qu’il veut dans la fédération. S’ils veulent remettre la questions constitutionnelle sur la table pour la renégocier pas de problème si c,est ce qu’ils veulent. Et c’est a partir de cette déclaration dans le débat que les québécois l’ont choisi. Il n’a jamais dit dans ce débat si le québec veut se séparer je respecterai 50%+1. Les québécois ne l’aurait pas choisi. Parce que ce que veulent les québécois c,est être un état autonome DANS la dfédération, mais ça n’est pas ce que vous voulez voir. C’est a parti du débat français que les québécois on choisi Jack pas pour se séparer pour renégocier la constitution et que le québec comme les autres territoires qui le veulent puissent avoir un statu d,état autonome DANS la fédération. Ils ont été clairs. S’il avaient voulu la séparation ils n’aurait pas mis le bloc dehors. Et je ne parle pas de sondage, je parle de vote. Un fait de la vie et non une illusion créer par des sondages. Les québécois veulent un état autonome dans la fédération. Mais ça le pq ne lui demandera pas parce qu’il veut c,est faire plaisir aux syndicats qui veulent controler le Québéc. Vous allez essayer de nous rentrer au travers de la gorge la séparation comme les syndicats on rentré la grève dans la gorge des étudiants. Ou ils sont les étudiants de l’université Laval après que la capital se soit très clairement distingué de l,ensemble du Québec, ils sont allé y mettre beaucoup de pression pour les forcer a se ranger. On est pas dupe.

Comment des Québécois peuvent-ils accepter de telles insultes en saluant le parti politique de celui qui les profère ?

Les fédéralistes vicieux ne répugnent devant aucune insulte pour diaboliser une démarche qui se veut démocratique et respectueuse des individus.

Il faut appeler un chat, un chat. En faisant une telle déclaration Topp, le représentant de l’establishment du NPD, insulte volontairement et vicieusement une très importante partie de la population québécoise.

Et sur cette base, j’ai toutes les raisons de honnir ce parti politique, qui à ce niveau, nage dans les mêmes eaux putrides que les Libéraux et que les Conservateurs.

«Qu’il soit noir, juif ou arabe, un type bien est un type bien et un enfoiré sera toujours un enfoiré.»
[Guy Bedos]

@Médiamaniaque et Daniel Charette
Belles analyses mais vous oubliez quelque chose d’important: lorsque viendra le temps où ça compte, les forces du ROC et l’oligarchie locale seront déchaînées. Nous n’imaginons pas encore ce qu’elles pourront inventer pour influencer le vote et même pour le trafiquer. Nous avons eu une petite démonstration en 95.

Le petit travail de sape qui ronronne sans relâche dans les medias aujourd’hui n’est que le « idle » d’une puissante machine.

JFL prétend que nous ne sommes qu’à une crise de l’indépendance; j’ajouterais que cette crise devra être d’une importance telle et d’une signifiance si éclatante que nous n’auront d’autre choix que de faire le pas malgré toutes les machines à fabriquer le consentement.

@ lagentefeminine

Le ROC n’en veut pas du tout de votre vision, mais pas du tout. Le ROC veut que le Québec soit une province anglophone comme les autres.

Ainsi la souveraineté est montée à 45%, le bloc remonte, le PQ aussi et le NPD est entrain de fondre complètement.

Les gens ne connaissent que le petit bout mâché et recraché aux nouvelles, souvent un petit 3 minutes où on dit ce qui se passe à un endroit mais aussi ce qu’on doit en penser.
Il y a des opinions qui sont présentées comme des faits, qui deviennent des « tout le monde sait que », ce qui donne des fanatiques qui répondent, sans farce, que le « PQ est une menace à la démocratie » même s’ils ne savent pas trop pourquoi. Ça doit être vrai, ça se « sait »…
Ça donne au final des gens brillants qui discutent avec une ferveur puérile sur un sujet qu’ils ne connaissent pas.

Topp sera le premier perdant de cette course à la chefferie. Comme il arrivera deuxième derrière Mulcaire, il va manger ses bas et j’en serai très heureux.

LAGENTEFEMININE……Non,je crois plutot que les Quebecois sont decu du NPD,c est tout simplement pour ca que le Bloc remonte dans les sondages,la souverainete qui revient a 45 % ,c est pas si mal ,avant le dernier referendum elle etait a 40%,vous savez les Quebecois sont decu de tant de promesses de changements,federalisme renouvelee,asymetrique,troisieme voie,les federalistes sont muets parce qu ils savent que le ROC ne veut rien change,alors rendez vous a levidence ils ne veulent pas que voulez vous qu on fassent……

@ lagentefeminine

C’est pas possible d’interpréter la réalité sociale du Québec comme vous le faites. J’ai l’impression que vous ne vivez pas dans la même réalité sociale que moi. Ou c’est le contraire peut-être ! Mais quoi qu’il en soit je ne peux pas adhérer à votre interprétation, à votre lecture de la société québécoise.

On dirait que vous recrachez tout ce que vous avez entendu sur le dos des méchants séparatistes du Québec. Des lieux communs qui ne s’appuient que sur ce que rapportent certains médias et journalistes inféodés à une vision pan-canadienne mais qui ne trouve que très peu d’appuis au Québec.

Vous interprétez la vague orange selon votre propre crédo. En réalité vous semblez avoir aussi peu d’affinité avec la société québécoise que l’eau en a avec le feu. Ce qui explique très bien votre analyse si erronée. La majorité des Québécois qui ont voté NPD aux dernières élections n’ont pas voté pour le NPD. Ils ont en fait voté pour le «bon Jack», la personne, la vedette fabriquée par les médias, par TLMP. C’est aussi simple et aussi stupide que ça. C’est aussi pour cette raison qu’une fois Jack mort, le NPD reviendra, aux yeux du Québec, à ce qu’il était un an avant les élections : un parti fédéraliste dans lequel la majorité des Québécois ne se reconnaissent pas. Un feu de paille quoi !

Jack a dit ceci, Jack a dit cela ! En fait Jack n’a vraiment rien dit de très tangible. Ce qui fait qu’aujourd’hui on n’entend plus personne au NPD répéter ce que le «bon Jack» a dit au Québec pour paraître intéressant.

Ce que dit le NPD et son establishment c’est ce qu’a dit Topp. Voila tout !

Mais soyez tranquille chère lagentefeminine. Le Québec n’est pas comme le ROC fédéraliste jusqu’à l’os, qui nous imposé SA constitution et SA Charte et qui nous impose toujours SA Court suprême. On ne vous imposera rien si ce n’est nos propres décisions constitutionnelles quand le temps sera venu. Si vous voyez ce que je veux dire …

«Les hypocrites, comme les abeilles, ont le miel à la bouche et l’aiguillon caché.»
[Jacques Delille]

La crise, ça fait des lunes que nous la vivons.

Ce que vous anticipez est en train de se produire ici, maintenant. Une fuite de capitaux, des milliards dilapidés.

Le crapaud chante la liberté dans une casserole dont la température de l’eau atteindra bientôt le point d’ébullition… saute crapaud, saute!

« Ça ne pourra pas toujours ne pas arriver. » (Miron, le magnifique.)

« Ça donne au final des gens brillants qui discutent avec une ferveur puérile sur un sujet qu’ils ne connaissent pas. » (Jean-François Trottier)

Sa me fait toujours penser aux discussions de taverne à 10 hrs avant d’aller souper.

Peut-être que ethnic separatists peut se traduire par « séparatistes sur la base de l’ethnie », le fait d’être québécois dans ce cas-ci.
Définition de ethnic en anglais : Of, relating to, or characteristic of a sizable group of people sharing a common and distinctive racial, national, religious, linguistic, or cultural heritage.