Budget Bachand, effet Parizeau

Parizeau: le budget lui donne raison, mais ne le cite même pas. C'est du plagiat !

Vous avez vu toutes les excellentes idées trouvées par le gouvernement Charest, dans le budget, pour augmenter la part québécoise de l’exploitation des ressources du nord et les hydrocarbures ?

Ils ont été super inventifs. D’abord, créer une Société d’État pour prendre des participations dans les projets d’exploitation. Ensuite, faire en sorte d’obtenir des participations dans les opérations — et les profits — en échange d’infrastructures offertes par l’État.

En voilà des idées, qu’elles sont bonnes! Mais pourquoi étaient-elles si mauvaises, il y a quatre mois, lorsque qu’elles étaient avancées par les écologistes et l’opposition, pour la Société d’État, ou par Jacques Parizeau, pour la prise de participation en échange de dépenses de l’État ?

Et si ces mauvaises idées d’hier deviennent bonnes aujourd’hui, qu’en est-il des autres ? Faudra-t-il attendre le prochain Budget pour que le gouvernement les trouve bonnes ? La taxe sur le surprofit, défendue par Martine Ouellet, la formule du rendement garanti de 30%, la collectivité prenant le reste, proposée par Yvan Allaire ?

Vous savez quoi ? Le budget Bachand fait la démonstration, par l’absurde, que le « projet d’une génération » ne peut se dessiner en vase clos, entre le bureau du PM et celui du ministre des Finances. Que si le gouvernement, c’est sûr, a le dernier mot, un engagement de cette ampleur nécessite de la part des gouvernants un véritable dialogue préalable sur les paramètres, les innovations de financement et de prises de participation.

L’absence de cette ouverture d’esprit de la part du gouvernement libéral, puis sa décision soudaine de choisir quelques propositions hier rejetées, mais de ne pas discuter des autres, participe du malaise qui entoure ce projet.

L’éditorialiste du Devoir Jean-Robert Sansfaçon exprimait très correctement la chose, ce lundi:

Toutes les études produites à ce jour sont trop sommaires pour brosser un portrait fiable de la réalité appréhendée. Regroupées, elles posent plus de questions qu’elles n’apportent de réponses convaincantes.

À titre d’exemple, le fait que les trois quarts des investissements du Plan Nord soient effectués par Hydro-Québec et le gouvernement lui-même conduit à se demander si on n’a pas utilisé la société d’État pour gonfler le panier de projets en cours et inventer le concept de Plan Nord.

D’ailleurs, pourquoi prévoir 3500 MW de puissance supplémentaire alors qu’Hydro-Québec fait déjà face à d’importants excédents énergétiques? Quelle portion de ces MW devra-t-elle vendre à perte pour satisfaire les ambitions de ce gouvernement et celles des minières?

En somme, M. Charest, qui aimerait qu’on garde de lui le souvenir d’un grand visionnaire, n’a-t-il pas simplement voulu jouer d’astuce en récupérant à ses fins les demandes pressantes d’aide financière, énergétique et logistique des lobbies du génie-conseil et de l’industrie minière?

Rappelons qu’avant même l’annonce du Plan Nord, il y avait 20 milliards d’investissements en gestation dans les officines des sociétés privées, la plupart avec des attentes aussi variées que monstrueuses à l’endroit de l’État… mais sans assurance quant aux avantages à long terme pour les contribuables. […]

Le Québec est un pays de ressources qu’il importe d’exploiter de façon durable et rentable pour la collectivité. Malheureusement, dans sa forme actuelle, le «plan» du gouvernement Charest ne présente pas les conditions minimales requises pour miser autant d’argent et d’énergie hydroélectrique sur une aussi longue période. […] Où est la logique d’affaires pour les contribuables québécois?

 

Laisser un commentaire

C’est la preuve qu’il ne faut pas avoir peur de publier nos idée dans les médias et sur internet. Même si ont est des « nobodies » nos idée elle ne le sont pas.

J’aimerais bien savoir ce qui se discute aux conseils des ministres. Ils doivent faire la recension de ce que tout un chacun a bien pu dire à un moment ou l’autre et qui s’est retrouvé dans les journaux.

Ce gouvernement n’a pas d’idées valables qui lui soient propres. Et quant des idées lui viennent, la plupart du temps elles sont pitoyables et il doit passer à la marche arrière.

La seule bonne chose je pense que le gouvernement Charest a fait fut de mettre en place les travaux d’infrastructures. Et ils l’ont fait à cause de la chute du viaduc de la Concorde et des morts qui en a résulté. Alors ….

«Être informé de tout et condamné ainsi à ne rien comprendre, tel est le sort des imbéciles.» [Georges Bernanos]

Ce gouvernement sent la soupe chaude alors il prend toutes sortes de décisions qui auraient dues être prise il y a longtemps. Rappelez-vous comment c’était un « problème » de mettre une moyenne sur un bulletin scolaire. Suffit de tomber minoritaire et woups! Gadon, c’est faisable!
Là, ils se donnent trois-quatre mois pour sauver leurs postes en prenant des décisions sensées, puis ils vont déclencher des élections. Rien ne garantit qu’ils ne reviendront pas sur leur parole une fois réélu. Si VRAIMENT ils voulaient prendre toutes ces décisions, ils les auraient prises il y a trois-quatre ans en démarrant leur plan Nord.

Le peuple, seulement le peuple pourra les arrêter. La police est ailleurs, occupée à courir après des journalistes…

Ils ont trouvé un nouveau moyen pour empêcher la vérité d’éclater au grand jour. La GRC refuse de collaborer. Après tout, nous n’en sommes pas à un scandale près.

Ils protègent la mafia, le pouvoir profond, celui-là même qui décide et contrôle, à travers les liquidateurs qui occupent nos parlements.

Le malaise il est là!

La justice est entravée, la vérité étouffée, la démocratie détournée par le fédéral et le provincial, lesquels sont au service exclusif de leurs bailleurs de fonds.

Le plan nord c’est la fuite vers l’avant d’un gouvernement aux abois qui n’hésitera pas à nous ruiner pour se tirer du bourbier dans lequel il s’est lui-même enfoncé.

Une grosse baloune gonflée à même le trésor québécois. Nous faisons les frais de notre propre dépossession. Le système néolibéral est d’une violence et d’une injustice inouïes.

Le plan nord du gouvernement des marais nauséabonds constitue une véritable fuite de capitaux, un gouffre sans fond. Ce gouvernement est extrêmement dangereux, n’ayant plus rien à perdre, il applique la politique de la terre brûlée, après l’avoir cédée aux spoliateurs de nos ressources.

Ils nous ont déjà fait perdre des dizaines de milliards faute de ne pas avoir voulu entendre raison, en nous imposant leur bâillon.

Incorrigibles, bornés, obstinés, ils sont en train de nous refaire le coup du « Open Bar » cette fois-ci pour 84,5 milliards! Ça fait très cher payé pour quelques dizaines de milliers d’emplois, sur vingt-cinq ans. Allons-nous, encore une fois, docilement leur aligner nos wagons?!

« Le train du nord a perdu le nord… ». (Félix)

Citation »Le Québec est un pays . . . » — L’éditorialiste du Devoir Jean-Robert Sansfaçon

Le Québec est un pays pour lequel il ne reste qu’à obtenir le statut officiel.

N.B. Notre ti-pm john-james est un »faux-jeton » et ça, c’est officiel.

M. j. Charest devrait apprendre qu il est de beaucoup préférable de commencer à régler ce qui va déjà pas avant « d aggrandir son territoire ». Comprenons-le!!!Il semble agir en aveugle…!!!

Si Bachand parlait pour qu’on le comprenne…
Il est temps que ce gouvernement dispaisse du radar pour redresser nos finances. Je n’en peux plus d’entendre ce financier nous lancer des théories biaisées. Quelle farce!

Et son ministre des finances devrait savoir que ca prend des gens éduqués afin de réaliser de grands projets. Pourquoi pas commnencer par régler ce qui PRÉCOCCUPE davantage en ces moments… tous les argents dépensés présentement pour les professionnels de l éducation…les étudiants(es) qui les font « vivre » ces professionnels,méritent bien la gratuité ou presque(quasi-gratuité).

Que dire de ce budget car iln.effleure que les vrais problèmes. Pourquoi nous présenter un budget déficitaire aucune entreprise qui se resopecte et qui respecte ses cleints ne va dans cette direction. OH oui aidons vite les ainés car en quelque part ils seront une siource importante pour le prochain vote.

Mis aucune indication sur comment réduire notre déficit, aucune indications sur le développement technologique qui a fait du Québevc un champio international;rien de nouveaux en santé et surtout une vision de société qui se développe que par le plan nord.

Ouah quel affront au peuple québecois,

Tout changement au Québec ne va se faire qu’en s’attaquant à ce fléau que sont les PARADIS FISCAUX. Près de 200 milliards ne seraient pas imposés chaque année au Canada selon le Vérificateurs général du Canada parce qu’ils transitent par un paradis fiscal. L’OCDE considère qu’un dollar sur deux produit mondialement transite par un paradis fiscal. La Banque mondiale estime, quand à elle, que cette économie de l’ombre est devenue plus importante que l’économie réelle, soit la sphère financière réglementée (banque de détail, marchés d’actions et de devises, fusions-acquisitions…) Il suffirait de fermer les paradis fiscaux 87 jours par an pour éliminer la faim dans le monde! Les paradis fiscaux sont en train de devenir, d’ailleurs, l’enjeu majeur des élections présidentielles en France. Ici, la problématique est complètement absente du débat public, grâce à la concentration de la presse qui permettent aux Desmarais et Péladeau de contrôler l’information. De tous les pays de l’OCDE, après l’Italie, c’est le Québec où la presse est le plus concentrée. Alerte à notre démocratie!

Solutions:
-Rapport d’exploitation, pays par pays, dans les rapports annuels des sociétés et non consolidés mondialement;
-Interdire à nos banques et institutions financières, aux firmes comptables et juridiques d’avoir des succursales dans des paradis fiscaux. Et qu’ils fassent des déclarations lorsqu’ils y ont des activités commerciales sur la nature de celles-ci;
-Vérifier les citoyens qui utilisent des cartes bancaires pour retirer de l’argent dans une banque située dans un des 80 paradis fiscaux dans le monde;
– Abolir les lois qui ont été créées tant au Canada, qu’au Québec, et qui légalisent l’évitement fiscal depuis les années 80. Ainsi Montréal et Halifax seraient à elles seules devenues des sortes de petits paradis fiscaux embryonnaires;
– Abolir la possibilité de créer une fondation au Canada et au Québec pour ne pas payer d’impôt comme l’a fait la famille Chagnon, Guy Laliberté,
etc. etc. etc.

Si vous voulez savoir pourquoi Revenu Québec et le ministre Bachand sont inactifs contre les PARADIS FISCAUX, c’est dans ce rapport publié la semaine dernière par Alain Deneault. Et encore une fois, SILENCE DU CÔTÉ DES MÉDIAS!
– Faits saillants http://goo.gl/JLH7v
– Étude dans sa version intégrale http://goo.gl/oLGlK
– Communiqué de presse http://goo.gl/0aJst
– Entrevue avec Alain Denault (radio-canada) http://goo.gl/MAapR

– PARADIS FISCAUX : L’INFOGRAPHIE DU SCANDALE ! http://goo.gl/X8aII
– Prix de transfert: le vrai scandale des paradis fiscaux http://goo.gl/lUrx6
– Evasion Fiscale des Multinationales http://goo.gl/eYtCU
– Les 10 propositions de la campagne « Stop paradis fiscaux »
http://goo.gl/xMxfv
– Paradis fiscaux : la vraie liste ! http://goo.gl/d9itR

Exemple du problème de transfert de prix dans les paradis fiscaux: TOTAL, dans laquelle la famille Desmarais est un actionnaire important, qui n’avait pas payé d’impôt sur les bénéfices en France, l’année dernière, ne payera cette année que 300 millions d’euros, malgré quelques 12 milliards de bénéfices au niveau mondial. http://goo.gl/1YLwb

Attendez-vous, que les minières et les pétrolières vont bien utiliser le système de transfert de prix dans le Plan Nord pour ne pas payer d’impôts et de redevances.

En plus de l’évasion fiscale dans les paradis fiscaux, le gouvernement Harper a légalisé l’évitement fiscale des entreprises comme tous les gouvernements le font depuis 30 ans. Résultat, c’est le contribuable de la classe moyenne qui assume tout le poids des revenus du gouvernement fédéral. C’est pareil à Québec!
« On y apprend que le taux d’impôt fédéral sur les profits a été réduit du tiers en cinq ans et que le gouvernement fédéral évaluait dans son Énoncé économique d’octobre 2007 à 50,5 milliards les allègements fiscaux consentis aux entreprises de 2007 à 2012… soit l’équivalent du déficit fédéral. Tiens, tiens ! » http://goo.gl/xLQ3L

Ça se fait partout dans le monde et c’est Parizeau qui aurait inventé ça. Voyons donc il a dit ça pour plaire aux brainwashé du pq

Bonjour,
Monsieur Parizeau a déjà eu de bonne idées et des mauvaises.
En exemple, Monsieur Parizeau a toujours été contre nous, éleveurs, propriétaires de l’industrie de l’élevage et des courses au Québec.

Maintenant, de nombreux québécois et leurs familles, ont migré en Ontario et devenus des citoyens ontariens et les emplois au nombre de 65,000 montrent que nous sommes un petit peuple de rien avec des petits politiciens de rien

Ils sont tpresque drôle ces libéraux dans leur panique pré-électorale. Après avoir tout donné aux pétrolières et aux gazières et à leurs amis qui ont pris la porte tournante entre leur parti politique, leur gouvernement et l`industrie, les voila qui font semblant de s`intéresser aux retombées économiques pour l`ensemble de la population.
Trop peu trop tard ,on ne les croit plus!

@lagentefeminine

Non cela ne se fait pas partout dans le monde et si cela se faisait ailleurs et que c’était si évident, pourquoi patapouf a-t-il attendu Parizeau et les écologistes pour adopter de tièdes mesures allant dans ce sens ? Il ne l’aurait d’évidence pas fait, si des solutions alternatives ne pleuvaient pas de tous bords tous côtés.

Trop occupé à bourrer ses poches et celles des minières pour y avoir pensé tout seul comme un grand à ce qui se fait selon vous partout ailleurs. Ce n’est pas un compliment pour votre héros !

@eric lauzon 8h59

En plein dans le mille. Pendant que nos gouvernements sous influence laissent s`échapper des milliards dans le paradis fiscaux, les médias n`en parlent pas.
Ils s`empressent cependant de publier aujourd`hui en tête de tous les quotidiens l`odomètre de mme Desmarais de l`IEDM, qui fait le décompte de la dette du Québec pendant que son mari ne paie pas ses impôts, comme vous l`avez si bien démontré..

Drôle de société, où la partie la moins éveillée de la population accepte si facilement de se faire endormir et d`élire des gouvernements comme ceux de Harper et Charest qui travaillent contre ses intérêts.

@lagentefeminine:

Si tu aurais écouté les nouvelles, tu aurais vu Jacques Parizeau faire un brillant exposé sur la question il y a quelques mois. Mais quand on n’est pas brainwashé, on a la liberté de faire de l’amnésie sélective j’imagine.
Je sais, ça fait mal de dire « Parizeau avait raison ». Surtout quand il a avancé son point d’une façon beaucoup plus mature et non-partisane que ton commentaire numéro 11.
Mais j’y pense, pendant que tu étais occupée à vilipender les méchants, tu n’as pas dite si c’était une bonne mesure ou pas. Est-ce que, par hasard, tu serais contre?

@Jean francois trottier je mexcuse mais brainwashé par qui parce que je critique favorablement et défavorablement tout les partis selon mES VALEURS qui ne se retrouvent en globalité dans AUCUN parti. POURQUOI parce que ce sont tous des partis déséqilibré trop gauche ou trop droite. ou trop gouvernemaman. Vos jugements sont tellement gratuit allez y Brainwashé par QUI? Vous êtes brainwashé et surement a gauche puisque ce genre de discoiurs est tout a fait typique de la gauche. Les irrationels incapable de faire quoi que ce soit de rentable parce quils dépendent toujours financeirement de dautres quils aiment bien dénigrer comme si la richesse4 des autres leur était DU.

Au lieu de mettere son cerveau sur la glace et de suivre la ligne que vous dicte un parti. Réfléchissez donc sur les motivations qui sont tellement évidente. le pouvoir largent dun cote comme de lautre.

Quand j’entend »Moi je pense qu’au Québec on est RICHE, on est assez RICHE », ben oui ma belle ben riche en ressources naturelles inexploitées, mais greffée d’une dette monstrueuse. alors c,est sur que le monde qui pensent quon est riche on envie daller marcher dans la rue. Il faudrait leur faire voir les vrais chiffres et la propotion de monde qui paie des impots pour assumer ce train de vie.