C-10: étranges calculs en Colombie-Britannique

Comme d’autres provinces, la Colombie-Britannique voudrait qu’Ottawa éponge les coûts accrus d’incarcération dans les prisons provinciales qu’entraînera le projet de loi omnibus en matière de justice, le projet C-10. Le gouvernement libéral de Christy Clark n’entend toutefois pas en faire une bataille de tous les instants car il appuie le projet de loi et parce qu’il juge qu’affronter Ottawa sur ce sujet ne servirait pas nécessairement ses intérêts politiques. Et ce, même si les prisons de la province débordent.

Voici ce que le Globe and Mail rapportait à ce sujet cette semaine. Depuis plusieurs mois, le Parti conservateur de la Colombie-Britannique est en remontée et gruge le flanc droit du Parti libéral, celui composé des plus farouches partisans d’une justice musclée. Mme Clark ne veut pas perdre le pouvoir lors des prochaines élections. Elle les courtise donc en se rangeant derrière le projet de loi C-10 et en évitant de faire trop de vagues au sujet de la facture.

Et pour justifier sa retenue, son équipe invoque un étrange calcul. Si les peines sont plus longues, un plus grand nombre de détenus aboutiront dans les prisons fédérales, libérant du coup des places dans les prisons provinciales où atterrissent les délinquants en attente de procès ou de leur sentence et ceux condamnés à moins de deux ans d’emprisonnement.

Le hic est que la plupart des peines minimales inscrites dans le projet C-10 sont inférieures à deux ans. De plus, le système carcéral de la Colombie-Britannique déborde. Le taux d’occupation serait de 159 %. La double occupation des cellules est devenue la norme. Pire, on a recours depuis 2008 à des installations temporaires pour loger des détenus. Des structures en toile, en fait, qui rappellent des tentes et qui sont installées dans la cour de deux prisons provinciales et où logent actuellement 174 détenus.

Heureusement pour la province, les hivers ne sont pas rudes sur la côte ouest.

 

Laisser un commentaire

Qu’est-ce que l’on ne ferait pas afin de conserver le pouvoir?

La nature humaine est ainsi faite…

Ce que je ne peux absolument pas comprendre c’est qu’on puisse être favorable à une justice plus musclée dans un contexte où la justice comme nous la connaissons nous permet de constater une diminution constante de la criminalité et ce à moindre coût.

Pourquoi alors ne pas tout simplement investir un peu plus dans des programmes de prévention et de réhabilitation ? Cela coûte moins cher et donne de bien meilleurs résultats.

Vous avez mis le doigt sur le bobo: les conservateurs divisent la droite car en CB les libéraux sont justement une espèce de coalition de droite mais dernièrement, les conservateurs on repris du poil de la bête, profitant de la popularité des conservateurs fédéraux, et espèrent doubler les libéraux sur leur droite. Or, cela bénéficie au NPD provincial qui est passé loin en avant des libéraux dans les derniers sondages et Mme Clark ne peut pas aller chercher de supporteurs au centre-gauche car la place est déjà occupée depuis plusieurs années par le NPD-BC.

Ce qu’elle ne dit pas non plus c’est que la province compte quand même une bonne proportion d’autochtones qui sont déjà surreprésentés dans les prisons et ce sont eux qui vont encore écoper du durcissement des néo-cons en matière de justice pénale. Les taux de criminalité vont bien sur augmenter à cause de ces changements…