Cachez ce tableau…

On savait, depuis l’été 2008 et l’élimination de programmes d’aide aux tournées internationales, que le gouvernement conservateur ne croyait pas à la diplomatie culturelle pour mousser l’image du pays à l’étranger. Il y croit si peu qu’il a décidé d’accrocher un portrait de la Reine Elizabeth II à la place de deux tableaux d’Alfred Pellan qui ornaient depuis des années un des grands murs du hall d’entrée de l’édifice Lester B. Pearson, le siège du ministère des Affaires étrangères. Voici l’histoire.

Photo : Adrian Wyld / PC
Laisser un commentaire

J’offre d’acheter les deux peintures de M. Pellan puisque le gouvernement ne les désire apparemment plus.

Ça démontre le niveau d’érudition de nos élus conservateurs dans toute sa splendeur.

Une belle bande de béotiens…

Harper gouverne en monarque au nom de la Reine Elizabeth II.

Il se fout complètement de nous qui pour la plupart ne voulons rien savoir de la reine comme chef D’Etat du Canada et du Québec.

Il ne ménage même pas notre sensibilité.

Tirons-en les leçons. Retirons-nous de la fédération canadienne pour pouvoir, entre autres, choisir qui l’on voudra pour être chef de notre Etat québécois et pour pouvoir aussi orienter la politique extérieure dans le sens de nos préférences qui ne sont pas militaristes comme le sont celles des Conservateurs.

Arrêtons-nous de nous plaindre et prenons enfin une décision aussitôt que possible.

C’est une question de VOLONTÉ, En avons-nous suffisamment?

Ce que je ne comprends pas, c’est l’intérêt qu’il y a de retrancher lorsqu’il est tellement plus facile d’ajouter. On aurait pu très bien ajouter la portrait de la Reine pour plaire à la duchesse et au duc de Cambridge, sans devoir retrancher les tableaux de Pellan qui donnaient une belle touche lumineuse et gracieuse à ce hall d’entrée un peu froid. Telle que présenté ici d’ailleurs, notre souveraine n’est pas au mieux car les tonalités de la peinture tout comme la médiocrité de l’éclairage font que cette œuvre proche de l’hyperréalisme se perd et se confond dans la grandeur du mur.

Monsieur Baird n’est manifestement pas savant en matière d’art et démontre assez peu d’amour et de passion pour le pays qu’il représente. Le problème c’est que dans ce cas ses propos : « Le Mur de la souveraine est un hommage digne de notre chef d’État, la reine Elizabeth II », sonnent faux et pourraient presque être interprétés pareillement à un crime de lèse majesté ! Heureusement que nous ne sommes plus à l’époque de Henry VIII car on a vu des têtes retranchées pour bien moins que cela 🙂

En somme commettre une faute de goût est pire qu’une erreur d’appréciation en science politique. Enfin « bin » quoi, c’est mon point de vu voilà toute !

Les plus populaires