CAQ: le pari de la fleur de lys

Comment vaincre le gouvernement Couillard en 2018? En parlant d’économie, d’éducation et en rassemblant un vote nationaliste fort, croit un François Legault déterminé. Voici son plan.

Francois Legault. (Photo: Clement Allard / La Presse Canadienne)
Francois Legault. (Photo: Clement Allard / La Presse Canadienne)

François Legault estime avoir trouvé la façon de se faufiler entre ses adversaires pour se hisser à la tête du Québec en 2018. Comment? En séduisant l’imposant vote francophone, qui souhaite faire progresser le Québec à l’intérieur du Canada, mais qui ne trouve plus de parti politique répondant à ce désir. Selon un récent sondage CROP, 44% des Québécois se trouvent dans cette situation.

Entre un Parti libéral qui, sous la direction de Philippe Couillard, a cessé de revendiquer des changements dans la fédération et un Parti québécois qui a renoncé à diriger une province, Pierre Karl Péladeau ne visant que l’indépendance, une «nouvelle voie» est possible, affirme François Legault. Celle d’un nationalisme plus affirmé, qui cherche à obtenir de nouveaux pouvoirs d’Ottawa.

Le chef de la Coalition Avenir Québec et ses lieutenants ont élaboré leur plan de bataille le 21 août en après-midi, au Château Saint-Ambroise, un bâtiment industriel reconverti en bordure du canal de Lachine, à Montréal, qui sert de quartier général au parti. Ils ont planché sur la nouvelle position nationaliste pendant des heures, enfermés dans une salle de réunion aux murs de briques du quatrième étage.

En politique comme en matière de stratégie militaire, il faut consolider sa défense avant de passer à l’offensive. En cette fin d’été 2015, c’est ce qui motive Legault et son équipe. La formation politique se remet d’une amère défaite dans la circonscription de Chauveau, en banlieue nord de Québec, lors des élections partielles. Le 8 juin, la candidate libérale Véronyque Tremblay a ravi ce bastion jadis dominé par Gérard Deltell, qui a quitté la politique provinciale pour la scène fédérale. La candidate-vedette de la CAQ, Jocelyne Cazin, s’est inclinée par près de 1 900 voix.

LAT03_nationalisme_tableau1

François Legault a été affligé par ce qu’il a entendu lorsqu’il faisait du porte-à-porte. «L’élection partielle a été difficile, raconte-t-il en entrevue. Les électeurs me disaient que j’étais un souverainiste qui n’attendait que la première occasion pour faire une alliance avec PKP. Les libéraux jouaient beaucoup cette carte dans leur campagne. La crainte du référendum marchait encore pour eux! J’avais beau leur dire de demander à ma femme, qui est fédéraliste et qui m’accompagnait, rien n’y faisait.»

Comme aux élections générales d’avril 2014, lorsque l’arrivée fracassante d’un Pierre Karl Péladeau brandissant le poing pour «faire du Québec un pays» a transformé le scrutin en débat sur la pertinence d’un référendum, la question de la place du Québec dans le Canada couve toujours, telle une braise prête à se rallumer. Et le PLQ se fait un malin plaisir de souffler sur l’ambiguïté constitutionnelle de la CAQ. «On a fait le constat que si on veut être capable de parler de sujets importants, comme l’économie et l’éducation, il faut éclaircir notre position sur la question nationale. C’est bien beau de dire “le Québec d’abord”, mais il faut être plus précis», dit François Legault.

Depuis ses débuts, en 2011, la CAQ se dit nationaliste — elle a officiellement hérité de la posi­tion autonomiste de la défunte ADQ lors de la fusion —, mais elle a passé l’essentiel de son temps à courtiser les électeurs qui ne veulent pas entendre parler du partage des pouvoirs entre Québec et Ottawa, ces désabusés de la question nationale qui en ont assez de ce débat associé aux «vieux partis». «Il y a une fatigue chez de nombreux électeurs, et beaucoup venaient chez nous pour ça, convient Martin Koskinen, chef de cabinet de François Legault et son conseiller depuis 15 ans. Mais ce réservoir d’électeurs n’est pas assez grand pour l’emporter. La génération qui a connu les référendums veut un positionnement plus clair sur la question nationale. »

Pour François Legault, l’«autonomisme» de l’ex-ADQ et le nationalisme de la CAQ sont des synonymes, mais il fallait étoffer l’argumentaire. «L’ADQ n’avait pas défini son option clairement comme on vient de le faire», dit-il, soulignant les propositions mises en avant depuis l’automne pour augmenter la marge de manœuvre du Québec au sein du Canada. Le parti veut notamment négocier avec Ottawa l’application de la Charte de la langue française dans les entreprises de compétence fédérale au Québec (ports, aéroports, banques, télécommunications…); choisir les immigrants issus de la réunification familiale; gérer une déclaration de revenus unique; rapatrier la gestion des fonds fédéraux en matière de culture et d’infra­structures; obtenir le transfert de points d’impôt pour régler le déséquilibre fiscal; administrer les ports le long du Saint-Laurent; négocier une entente de libre-échange interprovinciale…

LAT03_nationalisme_tableau2

En tout, la CAQ a soumis 22 mesures à ses mem­bres, qui devront les adopter au congrès du parti l’automne prochain.

Les revendications qui exigent une négociation constitutionnelle avec les autres provinces ou encore l’unanimité dans la fédération, telles que la reconnaissance du Québec comme nation, l’obtention exclusive du processus d’évaluation environnementale ou la réforme du Sénat, seraient abordées plus tard.

«C’est une démarche progressive», soutient François Legault, qui veut éviter une répétition de l’accord du lac Meech, lequel a échoué en 1990. «On a essayé de tout régler en une seule série de négociations. C’était une erreur. Dans le passé, le Québec a fait des gains lors d’ententes bilatérales. C’est arrivé pour la formation de la main-d’œuvre, pour les commissions scolaires linguistiques et pour la sélection des immigrants. Ceux qui disent que c’est impossible font fi de ces exemples.»

Convaincre Ottawa de transférer de nouveaux pouvoirs à Québec ne serait toutefois pas aisé, particulièrement avec un Parti libéral fédéral majoritaire qui affectionne un gouvernement interventionniste. Le chef du Parti québécois, Pierre Karl Péladeau, se dit d’ailleurs «sceptique» par rapport à l’approche de la CAQ. «Les impasses vont se multiplier, dit-il en entrevue. Il faut deux personnes pour danser. Ce n’est pas parce que vous demandez quelque chose que vous allez l’obtenir!» Selon lui, «les voies de passage se sont réduites de manière importante, pour ne pas dire qu’elles ont complètement disparu» depuis les échecs constitutionnels de Meech et de Charlottetown, au début des années 1990.

«J’ai besoin d’un mandat fort», rétorque Legault, qui ne se laisse pas démonter. «Je dois rassembler les nationalistes de tous les partis. Si les Québécois le veulent, même Justin Trudeau devra écouter.» Et si ça échoue? «Pour être sérieux, il faut être de bonne foi. Il n’y a pas d’intention cachée. Je ne veux pas faire un référendum», dit-il.

La priorité irait aux gains en matière d’identité: renforcer la langue française et obtenir un pouvoir accru sur l’immigration. «Avec ce qui s’est passé dans les dernières années au Québec, l’immigration est devenue un enjeu presque aussi important que la langue», soutient le chef de la CAQ.

L’intégration des immigrants est perçue comme une préoccupation nationaliste actuelle par près de 60% des Québécois, selon un nouveau sondage CROP-L’actualité. La défense de la langue française ne récolte que 29%. Le combat linguistique est plutôt associé à un nationalisme des années 1970, selon 53% des répondants.

François Legault veut utiliser sa position nationaliste pour se différencier des libéraux, mais surtout du PQ. C’est le deuxième volet du plan de la CAQ, plus offensif, plus électoral. Legault craint un «monopole libéral», qui s’installerait au pouvoir de manière quasi permanente, sauf pour de courtes éclipses, comme lors du gouvernement péquiste minoritaire de Pauline Marois, qui a vécu 18 mois. «En 2018, le PLQ aura été au pouvoir pendant presque 15 années consécutives ! C’est malsain sur le plan démocratique.»

La force du Parti libéral chez les anglophones et les allophones — combinée à la fidélité d’environ 25% de l’électorat francophone — lui garantit plus de 40 circonscriptions à chaque scrutin. Aucun autre parti ne bénéficie d’une base d’appuis aussi solide. De ce fait, la marche vers la majorité à l’Assemblée nationale (63 députés sur 125) n’est jamais très haute pour le PLQ. Il n’a qu’à faire campagne dans une poignée de circonscriptions cruciales pour y grimper. En revanche, la majorité du vote francophone est éparpillé à la grandeur du Québec entre le PQ, la CAQ et Québec solidaire.

Le PLQ, dit François Legault, n’a qu’à agiter l’épouvantail référendaire pour tout rafler, comme en 2014. «La bataille a été gagnée par les fédéralistes», lâche froidement l’ancien ministre péquiste, qui cite les dernières élections fédérales en guise de preuve supplémentaire. « Les Québécois ont voté à 81% pour des partis fédéralistes. On le voit dans les sondages, la souveraineté est dans un creux: 66% des Québécois se disent ouvertement fédéralistes. Le PQ, avec son option, ne peut pas déloger les libéraux.»

Depuis des semaines, la CAQ fait de l’œil aux électeurs du PQ qui veulent contrer les libéraux en 2018. Et même à certains députés et stratèges. Stéphane Gobeil, ancien conseiller de Pauline Marois et de Gilles Duceppe, s’est joint à l’état-major de la CAQ au début janvier, ce qui a créé une onde de choc dans le milieu politique. Il avait dirigé la course au leadership de Bernard Drainville en 2015, puis la récente campagne du Bloc québécois. «L’urgence est à l’union des francophones derrière la bannière nationaliste, la seule capable de rassembler une majorité», a-t-il écrit sur son blogue.

Le nationalisme ne sera pas le seul cheval de bataille de François Legault. Il parlera beaucoup d’éducation et d’économie, ses deux priorités. «La campagne de 2018 va se jouer là-dessus», dit-il. Mais sa position nationaliste ne sera jamais très loin. Depuis janvier, elle a servi à exiger des redevances à l’Alberta en échange du passage du pipeline Énergie Est au Québec et des mesures pour protéger les sièges sociaux de la province, dans la foulée de la transaction de Rona.

LAT03_nationalisme_exergue

Le PQ, qui incarne une vision nationaliste aux yeux des électeurs depuis 40 ans, craint-il la détermi­nation de François Legault sur ce front? En entrevue, Pierre Karl Péladeau affirme comprendre le chemin qu’emprunte son adversaire. «Si j’avais été à la CAQ, j’aurais probablement adopté la même stratégie!» Mais ce ne sera pas suffisant, croit-il, précisant que la CAQ ne pourra s’extirper de la pola­risation PQ-PLQ sur la question nationale d’ici les prochaines élections, même en proposant une troisième voie plus nationaliste. Il estime que son arrivée à la tête du PQ, avec un programme souve­rainiste «sans ambiguïté», force les Québécois à prendre position, ce qui nuira à la CAQ. «Ça pourrait, le cas échéant, mener à sa marginalisation.»

Le directeur de la Chaire de recherche sur la démocratie et les institutions parlementaires de l’Université Laval, Éric Montigny, note toutefois une tendance de fond que les acteurs politiques ne devraient pas négliger. Sans se prononcer sur les positions de la CAQ, il affirme que les deux grands blocs — le Oui et le Non — ne sont plus aussi figés qu’auparavant. «Sur la question nationale, le ciment de l’opinion publique est en érosion au Québec, particulièrement chez les jeunes», dit-il. C’est ce qui a permis la naissance, en 10 ans, de Québec solidaire et de la CAQ, mais aussi la montée du NPD sur la scène fédérale. La polarisation évoquée par Pierre Karl Péladeau — et souhaitée également dans le camp libéral, qui fera campagne sur la crainte d’un référendum — n’est pas inéluctable en 2018, dit-il.

Éric Montigny baigne dans l’étude du nationalisme depuis des années. Il a fait sa thèse de doctorat sur le Parti québécois, puis a été conseiller de Mario Dumont à l’ADQ en 2007-2008. Même s’il scrute ce phénomène depuis des décennies, il a été surpris par les résultats d’un sondage commandé à CROP par sa chaire de recherche en octobre dernier, dans le cadre d’un colloque sur les 20 ans du référendum de 1995. Pour une rare fois, un sondeur a testé une troisième voie, en plus des traditionnels appuis à la souveraineté et au fédéralisme : un Québec plus indépendant dans un Canada fort, pour paraphraser la célèbre formule d’Yvon Deschamps. Ce fut l’option la plus populaire !

LAT03_nationalisme_encadre

Près de 44 % des répondants préfèrent «que le Québec demeure un membre de la fédération, mais avec une nouvelle entente avec le Canada». L’indépendance du Québec récoltait 27%, et le statu quo fédéraliste, 29%. Chez les 18-34 ans, l’idée d’une nouvelle entente avec le Canada était appuyée par 52% des répondants! Chez les francophones, cette troisième voie recevait 47% d’appui. Un tel résultat, transposé en votes pour un parti, serait suffisant pour remporter les élections.

À la question «Pensez-vous qu’une réforme cons­titutionnelle sera possible un jour?», 40% des 1 000 répondants ont dit oui, 25% pensent que non et 35% ne savent pas. Encore une fois, les jeunes et les francophones sont les plus optimistes. «Il semble y avoir un appétit pour autre chose que les camps du Oui et du Non», conclut Éric Montigny.

Encore faut-il que la CAQ soit un instrument politique crédible pour incarner cet appétit. L’année 2015 a été difficile pour les troupes de François Legault, avec des défaites cuisantes lors des élections partielles et les départs de Sylvie Roy, Gérard Deltell et Dominique Anglade.

À peine 8% des Québécois voient la CAQ comme le parti le plus nationaliste, selon le sondage CROP-L’actualité. Le PQ domine le classement des partis perçus comme nationalistes, avec 44%.

Lueur d’espoir pour le chef caquiste: un électeur sur trois se dit plus susceptible d’appuyer la CAQ depuis l’adoption d’une position nationaliste plus affirmée — ils ne sont que 11% à être moins susceptibles d’appuyer Legault pour cette raison, alors que 57% affirment que cela n’a pas d’influence.

«On va montrer qu’on est sérieux», répond François Legault, qui se dit «conscient» du travail à abattre d’ici 2018. «Il est temps de passer à la vitesse supérieure.»

Les commentaires sont fermés.

J’ai toujours l’impression de me retrouver en 1979: la souveraineté-association, l’indépendance pure et dure, la position de Claude Ryan chef du PLQ, ou celle de Pierre-Elliott Trudeau.
Qui changera le cadre du débat ? Certainement pas nos partis actuels, qu’ils soient à Québec ou à Ottawa. Plus ça change, plus c’est pareil.

« Convaincre Ottawa de transférer de nouveaux pouvoirs à Québec ne serait toutefois pas aisé… » Est-ce que nous pouvons être bon dans nos champs de compétences avant de souhaiter en revendiquer d’autres? Infrastructures routières, santé, éducation, il me semble que notre cours est pleine et ce n’est pas particulièrement reluisant…

Si monsieur Legault souhaite vraiment devenir le prochain Premier ministre du Québec et obtenir un « mandat fort », il devra probablement adopter une autre stratégie électorale plus globale qui lui permette de réunir le gens plutôt que de flatter les égos de seulement une partie de la population.

L’orientation actuelle pourrait certainement marcher ici et là ; tandis probablement pas à l’échelle la province toute entière. Le Québec est une province hétérogène.

Il devrait probablement adopter un programme ambitieux pour le « long terme », cela veut dire qu’advenant que la CAQ prenne le pouvoir, ce devrait être au moins pour 10 ou 12 ans. Pas moins. Avec ou sans monsieur Legault d’ailleurs comme Premier ministre sur une telle période de temps. Ce parti doit cesser d’être à l’image d’un seul homme, aussi pugnace et respectable soit-il.

Cela signifie qu’il faut se centrer sur le programme, le programme, le programme, toujours le programme et rien que le programme…. Faire la promotion du programme dès à présent jusqu’aux prochaines élections. Dans ce cas, voter pour la CAQ ne serait pas un choix pour ou contre quelques choses…. Cela deviendrait un automatisme.

Une action concrète pour l’avenir. L’avenir, une vision du futur qui ne se circonscrit pas à la seule position d’une province dans le Canada ou sur la base de l’endoctrinement des nouveaux arrivants lorsque plutôt ce qui se joue, c’est la position du Canada dans le monde avec le Québec en tête de proue.

Cela signifie encore que le parti politique devrait soutenir son recrutement, des membres progressistes, qui communiquent bien, qui soient à même de vendre puis d’encadrer le changement, qui incarnent le changement et le changement pour longtemps.

Cela signifie finalement que ce parti ne doit pas être un simple parti politique, ce devrait devenir un vaste mouvement. C’est par le mouvement qu’on incarne le changement. C’est par une communication solide, raisonnée et stable qu’on parviendra à confondre les indécis.

Finalement qu’est-ce qui définit une nation et la vigueur de la nation ? — Est-ce que c’est la langue, la culture, l’intelligence, le nombre de ses habitants, le devoir de l’État envers sa population ou alors le partage des compétences fédérales-provinciales avec ou bien sans compensations ?

Il me semble qu’on aurait dû penser à ceci aussi : Gérance totale par le Québec de son territoire. Tout projet qui implique l’utilisation du territoire québécois doit être obligatoirement accepté par le Québec. Ex: pipelines trans-nationnaux, trains, édifices fédéraux, bases militaires, etc. Un gouvernement de fédération devrait être là seulement pour voir à la bonne marche de la dite fédération et non pas pour imposer ses lois centralisatrices et totalitaires.

Idem pour les autres provinces à travers lesquelles passent les lignes d’Hydro-Québec?

Vous oubliez les avions! Il y a plein d’avions qui survolent le territoire québécois sans même y atterrir! Mais le peuple québécois assume tous les risques de ces éventuels écrasements. Maître chez-nous!

Est-ce qu’on y ajoute également les météores, comètes et autres corps célestes, tant qu’à pousser le ridicule ?

L’abolition de la fonction de lieutenant gouverneur, ce n’est pas très cohérent avec la position nationaliste. Si le Québec demeure une province canadienne, on n’a pas le choix d’en avoir un. Le LG est le représentant du Gouverneur Général, qui représente la Reine, qui est toujours notre chef d’État, que ça plaise ou non. Il faut un chef d’État – ou son représentant – dans une législature comme la nôtre. Pour ne plus avoir de LG, il faudrait soit que le Canada cesse d’être une monarchie constitutionnelle (bonne chance avec le Canada anglais!) ou que… le Québec devienne indép

Bon nous voilà reparti. juste à lire la liste d’épicerie de la CAQ, je suis découragée. Est-ce que c’est vraiment cela qui préoccupe le citoyen québecois? Je ne pense pas, j’ai toujours l’impression que François Legault demande la lune. juste la reconnaissance constitutionnelle du Québec comme nation, combien de reconnaissances avons-nous besoin? Juste que le Québec soit toujours dans le Canada, me semble que c’est déjà rassurant, pourquoi toujours revenir à être reconnu de quelque chose? Me semble que nous sommes déjà un pays enviable, on pourrait renforcer nos acquis, ce serait un bon début, bien non, on est toujours en mode »demande ».

Qu’est-ce que ça veut dire ça, « renforcer nos acquis » ? S’il y a une phrase vide de sens, c’est bien celle là. Prenez juste la loi 101 sur le statut du français au Québec, s’il y a une loi qui a été attaquée, grugée, émiettée par nos amis du fédéral, c’est bien celle là ! Nous sommes enfargés malgré nous dans les enchevêtrements d’une constitution que nous n’avons pas signée. Avec l’ouverture multiculturaliste fédérale, c’est du bout des lèvres que le Canada français est reconnu (et le mot est fort) comme peuple fondateur de ce « plus meilleur pays au monde ». Alors, renforcer ses acquis pour moi, ça ne veut rien dire dans ce contexte.

Legault aura beau promettre d’obtenir des ententes d’Ottawa pour plus de pouvoir au Québec, ça ne marchera pas. On a déjà essayé et ce fut échecs par-dessus échecs. Il se pourrait que Trudeau se montre ouvert aux demandes de la CAQ durant la campagne électorale pour nuire à l’indépendance du PQ mais jamais il ne tiendrait parole.

On dira ce qu’on voudra mais la CAQ est drôlement plus efficace comme parti de l’opposition que le PQ et ce, avec moins de la moitié des moyens que possède le PQ.

Ça en dit long sur la « compétence » de PKP…

En lisant les propositions nationalistes de François Legault ; je me suis dit pourquoi ne pas faire une refonte complète du fédéraliste!! L’ Acte de l’ Amérique du Nord Britannique nous appartient maintenant depuis le rapatriment de la constitution en 1982! Mais faudrait que mini pet lache son selfie et qu’ il se mettre en mode fédération n’ est -ce pas ?

Monsieur Legault rêve en couleur. Voir opinion qui suit:

LE SUICIDE DE LA CAQ

La CAQ a de nouveau changé d’orientation. De séparatiste à demi séparatiste à fédéraliste, elle se propose maintenant de vendre la NATION au Québécois.

Elle veut que le Québec s’approprie tous les pouvoirs fédéraux (1 par 1) tout en demeurant dans la Canada et tout en continuant à s’abreuver à la mamelle fédérale.

En d’autres mots, il veut que le Québec se sépare sans se séparer.

Monsieur Legault a une mémoire très courte. Il ne peut se rappeler que lors de l’élection de 2007, l’ADQ de Mario Dumont devenait l’opposition officielle avec un record de 41 sièges. Pour l’élection de 2008, Mario Dumont a tenté de nous vendre L’AUTONOMIE et les électeurs québécois l’on fouté dehors en ne lui accordant que 7 sièges. Son successeur à la tête du parti tenta de nous vendre la même salade et débutait ses discours par « nous, fiers autonomistes ». Ce discours mena le parti vers l’extinction à tel point, qu’il dû se résigner à être absorbé par la CAQ, un tout nouveau parti.

Il est très prétentieux de la part de Monsieur Legault de prétendre que tous les Québécois veulent ce qu’il offre en prétendant parler pour tout un peuple même s’il se dit inclusif.

Il devrait d’abord se demander Qui fait partie de la NATION Québécoise?

Il faut être présomptueux, arrogant et prétentieux pour assumer que tous les Québécois (s’interprétant comme résidents du Québec) sont membres de la nation québécoise. Il serait surprenant que tous les anglophones, les allophones et les francophones ne reconnaissent pas le Canada comme étant leur nation.

Jean Charest a inventée la nation québécoise et l’a fait reconnaître par le gouvernement conservateur à Ottawa. Le seul et unique but de ces deux gouvernements était de s’attirer le vote des francophones du Québec qu’ils ne pouvaient acquérir.

Qui se dit nationaliste québécois affirme, sans s’en rendre compte, qu’il se dit séparatiste.

« L’État-nation (écrit Revel) s’appuie sur l’unique principe admis et à peu près respecté aujourd’hui : la souveraineté ». Et il poursuit « beaucoup plus efficace comme force de désintégration des sociétés libérales me semble être le nationalisme ». Il rajoute qu’en provoquant et en entretenant le sentiment nationaliste, l’État substitue, dans des proportions variables, de faux problèmes aux vrais ». La souveraineté, soit dit, l’indépendance, est la super grandeur des petits. Elle procède des mêmes mobiles et de la même culture étatico-nationaliste.

En attisant la flamme nationaliste, le Québec s’isole de plus en plus du reste du Canada. De plus, cette isolation encourage la vanité chauvine la plus puérile, la xénophobie, et la susceptibilité.

Cet État-nation tendra toujours à supprimer, sur le territoire qu’il contrôle, une diversité où il ne voit qu’une mosaïque de particularismes rebelles à son autorité unificatrice et contraire à la cohésion nationale.

Il est certain que le Québec a besoin d’un autre parti politique fédéraliste fort pour contrebalancer le régime libéral. Ces deux partis devraient unifier leurs efforts afin d’éradiquer le parti québécois qui, par la promotion de la séparation, mine notre économie et effraie les nouveaux investisseurs.

Il est donc impératif de supprimer ce mot « nation » de nos partis politiques qui se disent fédéralistes. Le gouvernement Couillard aurait intérêt à en prendre note.

De plus, Monsieur Legault, qui se dit de la droite, devrait faire très attention car il y a un parti conservateur qui sommeil dans l’antichambre et pourrait un jour le tasser sur la carte électorale.