Carambolage de métaphores au sujet de Jean Charest

« Jean Charest doit maintenant remonter la pente à contre-courant, le vent dans le visage. »

Déclaration de Christian Bourque, de Léger mise-en-marché, expliquant hier à TVA que seulement 17 % des Québécois croient en la version de Jean Charest, contre 63 % pour Marc Bellemare. (Sur un libellé de question favorable au premier ministre, soit dit en passant, ce qui est pire.)

Donc, il y a la pente. Il y a un courant, donc de l’eau qui descend. Des rapides, quoi ! M. Charest remonte. On pense tout de suite saumon.

Autrement dit, pour s’en sortir, Jean Charest ne doit pas marcher sur les eaux, mais sauter sur les eaux…

Les commentaires sont fermés.

M. Charest devrait demander à ses amis « saumons » de l’Atlantique et du Pacifique de venir frayer au centre-ville de Montréal, à la « place du Canada place » pour tenter de nous effrayés comme en octobre 1995.

J’ai hâte qu’un grizzly trouve la rivière à saumon…

Entendu dans l’autobus:

C’est comme dans les écritures: « Marc contre Johnny » tel que « C’est David contre Goliath »

On se rappelle que Goliath était tombé après avoir pris un caillou sur le front, maintenant Johnny Boy a reçu une grosse roche dans le front.
Il ne s’en relèvera pas.

il doit faire comme les plongeurs mais dans l’autre sens.IL doit partir du fond de la piscine et remonter sur le plongeon comme dans un film déroulé a l’envers.J’ai hate de voir ça.

Plutôt que l’image du saumon qui remonte le courant, j’évoquerais celle du navire qui coule et si on avait en tête l’image du Titanic, je ferais l’analogie de son capitaine (Charest) qui a voulu défier les lois de la prudence et de la sécurité pour plaire à ses patrons, la compagnie maritime White star line, sans se soucier de la survie des passagers. Remarquons aussi que les propriétaires du Titanic avaient choisi de ne pas doter le navire d’un nombre suffisant d’embarcations de sauvetage afin de maximiser leurs profits. Dans cette vision peut-être dira-t-on que Bellemare est l’iceberg du drame.

Je pense que le navire libéral avec son capitaine Charest fait eau de toutes parts et qu’il est en perdition.

Devant le verdict de la population québécoise qui ne le reconnaissent plus comme leader et qui croit en majorité à sa culpabilité, Charest n’a pas à nager à contre courant ou à nager sur les eaux ,il doit seulement démissionner s’il lui reste le moindrement d’honneur.
Ca semble assez clair,la population ne veut plus de lui et de ses magouilles.

Autrement dit Jean Charest doit démissionner et ça commence à presser….

Et des élections doivent être déclenchées au plus sacrant!

Non seulement Jean Charest a le vent dans le visage mais il nage a contre-courant dans les rapides et de toute évidence il va se noyer dans l’année qui vient et Jean Charest sera le joyeux naufragé pour ne pas dire le naufrageur du PLQ ….

VISIONNAIRE ? Il y a plus de cinquante ans un humoriste français du nom de Pierre Dac avait prédit avec une grande acuité le destin (tragique?) de Jean Charest : « Celui qui a son avenir devant lui, n’a qu’a se retourner pour l’avoir dans le dos ». Impitoyable!

Il restera bien en place et dans deux ans, tout sera rentré dans l’ordre. Attendez-vous à un coup de pouce de la part d’Ottawa pour venir en aide au parti Libéral. Lorsque la situation politique sera rétablie, Charest démissionnera et Normandeau lui succédera. Succession qui sera sur le thème de la «transparence». Pour la métaphore, imaginez Charest sur les montagnes russes: on pense tous qu’il va y laisser sa peau, mais ce n’est toujours rien d’autre qu’un manège sans danger.

Jean Charest nage toujours à contre-courant, et ce, depui qu’il est au pouvoir.

Mais il s’en sort en poratnt la faute sur la population. Laquelle population est réfractaire aux changements (PPP, Centrale du Suroît, Mont Orford, Chum, Écoles privées juives…)

Encore auhjourd’hui, la faute est mise sur les accusations mensongères qui minent la classe politique.

Bref Charest est innocent de tout, tout le temps.

Et si on chiale contre le budget, on nous répond qu’il est grand temps qu’on s’apeçoive que les services sociaux ne sont pas gratuits.

Pour lui, la population souffre d’un déficit de raison, voir d’intelligence.

Or, la seule chose que la population a eu tort de faire, c’est de voter pour lui.

Il est grand temps que la population s’aperçoive que Charest n’est pas un bon premier ministre.

Bitted more that he could shoued ! Comme dit la chanson. Il devrait écouter d’autres chansons que celles d’un parti à partition unique…

Traduction libérale : Il en aura avalé plus qu’il n’eût été capable d’en mâcher.

Il devrait écouter l’histoire : capable d’interpréter le présent et le passé en dehors d’intérêts ponctuels…

Mobilisation générale

Il faut que l’ensemble des groupes de la societé se concertent en un FRONT COMMUN pour obliger Charest à quitter le pouvoir avant la fin de son mandat.

Avec un programme soutenu de colloques, assemblées populaires, défilés, manifestations publiques dénonçant toutes les magouilles.

Il y a urgence nationale.

C’est le printemps, le printemps d’un temps nouveau …

Dernières dépêches…

On dira ce qu’on voudra, c’est un règne qui risque fort de se terminer en queue de poisson!

Un poisson rouge ne devrait pas frayer avec des requins.

Il aura beau essayer de noyer le poisson, les québécois ne voudront plus mordre à l’hameçon.

Le président déchu du Kirghizistan, Kourmanbek Bakiev, a obtenu ce jeudi un sauf-conduit pour se réfugier au Kazakhstan voisin. …

Ici, y aurait-il une offre semblable pouvant venir d’Ottawa pour un mal-aimé?

Déjà 7 ans de recul sur tous les plans: déséquilibre budgétaire, augmentation record de la dette, gouffre dans le système de santé qui était poutant la prioté no.1 de John James Charest. Augmentation des tarifs d’électricité de l’ordre de 20%, doubler les tarifs des permis de conduire, doubler et tripler les tarifs d’immatriculation des motos, tarif annuel pour les soins de santé, augmentation de la TVQ, augmentation de l’essence, augmentation des frais de scolarité. Fiasco à la caisse de dépot, fiasco au Mont-Orford, fiasco pour le deal du Nouveau-Brunswick-power, fiasco en éducation, fiasco avec les accommodements raisonnables. Pendant tout ce temps,affaiblissement marqué de la loi 101 et son application. J’avais oublié un petit détail, à l’effet que les routes coûtent environ 30% plus cher à construire au Québec. Au fait, ce 30% se retrouve peut-être dans les poches de ceux qui manipulent avec facilité celui qui pense avoir les deux mains sur le volant. Pendant tout ce temps, quelqu’un nous faisait croire qu’on s’en sortait mieux que toutes les autres provinces et certains individus se promenaient sur des gros bateaux et se disaient: »lâches pas mon Ti-Jean le peuple est endormi sous l’effet de tes belles paroles ». Des paroles qui n’ont aucune consistance et qui ne représentent aucunement les aspirations des Québécois. Espérons que cette fois-ci les gens se souviendront…

Pour reprendre l’analogie si chère à notre tendre et adoré John James: Quand on a les 2 mains sur le volant mais qu’on fait preuve de conduite dangeureuse… et qu’on se fait prendre… on se fait retirer son permis de conduire…

Alors maintenant il faut trouver un moyen de lui retirer ce permis de conduire, sa simple démission personnelle ne serait pas suffisante car c’est toute l’organisation de son parti et de ses ministres qui est impliquée: Boulet, McMillan, Normandeau, Bachand, Whissell, Tomassi et compagnie…

Alors, si des députés libéraux honnêtes( ca existe?) sont aussi choqués par la situation, ils devraient quitter le caucus libéral et se joindre soit à l’un des partis d’opposition, soit en tant qu’indépendants, soit fonder avec l’aide de gens respectés et connus un nouveau parti de droite pour reprendre la place laissé vacante par la débâcle de l’ADQ. De cette facon, le gouvernement pourrait se retrouver en position minoritaire et de nouvelles élections pourraient être déclenchées. Les députés anciens-libéraux ayant eu le courage de leur franchise et honnêteté pourraient ainsi p-être espérer être ré-élus et on se débarrasserait de Charest et sa troupe de ministres plus préoccupés à récolter 100 000 pour garder leur job de ministre que le bien de la population et de la société.

Jusqu’à la semaine dernière, je parlais de Jean «Le Noblet» Charest, mais maintenant il me semble plus approprié de l’appeler Jean «Taschereau» Charest. C’est vrai que Maurice Le Noblet Duplessis était un conservateur comme l’a déjà été John James (soi-disant progressiste), mais maintenant Jean Les Frisous est libéral, comme l’était Alexandre Taschereau. On peut se rendre compte que les idoles de Charest n’ont pas l’honnêteté comme qualité principale!!!

En regardant la commission bastarache je m’appercois que lorsqu’on attaque des gros collecteur de fond, et par le fait meme le fonctionnement des parties politiques pour nommer des gens a des postes en haute instance il y a des gens qui s’allie pour ne pas que la verite soit faite. Cependant les gens ne sont pas naifs au point de croire que ces gens qui aurait fait des pressions indus, vont dire ces verites justement parce que leur emploi ou leur statue sociale pourrait changer aux yeux de la population, c’est connue il y a la une loi du silence de la part des haut place y compris du premier ministre, ce meme qui a engager le commissaire de la commission.