Cérémonie pour la mission libyenne: le jupon dépasse

En juillet dernier, la mission de combat du Canada dans le sud de l’Afghanistan prenait fin. Une mission au cours de laquelle des centaines de militaires ont perdu la vie, sont revenus handicapés pour la vie ou ont subi des traumatismes psychologiques importantes. Malgré cela, ils n’ont eu droit à aucune cérémonie pour souligner leur courage, leur sacrifice, leur professionnalisme.

Cet été, 2000 autres militaires ont participé à la mission de l’OTAN qui consistait à contrôler l’espace aérien et maritime de la Libye. Cette mission s’est terminée sans aucun mort ou handicapé du côté canadien, mais contrairement à la mission afghane, elle s’est conclue par une victoire, aux dires du gouvernement. Ces militaires auront donc droit à tous les honneurs.

Une cérémonie de presque deux heures aura lieu jeudi prochain au Parlement, avec vol d’avions de chasse, garde d’honneur, 21 coups de canon, processions, discours au Sénat et j’en passe. Un spectacle inusité, une enflure jamais vue depuis la Seconde Guerre mondiale, rapporte ma collègue du Devoir, Marie Vastel.

Le communiqué du premier ministre Stephen Harper assure que tout ce flafla excessif vise à «rendre hommage aux plus de 2 000 hommes et femmes courageux qui portent l’uniforme» et souligner « le dévouement, la bravoure et le professionnalisme» dont ils ont fait preuve. En réalité, son véritable objectif est de bomber le torse, de célébrer une «victoire» et de poursuivre une opération de redéfinition de l’identité canadienne autour de symboles nostalgiques et militaires.

Le ministre de la Défense, Peter MacKay, soutient qu’il n’a rien fait du genre pour les militaires ayant servi en Afghanistan pour la simple raison que la mission se poursuit. Il semble avoir déjà oublié que son gouvernement a souvent dit qu’il ne s’agissait pas de la même mission. Et c’est vrai, la mission afghane actuelle en est une de formation.

Celle qui a bel et bien pris fin en juillet dernier était une mission de combat. Dangereuse, coûteuse mais qui a eu le malheur de ne pas se terminer par un cri de victoire dont le gouvernement pourrait se vanter. Difficile de trouver d’autres raisons à ce traitement inégal et gênant.

Laisser un commentaire

Propagande, démagogie et populisme (bis).

Ha oui, j’oubliais, une touche d’idéologie mal placée…

Mais c’est la recette magique des conservateurs, ça leur a toujours bien servis, de l’opposition jusqu’à un gouvernement fort, stable …et surtout… majoritaire.

Ça fait plaisir à leurs brebis obnubilées!

Longue vie au gouvernement Royal Harper du Dominion de Sa Majesté la Reine du Chef du Canada!

Après avoir dépensé plus de 100 million$ de dollars et contribué à la mise à mort d’au moins 50 000 personnes, la plupart des civils ( femmes et enfants), le va-t-en guerre Harper et le PC se paient une fête royale.
Et dire qu’il y a des Québécois pour endosser ce gouvernement fédéraliste.

Le rôle des militaires est de servir la nation et non pas de vaincre pour vaincre. La victoire n’intéresse que les politiciens, pas les soldats. On ne célèbre usuellement pas des victoires mais la paix retrouvée. Officiellement si le Canada a joué une part active dans l’intervention de l’Otan en Libye, on ne peut que célébrer le devoir accompli et remercier nos soldats pour leur dévouement au service en principe de la population libyenne. Puisqu’il n’y a pas de paix retrouvée, puisqu’il n’y a jamais eu de déclaration de guerre du Canada contre la Libye, ni de la Libye contre le Canada. Puisqu’il s’agit essentiellement d’une opération de détachement sous commandement il est vrai du général Bouchard qui ne commandait pas pour le Canada mais sous mandat de l’Otan elle même conformément aux résolutions de l’ONU.

Je serais bien curieux de savoir si les autres pays qui ont participé à cette mission ont choisi d’organiser de semblables déploiements (de joie) au retour de la dite mission ou si le Canada est seul dans sa bulle dans son « trip » de renouer avec une gloire militaire passée qui ne peut jamais exister que dans le sacrifice suprême et dans la souffrance. Nous avons donc bien dans ce cas une opération de relation publique et de récupération politique et non pas l’expression louable de la gratitude de la population canadienne envers ses soldats.

Autrement dit : « À vaincre sans péril ou triomphe sans gloire » – Pierre Corneille.

Je trouve dégueulasse cette mission où l’OTAN a bombardé un pays de 2 millions d’habitants sous prétexte d’un dictateur honni.

Le Général Sarkozy profite maintenant des fruits de l,après-Kadhafi à forte odeur de pétrole…

Harper s’est laissé à son tour manipulé par cet énergumène de Sarkozy. Celui-ci a manipulé le monde entier (ou presque) sur cette question…

Bienvenue dans le nouveau Harperland aux couleurs de l’armée de sa royale majesté.Harper veut donner du Canada une image de guerriers surtout pour combattre dans des pays Arabes ou du moins à saveur musulmane.
Nous devrons subir cette transformation de l’histoire réécrite du Canada durant tout le règne de Harper et ça risque d’être très long et assommant.D’ici là les Québécois auront peut être l’idée de se détacher du navire amiral et de voguer sur d’autres eaux.

Plus de 100 $ millions de dépenses, l’usure prématurée de nos merveilleux F-18, des centaines de morts (pas nécessairement tous des troupes loyalistes), des villes et des infra structures essentielles détruites en Libye, tout ça pour dégommer un des nombreux dictateurs jusqu’à tout récemment amis de l’Occident.

Des avions et du personnel basés bien en sécurité loin du théâtre des opérations, des attaques supposément de protection des civils,du haut des airs où nos pilotes étaient inatteignables,c’est ça que l’on considère comme des héros et qui justifie les cérémonies démagogiques de cette semaine? J’imagine que les pilotes de l’Énola Gray qui ont laissé tomber a 30 000 pieds d’altitude la bombe atomique sur Hiroshima étaient aussi des héros?

Pendant ce temps là, plus de 150 militaires (peu de pilotes d’avion ou d’hélicoptère dans ce nombre) n’ont pas droit d’officialiser leur statu de vrais héros parce qu’ils n’ont pas vaincu l’ennemi.

Où sommes nous en ce qui regarde les milliers de morts en Syrie? La population civile n’a t elle pas le droit d’être protégée également? Une vie Libyenne vaut elle plus qu’une vie Syrienne?

Misère! C’est ça la géopolitique.

Les plus populaires