Cet inconnu qui nous gouverne

Que faut-il savoir de Stephen Harper, le premier ministre canadien qui, fort probablement, sera réélu ce printemps?

Il faut savoir ce qu’en racontent Paul Wells et John Geddes, dans le Maclean’s courant et en ligne ici:

1. La politique de l’érosion

Rien à voir avec la méthode Mulroney
Rien à voir avec la méthode Mulroney

Il a été Premier ministre pendant cinq ans, plus longtemps que Lester Pearson. […] Par la force de sa ténacité. Pendant qu’il survit, il rabote la façon dont le pays et gouverné. Il évite les grands virages qui pourraient le rendre vulnérable. C’est pourquoi il tient à survivre. Il a besoin de temps. Sa méthode n’est pas la révolution, pas même l’évolution. C’est l’érosion.

Il reste fixement concentré, non sur la façon dont le Canada fonctionne, ses lois et ses dépenses, ou du moins pas principalement. Il est concentré sur ce que les Canadiens pensent.

« Sommes-nous un pays de centre droit? », demande un de ses plus proches conseillers. « Non ». L’objectif de Harper est de changer cela.

Comment ?

Au niveau idéologique, en mettant constamment de l’avant des thèmes qui forment le cœur du conservatisme moderne, la loi et l’ordre (l’armée, la GRC, la défense du grand Nord), les droits des victimes, les choix individuels des familles, la réduction de l’immigration, la réduction de la présence fédérale dans les affaires provinciales, la réduction du fardeau fiscal, donc de la capacité gouvernementale d’agir.

Au niveau pratique, en introduisant des changements quasi-irréversibles: réduction de la TPS, envoi de chèques aux mères, nomination de juges de droite — parfois théo-conservateurs — , élimination de subventions aux ONGs, réorientation d’organismes comme Droits et Démocratie, soutien à l’émergence de médias comme Sun TV (le futur Fox News du nord, de Quebecor), en ondes à temps pour l’élection.

Le poids relatif des sujets et des portefeuilles a aussi son importance. Naguère, les porteurs des dossiers de la santé, de l’environnement, des relations fédérales-provinciales avaient coffre et relief. Aujourd’hui, ils sont des joueurs mineurs. En Affaires internationales, fini le discours « humanitaire ». Fini la nation médiatrice. Le Canada choisit son camp — les USA, Israël — et ne bronche pas. Avec un gros investissement en Inde et en Ukraine, pays d’origine d’un très grand nombre d’électeurs à Toronto et dans l’Ouest.

2. Pourquoi sa base de droite le soutient

Stephen Harper ne va pas aussi loin que son aile de droite voudrait qu’il aille. Normal, il n’est pas majoritaire. Pourtant il réussit, bien mieux que son prédécesseur conservateur Brian Mulroney, à garder sa base, et son caucus des députés, unis derrière lui. Paul Wells donne cette explication et cite une source conservatrice:

« Stephen Harper a une vision beaucoup plus élastique de ce qu’il peut changer que ce que le pensaient ses prédécesseurs conservateurs. Le Parti le comprend implicitement. C’est pourquoi l’aile droite du parti continue de le soutenir, malgré des décisions ponctuelles qui leur déplaisent. Ils comprennent que Harper est plus proche de Thatcher que de Mulroney. »

3. Glaive et talon d’Achille: la coalition

Paul Wells explique avec de nouveaux détails combien la coalition formée en décembre 2008 par Stéphane Dion, Jack Layton et Gilles Duceppe a été un moment-clé dans la maturation politique de Stephen Harper. (Son premier réflexe a été de leur laisser le pouvoir, pensant qu’il sauverait le Canada de cette catastrophe, six mois plus tard. Un conseiller lui fit remarquer qu’il risquait ainsi de perdre son poste de chef conservateur. Harper changea d’avis.)

Mais le souvenir de ce quasi-décès politique pousse Harper à présenter l’élection à venir comme un combat entre, d’une part, un gouvernement conservateur majoritaire et, d’autre part, une nouvelle coalition libéro-néo-démocrate-séparatiste. Un thème mobilisateur, sans doute, dans la campagne, même si les Libéraux jurent qu’il n’en est pas question.

Cependant, suggère Paul Wells, que se passera-t-il si l’élection produit un nouveau gouvernement conservateur minoritaire ? Harper n’aura-t-il pas fait le lit de la coalition qui pourra le renverser dans l’heure ?

Une maudite bonne question, Paul. Une maudite bonne question.

Laisser un commentaire

Harper est effectivement en train de saboter le Canada pour le rendre conforme à ce les rednecks de L’Ouest pensent.

Il plus temps que jamais de l’arrêter. Mais le PLC n’a pas l’énergie pour le défaire et le NPD va encore tenter de le soudoyer pour en tirer de légers avantages électoraux. Quand au PQ, fidèle à sa mission originale, il appuiera ceux qui rencontreront les idées favorables au Québec.

Mais Ici au Québec, nous avons un autre espoir, de plus en plus mince faut-il dire, c’est celui de quitter ce pays qui nous ressemble d moins en moins.

«Si tu vois le lâche, attends-toi à voir son double, et qui est son double ? La trahison !
» [Massa Makan Diabaté]

L’enjeu des prochaines élections ne se jouera pas au Québec mais en Ontario, Harper tenant pour acquis que le Québec n’est pas récupérable.

En Ontario, toutefois, ça risque d’être différent. La dernière partielle de la circonscription de Vaughan est le signe qu’une brèche importante a été enfoncée dans une forteresse traditionnellement libérale. Et l’élection de Rob Ford comme maire de Toronto est aussi une mauvaise nouvelle pour les Libéraux, tenant compte de son allégeance conservatrice et des politiques conservatrices qu’il compte mettre en place.

Harper sera peut-être tenté d’accorder à la dernière minute une subvention pour le nouvel amphithéâtre à Québec: ce serait son seul dernier atout à jouer dans cette région où une dizaine de députés jouent leur tête. Et il est fort possible que cette carte soit payante, tellement on a la mémoire courte et qu’on n’est pas conscients des grands changements que Harper compte apporter à la Chambre des Communes… N’oubliez pas non plus que le Sénat est devenu majoritaire – ou le sera très prochainement. Et dire que l’ancien coach Jacques Demers fera partie de cette majorité!

Mon royaume pour un cheval, disait Richard II dans Shakespeare… 😉

Le simple fait que Harper donne des boutons à la coterie journalistique socialo-progressiste qui gangrène le débat public québécois depuis des années est une bonne raison de l’appuyer.

Le Canada n’est pas une démocratie, c’est une plourocratie.

Stephen Harper est la marionette des oligarques de Bay-Street, Wall-Street et compagnies inscrites en bourse.

Stephen Harper est le « pedler » des banquiers, des pétro-narco-militaro-industrielles et gazières de l’Ouest et des U.S.A.

Harper, Charest, Desmarais, le groupe Carlyle, Sarcosy, Berlusconi, Poutine, etc., c’est la mafia planétaire qui contrôle tout, y compris les pays. Leurs réseaux « d’information » leur appartiennent, donc ce sont eux qui « font la nouvelle », font et défont les gouvernements.

On s’en va en élections?…La belle affaire! Une vraie farce!

Ce n’est pas une élection mais une révolution qui est nécessaire. Le crime « organisé » mène ce pays, tout ce que vous voyez n’est qu’une comédie, de la politique, une parodie.

Le fédéral, instrument des multinationales, doit disparaître. Les entités qui forment l’ensemble canadien doivent prendre la stature d’États, comme le Québec, pour que nous arrivions au vingt-et-unième sciècle, au lieu de régresser avec les fossiles serviles au pouvoir.

Je suis convaincu que chaque province est en mesure d’assumer les pleins pouvoirs de façon autonome et responsable. Capable de faire le grand ménage qui s’impose, chacun balyant l’intérieur de son parlement…

Nous mettrons en commun ce que nous voudrons bien, dans le respect mutuel, d’égal à égal, comme des gens raisonnables, ce que nous sommes en fait.

Le fédéral est une entité artificielle, déconnectée des citoyens/nes, branchée sur les lobbies, extrêmement coûteuse, inefficace, dépensière, envahissante, source d’injustices, conflictuelle et non-représentative de nos valeurs.

Vive le Québec et le Canada libres!

Ce Harper est très intelligent et, donc,très dangereux. D’autant plus qu’il a une hantise maladive du contrôle de l’information. Imaginons-le majoritaire (ce qui nest pas impossible étant donné la faiblesse de Ignatief): ce serait l’enfer.

Qu’il suffise de donner quelques projets relatifs au Québec:registre des armes à feu;poids du Québec aux Communes;bilinguisme à la Cour suprême;Commission des valeurs mobilières; questionnaire du recensement. Mesures où il fait fi de la volonté de l’Assemblée Nationale…

Pendant que les députés conservateurs québécois se taisent honteusement en bons « Francophones de service ».

Les Francophones hors Québec continuent de crier pour obtemir de l’aide…dans l’indifférence!

L’image détériorée du Canada sur la scène internationale.

Quant à sa reconnaisance de la nation québécoise: de la foutaise! Pas question du « retour du Québec dans le giron constitutionnel dans l’honneur et l’enthousiasme »(discours de Sept Iles de MUlroney en 1984. Qu’il suffise de rappeler que ce Harpere fut un anti-Meech!

Stephen Harper est sans aucun doute un conservateur de droite qui doit marcher sur la corde raide pour survivre et se maintenir au pouvoir . Il n’est pas nécessaire d’être grand clerc pour réaliser que le jour ou il sera majoritaire , il va transformer ce pays pour en faire un grand Texas ou si l’on veut un mycroscoce des États-Unies de G.W.Bush …..

Vous oubliez un élément d’une très grande importance dans sa capacité de survivre politiquement,soit celui d’un soutien indéfectible du Parti Libéral du Canada qui, tout en dénonçant ses politiques de droite a voté immanquablement avec Harper et ses troupes,même le NPD s’est compromis à l’occasion.Harper n’a plus qu’un seul grand désir maintenant soit de diriger d’une main de fer un gouvernement majoritaire ou avant Palin, il pourra appliquer des politiques du style Tea Party tout en renforçant encore davantage son soutien total aux politiques israéliennes.

« Sun TV (le futur Fox News du nord, de Quebecor »

Vous trouvez pas ça étonnant, voire insultant, que le Canada aille une chaine de droite, 24 sur 24, 7 sur 7, fondée par un Québécois, alors que le Québec n’a toujours pas de chaine souverainiste?

On a des chaines de sports, de météo, des chaines pour enfants, des chaines espagnoles, arabes, italiennes, mais aucune chaine souverainiste!

Le castor peut abattre des arbres énormes. Un coup de dent à la fois. On dit de lui qu’il est un travailleur acharné. Mais qu’il est doté d’une vision faible. Habile nageur, il est facile de le repérer lorsqu’il plonge en direction de sa hutte, puisqu’il frappe alors l’eau de sa large queue plate. Industrieux, il modifie lentement et sûrement le paysage afin de l’adapter à ses nécessités. Il cause ce faisant d’importants dégâts à l’environnement et devient nuisible à l’homme lorsqu’il s’aventure sur son territoire. Afin de le piéger, le trappeur doit redoubler de ruse. Et c’est en disposant des pièges à l’intérieur de sa hutte qu’il est le plus commode de le prendre.

Le castor aura connu ses heures de gloire alors que la bourgeoisie européenne prisait sa fourrure pour la confection des chapeaux hauts de forme…

C’est ce que le Canada doit devenir: un pays gouverné par une coalition d’une multitude de partis politiques. Il devrait bientôt se former un nouveau parti: le Parti « national » des ghettos multiculturalistes du Canada, le PNGMC. La politique canadienne deviendra alors inextricable et comment passionnante…

Donnez-moi une coalition entre la fée des étoiles, Peter Pan, Bilbo le Hobbi le hobitt et toute la ribambelle de l’imaginaire collectif, je l’appuierai si elle est en mesure de renverser Harper, que je juge dansgereusement endoctriné.

Pas de temps à perdre avec l’irrationnalisante et obscurantiste droite.

J’abonde dans le même sens que M. Daniel Charette et j’aime beaucoup la comparaison de Dupe entre le castor (emblème officiel du Canada) et M. Harper.

Très pertinent!!!

@ Rod :

« On a des chaines de sports, de météo, des chaines pour enfants, des chaines espagnoles, arabes, italiennes, mais aucune chaine souverainiste! »

Mais cessez d’écouter le « canal 10 » écoutez Radio-Canada et Télé-Québec pardi!

Ce sont des nids de séparatistes!!!

Rectificatif, ce ne sont pas les propos de M. Daniel Charette que je fais miens, mais plutôt ceux de M. Pierre Desrochers #5.

S’cusez le!

Avec la venue de Harper, le Canada s’éloigne de plus en plus du Québec. On ne se reconnaît pas dans ce pays que nous avons contribué à construire mais qui nous a été volé. Le Canada m’apparaît sclérosé avec sa Constitution-camisole-de-force, qui réunit deux peuples ( le ROC et le Québec) aux aspirations différentes sinon divergentes; et le Québec enserré et étouffé dans les griffes de ce Canada qui nous aime tant …

Le Canada n’est pas UN vrai pays, il y a en réalité DEUX pays au nord du 45e parallèle. Deux langues, deux mentalités, deux pays.

Vive le Québec francophone et souverain!

Il faut prendre pour acquis que le bi-partisme, c’est FINI au Canada. L’ère des deux partis gouvernement-opposition est révolue parce qu’anti-démocratique. Ce n’est pas démocratique, car un parti peut être au pouvoir alors que la majorité des gens est contre eux.

Apprenons à vivre avec la concertation et la coalition plutôt qu’avec le parti unique qui ne représente que 36% de la population. Alors, la solution est la coalition et la concertation entre les divers partis pour gouverner dans les intétêts de l’ensemble des citoyens et non pas dans l’intérêt d’un seul parti.

Je crois que la seule solution pour les Québécois actuellement, en attendant la souveraineté du Québec, est d’avoir à Ottawa un gouvernement de coalition où le Bloc aura son mot à dire et où on ne pourra pas cross(…) le Québec comme les gouvernements majoritaires libéraux et conservateurs l’ont fait dans le passé.

Avec le Bloc, nous aurons le choix de voter pour un parti qui n’est pas inféodé au ROC. Avec le Bloc, “Heureusement on a un parti propre au Québec”, dans tous les sens.

La pertinence du Bloc s’accroît avec le temps, quand on voit l’inanité, la fourberie et l’insignifiance des autres partis.

@Rod – partez-en un poste souverainiste, rien ne vous ne empêche. Vous pourriez y parler de la souveraine 24-7-52-361. En fait, je suis étonnée que les séparatistes n’y aient pas pensé. Ils n’ont qu’à mettre leur argent là-dedans, faire de la propagande mur-à-mur.

Quoique les séparatistes ont toujours eu la liberté de s’exprimer, même sur la chaine d’état. Cela revient sans doute moins cher de le faire avec les moyens de la RC.

Harper est un premier ministre d’extrême droite, issue de la sexte des Évangélismes. Les membres d’une sexte religieuse ont toujours la certitude de posséder la vérité. Cette possession transpire à travers toutes interventions publiques. D’où la popularité devant la peur que provoque la mondialisation, dictature en devenir.
Prenez comme exemple les citoyens, citoyennes de la région de la Beauce qui ont une forte économie régionale. Cette région a voté pour les conservateurs. Naturellement, leur peur est fondée sur la situation économique éclectique qui prévaut dans la société actuelle.
Electrolux, Olymel, Journal de Montréal et combien d’autres oui, ils ont peur et ils votent pour un gouvernement de droite sans savoir que les gouvernements de droite nous conduisent vers la mondialisation et comme je le disais plus haut dictature en devenir. Ce phénomène n’est pas seulement canadien ou québécois mais aussi européen et nord américain.
À cela il faut ajouter le fait qu’Ignasief ne passe pas l’écran devant la certitude qu’Harper possède de par sa sexte évangéliste.

Que Dieu nous garde d’élire ce Gouvernement majoritaire! Mais la faiblesse de l’Opposition est tellement évidente, que cela, hélas, n’est pas impossible. Nous aurions alors vraiment une copie conforme du tea party au pouvoir et ça monsieur, ça ne serait pas drole. Et le pire, c’est que nous Québecquois, n’avons pas été assez intelligents pour foutre le camp de ce foutu pays à temps, alors que nous avons eu l’occasion de la faire à deux reprises plutôt qu’une.

Je partage l’avis d’Inukshuk (#2). Harper a mis cinq ans à faire comprendre à ses partisans de l’Ouest qu’il fallait mieux mettre un peu d’eau dans son vin et garder le pouvoir.

Parallèlement, l’Ontario a mis le même temps pour faire comprendre à Harper que le Canada, c’est l’Ontario. Quand cette dernière sera suffisamment convaincue de sa collaboration avec Toronto, elle donnera à Harper la majorité qu’il réclame… et c’est pour bientôt, je crois.

Salutations cordiales

Bien que je ne sois pas généralement d’accord avec ses politiques, je considère monsieur Harper comme un homme très intelligent et qui dirige notre pays en toute sécurité. Qu’a besoin un peuple pour faire une belle vie ? LA SÉCURITÉ et LA PAIX. Je dois admettre qu’avec monsieur Harper, il me semble que nous pouvons avoir ce sentiment. Pour ma part, il est évident qu’il ne se démarque pas avec une grande vision de projet comme l’étaient des homme comme les Robert Bourassa, René Lévesque et Pierre-Elliot Trudeau mais à défaut d’avoir un homme de vision les comparant, je préfère être dirigé par un homme comme monsieur Harper qui dit ce qu’il fait et fait ce qu’il dit. En tout cas, j’en suis peut-être ignorant mais je ne connais pas actuellement d’hommes politiques qui nous offrent une vision intéressante.

Je trouve ça boîteux de comparer Mulroney et Harper.

Avant l’arrivée des Réformistes, les Conservateurs se voulaient, même en étant à droite, ouverts au dialogue, et avaient parfois de bonnes idées. Ils étaient issus d’une tradition politique, et même si des Orangistes se glissaient dans leurs rangs, on ne les soupçonnait pas d’avoir un agenda caché. (je parle ici du Parti Progressiste Conservateur).

Je n’ai aucune confiance enver le Parti Conservateur actuel, qui méprise les Canadiens qui n’ont pas voté pour eux, et auxquels les compromis sont arrachés uniquement parce qu’ils sont minoritaires.

La pire chose qui pourrait arriver au Canada est un gouvernement conservateur majoritaire.

Que les souverainistes croient que cela faciliterait la tâche vers leur but ultime est risqué. Même un référendum gagnant ne voudrait rien dire. J’imagine difficilement un Marois/Duceppe négocier la sécession du Québec avec Harper.

Le Canada complet doit être révisé. N’en déplaise à ceux qui ne veulent pas réouvrir la constitution.

Les révolutions sont souvent la source de beaucoup de souffrances, M. Charrette (no 4). Aussi, les révolutions ne sont pas toujours acceptées des autres pays.

Il faut ajouter à cela, que souvent, les mauvaises habitudes reviennent. La corruption s’installe à nouveau.

« Les révolutions n’ont généralement pour résultat immédiat qu’un déplacement de servitude », écrivait Gustave Le Bon.

je suis pas un fan de Stephen Haeper. Ses déficits m’horripile.

mais quand je vois à quel point les médias le déteste, je me dis que le type n’est probablement pas si mauvais que ça.

Je préfèrerais qu’aux prochaines élections fédérales l’Alliance redevienne un parti en soi comme les conservateurs progressistes. Quitte à ce qu’ils forment une coalition ensemble mais au moins on distinguera la vraie nature de l’un et de l’autre. M.Harper n’est pas conservateur, il est allianciste; il adoucit son image de droite malsaine avec celle acceptable des conservateurs progressistes.
Le pire reste que M.Duceppe est tout de même prêt à l’appuyer en échange de ses demandes.

@Denis Drouin
Le Canada ne ressemble pas au Québec justement parce que le Québec ne fait rien pour faire bouger les choses dans le bon sens. Un peu comme une femme qui critique son mari: si tu ne changes pas, je divorce. Ça n’aide pas dans les conversations. Cependant, vous avez raison sur le point que la possibilité que le Qc devienne souverain s’aminçit mais si cela devait tout de même arriver: que feriez-vous tout seul avec des voisins totalement différent de vous-même ?
Vaut mieux changer réellement les choses de l’intérieur.

Harper se prépare à faire du Canada ce que Reagan, Bush père, les Républicains aux Congrès et la Présidence W.Bush/Cheney ont fait, appauvrir la masse pour enrichir toujours davantage les riches.

Aux USA, les Institutions permettent les revirements par leurs natures même mais au Canada, nos Institutions donnent « tous » les pouvoirs au Premier Ministre d’une Majorité parlementaire alors, un Harper pourrait facilement s’arranger pour garder le pouvoir très longtemps, ce qui n’augure pas très bien, pour dire le minimum.

Harper est menaçant, lui assis sur un trésor en énergie fossile lui procurant tous les appuis pour le rendre indélogeable tel qu’il est déjà présentement, des appuis électoraux et corporatifs canadiens et surtout américains.

Le fascisme est à nos portes ! (ou déjà entré ?)

Vive les gouvernements minoritaires c est pour nous tous une forme de protection et en fait les gouvernements minoritaires sont beaucoup plus près de la vraie démocratie car ne nous faisons pas d’illusions un gouvernement majoritaire fait ce qu’ il veut et pas nécessairement ce que la majorité de la population veut une fois que ceux ci prennent le pouvoir

@Thomas B. Demeules:

Vivement, le gouvernement du peuple…

J’appelle de touts mes voeux la révolution des mentalités. Je l’espère de nos viscères jusqu’au coeur des urnes, tabernacles de la démocratie agissante, révolutionnaire.

Que nos souffrances sublimées deviennent ciment universel sur la terre des humains aux coeurs, aux os et aux rêves broyés, nos âmes ainsi fondues, comme les rivères épousent le fleuve, torrent d’eau vive, ascendant, s’éloignant de l’amer du faire, pour enfin goûter le miel de l’être, en harmonie.

La révolution en ce pays ce serait l’anéantissement de la ploutocratie régnante,

la révolution en ce pays se traduirait
par l’avénement de la démocratie renaissante,

vivement, le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple.

Aux urnes citoyens, citoyennes!

Aucune illusion. M. Harper est un homme brillant! Naviguer comme il le fait depuis 5 ans en est la preuve. A-t-il raison, a-t-il tort? À chacun sa réponse, mais une chose est certaine, je ne peux pas être d’accord avec une idéologie qui met de côté la solidarité nationale et internationale, je ne peux pas être d’accord avec une idéologie qui néglige l’humain au point de nous faire régresser aux heures de gloire du capitalisme sauvage de la fin du XIXe et du début du XXe siècle.

Je ne peux pas être d’accord avec une idéologie qui s’inspire de Thatcher et des Bush qui ont mené à la ruine leur pays et une bonne partie du monde sous prétexte que le « marché va s’autoréguler ». Depuis quand l’avidité s’autorégule-t-elle???

Au-delà du nationalisme « Canadian » ou québécois, la majorité, malheureusement silencieuse, partage des valeurs de solidarité nationale et internationale visant la coopération et non la division.

Oh! Je vois d’ici les gros yeux. L’idéaliste qui sévit! Ben tiens, n’est-ce pas un certain idéal humain qui a fait du Canada et du Québec des références internationales positives? Je suis propriétaire d’entreprise et de gauche en plus, car je crois que la solidarité humaine dépasse la notion de profits à tout prix, ce qui ne semble pas le cas du parti allianciste ou de ces idéologues de droite qui nient l’humanité de l’humain, tant dans ses défauts que dans ses qualités!

Vivement un gouvernement qui promeut un équilibre entre la voracité de certains (de gauche comme de droite) et la misère des autres.

Sur le même sujet:

« THE NEW SOLITUDES »
Canada was once defined by the schism between English and French. Today, our divide is increasingly ideological. Can it be bridged?

Par Edna Paris dans l’Éditionde Mars 2011 de l’excellente revue Walrus.

Gouverner, c’est proposer des directions, choisir des projets ou des modèles de société et décider de leur application. Les conservateurs ont-ils des objectifs si différents de ceux des libéraux? Les libéraux agiraient-ils différemment? Que deviendrait le Canada sous un gouvernement à la Jack Layton du NPD? Il est très facile de démoniser un Stephen Harper qui a au moins le mérite de prendre des décisions qu’elles nous plaisent ou non. Il est tout à fait justifiable, de la même façon, d’affirmer, comme tous les récents sondages le démontrent, que notre Ignatieff national ne ferait pas mieux ou pire.
Au Québec, on a majoritairement choisi le Bloc pour défendre nos valeurs et notre bien collectif. Pourtant, on sait très bien que cette formation politique régionale ne formera jamais un gouvernement national capable de réaliser, en partie du moins, nos aspirations. On a préféré l’Opposition permanente au pouvoir. Ailleurs au pays, les électeurs ont d’autres priorités, d’autres aspirations et, dans une démocratie, il faut les respecter pour ce qu’ils sont, ce qu’ils représentent et ce qu’ils pensent. En attendant notre pays à nous (viendra-t-il un jour?), il faut vivre avec ce que le Canada nous offre. Que voulez-vous qu’on fasse! Harper n’est pas pire que Jean Chrétien, Paul Martin, Pierre Trudeau ou un Brian Mulroney: ils ont tous été premier ministre du Canada avec leurs qualités et leurs défauts, leur visions, leurs ilusions et leurs lubies.

J’approuve l’excellent commentaire de Richard Lapointe.

J’aime de moins en moins tous les empiètements graduels et insidieux que M. Harper et son gouvernement posent ici et là.

Les gestes sont nombreux on n’a qu’on se rappelle la suspension de l’obligation de répondre au questionnaire long de statistiques Canada qui va permettre de remettre en doute et banaliser et d’éviter d’avoir des données comparatives lorsque nous voudrons évaluer les impacts et fort probablement la détérioration des mesures et des politiques prises par le gouvernement conservateur.

La situation de Mme Oda semble assez bien décrire le super contrôle exercé par le bureau du Premier Ministre. La procédure suivante est sûrement connu au niveau journalistique mais j’ai été informé par des sources sûres qu’il n’est pas rare que des décisions ou autorisations soient transmises par courriel et que ce dernier s’auto-détruise après son ouverture pour effacer toute trace et, ainsi, transférer les responsabilités à d’autres niveaux et, par conséquent, amoindrir l’image du comportement dictatorial du premier ministre.

Nous nous devons d’être vigilants. La démocratie veut aussi dire savoir répartir et offrir une infrastructure de base qui permet à chacun de s’épanouir et de faire valoir ses talents. Cela ne se fait pas en éliminant le centre pour polariser les extrêmes. Il faut continuer de privilégier nos services publiques et nos infrastructures. Je n’ai pas de problèmes à en améliorer la gestion, à recourir à une certaine imputabilité mais je ne crois pas que le privé qui est à la course de profit excessif soit une alternative au public. Il est faut qu’il soit capable d’offrir une meilleure qualité de produits sans sur-exploiter sa main d’oeuvre et se fouter des impacts environnementaux et autres.

D’ailleurs le manque de leardership mondial pour la taxation des entreprises est d’une absurdité épouvantable. C’est une clé essentielle de répartition.

La masse monétaire est un tout que ce soit au niveau national ou mondial. A chaque fois que l’on cumule les millardaires ce ne peut être qu’au dépens du reste de la population ou des sociétés que ce soit par la surexploitation de la main d’oeuvre ou/et de l’endettement des pays.

CD

Je regrette mais je n’ai pas besoin de lire cet article sans être offensant… ce que je dis, ce politicien est très dangereux. Donnez-lui la majorité, ce sera catastrophique et déjà minoritaire, il tente de manipuler les autres parties politiques. Imaginez, ce qu’il peut faire!

Heureusement que le Bloc Québécois ralentit ces ébats… politiques.

Les plus populaires