C’était où la célébration des 15 ans de la victoire du Non ?

Le prix de l’alertinternaute de la semaine va à Jean-François Côté, qui a posté en début de semaine ce bref mais fort pertinent commentaire:

Une victoire cela se célèbre, alors pourquoi les fédéralistes ne fêtent-ils pas leur victoire référendaire en ce 15e anniversaire ?

Peut-être qu’ils ont honte de leur victoire, comme un manque de fierté, lorsque l’on sait que l’on a triché…

Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

Cela est d’autant plus bizarre que les souverainistes, eux, on célébré leur défaite:

Grande soirée musico-politique à Terrebonne le 24 octobre;

Journée de colloque sur le passé et l’avenir référendaire à Montréal le 30 octobre;

Même ceux qui étaient trop jeunes en 1995 pour voter Oui veulent se réunir en chansons le 5 novembre (ce soir!).

Tout ça est bizarre… ou significatif.

Laisser un commentaire

Ce n’est pas sans rappeler les images du rassemblement du Oui en 1980 après l’annonce de la défaite. Ça pleure, c’est triste, mais tellement vivant. On ovationne, on chante!

Au rassemblement du NON on ne sent nulle jubilation – le party est pas pogné. On a l’impression de voir une convention de fossoyeurs…

La victoire du « NON » continue d’être célébrée à tous les premier juillet de chaque année par TOUS les Québécois!

Est-ce que votre série référendaire est terminée?
J’aurais aimé savoir pourquoi Parizeau et Bouchard ont lancé la service le soir même? Pourquoi ne pas avoir attendu 24 heures pour décanter les résultats?

@ Pace

Ceux qui ont voté non ont été capables de passer à autre chose parce qu’ils l’ont ou pensent l’avoir, leur pays. Nous, tant que nous n’aurons pas le nôtre, nous ressentirons un grand manque, un vide, comme quelqu’un qui habite hors de chez-lui et qui a hâte de rentrer à la maison et de s’organiser comme il l’entend.

Vous êtes chanceux de vous sentir bien dans le Canada, nous, nous l’avons perdu, notre pays. On nous a volé son nom, son symbole (la feuille d’érable) et même son hymne national(que l’on a transformé en bouillabaisse bilingue indigeste).

Quand je me rappelle mon père qui nous chantait de sa si belle voix « La feuille d’érable », une vieille chanson canadienne française, je me souviens combien j’étais fière de ce symbole qui avait été choisi pour notre pays de froid et de forêts.

Non, Pace, nous ne passerons pas à autre chose tant que nous ne l’aurons pas nous aussi notre pays. À bon entendeur, salut !

Les gens gagnants qui ont de la classe sont toujours humbles dans la victoire. Exemple: les anglophones et leur victoire de 1759-1760. Quand les voyez-vous célébrer cette victoire? Ils en auraient tous les droits. Mais il sont humbles, conscients que leur énorme contribution à la formation et au développement du Canada suffit à célébrer l’évènement de manière quotidienne.

Et ils sont empathiques: ils ne veulent pas provoquer inutilement ceux qui ont été battus, susciter chez eux une amertume mauvaise conseillère.

C’est ainsi qu’il faut se comporter quand on gagne.

Maintenant, le cas contraire, à ne pas imiter: les orangistes d’Irlande du Nord.

Ils ont gagné une bataille décisive au 17ème siècle. Ils ont réussi à garder l’Irlande du Nord dans le giron britannique. Ils ont gagné sur toute la ligne, en sorte. Mais ils ne sont pas humbles dans leur victoire. Conséquence: célébrations annuelles et vigoureuses, avec moulte marches multicolores, de la victoire orangiste. Résultat: ressentiment catholiques et provocations du côté catholique.

Il aurait été préférable que les orangistes célèbrent de manière plus humble.

Un autre exemple à imiter: les victoires d’Israel, que ce soit celle de 1948-1949 (guerre d’indépendance), celle de 1967 (guerre de 6 jours), celle de 1973 (guerre de Yom Kippur), celle de 1982 (1ère guerre du Liban), celle de 2006 (2ème guerre du Liban), celle de 2008 ( guerre de Gaza) : il y a là matière à plusieurs célébrations annuelles tonitruantes, à des marches « in your face « (à l’orangiste) interminables dans les quartiers arabes, par exemple. Non. Israël comprend que quand on est supérieur et gagant, on demeure humble dans la victoire et dans sa célébration.

Les gens du Non ont l’assurance et la classe des Britanniques de 1760, ou des Israéliens. Ils apprécient leur victoire, mais ne tiennent pas à provoquer le côté perdant, qu’on sait aisément porté au ressentiment. Car le ressentiment ne sert personne, le perdant en premier.

Félicitations aux gens du Non pour ne pas célébrer outre mesure. Vous démontrez ainsi que vous appartenez à une classe au-dessus de celle des gens du OUI qui, ma fois, me font plus penser aux orangistes irlandais dans leurs comportements “célébratoires”.

Une victoire ne se célèbre pas nécessairement. Les faits sur le terrain suffisent souvent à faire office de célébration!

M. Lisée concluait ainsi son texte:

“Tout ça est bizarre… ou significatif”.

Le commentaire précédent montre que:
c’est significatif!

Être fossoyeur est une chose, creuser sa propre tombe en est une autre.

Se dire non est une chose, empêcher ses semblables de se dire oui en est une autre.

Ils savent que quelque chose de terrible nous est arrivé en ce triste soir de 1995.

Je ne crois pas qu’ils en soient vraiment fiers.

Nous ne vous en voulons pas, nous serons plus vigilants la prochaine fois.

@honorable

Célébrer la victoire de 1759? lol
Les pauvres, ils étaient affamés. C’est l’arrivée d’un bateau anglais en 1760 qui les a nourris et fait la différence.

Bonjour, les fédéralistes auront des raisons de fêter, le jour où le Canada sera capable de se doter d’une constitution souple et moderne et dans lequel chaque province y trouverait son compte; c’est pas demain la veille. Les amendements constitutionnels que le Canada aurait besoin sont irréalisables et ils le savent, la constitution est coulée dans le béton et ça ne bougera jamais; la seule issue pour cesser les éternels affrontement, c’est la souveraineté du Québec et ce serait dans l’intérêt mutuel des deux nations. Pour des raisons de langue et de culture: Nos visions sont différentes, que se soit sur la guerre, l’écologie, notre vision social démocrate tout diffère. Deux pays vivant côte à côte en harmonie serait cent fois préférable à ce que nous avons présentement.
Clément Marcotte, Ste-Marguerite-du-lac-Masson.

@ clément Marcotte:

« Deux pays vivant côte à côte en harmonie serait cent fois préférable à ce que nous avons présentement. »

En quoi le fait de devoir vivre au moins 5 ans de bordel économique (dixit votre Pauline Marois) avantagerait-il les Québécois?

Et c’est sans tenir compte des $ 8 Milliards par année qui nous sont aujourd’hui gracieusement fournis par la générosité de nos frères canadiens via la péréquation canadienne et auxquels nous n’aurions PLUS droit…

Au fil des ans, j’ai identifié certaines caractéristiques des fédéralistes au Québec ou du Canada :

• Ils refusent de parler de l’histoire du Canada.
• Ils disent que les choses vont bien au Québec, mais refusent de parler de la condition des francophones hors-Québec.
• Ils évitent et refusent de répondre à des questions précises sur ces sujets.

Lequel est vrai ?

«Et c’est sans tenir compte des $ 8 Milliards par année qui nous sont aujourd’hui gracieusement fournis par la générosité de nos frères canadiens via la péréquation canadienne et auxquels nous n’aurions PLUS droit…» >> François 1
– – – – – – – – –
Est-ce un don ou est-ce un droit ???

François 1 préfère donc garder la péréquation, au lieu de s’assumer comme peuple responsable.

Fédéralisme rentable, probablement.

« La victoire du “NON” continue d’être célébrée à tous les premier juillet de chaque année par TOUS les Québécois! »

François premier est complètement mêlé comme les fédéraliss qui ne savent pas pourquoi ils le sont.

Ils sont très rares les Québécois qui le premier juillet fêtent le canéda.

En général ils sont chez eux bien tranquille ou fêtent le déménagement avec un six pack et une tarte.

Ceux qui fêtent le canéda le font seulement là où Ottawa à mis de la grosse argent pour le ti party.

@ François 1,
Deux pays vivant côte à côte en harmonie serait cent fois préférable a ce que nous vivons présentement, admettre celà, c’est déjà un début.
Je ne partage pas du tout cette théorie de 5 années de bordel et ce n’est pas dans ses termes là que Mme Marois a commenté. Et entre nous, si bordel il y a, peut-il être pire que ce que nous vivons présentement avec Jean Charest, j’en doute. Pour ce qui est de la péréquation, nous sommes avantager aujourd’hui mais sur l’ensemble de la péréquation le Québec a donner autant qu’il a reçu; on ne reste pas dans un pays pour une telle raison. Vous oubliez les milliards dû par Ottawa pour l’harmonisation de la TPS, que les autres provinces ont reçu.Vous voulez des exemples d’économies que l’on pourraient réaliser: Le sénat, les gouverneurs à Québec et à Ottawa. L’armée (pour ma part 0 budget) aucun avion de chasse, sous-marin, missiles, etc.) une simple garde national suffirait, un pays qui veut la paix agit en conséquence. Sans parler des éternels bataillent constitutionnel sur lequel nous sommes toujours perdant ex. la loi 101. Pour terminer, je vous conseillerais de relire le rapport (Laurendeau-Denton) et le rapport (Pepin-Robert) d’actualité plus que jamais; qui confirmait que le concept des 2 nations étaient irréconciliables. A Ottawa on n’a pas aimé lire celà, on l’a mis sur les tablettes.
Clément Marcotte, Ste-Marguerite-du-lac-Masson.

Avant de couper ses chaînes, est-ce que l’esclave se demande ce qu’il va manger?

D’abord, il sait que rien ni personne ne l’empêchera de se libérer. Son désir de liberté est plus grand, plus fort que toutes les peurs qui lui sont suggérées.

Sa décision prise, au moment de son choix, il coupe ses chaînes et tourne définitivement le dos à son passé funeste.

C’est ce que fera mon peuple quand il décidera que son heure est venue.

Ça me semble plutôt néfaste de célébrer une défaite. Pourquoi entretenir un complexe de persécution? (Je sais pourquoi)

@ clément Marcotte:

Je respecte votre opinion mais je crois que vous êtes d’une désolante naïveté.

Croyez-vous vraiment, qu’après avoir détruit le Canada, que les Canadiens désireront « vivre en harmonie côte-à-côte avec nous »? Et c’est sans compter sur les partitionistes Québécois qui refuseront un gouvernement séparatiste tout en désirant demeurer au Québec et sur les anglophobes qui, depuis des décennies, vocifèrent leurs âneries anti-canadiennes?

D’ailleurs, je me demande franchement ce que vous insinuez par « ce que nous vivons présentement… ».
En fait, qu’est-ce que le Canada vous empêche d’accomplir dans votre vie de tous les jours qu’un Québec séparé (et plus pauvre…) vous permettrait de faire?

Mme. Marois a bel et bien affirmé que nous vivrions un minimum de 5 ans de perturbations économiques advenant que nous entrions dans votre cage à homards. Connaissant les politiciens qui nous dorent généreusement la pilule (politically correctness oblige!), à quoi pouvons-nous nous attendre? 10 ans? 20 ans? Peut-être plus? God knows…d’autant que le bordel semble s’être solidement installé encore une fois au Parti québécois. Vous imaginez ça d’ici? Même pas capables de s’entendre entre eux en temps de paix, les séparatistes voudraient négocier un accord avec le Canada en temps de conflit…

Pour le reste, je vous ferais humblement remarquer que nous attendons depuis des lustres que le « budget de l’an 1 » soit remis à jour…

Le déclin économique du Québec a commencé avec l’ouverture de la voie maritime du St-Laurent qui
a coincidé avec le début de la révolution tranquille pour la plus grande joie des fédéralistes de tout crins qui peuvent accuser les
politiques sociales-démocrates du Québec de causer le retard économique de la province.Alors que la raisons est tout autre.Pensez que depuis le libre-échange le Québec a rattrapper beaucoup de son retard sur le ROC.C’est le Québec qui a le plus profité du libre-échange et l’Ontario le moins.

@Sirkowski : vous avez raison. On ne fait pas un spectacle de sa défaite. Mais on peut la commémorer par un jeûne. C’est ainsi que les Juifs célèbrent-ils leur cuisante défaite de 70. Tisha Beav (9ème jour d’Av) est une simple journée de jeûne faite sans ressentiment, sans haine ou démonisation de l’autre, ni désir ou promesse de vengeance.

@ François 1,
Je préfère être d’une grande naiveté plutôt que d’une grande malhonnêteté, car ce qui s’est passé en référendum de 1995, relève de gens sans scrupule, qui avec (option Canada) ont investi des millions pour le clan du non en bafouant la loi électorale des Québeçois. Nous ne voulons nullement détruire le Canada, au contraire nous vous le laissons votre Canada, vous nous avez volé notre pays ( le Québec). Le Canada vous dites refuserait de négocier avec un Québec souverain, cela je le respecte, il a le droit de garder sa dette et de refuser de négocier. Au parti Québeçois, on ne fou pas dehors du parti les gens qui ont des divergences d’opinion, comme ce fut le cas avec Mario Dumont et le notaire Allaire, qui pour avoir osé présenter le rapport Allaire aux fédéralistes, se sont fait tout simplement montré la sortie. Le Québec n’a rien a envié au Canada, nous avons des Universités et des Hôpitaux anglophones; pour ce qui est du Canada, il y a un hôpital anglophone, c’est celle de Monfort et elle serait déjà fermé si ce n’était de l’intervention des tribunaux. Où sont les résultats du conseil de la fédération? On les attends toujours et on n’a pas fini d’attendre. Clément Marcotte, Ste-Marguerite-du-lac-Masson.

Bonjour,
A vous tous, les nationalistes québécois, soyez donc pour une seule fois honnêtes et lucides ! Ce cher Québec que vous adorez, que vous portez au nues et que vous magnifiez tant s’est développé et a évolué tel qu’il est présentement à l’intérieur du Canada en ayant toute la latitude et la marge de manoeuvre requise dans le CADRE CANADIEN ! Que serait le Québec devenu sans le Canada ? Ah oui, je sais bien que vous allez me dire sans ambages que le Québec serait beaucoup mieux et serait le nec plus ultra sur la planète entière….Si ce n’est que vous gargarisez de la sorte, les preuves ne sont pas évidentes dans les domaines où, vous avez la juridiction pleine et entière d’avoir fait MIEUX QUE LE RESTE DU CANADA excepté le fait de simplement PARLER POUR NE RIEN DIRE……Au plaisir, John Bull.

Il n’y a rien a célébrer justement, on ne célèbre pas le fait que nous avons garder notre pays. Pourquoi vouloir agacer les créateurs de frontières en leur rappelant leur défaite? Pourquoi fatiguer nos ressources pour embêter des brandisseurs de drapeaux ?

@honorable 9:41

Le Vendredi-Saint, jour de l’assassinat de Jésus de Nazareth, n’est pas un party non plus, après 40 jours de jeûne.

@ John Bull.
Bonjour, à ceux qui tente de diminuer la créativité et le courage de grands Québéçois, qui comme M. Armand Bombardier ont cru en leurs idées, des gens comme M. René Lévesque qui a créer Hydro-Québec reconnu aujourd’hui partout dans le monde pour leur expertise en hydro électricité, des gens comme Surveyer, Nenniger & Chènevert (SNC Lavalin)qui eux aussi ont fait leur marque partout sur la planète, sans oublier tous nos grands artistes Québéçois qui ont fait une belle carrière internationale, dans le cadre Canadien où pas, il faut rendre à César ce qui appartient à César. Nous ne prétendons pas faire mieux que d’autres Canadiens, nous prenons simplement notre place et nous y avons droit; tout comme le Québec à le droit d’être présent à la table des nations. Au plaisir.
Clément Marcotte, Ste-Marguerite-du-lac-Masson.

@ clément Marcotte:

« … qui avec (option Canada) ont investi des millions pour le clan du non en bafouant la loi électorale des Québeçois. »

Vous insinuez donc, avec cette remarque, que les séparatistes nous ont servie asd nauseam pour tenter de justifier leur déculottée, que le vote des Québécois est à vendre? Les Québécois affriraient leur vote au plus offrant?

Eh ben…toute une surprise!!!

Et la question-fleuve et nébuleuse référendaire où près de 40% des voteurs pour les « oui » ont cru demeurer dans le Canada? Et les promesses de conserver le passeport canadien? la monnaie canadienne? les fonctionnaires canadiens? les institutions canadiennes? les frontières canadiennes? alléluya canadien?

Les séparatistes n’ont absolument rien à à envier aux canadiens en matière de fourberie. D’ailleurs, les pseudo-tromperie immorale du reste du Canada ayant été amplement et publiquement décriée sur toutes les tribunes québécoises par les vaincus du dernier référendum, comment diable expliquez-vous que le peuple québécois ne se soit pas révolté contre le Canada? Au contraire, comment diable expliquez-vous que l’option séparatiste (du moins ce qu’il en reste après le passage lugubre et pénible de votre Pauline Marois) végète dans les bas-fonds, ne récoltant qu’à peu près 30% des préférences de la nation québécoise?

J’attends votre réponse…si jamais elle arrive…

Pour ma part, je remercie Dieu à tous les jours que le Canada, pays modèle au niveau international, serve de garde-fou à nos politiciens provinciaux!!!

@ John Bull: Il me semble qu’il vous manque un peu de détail,notre poids politique au Canada est d’environ 24%,nous voulons avoir 100% qu’est-ce qu’il y a de mal la-dedans ?
D’ailleurs, avec la réforme parlementaire sur la table du gouvernement en augmentant la députation d’autres province ce poids va encore diminué.
Nous voulons avoir le plein contrôle de notre destiné, nous ne voulons plus que ce soit les députés des autres provinces qui décident pour nous, il me semble que ce n’est pas compliqué à comprendre.
Qu’avons-vous reçu du fédéral pour la crise forestière versus la crise de l’automobile en Ontario ? 200M$ vs 8 milliards
L’harmonisation des taxes on attends encore après notre 2 milliards de dollars du Fédéral alors que d’autres provinces ont reçu leur argent. Ça fait depuis le début des années 90 que tout ça est harmonisé.La première province à le faire je crois.
Sur le plan environnemental le Québec est bien en avance sur le reste du pays mais encore une fois on se bute au gaz bitumineux.Nous voulons une bourse du carbonne et le fédéral encore une fois nous mets des bâtons dans les roues.
Sur le dossier des valeurs mobilières, nous avons une bourse à Montréal qui fonctionne très bien et qui est reconnu, le fédéral veut en avoir qu’une alors que l’Assemblée nationale de façon unanime n’adhère pas à ce projet, nous sommes encore bafoué.

Voilà quelques exemples très récentes qui me pousse de plus en plus à vouloir notre pays.

L.Tremblay

@ François 1,
Bonjour, quand je dis qu’option Canada ont investi des millions pour le clan du non, en bafouant la loi électorale du Québec, je n’insinue rien j’apporte des faits bel et bien prouvé; c’est vous qui insinuez que les Québéçois sont à vendre, je n’ai jamais rien dit de la sorte. Quand vous parler d’une déculotée au dernier référendum (avec 50.5%) un peu de modestie serait apprécié, vous pavanez un peu fort, après que P.E.T. ait promis qu’un non voudrait dire un oui aux changements (constitutionel), 30 ans plus tard, on ne voit toujours pas l’ombre d’un changement et après que tout ces gens soient venus au Québec la veille du référendum nous dire on vous aime, on vous aime, mais avec quel argent sont-ils venus? comptabiliser où par le clan du non (via-rail, air Canada, etc.) quand le DGE a voulu enquêter sur ces dépenses, il s’est frappé à un mur par le clan fédéraliste, quel bel exemple de démocratie et de respect de nos loi. Quand vous dites que 40% des voteurs pour le oui ont cru demeurer dans le Canada, alors qu’a l’article 1 du parti Québéçois, c’est la souveraineté du Québec au premier plan. Il me semble que ça demande pas un cours de politique 101 pour comprendre qu’un état souverain, c’est un pays. Le peuple Québéçois est le peuple le plus pacifique que je connaisse, après que les patriotes de 1837 se soient fait brûler leur maison et leur ferme, ils se sont retrousser les manches et ont continuer leur quête de souveraineté. Vous mêlez tout: passeport Canadien, argent Canadien, fonctionnaires Canadiens,institutions Canadiennes, désolé je n’ai pas toute la journée pour vous démêler, je vous dirai simplement qu’une citoyenneté quand tu l’as a la naissance, tu l’as pour toujours à moins d’y renoncer, que l’argent circule librement, qu’il soit Canadien, U.S. où autres; l’argent à une valeur monaiyable internationnalement et cela aucun pays ni peu rien. Clément Marcotte, Ste-Marguerite.

«Les Québécois affriraient leur vote au plus offrant?» François 1 novembre 8, 2010 à 6:25

Il avait déjà donné la réponse, le 6 nov. à 4:00 :

«Et c’est sans tenir compte des $ 8 Milliards par année qui nous sont aujourd’hui gracieusement fournis par la générosité de nos frères canadiens via la péréquation canadienne et auxquels nous n’aurions PLUS droit…» >> François 1

Héhéhé…

« … près de 40% des voteurs pour les “oui” ont cru demeurer dans le Canada? »

Faux!

C’est un journaliste qui l’a inventé celle-là, pas le PQ.
=====

« Au contraire, comment diable expliquez-vous que l’option séparatiste (du moins ce qu’il en reste après le passage lugubre et pénible de votre Pauline Marois) végète dans les bas-fonds, ne récoltant qu’à ____peu près 30% des préférences___ de la nation québécoise? »

Il faut toujours et encore que les dretteux, les libertariens et les fédéralistes mentent ou déforment les faits pour protéger leur dogme. Il ont des tremblements de peur juste de penser de s’occuper de leurs futur pays et en être responsable. Pourtant ils nous font la leçon sur les responsabilités de l’individu, mais ne veulent pas en prendre eux.

30%! Quelle déformation ou tromperie.

En mai 2009 c’est-à-dire il y a un an et demi, à la question très claire « voulez-vous que le Québec devienne un pays indépendant », la réponse des Québécois a été à 49,2% pour le oui. 20% plus que les déclarations des fédéralistes ici.

Deux autre entreprises de sondage anglophone ont repris le sondage avec des résultats très similaires. Donc trois sondages identiques.

@ clément Marcotte:

Votre raisonnement est un peu…court.

En affirmant que le Canada a violé la loi québécoise sur les dépenses référendaires et que les séparatistes n’ont perdu que par 1%, vous liez ces 2 événements et vous insinuez ainsi clairement que si les dépenses du fédéral auraient respecté la loi québécoise, que le camp du « oui » aurait gangé ce référendum; donc, il est parfaitement clair à mes yeux que vous sous-entendez que le vote des Québécois est à vendre au plus offrant et je réfute cet argument pour les raisons que j’ai énumérées dans mon post précédent.

Ça fait 40 ans que les séparatistes tentent de faire voter « oui » à un peuple qui veut voter « non » et ce, malgré toutes les affirmations que vous nous servez régulièrement ad nauseam (i.e.: la constitution non-signée, la nuit des longs couteaux et le droit de veto perdu par René Lévesque, les patriotes qui, soit dit en passant, ne représentaient qu’une infime portion de la population du Québec de l’époque, le dernier référendum « volé », et tutti quanti!).

Ayez le courage de vos opinions et cessez de niaiser avec le puck: relevez l’importance et le poids de l’article 1 et promettez-nous un référendum dans les 6 mois suivant l’élection du P. Q. au Québec. Après tout, pourquoi demeurer 6 mois de plus dans un pays oppresseur et dominateur, je vous le demande bien…???

@Clément Marcotte

Vous dites : « Bonjour, quand je dis qu’option Canada ont investi des millions pour le clan du non, en bafouant la loi électorale du Québec, je n’insinue rien j’apporte des faits bel et bien prouvé; »

Si c’est prouvé, comment se fait-il que ce ne soit pas la conclusion de la commission Grenier, commission qui a justement enquêté sur cette question (et non le DGE)? Cette commission n’avait pas les pouvoirs nécessaires pour enquêter hors du Québec, raison pour laquelle elle n’a pu enquêter sur les dépenses du « love-in », ce n’est pas un mur fédéraliste, c’est une question de juridiction, c’est justement un respect des lois.

La portion de gens qui croyaient toujours faire partie du Canada en votant OUI est essentiellement ceux qui disaient oui à un mandat de négocier un nouveau partenariat économique et politique (c’était tout de même dans la question), croyant que la séparation ne se produirait que si on n’arrivait pas à négocier un tel partenariat. D’ailleurs plusieurs d’entre eux croyaient qu’il y aurait une autre consultation qui aurait permis de choisir entre ce partenariat nouvellement défini et la séparation. C’est de ce groupe dont il était question lorsqu’on a fait l’analogie avec la cage aux homards, puisqu’on savait qu’il ne serait pas possible de reculer après un oui.

La citoyenneté n’est pas qu’une étiquette, c’est également un accès à des services. Vous pensez que le Canada continuera à offrir de tels services aux citoyens d’un Québec souverain, qu’un voyageur Québécois (pays) pourra se présenter aux ambassades canadiennes et obtenir les services offerts aux canadiens, par exemple ? Si je comprends bien la fin de votre texte, vous croyez que vous aurez toujours accès à ces services après un oui à la souveraineté puisque vous avez cette citoyenneté canadienne de naissance. Faites-vous donc partie du 40% dont on parle ci-haut?

@Albert

Le 40%, vous croyez vraiment que c’est une invention de journaliste? Voici un extrait du document qui a été déposé le 15 février 2000 (PRB99-42F) et qui décrivait le contexte lors du dépôt du projet de loi C-20 sur la clarté référendaire :

« …La firme CROP a mené le premier sondage par téléphone du 3 au 9 juin 1997. L’opinion de 604 Québécois a été enregistrée et le sondage a une marge d’erreur de plus ou moins 4 p. 100. Trente-et-un pour cent des répondants estimaient qu’un Québec souverain ferait encore partie du Canada. Parmi ceux qui ont indiqué vouloir voter Oui à la même question que celle du référendum de 1995, 44 p. 100 pensaient que le Québec demeurerait au sein du Canada après un vote favorable… »

Vous avez bien lu, 44% de ceux qui ont voté OUI croyaient qu’ils demeureraient au Canada.
http://dsp-psd.pwgsc.gc.ca/Collection-R/LoPBdP/BP/prb9942-f.htm

Les fédéralistes croient qu’après un « OUI », le reste du Canada cesserait de vendre ses produits au Québec « pour le punir » !

C’est au Québec que ça ferait mal, vraiment ?

On nage en pleine ignorance crasse.

@ JeffB.
Bonjour, vous ne niez pas qu’Option Canada à investi 5 millions dans le référendum de 1995, ce qui contrevient à la loi électorale du Québec, parce que ce référendum s’est passé au Québec. C’est que cette dépense n’a pas été comptabilisé par le clan du NON, cela était malhonnête, que l’argent vienne du Fédéral où de Monsieur X, juridiction où pas quand tu joue faire play, tu respecte les règles. Les Québéçois ne sont pas à vendre, c’est vrai, mais faut pas être naif au point de nier toute effet de la publicité sur les électeurs; sinon pourquoi des grandes entreprises comme Coke, Pepsi & autres cesseraient d’annoncer leurs produits. La publicité influence les gens, C’est pour cette raison qu’au Québec on a établi des règles du jeu, pour que se soit équitable pour les 2 parties. Cela demande de part et autre un respect des loi et part le fait même un respect du citoyen Québéçois.
Clément Marcotte, Ste-Marguerite (QC)

@ Raymond Campagna:

« C’est au Québec que ça ferait mal, vraiment ? On nage en pleine ignorance crasse. » (sic)

Alors, pourquoi VOTRE Pauline Marois nous a-t-elle affirmé que l’entrée du Québec dans votre cage à homards signifierait que le Québec entrerait également dans une période de turbulence économique (voir bordel total!) d’au moins 5 ans???

Ferait-elle preuve « d’ignorance crasse » elle itou?

@François 1

Cinq ans de turbulence, c’est quand même 45 ans de moins que les 50 ans minimum que prophétisent les cassandre du statu quo !

Héhéhé…

@Clément Marcotte

Je ne vois pas comment Option Canada aurait pu dépenser illégalement 5M pendant la période référendaire puisque dans le rapport du juge Grenier il est clairement indiqué que le total des dépenses d’Option Canada pour le mois d’octobre 1995 est de 1.2M. C’est la période visée par la règlementation régissant les dépenses effectuées au cours de la campagne référendaire puisque le décret déclenchant cette campagne fut adopté le 1er octobre 1995 et le référendum a eu lieu le 30 octobre 1995. Je ne sais trop où vous prenez ce montant mais je vous suggère de jeter un coup d’œil au rapport de cette commission qui indique qu’il y a eu pour 0,54M de dépenses qui ne respectaient pas la loi. D’ailleurs, on y signale également qu’il restait 0,38M en encaisse, on est loin de votre montant.

Pour ce qui est de la pub, effectivement l’objectif est de passer un message. Mais, vous voyez une différence qu’elle soit commandée par le conseil de l’unité canadienne ou par le conseil de la souveraineté? Pourquoi devrait-on comptabiliser l’une et pas l’autre? Les commissions régionales sur l’avenir du Québec, vous croyez qu’on n’y faisait pas la promotion de la souveraineté? L’ennui c’est que la veille du déclenchement de la campagne, tout est permis. Que fait-on si les parties ont loué des panneaux publicitaires pour les prochains six mois? Cela ne va pas à l’encontre de la loi référendaire s’il n’y a pas eu de débours pour ces pubs pendant la campagne. Remarquez que c’est d’ailleurs l’un des problèmes qu’a soulevé le juge Grenier dans son rapport.

@ JeffB,
Bonjour, Le fameux Rapport Grenier, en mai 2007, comme tous les rapports on lui fait dire ce qu’on veut, en tenant compte uniquement de la période de la campagne référandaire d’octobre 1995. Moi, je suis comptable,et pour avoir l’heure juste sur les chiffres il faut se fier au rapport de vérification jury comptable, cela ça ne ment pas. Et justement le rapport jury-comptable de la firme ‘Kroll,Linquist,Avey’,publié en annexe au rapport Gomery, indique que 5 millions on été affecté au poste ‘Unité, le référendum au Québec’ et au poste ‘Identité Canadienne Phase!’ c’est 8 millions, au poste ‘Unité Canadienne Phase 2 c’est 3.5 millions et 3 millions au poste ‘Unité Communications’ c’est 3 millions pour un Total de 19.5 millions provenant du ministère des Travaux publics pour le poste budgétaire ‘Unité, le référendum au QC’ montant affecté entre autres à la réservation de tous les grands panneaux publicitaires au Québec; tout cet argent puisé en fait à : La réserve pour l’unité’ d’où proviendra plus tard une grande partie des millions du scandale des commandites. Le hit, c’est que tout ces chiffres n’apparaissent pas dans le rapport Grenier, tout simplement parce qu’ils outepasse la période référendaire, mais ils ont quand même été dépensé au Québec pour écraser le clan du Oui, vous dites ce que me dise beaucoup de fédéralistes et comme l’on mentionné les acteurs des commandites (Jean Chrétien) tout est permis, belle mentalité. Clément Marcotte, Ste-Marguerite.

@Clément Marcotte

On peut effectivement regarder les états financiers d’option Canada et du CUC sur plusieurs années mais qu’est ce que cela change? Je vous signale que vous parliez de dépenses non comptabilisées qui contrevenaient à la loi référendaire. Or le montant que vous avez énoncé pour option Canada (c’est vous qui avez mentionné cet organisme), que vous disiez avoir été illégalement dépensé est évidemment erroné. Je serais porté à croire que vous essayez effectivement de faire dire aux chiffres ce que vous voulez en incluant les dépenses effectuées en dehors de la période de la campagne référendaire, période qui, dois-je vous le rappeler, n’est pas couverte par la loi référendaire.

Vous êtes comptable, vous êtes donc familier avec le concept de démarcation. Ce n’est pas tout de considérer le poste, il faut également considérer la période. C’est d’ailleurs l’un des points soulevés par le juge Grenier dans ses recommandations. Par exemple, que fait-on avec un panneau publicitaire payé pour l’année par un gouvernement? Que peut-on y afficher pendant la campagne ou quelle portion de la dépense devrait-on comptabiliser?

Je remarque cependant que maintenant vous nuancez, vous en êtes aux montants qui ont été dépensés pour écraser le OUI et non ceux déboursés illégalement lors de la campagne référendaire. Vous parlez donc maintenant des montants dépensés, en dehors de la période référendaire, pour faire la promotion du Canada. A ce que je sache, cela ne contrevient pas à la loi référendaire comme vous tentiez de le laisser croire. D’ailleurs, dites moi, quelle différence y-a-t’il avec les montants dépensés par le gouvernement du Québec, en dehors de la période référendaire, pour faire la promotion de la souveraineté? Si je vous suis bien, tout ceci se résume au fait que vous jugez inacceptable que la fédéral fasse la promotion du Canada au Québec…

Vous confondez certaines choses, je ne suis pas d’accord avec le tout est permis. Par contre, si la loi le permet, je ne vois pas pourquoi on qualifierait une dépense d’illégale. De plus, le point que je vous soulève c’est que si c’est accepté pour la promotion de la souveraineté, cela doit être accepté pour la promotion du Canada. Donc ce n’est pas que tout est permis, c’est que les mêmes règles, lorsqu’elles sont en vigueur, s’appliquent à tous.

PS : La période assujettie à la loi est la période de la campagne référendaire. Le rapport ne dit pas n’importe quoi comme vous le croyez, il traite de la période assujettie à cette loi. De plus, si le rapport dit que le montant dépensé en octobre 1995 par Option Canada est 1,214,562$ vous croyez sérieusement que ce chiffre peut être autre chose qu’un chiffre vérifié?

@ Jeff B.
Bonjour , vous prenez uniquement les chiffres qui font votre affaire. Car dans le rapport du juge Bernard Grenier, il conclut que lors de la période référendaire de 1195, Option Canadaet le Conseil pour l’unité Canadienne ont dépensé illégalement $539,460.00 et que ces 2 organismes ont dépensés avant et pendant la campagne référendaire 11 millions de dollars qui provenait directement d’Ottawa. Mais, les coins sombres de ce rapport; les élus qui ont participé à la campagne reférendum ne sont pas blamés; que M. Claude Dauphin, président d’Option Canada, sans mauvaise fois, a fait preuve d’un manque de vigilance en recevant des émoluments non déclarés et non autorisés, sans compte tout l’argent du love-in qui reste un mystère. M. Yves Boisvert dans la presse du 30-05-2007 écrit: S’il était légal de dépenser 5 millions pour promouvoir l’unité Nationale au QC en 1995, pourquoi diable créer une patente à gosses comme Option-Canada; et M. Boisvert c’est pas le plus souverainiste.
Vous laissez entendre que le Québec aurait fait des dépenses tout comme Option-Canada,si il y avait eu un organisme semblable, soit Option-Québec où autre nom qui aurait englouti des millions comme là fait le Fédéral et bien croyez moi que Jean Charest où d’autres fédéralistes se seraient empressés de demander une enquête sur ces dépenses et crier au scandale. Cà me fait bien rire de voir les libéraux qui à chaque fois qu’ils sont pris dans une magouille, dire que les péquistes sont aussi malhonnête qu’eux et que les autres aussi ont tricher, pas fort comme argument de défense. Clément Marcotte, Ste-Marguerite.

Faudrais bien trouver un autre rene levesque ont aurais pas a attendre un autre 15 ans.les quebecois
aiment les sauveurs c`est connu, pis les lucides
qui attende pour entrer dans la danse lache pas pauline.ont fais le menage dans la grand cour et apres dans la petite cour mechant programme pour les prochaines decennies« «