Charest : Puterea Corupe ? Vraiment ?

Si vous êtes comme moi, vous attendez toujours avec impatience la dernière livraison d’Accent Montréal, le bimensuel roumain de la métropole. Quelle ne fut pas ma surprise de trouver en une de la dernière édition, une photo de notre Premier ministre barrée des mots : PUTEREA CORUPE.

Un titre qui attire l'attention
Un titre qui attire l'attention

J’ai immédiatement interrogé mon traducteur en ligne pour savoir ce que nos concitoyens d’origine roumaine avaient voulu dire. J’ai le plaisir de détromper ceux d’entre vous qui avez l’esprit salace. (Oui, vous vous reconnaissez !)

« Puterea » ne veut pas dire ce que vous pensez. Cela veut simplement dire : pouvoir. Corupe ? Vous aviez compris. Le titre est donc : « Le pouvoir corrompt ».

Ouf ! Nous voilà rassurés.

Laisser un commentaire

Egli non solo corrompe, si corrompe in modo assoluto, ma come tutti sappiamo e come possiamo osservare…

Et on est pogné avec cette bande de XYZ pour trois bonnes années encore. Misère!

Cela s’annonce très dangereux pour les libéraux. Les néo-québécois forment traditionnellement une clientèle électorale fidèle au parti libéral (grâce à leur écoute exemplaire de ces communautés, ou encore à cause de l’échec du parti québécois à les rassembler; à vous de choisir).

Quoiqu’il en soit, les libéraux ne pourront pas compter sur un vote rouge automatique des communautés néo-québécoises: il lui faudra nettoyer son image et son parti.

Le vote demeure encore l’argument le plus puissant de la population envers son gouvernement. Ce ne peut être qu’une bonne chose que les québécois de toutes allégeances s’unissent pour dénoncer le gouvernement Charest.

Je sais que de nos jours on vote pour le moins pire; et que pour beaucoup le moins pire est encore un parti libéral corrompu. Mais il faut à tout prix préserver l’intégrité de nos institutions démocratiques: le parti libéral risque une perte de confiance durable qui ne fera que nuire à ses partisans. Et qui profitera à ses opposants.

J’ajoute un point d’intérêt: que les Québécois ne croient plus au gouvernement en place est une chose. Qu’ils ne croient plus à l’État provincial en est une autre.

Un parti politique peut toujours être remplacé après quatre ans; quant aux institutions, elles se remplacent par des changements radicaux et profonds (comme une ronde référendaire ou une refonte constitutionnelle).

Si nous ne préservons pas l’intégrité de notre système politique, la question constitutionnelle refera surface durablement.

Ouf!
J’ai pensé pendant un moment que le bi-mensuel roumain avait les couilles d’imprimer tout haut, ce que nous pensons tout bas, tout en sacrant ‘TA***NAK’!

Puterea corupe, c’est vrai qu’au premier regard ça « fesse » pas mal comme titre. D’autant plus qu’on ne peut s’empêcher de penser aux 75,000$ par an qu’il reçoit depuis 10 ans des contibuteurs au parti Libéral qui sont par hasard les mêmes qui bénéfiçient des places en garderie et des juteux contrats d’infrastructure…

Sur, sur sur…que l’auteur n’aura pas d’emploi ni à la Presse ou à Radio-Canada.

Le pouvoir corrompt et après sept de gouvernement Charest le pouvoir EST CORROMPU et toute la machine gouvernementale est assujettie pour le bien des militants , collecteurs de fonds et amis libéraux qui gravitent dans l’entourage de Jean Charest qui est devenu le Maurice Duplessis des temps moderne ……

J’aurais aimé que la photo de M Charest soit plus petite, beaucoup plus petite. Il ne mérite pas une pleine page à la une

Putain de corrompue disent -ils ? ils ont raison car avant le pouvoir il était déjà commandité par la loge

Si le pouvoir corrompt, le pouvoir absolu corrompt absolument.

Chose certaine, Le peuple est tellement inculte et amnésique, tellement immature et tellement irresponsable,que dans deux ans et demie, les Libéraux seront probablement encore au pouvoir avec un autre chef.

Le P.Q. n’a pas été à la hauteur du projet de souveraineté et le peuple encore moins. La réalité démographique fait que nous sommes de moins en moins maîtres chez nous, tant au Québec qu’au niveau de notre poids politique au Fédéral.

Lorsque des sondages sonrt fait sur la souveraineté, c’est presaque toujours 43% OUI.

Les Québécois ont choisi la mort tranquille.

Ce n’est pas la corruption du Parti libéral qui m’inquiète. J’ai connu la corruption du Parti de l’Union nationale et j’ai appris que ce n’était pas le pire des fléaux.
Quand Jean Charest a décidé de procéder aux défusions de certaines villes malgré sa promesse de ne pas le faire, j’avais dit que ce serait peut-être son plus beau monument à la bêtise humaine.
Puis, il y a eu la 30, le CHUM, la Caisse de dépôt, les garderies,les juges, le refus de faire enquête dans la construction, etc., etc…
Aujourd’hui, j’ai rendu les armes. L’homme est imbattable et ne cessera jamais de nous surprendre. De toute évidence, il est capable des pires bêtises.Son incapacité réside surtout dans son impuissance à les prévenir.
Il y a quelques temps déjà, je disais à La Presse que je ne me demande plus quelle sera sa plus grosse bêtise mais plutôt lequel de Jean Charest ou de P.E. Trudeau aura été le politicien dont le travail aura été le plus dommageable aux Québécois?

“ … penser aux 75,000$ par an qu’il reçoit depuis 10 ans des contibuteurs au parti Libéral” (j.c.virgil)

1.-
En réalité, M. Charest n’est pas un salarié du Parti libéral du Québec!!! Le 75 000 $ qu’il reçoit chaque année via le PLQ provient EN RÉALITÉ des poches de tous les contribuables québécois. En voici la preuve:

Le 75 000 $ provient de plusieurs dons au PLQ. Les contributeurs au PLQ en récupèrent les trois quarts en crédits d’impôt du Québec, soit 56 250 $ qui leur est versé par le Gouvernement du Québec. Les contributeurs ne déboursent en réalité que 18 750 $.

Si le parti politique donne un salaire de 75 000 $ au chef de parti, ce dernier empochera un salaire net de 37 500 $, après avoir payé 18 750 $ d’impôt au Fédéral et 18 750 $ d’impôt au Provincial (en supposant un taux marginal d’imposition de 25 % à chaque palier de gouvernement).

Le gouvernement du Québec aura donc déboursé un montant net de 37 500 $ (soit le 56 250 $ de crédits d’impôt accordés moins l’impôt provincial de 18 750 $ payé par le chef de parti) qui se retrouve dans les poches du chef de parti.

Ce sont donc tous les payeurs de taxes québécois qui auront payé le salaire du chef de parti. C.Q.F.D.

Quant aux contributeurs, leur déboursé net de 18 750 $ sera allé au Fédéral ! (Il faut bien financer la guerre en Afghanistan et payer le salaire du Gouverneur général)

Le ridicule de cette situation explique amplement le fait que le parti a longtemps caché ce salaire versé au chef de parti.

2.-
D’autre part est-on sûr que M Charest ne reçoit pas plus que le 75 000 $ ?
Est-ce qu’il a dit que c’est tout ce qu’il reçoit?

Par exemple, s’il recevait en réalité 100 000 $, il ne mentirait pas en disant, en bon jésuite, qu’il reçoit 75 000 $.

Est-il vrai que M. Charest a reçu des sommes colossales pour quitter les conservateurs à Ottawa pour venir diriger les libéraux au Québec? Si oui, est-ce que ces sommes ont été déclarées au fisc?

On aimerait savoir

Monsieur Charest aura-t-il le courage de dévoiler ses rapports d’impôt?

Bonjour;

Le peuple mérite considération et il serait très intéressant que le leadership politique québécois offre un choix réel aux Québécois; j’entends par là, que dans 2 ans 1/2, nous ayons des candidats éthiques, crédibles, inspirants et renouvelés dans leur approche.
Quant à la paranoia des statistiques, cela ne propose pas de solution. N’est-ce pas le momentum pour les leaders d’inspirer et d’offrir la garantie de la sauvegarde des valeurs québécoises et du bien vivre ensemble.
Respecter les valeurs québécoises ne devrait pas être lié aux origines uniquement mais plus au fait de vivre au Québec, de respecter les valeurs d’égalité, de consensus, de débrouillardise,
d’entraide; d’accueil, de respect…
Ensemble bâtissons le Québec dont nous sommes fiers, qui tient compte de son histoire et des valeurs québécoise. Ne lâchons pas ! Rallions-nous derrière nos valeurs.

Marina

Tout ce qui lui manque est ce masque noir qui lui va si bien où celui du joker qui lui va encore mieux.

Le pouvoir corrompt, malheureusement c’est vrai. N’est pas général De Gaule qui veut.Lui au moins il payait de sa poche les facture d’électricité de l’Élysée.Autres temps autres mœurs politique!

Monsieur Saint-Arnaud,

‘Quant aux contributeurs, leur déboursé net de 18 750 $ sera allé au Fédéral ! (Il faut bien financer la guerre en Afghanistan et payer le salaire du Gouverneur général)’

Vous avez beau relever quelque chose d’intéressant au point de vue du montant réel déboursé par les donnateurs, ca reste malhonête, monsieur, de considérer que ce 18750 piasses va direct au fédéral.

Quand je donne à Centraide, le met pas de petit étiquette pour dire aux commis du revenu quel dollar va à quel gouvernement. Comment pouvez vous pondre un tel truc?

Conclusion dirigée encore une fois… comme un peut trop souvent d’ailleurs.