Charte des valeurs : plus unis qu’on peut le penser

Hormis la partie de la Charte portant sur l’interdiction des signes religieux, tout le reste du projet de loi fait à peu près l’unanimité, explique le blogueur Stéphane Gobeil.

En 2013, on aura beaucoup discuté des divisions suscitées par le projet de Charte des valeurs du gouvernement Marois.

On a beaucoup moins entendu parler de ce qui nous unit. Et pourtant…

D’abord, il faut souligner que hormis la partie de la Charte portant sur l’interdiction des signes religieux, tout le reste du projet de loi fait à peu près l’unanimité. Même Philippe Couillard se disait d’accord avec ce qui constitue les 4/5 du projet de loi actuel.

Ensuite, il nous faut constater que sur le principe d’interdire le port de signes religieux, il y a pratiquement unanimité.

À l’Assemblée nationale, la Coalition Avenir Québec (CAQ), Québec solidaire (QS) et le Parti québécois (PQ) s’entendent sur ce principe, les différences ayant trait à la portée d’une telle interdiction. Pour QS, elle se limiterait aux juges, aux gardiens de prison et aux policiers. Pour la CAQ, elle s’étendrait en plus aux enseignants des écoles primaires et secondaires, tandis que le gouvernement l’étendrait à l’ensemble de la fonction publique et parapublique.

Quant au Parti libéral, ça dépend des jours et de la personne qui parle. Ce n’est pas très clair, mais le chef Couillard a affirmé qu’il interdirait qu’une candidate libérale porte le tchador, même si pour une juge, ce serait correct…

C’est donc dire que tous les partis politiques à l’Assemblée nationale sont en accord, d’une façon ou d’une autre, avec le principe d’interdire le port de signes religieux.

On a beaucoup fait état des sorties des anciens premiers ministres péquistes et de l’ex-chef du Bloc, en les campant du côté des opposants au projet de Charte des valeurs. Pourtant, chacun appuie le projet, quoique avec des réserves. Ni Lucien Bouchard, ni Bernard Landry, ni Jacques Parizeau et ni Gilles Duceppe ne s’opposent à l’interdiction du port de signes religieux. Encore une fois, ils diffèrent sur la portée de l’interdiction, pas sur le principe.

Il y a donc une grande unité de vue à propos de la Charte des valeurs, les 4/5 du projet faisant la quasi-unanimité, tout comme le principe de l’interdiction du port de signes religieux.

Il en va de même de la pertinence d’agir. Au commencement, nous avons entendu beaucoup d’opposants remettre en cause la pertinence de se lancer dans ce débat, plusieurs affirmant qu’il n’y avait aucun problème, sauf un malaise imaginaire. Quelques mois plus tard, même Philippe Couillard voulait adopter un projet rapidement. Il apparaît évident, aujourd’hui, qu’il y avait matière à débattre et à légiférer.

On continue à lire et à entendre qu’il n’y a pas d’études, et qu’on ne peut légiférer sans études. Des études, il y en a eu tant et plus, mais là n’est pas la question.

Comme on vient de le voir, à peu près tous les acteurs publics se sont prononcés en faveur du principe de l’interdiction du port de signes religieux. Même Gérard Bouchard et Charles Taylor, deux des opposants les plus tonitruants à la Charte des valeurs, se sont prononcés dans leur rapport pour l’interdiction du port de signes religieux par les personnes ayant un pouvoir de coercition comme les juges, les procureurs de la Couronne, les policiers et les gardiens de prison. Ils l’ont fait au nom d’un principe, pas à partir des études de leur commission.

Si l’on apprenait qu’aucun juge ne porte de signes religieux, est-ce que ça changerait quelque chose au principe ? Bien sûr que non.

C’est comme l’abolition de la peine de mort. On ne décide pas d’une telle chose à partir d’études sociologiques, mais plutôt à partir d’un principe fondamental.

Il en va de même en ce qui a trait au port de signes religieux ou politiques. Viendrait-il à l’esprit de quiconque de réclamer des études pour vérifier les répercussions de l’interdiction de signes politiques dans la fonction publique ? Bien sûr que non, puisqu’il s’agit d’un principe, celui de la neutralité de l’État. Il en va ainsi pour l’interdiction du port de signes religieux, fondée sur le même principe.

Restent les Chartes des droits et libertés, la canadienne et la québécoise.

Le gouvernement propose de modifier la Charte québécoise des droits et libertés de la personne pour y inscrire le principe de la neutralité de l’État et le caractère laïque de ses institutions. Sauf pour les gardiens de l’orthodoxie juridique, il n’y a guère d’opposition à cette proposition du gouvernement.

En ce qui a trait à la Charte canadienne des droits et libertés, on sait qu’elle est devenue pratiquement immuable depuis 1982, du fait de sa très rigide formule d’amendement. La question consiste donc à savoir si le projet de loi éventuellement adopté par l’Assemblée nationale passera le test de l’interprétation de la Charte canadienne par les juges de la Cour suprême.

Cependant, les élus québécois ne peuvent prédire ce que décideront les juges. Certains juristes affirment que le projet du gouvernement ne passera pas le test, mais d’autres affirment le contraire, y compris d’anciens juges et même celui qui fut chargé à l’époque de coordonner la rédaction de la Charte canadienne.

Philippe Couillard affirme qu’il faudra lui passer sur le corps pour adopter un projet allant à l’encontre de la Charte canadienne. Comment pourrait-il le savoir d’avance ? C’est absurde à sa face même.

Les élus de l’Assemblée nationale doivent adopter ce qu’ils considèrent être la meilleure législation possible pour le Québec, plutôt que d’abdiquer leurs responsabilités en se réfugiant derrière les juges. J’ose espérer que sur ce point, nous sommes tous d’accord.

Bref, tout ça me fait penser au slogan de cette banque : «Vous êtes plus riches que vous le pensez.»

Sur la Charte des valeurs, nous sommes plus unis que nous pouvons le penser.

Laisser un commentaire

« Le gouvernement propose de modifier la Charte québécoise des droits et libertés de la personne pour y inscrire le principe de la neutralité de l’État et le caractère laïque de ses institutions. » Finalement, Maria Mourani avait raison, on peut modifier la charte des droits et libertés du Québec, très très faiclement. Une charte qui est développé justement pour protéger les minorités contre la tyrannie de la majorité! Donc si le PQ est élu majoritaire avec 36-37% (voir la cible souvent évoquée de Jean-François Lisée) du suffrage, il pourrait modifier la charte. Là, on ne parle plus d’avoir une charte pour protéger la minorité contre la majorité, mais bien de protéger la majorité contre une minorité. Wow! Beau projet rassembleur!

Et les gouvernements élus à la majorité, si c’est si dangereux la majorité, ne devrait-on pas légiférer pour avoir obligatoirement des gouvernements minoritaires ? « La tyrannie de la majorité » est une expression stupide quant on vit en démocratie. Elle est sans doute issue des extrémistes intégristes qui espèrent ne pas avoir à se conformer aux décisions démocratiques des gouvernements gouvernant selon les principes démocratiques.

De plus, si vous croyez vraiment en ce que vous écrivez, vous devriez noter que l’actuel gouvernement québécois étant un gouvernement minoritaire, sa volonté de faire adopter la Charte québécoise des droits et libertés de la personne ne s’appuie donc pas sur une démarche tyrannique.

Enfin, depuis quand une charte doit-elle nécessairement protéger uniquement les minorités? Dans le cas qui nous occupe, c’est l’État qui affirmant sa neutralité religieuse, met sur le même pied TOUTES les religions et donne à TOUS les citoyens les mêmes obligations. TOUS étant égaux, il s’en suit forcément que dans le domaine religieux, même les adeptes d’une religion minoritairement pratiquée ont exactement les mêmes droits et obligations que les pratiquants d’une religion pratiquée par une majorité de citoyens. Où est la tyrannie ?

[Au pays des cyclopes, les borgnes sont aveugles.]
[Philippe Geluck]

Hmm » depuis quand une charte doit-elle nécessairement protéger uniquement les minorités? » Vite comme ça, je dirais depuis les années 1930 jusqu’aux années 1945, si vous voyez de quoi jer veux parler?

Vous parlez à travers votre chapeau. Les chartes défendent le droit des individus pas des groupes qu’il soient minoritaires ou majoritaires.

Non je ne vois pas. Soyez clair et assumez vos opinions plutôt que de faire des allusions brumeuses que vous pourrez nier à volonté quand le vent tournera, s’il y lieu.

«Qu’il soit noir, juif ou arabe, un type bien est un type bien et un enfoiré sera toujours un enfoiré.»
[Guy Bedos]

Je ne suis pas un fan de Mathieu Bock-Côté, mais je crois qu’il avait raison lorsqu’il a répliqué dans son blogue à François Bugingo au sujet de la tyrannie de la majorité :

« Vous invitez aussi Pauline Marois à se méfier des références à la majorité. «La majorité justement tiens; on vous dira qu’il ne faut pas lésiner, qu’il faut foncer si la majorité des Québécois soutient la charte. Méfiez-vous des majorités Madame la Première ministre, l’histoire nous a appris qu’elles ont
souvent mené à l’infamie. Et après tout, la démocratie n’est-elle pas aussi la défense des minorités?» Se méfier des majorités ? Peut-être. La majorité n’a pas toujours raison (soit dit en passant, il faudrait savoir de quelle majorité on parle). Mais elle n’a pas toujours tort non plus. À quoi servent les élections
s’il faut congédier ou neutraliser le principe majoritaire? Et qui décidera pour les grandes orientations collectives si on peut se passer de leur consentement? Les élites éclairées ? Mais elles n’ont pas toutes les mêmes lumières (et elles ne sont pas toujours éclairées). Qui doit donc décider? Je suis indépendantiste, cher François. Je le suis vraiment. Je le suis passionnément. Je crois que la
majorité des Québécois a profondément tort de ne pas vouloir l’indépendance maintenant. Mais j’essaie de les convaincre des vertus de la souveraineté et je ne ferai pas l’indépendance sans avoir l’appui d’une majorité d’entre eux. À moins que je ne puisse désormais faire l’indépendance en me passant de la
majorité parce qu’il faut s’en méfier? Si oui, avertissez-moi.

Et sinon, qui fixe les orientations de la société auxquelles il faudrait inévitablement se plier et à quels dogmes faut-il prêter sa foi pour avoir le droit de gouverner une société ? Étrange démocratie dans laquelle nous vivons, qui disqualifie peu à peu le principe majoritaire, plutôt que d’en dégager une
formulation satisfaisante. Un jour, nous en viendrons peut-être à nous passer des élections. Et certains applaudiront. Cette méfiance de principe envers les majorités ne masque-t-elle pas la tentation d’une forme inédite d’autoritarisme qui souhaite se passer du consentement populaire, qu’il s’agisse d’imposer au peuple certaines choses ou qu’il s’agisse de les lui refuser. Je ne dis évidemment pas que la souveraineté populaire ne doit pas connaître de limites. Loin de là. Notre démocratie est libérale. Elle limite le domaine public et évite l’écrasement de l’individu par le collectif. Mais à force de rétrécir le
domaine du collectif, de le neutraliser, de le vider de tout contenu, n’est-ce pas la démocratie qui écope? À quoi sert-elle si chaque fois qu’elle s’affirme, on voit se déployer la «tyrannie de la majorité»? N’abuse-t-on pas des références à la «tyrannie de la majorité»? »
http://blogues.journaldemontreal.com/bock-cote/politique/lettre-a-francois-bugingo/

Que voilà votre théorie du hareng fumé confirmée: le Québec vit actuellement une époque ca-tas-tro-phique et dé-sas-teruse en matière de finances publiques et en emploi et qui devraient être les dossiers dont on s’occupe en PRIOIRITÉ et voilà que l’on épilogue ad nauseam sur une charte qui n’a aucune mais alors aucune chance d’être légalisée…

Le hareng fumé c’est pas une théorie, c’est un paralogisme ( Faute involontaire de raisonnement car se fondant sur des prémisses fausses). Il semble que vous n’avez pas compris ce paralogisme puisque vous récidivez. Le sujet de ce blogue c’est la Charte pas l’économie et même lorsque vous êtes sur un blogue économique comme celui de Pierre Fortin, que celui-ci traite de la manière de comparer la croissance du PIB, vous trouvez le moyen d’écrire un commentaire sur le chômage. Faire dévier le sujet traité sur une autre matière, c’est un hareng fumé et c’est ce que vous faites présentement.

Je vous soupçonne d’être suffisamment intelligent pour comprendre mes propos mais juste au cas où…

Le Québec a plusieurs autres priorités drôlement plus importantes (économie, emploi, santé, etc…) que la charte, vous en conviendrez, mais les péquistes ont lamentablement failli dans tous ces dossiers; donc, histoire de tenter de détourner l’attention (hareng fumé) et au passage de s’attirer quelques votes, il priorise cette dite charte dans son agenda.

Voilà!

@ Francois 1

Si pour vous le débat sur la Charte n’est pas une priorité, abstenez-vous de mettre vos commentaires ici et faites-le là où on débat d’économie. Parce que jusqu’ici tout ce que vous faites c’est du bruit et rien de bien intelligent.

Les opposants au projet de Charte québécoise des droits et libertés de la personne peuvent être motivés par différents aspects.

Il y a d’abord des motifs purement électoralistes. La majorité des supporteurs traditionnels du PLQ seront toujours et automatiquement contre les décisions venant d’un gouvernement péquiste. Quand Couillard dit qu’il devra faire le tapis avant d’appuyer l’adoption d’une telle charte, il parle pour son électorat traditionnel qu’il ne veut pas se mettre à dos.

Il y a aussi les grenouilles de bénitier qui sont incapables de trouver un sens à leur existence autrement qu’à travers la lunette religieuse. Enlevez-leur Dieu et la religion et ils sont complètement déboussolés. Affirmer leur religion à la face du monde entier devient pour ces personnes une nécessité aussi nécessaire que l’est celle de respirer.

D’autres ne peuvent admettre que les femmes soient sur le même pied d’égalité que les mâles de leurs sociétés spécifiques. Pour eux la religion devient un outil puissant pour maintenir leur domination. C’est donc évident que la Charte québécoise des droits et libertés de la personne est un bâton dans les roues de leur mode de vie.

D’autres aussi brandissent l’étendard de la liberté d’expression comme principe absolu de leur opposition à cette Charte. Ces personnes, souvent des pseudo intellectuels, voire même des fumistes, vivent dans une tour d’ivoire et nient complètement les vénales nécessités de l’existence de tous les jours. Pour ces personnes, Cette liberté ne peut pas engendrer des excès. Devenir un esclave à cause de la liberté d’un autre est un principe très difficile à défendre.

La Charte québécoise des droits et libertés de la personne, dans ses domaines d’application, met tous les citoyens sur le même pied. Je vois cela comme la première et nécessaire condition à la liberté.

«L’égalité est la condition de l’échange.»
[Laurent Cantet]

Il y a ceux aussi monsieur Drouin qui croit foncièrement aux droits et aux libertés de la personne et que ce n’est pas à l’État de dicter à qui se soit comment il doit exprimer sa foi. Il y a ceux aussi, et c’est souvent les mêmes, qui pensent que les Institutions, les lois, et les valeurs profondes de sa société sont assez fortes pour s’ouvrir aux différences culturelles et religieuses d’autrui. Avec une affirmation telle que « il y a aussi les grenouilles de bénitier qui sont incapables de trouver un sens à leur existence autrement qu’à travers la lunette religieuse», il faut observer que plusieurs partisans de l’amendement de la Charte qui porte sur les signes religieux, sont porteurs d’un intégrisme viscéral laïque. Si l’égalité est la condition de l’échange, monsieur Drouin, le respect en est la condition sinequanone.

Quand on a du respect, on impose pas ses idées religieuses aux autres. Si l’État n’a pas à dicter aux autres comment exprimer sa foi, il ne doit pas non plus se transformer en chapelle. Si on interdit aux employés de l’État de manifester des idées politiques – pourtant protégées par la liberté d’expression – que ce soit par la parole ou par des gestes symboliques afin de respecter la neutralité de l’État, on peut difficilement défendre un point de vue différent lorsqu’il s’agit de la religion.

L’aspect qui me motive?

La LIBERTÉ!

D’ailleurs, on se demande encore où sont les avis juridiques du gouvernement péquiste (NOUS les avons payés…pourquoi nous les cachent-ils?), combien d’employés de l’État seraient directement affectés (même Drainville l’ignore!!!), et comment se fait-il que les péquistes nous cassent les oreilles avec l’égalité homme/femme alors que c’est déjà protégé par les deux (2) chartes, la Québécoise et la Canadienne!!!

Ce projet est en fait un miroir aux alouettes strictement développé pour aller chercher des votes alors qu’il y a UN GROS problème beaucoup plus URGENT à régler au Québec soit celui de la situation DÉSASTREUSE l’emploi et pour se faire, on doit premièrement foutre les Péquistes à la porte car leur attitude nuit à notre bien-être économique:

http://www.antagoniste.net/2014/01/13/2013-lannee-du-desastre/

Des études?
Prenez votre auto: partez de Ste-Catherine et Berri, montez, promenez-vous pendant une heure au hasard à travers Montréal et comptez le nombre femmes voilées que vous allez croiser. Je vous jure que vous allez péter les 3 chiffres.
En moins de 20 ans, Montréal est devenue la ville la plus voilée en Amérique du nord. Qu’est-ce que ca prend de plus?

Votre point est intéressant, donc les femmes voilées qui circulent dans le métro et sur les trottoires de la ville de Montréal vous inquiètent? Alors comment, une charte qui doit abolir les signes religieux dans les institutions gouvernementales fera-t-elle dispraître ces « indésirables » de vos rues et de vos métro? Si ce sont ces dernières que vous voulez enrayer de l’espace public alors modifiez les règles de l’immigration et cela tombe bien, le Québec a le plein contrôle de la sélection de ses immigrants. Donc le situation que vous semblez dénoncer a été créée de toute pièce par nos choix gouvernementaux (nos dans le sens gouvernement du Québec).

Martin Beaulieu,

Il y a des personnages dretteux, fédéraleux, quasi uniquement de la petite droite et de l’ultra-droite du Québec, voués, consacrés et promis à l’échec du Québec, qui nous disent que le Québec a le plein contrôle de son immigration alors que c’est faux.

Le Québec a son mot à dire, mais c’est en finale le gouvernement de Tawa qui a le dernier mot et qui décide. Non, la charte ne fera pas disparaître les voiles et crucifix sur la Main et dans le métro. Toutes les religions auront le droit de construire toutes les églises et toutes les mosquée quelles désireront.

En fin de compte les Québec basheux et fédéraleux sont très maladroits pour décourager les Québécois de se séparer du Canada. Au contraire ils les provoquent à se séparer.

Des minus quoi!

Minable réplique aux propos de Martin Beaulieu.

Vous auriez mieux fait de réfléchir AVANT d’écrire…

Vous êtes lamentable.

Quand le commentaire nous va comme un gant,on se dépêche de taper sur le messager.Ça c’est lamentable…..

Vous pensez vraiment qu’il n’y a que les gens de la droite qui sont contre la charte ???

@Beaulieu

1) Mon exercice -de se promener une heure en auto à Montréal avec un compteur- a pour but de répondre à ceux qui disent que le Québec n’a pas d’études. Pas besoin d’études: juste regardez Montréal aujourd’hui

2) Il est faux de dire que le Québec controle son immigration: depuis 20 ans, plus de 2 nouveaux arrivants sur 5 sont rentrés au Québec sans que le Québec aille le moindre mot à dire (ils rentrent via la filière des réfugiés et réunifications familiales)

3) Le Québec est coincé: soit qu’il prend des Asiatiques, qui performent assez bien économiquement mais ne veulent rien savoir du français. Soit qu’il prend des Africains, Maghrébins et Haitiens, qui parlent français mais performent mal économiquement. Le débat devrait porter la-dessus. Combien d’immigrants et de quels origines? Et non sur les signes religieux.

Cela n’arrivera peut-être pas souvent, mais je suis parfaitement d’accord avec vous sur votre point 3. Voilà l’enjeu, le vrai! Et pour alimenter le débat, je vous offre d’autres options. a) fermer nos frontières ce qui nous condamne à une décroissance économique. b) favoriser l’immigration des pays sud-américains. Ces derniers ont des racines latines et un historique catholique similaire à celui du Québec.

Dites…vous êtes raciste ou xénophobe parce qu’à vous lire, on n’a pas d’autres choix devant nous.

Ainsi donc, il suffit maintenant de se promener une (1) heure dans un endroit pour en connaître les moindres recoins.

Quand on pense que certains ont vilipendé Harper parce qu’il a fait sauter quelques questions plus directes dans les formulaires du rescencement canadien…

Dehors les statisticiens et technologue de la démographie. Il suffira de demander à jack2 de se promener dans la ville ou le village de votre choix et vous en connaîtrez les particularités en UNE (1) heure!!! Que d’économies en perspective…

De plus, le Québec a un grand contrôle de son immigration. Très peu d’indésirables résident dans notre province et s’il advenait qu’ils soient identifiés comme tel, il seront expulsés du pays.

Votre point # 3 confirme la question que je pose en ouverture de ce commentaire.

La rentrée politique 2014 risque d’être cauchemardesque. Ce sera la prochaine étape d’une stratégie habilement orchestrée par le gouvernement Marois pour s’accrocher au pouvoir. Une stratégie de la dernière chance, mais qui, finalement, peut s’avérer gagnante. En effet, durant des mois, les médias vont concentrer leur attention sur ces audiences et mettre en exergue sur un mode dramatique des problèmes réels ou appréhendés que la Charte devrait résoudre. Ce qui va entraîner la radicalisation des discours des opposants déchirés entre deux extrêmes : le coeur et la raison. Côté coeur : le gouvernement compte sur les effets de ce débat pour exciter le sentiment d’insécurité identitaire des Québécois de souche. C’est dans ce filon que le vieux fond nationaliste devrait pouvoir remonter. Côté raison : les arguments sur les valeurs libérales, dans un débat aussi émotif, vont revêtir des allures plutôt théoriques et abstraites si elles ne sont pas défendues avec la compétence et la chaleur nécessaires. Sur ce point, les tacticiens péquistes estiment que Philippe Couillard ne fera pas le poi

suite de mon texte…Philippe Couillard ne fera pas le poids Enfin, il faut imaginer que la mise en oeuvre de ce plan a tenu compte des réactions négatives dans les médias anglophones. Réactions qui ne manqueront pas d’arriver. On y a pensé ! Le « Quebec bashing », quoi de plus puissant pour susciter le mépris pour ce « corps étranger », multiculturel, et dirigé par ce diable : Stephen Harper ? En somme, plutôt qu’un débat sur une question sérieuse qui devrait nous unir, nous connaîtrons durant des mois une crise qui ne réglera rien sur le
fond, mais qui pourra servir à ses fins électoralistes. Toutefoirappelons que dans des conjonctures semblables, la loi de Murphy risque toujours de s’appliquer : « Tout ce qui peut mal tourner va mal tourner. » On verra ! Claude Poulin Québec

Bla ,Bla, Bla, la charte sur la …… bla! On aime cela jaser au Québec et se donner de l`importance ! Vous avez raison M .Poulin on pourrait jaser à temps perdu des femmes voilées au Québec. Mais que voulez- vous le gouvernement à choisi ce sujet faute de trouver mieux! Vous me réveillerez lorsqu`il sera le temps de voter! Lorsqu`il sera le temps de parler de notre déficit, qui va sans doute se réfléter de façon beaucoup plus significative dans l`avenir que nos femmes voilées! Ouf!

@ Marc Sauvageau le 14 janvier 2014 à 16 h 41 min:

Vous êtes modérateur de ce blogue?

Eh ben…

Pas besoin d’être un modérateur pour donner des conseils. Mais puisqu’il faut vous mettre les points sur les i, je me reprends. Sur le site de l’Actualité il existe une section économique où vous pouvez vous manifestez si c’est là le centre de vos préoccupations. Lorsque Stéphane Gobeil décide de traiter dans son blogue (politique) de la Charte, c’est la logique des choses que de donner ses commentaires sur la Charte, vos interventions hors sujet sont abusifs et sans intérêt.

Justement, Stéphane Gobeil est LE blogueur ici et pas vous. Et s’il juge mes commentaires pertinents, il les publie. Dans le cas contraire, il les fait disparaître.

Heureusement, Monsieur Gobeil semble, contrairement à vous, être capable de marcher et de mâcher de la gomme simultanément. Il a compris, LUI, que la charte de Georges W. Drainville (souvenez-vous du « vous êtes avec moi ou contre moi! ») semble prendre des proportions sans aucune commune mesure avec sa véritable importance (en fait, il s’agit d’une solution toujours en quête d’un problème à régler) et qu’il est tout à fait acceptable de tenter de ramener le Parti québécois vers des dossiers drôlement plus urgents que celui-là.

MAIS puisqu’il faut quand même en parler, voici maintenant que le Barreau du Québec la taille en pièces, votre charte:

http://www.lapresse.ca/actualites/dossiers/charte-de-la-laicite/201401/15/01-4729162-le-barreau-taille-en-pieces-le-projet-de-charte.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B13b_politique-quebecoise_559_section_POS4

Extrait:

« À maintes reprises, le Barreau souligne que le gouvernement Marois n’a aucune donnée précise, aucune étude scientifique sur le port de signes religieux chez ses employés. Pour le Barreau, à défaut de «données probantes», «il nous apparaît déraisonnable d’adhérer à une prémisse selon laquelle « le port de signe ostentatoire revêt en soi un aspect de prosélytisme passif ou silencieux incompatible avec la neutralité de l’État, le bon fonctionnement de ses institutions et leur caractère laïque »», l’argument de base du ministre Bernard Drainville. Au surplus, les services gouvernementaux sont de plus en plus accessibles en ligne, les «contacts visuels» diminuent, «le port de signes religieux par ces employés du service public n’est nullement de nature à compromettre l’image de neutralité religieuse de l’État», relève le mémoire. »

À peu près tous les organismes publics ont affirmé leur réticence face à cet assaut contre les LIBERTÉS civiles des Québécois et je répète qu’il y a actuellement beaucoup plus urgent à faire que de discutailler sur une charte qui n’a absolument aucune chance d’être légalisée.

@ Francois premier

D’après votre lien, le barreau du Québec n’en sait rien, pas plus que la Marois dont je n’ai pas d’estime.

Y ont pas des ciseaux très coupants vos barreaux!

Celui des citoyens qui sont pour et majoritaires est pas mal plus aiguisé.

La batonnière a déclaré que le titre de La Presse était exagéré. De plus Denis Lessard aurait du révisé son article quand il souligne que l’affaire du turban sikh à la GRC a été tranchée par la cour Suprême. En fait, ce jugement a été rendu par la cour Fédérale du Canada. En ce qui concerne les extraits cités, je termine la lecture du mémoire et je ferai ma critique prochainement.

Dommage que le barreau, lui qui demande à grand cri des études, ne regarde pas en profondeur les jugements qu’il cite et met en renvoie. Ainsi, je cite : « Pour le Barreau, à défaut de «données probantes», «il nous apparaît déraisonnable d’adhérer à une prémisse selon laquelle « le port de signe ostentatoire revêt en soi un aspect de prosélytisme passif ou silencieux incompatible avec la neutralité de l’État, le bon fonctionnement de ses institutions et leur caractère laïque »», le barreau ne voit pas le prosélytisme des signes ostentatoires. Pourtant dans la décision Grant – celle du port du turban à la GRC – on peut lire dans le jugement des opinions d’experts qui mentionnent « Les symboles sont des codes qui permettent la transmission de messages. La chose est aisée à comprendre si l’on pense au feu rouge ou au panneau routier pictographique, qui ne comportent aucun texte mais transmettent un message seulement par leur forme ou leur couleur. Les symboles religieux sont aussi des codes qui permettent la transmission de messages. Ils sont porteurs de messages liés aux systèmes de valeurs et à la conception du monde (Weltanschauung) des adeptes d’une religion donnée. (…) L’ÉTUDE [les majuscules sont de moi] des religions a permis au professeur Gualtieri de constater que toutes, même celles qui ne sont pas expressément militantes, tendent implicitement à la domination des autres, parce que chacune prétend à la connaissance exclusive de la vérité en ce qui a trait aux valeurs et aux préceptes fondamentaux. (…) Selon le professeur Gualtieri, c’est quand l’État conserve la plus grande neutralité possible à l’égard des religions traditionnelles que sont le mieux garantis le pluralisme religieux, la tolérance et le respect mutuel. Cette neutralité est favorisée si les symboles de l’État ne se confondent avec ceux d’aucune religion et, à son avis, cela revêt une importance particulière quand on a affaire à des institutions publiques qui exercent les pouvoirs coercitifs inhérents à la police. » Que le barreau se le tienne pour dit.

Quelle magistrale démonstration de logique de Monsieur Gérard Bouchard dans ce débat:

http://www.lapresse.ca/debats/votre-opinion/201401/09/01-4727208-la-demagogie-au-pouvoir.php

Il a tout mon respect!

Extrait:

« La palme revient à Mme Marois qui donne la France en exemple en matière d’intégration des immigrants, tout particulièrement les immigrants d’Afrique du Nord, alors même qu’elle constitue un retentissant échec.

On ne jure que par «le peuple» mais on se comporte à son égard d’une façon très irrespectueuse en lui servant des faussetés, sachant que plusieurs citoyens, faisant confiance à leur gouvernement, ne les reconnaîtront pas. On dresse «les élites» contre «le vrai monde».

Pour ce qui est de la connaissance du terrain, on s’en remet aux perceptions courantes plutôt qu’aux études rigoureuses. En matière de suppression des droits, on s’appuie sur le précédent créé par trois ou quatre pays ou régions d’Europe en faisant abstraction de toutes les démocraties du monde qui ont choisi de respecter les libertés, y compris en Europe même. Et on évite soigneusement de parler des traités de droit internationaux auxquels le Québec est assujetti.

Il fallait que tout cela survienne dans le grand parti que fut celui de René Lévesque, si soucieux des droits et de la démocratie, si attaché à la transparence, et dont l’héritage a été fidèlement perpétué par des générations de politiciens et politiciennes, jusqu’à ce qu’il soit perverti par nos actuels dirigeants. C’est triste. »

TRISTE en effet de voir ces démagogues se servir du pouvoir pour discréditer tous ceuxx qui pensent différemment.

Tien…Drainville me fait penser à W.: souvenez-vous du « Ceux qui ne pensent pas comme nous sont contre nous. »!

Je préfère la réplique de Jocelyn Caron sur son site le Harfang.com. Voici le passage pertinent :
« L’international, lieu de toutes les faussetés

Le domaine toutefois où vous vous dépassez dans les affirmations grossières est celui des différents exemples internationaux. D’abord, vous semblez vraiment prendre le modèle français de laïcité en grippe. De la part d’un universitaire qui s’est bâti une carrière dans l’exaltation du caractère américain du Québec et du rejet de son lien avec la France, rien de bien surprenant : c’est votre droit le plus strict. Toutefois, lorsque vous avancez que le modèle laïciste français est la cause de ses problèmes d’intégration, vous laissez vraisemblablement vos sentiments prendre le dessus sur votre raison.

Viendrait-il à quelqu’un de sérieux l’idée d’associer la laïcité aux problèmes d’intégration que connaît la France? Personne là-bas – même les plus hautes autorités religieuses, le Conseil français du culte musulman en tête – ne tient un tel loufoque discours. La réponse se trouve ailleurs, dans des questions urbanistiques au premier chef.

Vient ensuite l’affirmation fausse que seulement « 3 ou 4 pays ou régions d’Europe » auraient légiféré de manière à « restreindre les droits ». D’une part, près de la moitié des länder allemands (8), dont la très cosmopolite Berlin, ont des règles qui balisent l’affichage de signes religieux ostentatoires dans leur fonction publique, ce qui en plus de la France, de certaines commissions scolaires britanniques, de cantons suisses ou d’autres États dépasse de loin vos chiffres.

D’autre part, un nombre important d’États ou de régions de l’Union européenne (18) ont des religions officielles ou sont des États concordataires qui ont signé des traités avec le Vatican visant à garantir des droits et privilèges aux catholiques. Difficile dans ces cas de ne pas garantir les mêmes droits aux minorités religieuses sans attaquer de front l’égalité entre les citoyens.

Voilà des faits que vous omettez systématiquement de mentionner et qui, s’ils étaient correctement soulevés, mineraient gravement votre argument, justement parce qu’il ne serait jamais accepté au Québec de définir une religion d’État ou de signer un traité avec le Vatican.

Toutefois, l’épouvantail le plus scandaleusement mensonger auquel vous avez maintenant recours est le respect des « traités de droit international auxquels le Québec est assujetti ». Auriez-vous l’amabilité s.v.p. de citer un exemple de ces « traités » que nous enfreindrions advenant l’adoption de la charte de la laïcité? Je suspecte que vous auriez beaucoup de misère à n’en trouver qu’un seul. Non seulement, s’il existait, cela ferait longtemps que la France aurait été remise à l’ordre, mais aussi, et surtout parce que le seul tribunal international s’étant penché sur la question de la laïcité – la Cour européenne des droits de l’homme – a maintes fois validé le modèle français que vous abhorrez tant.» http://www.leharfang.com/?p=594

En fait, à l’image de ce que vous reprochez au gouvernement, vous n’hésitez pas non plus à appuyer sur l’un des ressorts pernicieux de la psyché minoritaire des Québécois : en faisant appel à la supposée image négative que la majorité – dans ce cas-ci la communauté internationale – aurait de nous si nous adoptions cette charte, c’est la condition minoritaire du Québec que vous exacerbez dans le but de mettre le doute dans notre esprit. Venant d’un souverainiste, ce procédé donne la nausée, d’autant plus que vos doutes reposent sur des bobards.

Mais les Québécois sont pour.

Que voulez-vous, comme dirait le ti gars de Shawi, le gouwernement a le gros boutte.

Encore une tricherie?

Tant qu’a donner l’exemple de W vous feriez bien mieux en le citant correctement.

« Ceux qui ne sont pas avec nous sont contre nous » – George W. Bush

On sait tous que le gourvernement minoritaire péquiste se sert du débat sur la charte des valeurs… pour faire une diversion sur les vrais enjeux
qu`on aura à faire face dans l`avenir c`est à dire créer de l`économie et revenir à un déficit zéro!! 2 enjeux qui ne cadre pas du tout à leur programme électoral actuel! Semer la zizanie dans les opposants pour réaliser leur espoir de réussir à prendre le pouvoir majoritaire!

Malheureusement ce parti n`est pas équipé pour faire face à la compétition internationale et à l`économie mais beaucoup plus pour faire jaser le monde sur ce qui est bon pour notre identité nationale! Leurs priorités c`est la charte sur la laicité, les espaces verts, l`environnement, la dépendance au pétrole et les études par-dessus études entrecoupées de moratoires, l`électrification des transports publics et la gratuité des soins de santé et le gel des frais de scolarité etc… Voyez-vous à quelque part quelque chose qui nous rassemble nous les contribuables? Sans compter qu`ils vont proroger le gouvernement pour nous amener en élection hâtive avant de présenter aux payeurs d`impôt un budget désastreux qui mettrait à jour leur incompétance en matière économique!! En plus de tout cela un coup la charte…. adoptée sans compromis par le gouvernement péquiste; elle sera presqu`émmédiatement contesté devant les tribunaux et prendra le chemin de la Cour suprême du Canada pour être invalidée et inconstitutionnelle. vous voyez je suis un devin!!

@beauly02

« On sait tous que le gourvernement MINORITAIRE péquiste se sert du débat sur la charte des valeurs…pour faire une diversion sur les vrais enjeux qu`on aura à faire face dans l`avenir… bla bla »

Voyez-vous dans ce cas, c’est que les autres partis sont tous d’ACCORD, sinon le gouvernement serait renversé.

« Voyez-vous à quelque part quelque chose qui nous rassemble nous les contribuables? »

NON! Mais je trouve que plutôt que vos écrits provoquent et amène à la division.

« …présenter aux payeurs d`impôt un budget désastreux… »

Ce n’est rien à côté du gouvernement précédent. Comment s’appelait le gouvernement conservateur rouge précédent? J’ai oublié parce que ça coûtait très cher DÉFÉCITTE.

« …contesté devant les tribunaux et prendra le chemin de la Cour suprême du Canada pour être invalidée et inconstitutionnelle. »

Et cela choquera les Québécois qui deviendront encore plus séparatiste. Pour cette raison, les fédéraleux deviennent très agressifs sur les blogues se faire sentir les Québécois des minus ce qu’ils ne sont pas.

Ils ont une peur bleue que le Québec se sépare.

Moé itou je fais des oraisons divinatoires!

On sait TOUS que le gouvernement minoritaire péquiste se sert du débat sur la charte des valeurs… pour faire une diversion sur les vrais enjeux qu`on aura à faire face dans l`avenir ! Est-ce moi qui provoque la division ? À bien y réfléchir c`est à peu près tout le monde qui est divisé la-dessus; la preuve comme vous le dite vous-même , tous les partis sont d`accord pour ne pas aller en élection y compris le P.Q parce que selon les sondages on aurait un autre gouvernement minoritaire!!

C`est pourquoi la stratégie du P.Q est de mieux divisé pour gouverner! Et aussitôt qu`ils vont avoir la chance de passer majoritaire
grâce à l`identitaire nationaliste des québécois ( de souche) il vont aller en élection pour prendre la majorité , c`est simple!

C`est pourquoi je dis et redit que le P.Q se sert de la charte comme une stratégie!!!! C`est simple!

Maintenant le bilan économique du P.Q depuis son arrivée au pouvoir ( 1 an seulement ) est désastreux!! Diminution d`emplois,
hausse des tarifications, déficit de 2.5 milliards et l`arrêt complet des investissement au Plan Nord. Ça c`est un constat que nous
nous voyons à la télé, dans les journaux partout je ne l`ai pas inventé!! Je suis persuadé qu`en tant que payeur d`impôts (60 % de la population) je ne suis pas le seul à penser ce que j`écris!

Maintenant je n`ai aucune peur ( BLEU) celle du P.Q que le Québec se sépare car l`on sait aujourd`hui que par 2 fois il n`a pas voulu se séparer et les séparatistes forment environ 25 % des voteurs alors c`est eux qui ont intérêt à nous diviser et non pas moi
Vous me prêter de mauvaises intentions! Non moi je veux qu`on priorise les vraies affaire comme le développement de nos ressources naturelles au plus sacrant et qu`on cesse d`avoir PEUR de son ombre! Qu`on cesse d`attendre APRÈS LE BATEAU DU ROI!! Actuellement la vision à long terme du P.Q ne me met pas du tout en confiance et je ne suis pas le seul à penser comme cela! En passant j`ai déjà voter pour le OUI 2 fois du temps ou il y avait de vrais visionnaires et leaders! Aujourd`hui je n`ai vraiment
plus confiance aux artisans de la séparation tout simplement parce qu`il n`accepte plus dans leurs rangs des LUCIDES et des gens équilibrés qui signent un manifeste!! Il n`y a aucun leader économique dans les rangs péquistes et ils se sont approprié
le nationaliste et l`unifolié par la force et laissé en plan beaucoup de québécois qui rêvent d`être prospères et de sortir de notre torpeur! Je ne suis pas le seul qui pensent comme cela!!

« Vous me prêter de mauvaises intentions! »

Vous êtes très mal informé ou vous êtes de mauvaise foi.

« On sait TOUS que le gouvernement minoritaire péquiste se sert du débat sur la charte des valeurs… pour faire une diversion sur les vrais enjeux qu`on aura à faire face dans l`avenir ! »

Ce n’est pas pour faire une diversion, mais parce que le projet est rassembleur, même que plus de 40% des Canadiens du ROC sont d’accord avec le PQ. Ça m’écoeure que le PQ ait nommé ce projet « charte des valeurs québécoises », mais ça a pogné.

« C`est pourquoi la stratégie du P.Q est de mieux divisé pour gouverner! »
Là vous vous trompez; le gouvernement rassemble les Québécois et les partis n’ont pas le choix de suivre. Tous les gouvernements sont pareils.

« Maintenant le bilan économique du P.Q depuis son arrivée au pouvoir ( 1 an seulement ) est désastreux!! Diminution d`emplois,… »

Que voulez-vous que le gouvernement fasse en un an pour créer ou perdre des emplois? Payer du monde à rien faire? Le gouvernement, plutôt les gouvernements successifs ne peuvent qu’influencer à long terme l’économie et l’emploi. Ils ne font pas de magie, c’est le privé qui décide et se fout du gouvernement, mis à part les subventions.

« …hausse des tarifications, déficit de 2.5 milliards… »

Pour la hausse des tarifications les gouvernement précédents ne se sont pas gêné. Faire payer les pauvres pour économiser des impôts.
Le déficit de 2.5 milliards; il était quoi avant le PQ?

« …et l`arrêt complet des investissement au Plan Nord. »

Ça fait deux fois que vous le dis, ça n’est pas payant! Stéphane Gobeil vous en donne la preuve et vous me dites « Vous me prêter de mauvaises intentions! ».

« Ça c`est un constat que nous nous voyons à la télé, dans les journaux partout je ne l`ai pas inventé!! Je suis persuadé qu`en tant que payeur d`impôts (60 % de la population) je ne suis pas le seul à penser ce que j`écris!

Y a des menteries itou à la télé. Vous allez chercher vos constats à la mauvaise place. 37,2 % des contribuables québécois ne paient pas d’impôt sur le revenu et non 40 et vous êtes persuadé!!! Vous êtes allé chercher vos informations sur le hournal de mourial dans Argent? 42% des Américains ne payent pas d’impôts.

« … les séparatistes forment environ 25 % des voteurs… »

Vous allez chercher vos informations des libertariens, la petite droite du Québec ou vous en êtes un.

En 1995 50% des Québécois étaient séparatistes et ç’est sans compter ceux qui le sont mais qui ont peur. Aux alentours de 2009-2010 ils ont répondu à un sondage dont la question très claire était « Voulez-vous que le Québec devienne un pays souverain? ». La réponse : plus de 47%. Donc malgré les menteurs fédéraleux, depuis 32 ans, il y a une progression dans le désir des citoyens de se séparer du Canada. Et vous dites qu’en 3 ou 4 ans, ce serai tombé à 25%? La moitié?

« Aujourd`hui je n`ai vraiment plus confiance aux artisans de la séparation… »

Vous avec raison. Seul Jacques Parizeau a vraiment voulu la séparation. Aucun des quatre parti n’en veut, mais les citoyens la veulent la séparation à 50%.

« … moi je veux qu`on priorise les vraies affaire comme le développement de nos ressources naturelles au plus sacrant … »

Encore une fois je vous redis que ça ne paye pas. Trouvez-moi un pays sur la planète qui fait de l’argent avec les richesses naturelles, mis à part ceux qui ont du pétrole léger et du gaz qui leur sortent par les oreilles.

Pour les LUCIDES ils ne le sont pas plus que la majorité des gens, même moins, vu leur conflit d’intérêt. Bouchard à donné les hydrocarbures aux entreprises privés et vous, vous attendez le miracle de ExxonMobil (Esso), Shell, BP, Total SA, Chevron Texaco, le gros bateau quoi des rois quoi! Téléphonez leurs pour leur secouer les puces « au plus sacrant ».

Vous vous montez un gros bateau…

.
.
.
PS Je vois que votre maître à penser qui se fait mettre KO à toutes les phrases qu’il écrit vient vous donner un petit mot d’encouragement. Yé don fin. J’espère que vous allez lui dire merci.

Cher youlle, votre argumentaire est respecté, mais les Lucides ont toujours été et seront toujours en minces minorité et c`est normal car si tout les contribuables seraient LUCIDES

Sans doute que notre province serait riche et aussi on pourrait sans doute négocier avec notre pays pour de meilleurres!!! conditions! Sans se séparer

« …négocier avec notre pays pour de meilleurres!!! conditions! »
…et garder ses belles rocheuses.

Veux de fédéraliste qui veut toujours donner une dernière chance au fédéralisme.