Charte: l’épisode «Tea Party» du Québec

«En ciblant les minorités religieuses – en particulier les femmes musulmanes – le Parti québécois mobilise son écrasante base francophone.»

Bienvenue sur le blogue Le fouineur ! Si vous aimez la section « Actualités » du magazine, cet espace est pour vous. Ici, nous faisons une revue du Web dans ce qu’il a de plus instructif et divertissant à offrir : des nouvelles, des chroniques d’opinion, des vidéos, des tableaux… Toujours en restant en contact avec l’actualité. Vos commentaires et suggestions sont les bienvenus !

manif_charte

Avec son projet de loi sur la Charte des valeurs québécoises, le Parti québécois a pris un accent teapartyesque en se tournant vers les électeurs mâles, blancs et ruraux, affirme Martin Patriquin, chef du bureau politique au Québec de Maclean’s, dans une tribune d’opinion publiée dans le New York Times.

«Le but du Parti québécois est de sortir le Québec du Canada. En ciblant les minorités religieuses – en particulier les femmes musulmanes, qui se trouvent pour la plupart à Montréal ou ses alentours – le parti mobilise son écrasante base francophone», écrit-il, sous-tendant une tension latente entre les deux communautés.

L’argument n’est pas nouveau. Dans nos pages, le blogueur Jérôme Lussier s’était déjà aventuré sur ce terrain glissant. Concédant de «grandes différences» entre le Parti québécois et le Tea Party, il avait tout de même vu un lien entre la rhétorique des deux partis: «Les partisans conservateurs de la « Charte des valeurs québécoises » partagent ainsi avec le Tea Party une volonté d’exclure ou d’assimiler le plus possible les nouvelles minorités culturelles, et le désir d’imposer une « identité nationale » homogène et uniforme, inspirée d’un âge d’or révolu.»

Pour Patriquin, le Québec se distingue du reste du Canada en étant la seule province ayant utilisé à des fins politiques le «sentiment anti-immigration» qui trouble la population d’un océan à l’autre. Une stratégie vouée à l’échec, selon le chroniqueur, puisque pour gagner un référendum, il faudra «poser la question à tous les Québécois – y compris les personnes que le Parti québécois effraie ou utilise comme bouc émissaire aujourd’hui».

Plusieurs commentateurs sur le site du New York Times se désolent de la «désinformation» et de la «vision de la société centrée sur Toronto » de l’auteur. Un internaute note que la comparaison entre le PQ et le Tea Party serait «plus convaincante si les membres du Tea Party s’étaient exprimés sur la laïcité sans équivoque dans la vie publique».

Les commentaires sont fermés.

For one thing, Muslims make up a minuscule proportion of Quebec’s population: about 1.5 percent, compared with roughly 7 percent in France.

E n tout cas Patriquin n’est pas fort en chiffres: le Québec compte maintenant 250,000 Musulmans, soit 3% de la population du Québec. C’est la plus grosse communauté ethnique du Québec (les Juifs ne sont que 100,000 après un siècle de présence. (je ne peux écrire plus, l’espace est trop restrient)

C’est quand même paradoxal de constater que ceux qui condamnent la charte estimant qu’elle porte atteinte à la réputation internationale du Québec sont aussi ceux qui salissent le Québec dans les journaux étrangers. Pathétique…

Comparez le parti québécois au Tea Party ou aux nazis, cela ne vaut même pas la peine de faire un commentaire! Nadine Magloire