«Cher Tony, merci pour l’appui»: les 10 preuves marquantes de la commission Charbonneau

Autres temps, autres mœurs. Jean Charest et Tony Accurso apparaissent bras dessus, bras dessous sur une photo prise lors d’un cocktail de financement, en 2001.

À quelques semaines du dépôt du rapport final de la commission Charbonneau, L’actualité revient sur les moments marquants de cette vaste enquête sur l’industrie de la construction, le crime organisé et le financement des partis politiques. Aujourd’hui, les 10 preuves matérielles les plus marquantes.

À LIRE AUSSI:

Les 10 grands absents de la commission Charbonneau

«Everything is truqué»: les 10 citations marquantes de la commission Charbonneau

  1. Vito Rizzuto sur écoute

Le défunt parrain de la mafia montréalaise Vito Rizzuto a su échapper aux policiers pour l’essentiel de sa carrière criminelle. Dans le cadre de l’opération Colisée, les policiers avaient cependant réussi à le mettre sur écoute. Ces enregistrements, diffusés à la commission, ont permis d’apprendre qu’il tirait les ficelles du projet immobilier du 1000, rue de la Commune. Rizzuto a revendu pour 1,7 million de dollars cinq condos acquis pour un dollar… en toute légalité.

  1. Une alliance entre deux chums
Raynald Desjardins et Jocelyn Dupuis
Raynald Desjardins et Jocelyn Dupuis

Le caïd Raynald Desjardins, qui a tenté de prendre la relève de la mafia à Montréal après la débâcle du clan Rizzuto, et le directeur général de la FTQ-Construction, Jocelyn Dupuis, posent fièrement ensemble. Une alliance étonnante entre un mafieux et un syndicaliste.

  1. Le coffre-fort d’Union Montréal

Le collecteur de fonds Bernard «Monsieur 3 %» Trépanier était si efficace dans le financement que le coffre-fort d’Union Montréal ne fermait plus! L’image est restée, en dépit des lacunes dans le témoignage de l’organisateur politique Martin Dumont.

  1. La photographie de Jean Charest et Tony Accurso
Jean Charerst et Tony Accurso
Jean Charest et Tony Accurso

Autres temps, autres mœurs. Jean Charest et Tony Accurso apparaissent bras dessus, bras dessous sur cette photo prise lors d’un cocktail de financement, en 2001, alors que le timonier du Touch était encore un personnage fréquentable. «Cher Tony, merci pour l’appui. Amitiés», a écrit à la main le futur premier ministre.

  1. Les liasses d’argent de Gilles Surprenant et Luc Leclerc
Argent de Suprenant
Les liasses d’argent de Gilles Surprenant

Gilles Surprenant et Luc Leclerc, deux ingénieurs de la Ville de Montréal corrompus par la mafia et les membres du cartel des entrepreneurs, ont fait acte de contrition à la commission. Ils ont remis respectivement 122 800 dollars et 90 000 dollars lors de leur témoignage.

  1. Les certificats de solliciteurs du PLQ

Elle se disait aussi fâchée et consternée que le reste de la population. Violette Trépanier, responsable du financement au PLQ, n’a pas été en mesure d’expliquer la propension naturelle de son parti à recruter des collecteurs parmi les gens d’affaires arrêtés par l’UPAC. Rosaire Sauriol, Lino Zambito, France Michaud, Riadh Ben Aïssa et Paolo Catania faisaient tous partie de la liste officielle des solliciteurs libéraux…

  1. Les écoutes électroniques de l’opération Diligence

Les tentatives d’infiltration du Fonds de solidarité FTQ et de la FTQ-Construction par le crime organisé ont été documentées dans le cadre du volet 2 de l’opération Diligence. Les conversations interceptées par la police témoignent des mœurs toutes particulières de la centrale syndicale.

  1. Les photos de vacances sur le Touch
Jean Lavallée sur le touch
Jean Lavallée sur le Touch

Le luxueux yacht de l’entrepreneur Tony Accurso était l’instrument par excellence du développement des affaires. Les leaders syndicaux tels que Jocelyn Dupuis et Jean Lavallée se la coulaient douce avec l’un des plus gros patrons de la construction.

  1. Les vidéos de surveillance du Consenza

Dans le cadre de l’opération Colisée, la GRC a réussi à infiltrer le café Consenza, le quartier général de la mafia à Montréal. Le défunt parrain Nick Rizzuto père y collectait le pizzo des entrepreneurs, dont Nicolo «Monsieur Trottoir» Milioto. Des hommes d’affaires louches, des mafieux, de l’argent comptant, des bas… Des images marquantes!

  1. Les enveloppes brunes

Il vous faut vraiment une explication?

[brightcove id=’4620181064001′ width=’640′ height=’360′]

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

11 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Quand une commission d’enquête chargée d’étudier les dépassements de coûts, le non respect des délais et la piètre qualité des travaux dans le domaine de la construction fini par coûter plus chère, à prendre plus de temps que prévu ne semble pas avoir atteint les objectifs fixés et on a une belle illustration du modèle québécois…

Tony Accurso et son groupe sont aussi actifs en Ontario, dans la région d’Hawkesbury : usines de béton, cimenterie, etc. Le gouvernement du Québec est probablement infiltré par la mafia jusqu’à l’os. Rien ne change, les gros poissons mangent les petits ! Les faibles prennent leur trou…

Et dire que Jean Charest n’a même pas eu à comparaitre à cette Commission!
Et dire que Philippe Couillard, de la même cuvée aurait été réélu, en tout cas, il l’a été officielllement…
Et dire que ce dernier n’a rien de plus pressé que de saboter tout le système relatif aux rouages de nos droits, notre santé et l’éducation!
C’est à mon avis, le plus grand ennemi du Québec!
Espérons que ses opposants procéderont avec pacifisme et intelligence!

Oui…bien sûr…faire un surplus et gérer les finances de façon adéquate et professionnelle au Québec, c’est « être le plus grand ennemi » de la province.

Misère…

ce sont des crime tres grave qui laisse les gens en toute liberté sans aucun proces en cours meme le fond de solidarité de la FTQ qui est infiltré par la mafia on leur donne une petite tape sur les mains et on leur dit ne recommencez pas cest pas bien beau ce que vous avez fait ca fait dur en TA….

Les citoyens semblent avoir la mémoire courte. Monsieur Couillard a quitté le gouvernement Charest, il devait y avoir des raisons solides pour le faire et une de celle-ci étant l’ambiance de corruption qui y sévissait. D’autre part il ne faut pas mêler tout, le fait que monsieur Couillard soit obliger de couper dans TOUS les services est le résultat des gouvernements précédents qui nous ont fait vivre au dessus de nos moyens. D’ailleurs, des coupures il y en a partout sur la planète et pour beaucoup de ceux-ci elles sont beaucoup plus drastiques. Pour ceux qui pensent que les coupures sont terminés, rêvent en couleur. Faut-il il faire remarquer que les dépenses discrétionnaires par citoyen augmentent de façon fulgurante. Hors avant de pointer les gouvernements du doigts, les citoyens devraient se regarder dans le mirroir.

Oo semble surpris par les agissement des syndicats. Avec la ftq Ça toujours existé tout comme nos gouvernement.

Exact et le gouvernement Harper avait commencé à prendre des mesures correctives pour régulariser la situation des syndicats mais la population a préféré voter pour « selfie » Trudeau…

Si la commission Charbonneau, ne tient pas compte de ces 10 points manquants , elle aura coûté vraiment trop cher , et confirmera tous les doutes d’un inutile gros show
de télévision…