Chômage en novembre: Québec toujours médaille d’argent

Nous interrompons (pour un quatorzième mois consécutif) le lancinant commentaire anti-modèle québécois des plumes économiques locales pour vous transmettre ce bref message d’intérêt public.

Commentateur de droite apprenant que le taux de chômage est moins élevé au Québec
Commentateur de droite apprenant que le taux de chômage est toujours moins élevé au Québec qu'en Ontario et aux USA.

Taux de chômage en novembre 2010 :

Canada : 7,6 %
Québec  : 7,9%
Ontario : 8,2%
États-Unis : 9,8 %
Union européenne : 9,6% (octobre)

Nous retournons maintenant à notre programme régulier.

Note en petits caractères :

Les billets du vendredi « Temps durs pour les détracteurs du modèle québécois » ne prétendent pas que tout est parfait au Québec, loin s’en faut. L’auteur a d’ailleurs proposé, dans ses ouvrages et sur ce blogue, des réformes nombreuses et importantes visant à surmonter plusieurs des importants défis auxquels le Québec est confronté. Cependant, la série permet de percer quelques trous dans le discours ambiant qui tend à noircir la situation globale du Québec qui, pourtant, affiche d’assez bons résultats comparativement aux autres sociétés semblables.
Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

34 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Il faut calculer les BS et ceux qui ne recherchent plus un emploi et ceux qui travaillent en dessous de la table et aussi le vieillissement morbide des Québecois

Au Québec on représente 23% de la population canadienne.

…et 19% du PIB

http://www.zurich-base-line.com/cn_gdp_num_data.html

Maudit que notre modèle est bon… SUPÉRIEUR y’a vraiment aucun doute!

(et encore heureux qu’on inclut pas les états américains dans la comparaison sachant que la plupart des province Canadiennes croupissent au fond du classement)

Lachez pas M. Lisée, on apprécie l’humour.

Pour une masse salariale de???
C’est quoi cette compétition?
Qui est dans la course? Et ça rapporte à qui?
êtes-vous certain de comparer des pommes avec des pommes?
Que font ceux qui ne sont pas inclu dans ces chiffres?
Crève de faim car ils n’ont plus droit au chômage? Retraité avec une grosse pension de fonctionnaire ou avec un gros fond de pension de GM? Ou a la queue dans la file de la banque alimentaire?
Sommes-nous moins pauvre individuellement et ou collectivement? Dans quels conditions vivent nos pauvres? A-t-on le même nombre da sans-abris? Sommes nous plus ou moins généreux individuellement et ou collectivement. Le taux de chômagequ’est-ce ça dit exactement???
Quand on veut endormir des gignorant on leur gharoche un chiffre hors contexte et ils sont ben heureux. Je ne crois pas que ça soit le cas des bloggeurs ici. Alors changer

Alors changez cette chronique ou bien vous l’étaillez en mettant en corrélation avec d’autres données, ou bien vous dites exactement ce que vous pensez que ça explique.
OK le taux de chomage est plus bas. POURQUOI?
Parce qu’il y a eu création d,emploi? Si oui de quelle nature, permenent, temporaire, saisonier, projets? Ou bien parce que les gens n’ont plus le droit, ils ont épuisés leurs semaines, sont malades, retraités ou retourné aux études? Et factuellement ça donne combien de personne cette différence? Est-ce qu’il y a un programme pour entrepreneurs qui explique la baisse du taux? Y a t-il augmentation ou diminution de la population ça joue aussi car on parle de aux donc de pourcentage de la population qui part travailler aux états-unis par exemple la proportion de chômeur diminue.

J’interviens pour la première fois dans ce type de message d’intérêt public sur des thèmes sociaux et économiques sur l’État du Québec. Pourtant si on peut reconnaître que le modèle québécois développé depuis 45 ans dépasse la qualité ou la médiocrité des gouvernements du Québec existants.

Il n’en reste pas moins relativement qu’à chacune de ses espèces de chroniques, M.Lisée semble accorder un crédit indirect à la gouvernance du gouvernement libéral de Charest. Ce gouvernement qui pour l’ensemble de son œuvre ne mérite vraisemblablement depuis 2003 qu’un maigre 3 sur 10!! Québec : 7,9% de chômage, un petit peu de crédit pour le gouvernement Charest? Encore que ce ne soit pas 5,5%, non plus loin de là.

Plus qu’apparemment, autre remarque, qu’une région comme le Témiscamingue soit en sérieuse difficultés ce ne sera pas inscrit dans l’évaluation globale de l’économie du Québec. Alors, ce type d’évaluation? On peut jouer avec les chiffres, les économistes, les politiciens et les journalistes le font si bien!

La médiocrité des redevances obtenus de nos mines et forêts dans les régions dites ressources, (appellation condescendante dirigé de Montréal et Québec malhabile pour nommer certaines régions du Québec) cela représente certes une économie qui procure de l’emploi quoique instable mais qui en termes de richesses obtenues laisse à désirer.

S’opposer légitimement contre les organismes néolibéraux ne signifie pas faire le jeu du gouvernement en place ou faire l’apologie collatérale de l’optimisme béat!

Le taux de chômage au Québec est maintenant plus élevé que la moyenne canadienne. ; nous allons faire du surplace pendant plusieurs années. Je passe sous silence les autres indicateurs économiques dont M. Lisée préfère ne pas parler car ceux-ci démontrent que le Québec est un piètre élève en terme de richesse et de productivité.

Le modèle étatique du Québec va continuer de sous-performer et il faudra s’y faire.

M. Lisée, la médaille de bronze approche et je n’en retire aucune satisfaction..

Dans ma région Gaspésienne le chaumage a baisser parce que les gens sont partie travailler a l,extérieure du québec

@Brasseur
Vous vous fiez au PIB pour mesurer la productivité ??
Un travailleur du territoire du Nord West est-til 2 fois plus productif avec une petite cape rouge et un « S » sur la poitrine qu’un travailleur Ontarien?
Ca me fait penser a un reportage sur l’Islande, alors que les fansboys du Neoliberalisme etaient en admiration devant la croissance economique fulgurante, le reporter demande a un islandais comment expliquer cette productivite (sur papier) et le jeune festif de repondre a la blague que 1 surhomme Islandais vaut 3 humains normaux, ce reportage etait le seul a expliquer qu’il s’agissait d’un feu de paille artificiel(comme les autres pays dans l’euphorie du neoliberalisme et de la speculation) et que tout allait s’effondrer, ce qui arriva.

On doit augmenté la productivité(methodes, automatisation, technologie,etc), mais dans une optique d’economie reele et productive, et tenir compte de la qualité de vie des gens en pratique.

M. Lisée, l’an dernier, les investissements privés avaient baissé de 3 G$ au Québec et les investissements publics avaient augmenté de …3,1G$!!! Pourquoi le modèle québécois s’en est bien bien sorti? On a investi de l’argent qu’on avait pas. Les autres nations ont investi moins massivement. Le problème c’est qu’au Québec, on ne rembourse pas nos dettes quand ça va bien (cette bonne vieille théorie keynésienne): on crée de nouveaux programmes sociaux!!! Le gouvernement ne pourra se substituer au secteur privé éternellement. Prédiction: vos beaux chiffres vont plonger d’ici peu car le gouvernement ne pourra continuer longtemps d’investir à ce rythme pour la simple raison qu’il est présentement incapable de contrôler ses dépenses.

À chaque moi je me dis que JF Lisée aura assez de bon sens pour cesser de publier ces billets sur le chômage qui le font tant mal paraître… Hé bien non, à mois aprÈs mois, la farce continue…

Fait intéressant, quand cette série de billet a débuté, l’argument était à l’effet que le Québec avait un taux de chômage au Canada. Quand le Canada a finalement mieux fait que le Québec, le cherry-picking a débuté!

Ainsi donc le Québec se mérite une médaille d’argent même si le Manitoba (5,1%), la Saskatchewan (5,5%), l’Alberta (5,6) et la Colombie-Britannique (6,9%) ont un meilleur taux de chômage que le Québec (7,9%).

Les mathématique socialistes me surprendront toujours…

Fait intéressant, de Novembre 2009 à novembre 2010, le taux de chômage du Québec a reculé de 0,2 pt de % au Québec. En Ontario, c’est un recul spectaculaire de 1,0 pt de %.

Autre fait intéressant, le moi dernier, le Québec a perdu 14 100 emplois. Le moi dernier, l’Ontario a gagné 31 200 emplois !!!

J’imagine qu’on peut maintenant retourner au programme régulier.

À chaque semaine, Monsieur Lisée repousse les limites de la logique et du rationnel et nous dévoile un sens de l’humour que nous ne lui connaissions pas!

Vous devenez plus impayable semaine après semaine Monsieur Lisée et je voudrais profiter de cette tribune pour vous remercier d’apporter un peu d’éclat fantaisiste dans notre économie qui en a grand besoin.

Bel exemple de discussion qui mènera jamais à rien. Parce que plus personne ne connait son histoire. Des bribes d’info souvent vraies, mais qu’il faut mettre en contexte. Vous aurez beau sortir tous les chiffres que vous voulez, il est clair que le Québec se tient malgré tout debout grâce à des initiatives lancées durant les périodes Lesage et Lévesque. Le plus bel exemple est Hydro-Québec, notre vache à lait nationale. On n’a pas laissé la chance à ce modèle d’aller plus loin. Beaucoup de forces politiques s’affairent à le détruire, car il les empêche d’étendre leurs empires et leurs profits déjà faramineux. C’est vrai qu’on pourrait être plus productif, si on avait reçu notre juste part des investissements en R&D dans les 50 dernières années. Mais on paie encore pour des décisions fédérales qui nous maintiennent dans la médiocrité. Il est vrai qu’on pourrait tirer beaucoup des ressources naturelles. Mais même le PQ est réticent à tirer les redevances correctes. Il est vrai qu’on dilapide dans l’industrie pharmaceutique et la construction. Il n’y aurait pas eu de déficit si on gérait comme il faut. Ce n’est pas cela le modèle québécois. Ça ressemble plus à une république de banane présentement. Et c’est ce même esprit de colonisé qui affecte notre productivité, car les grandes entreprises qui nous prennent pour une grosse région ressource, achètent des entreprises productives pour avoir la main mise sur la ressource, puis les laissent mourir à petit feu, en donnant tous les profits aux actionnaires plutôt que de l’investir (malgré tous les avantages fiscaux du Qc, crédits d’impôt recherche et tout). Vive un vrai modèle québécois qui se débarrassera de cet esprit de colonisé et de la main mise des grosses corporations sur le gouvernement.

@Pierre Brasseur

Le PIB de l’Alberta et de TN est scandaleusement gonflé par le prix du pétrole. Le PIB du Québec, plus « PME », se retrouve donc plus rapetissé.
Même si TN a un PIB plus élevé que le Québec y’a personne qui va soutenir que les Terre-Neuviens sont plus riches que les Québécois.

C,est de la propagande favorable à Charest et ses fédéralistes commandités et durant ce temps pas un mot sur le PIB inférieur à notre population , pas un mot sur nos argents fédéraux destructifs et angliciseurs et sur la qualité des emplois et le taux des salaaires

J’aime mieux l’humour des « gauchistes » que la frustration brûlante des « droitistes » qui semblent être assis sur un piment Jalapeno.

@ rod

De 1997 à 2008, la part de l’industrie pétrolière dans le PIB albertain à baissé de 33% (de 27,9% à 18,6%).

De plus, il y a plus de PME en Alberta qu’au Québec.

Au Québec il 6 a 72,1 entrepreneurs par 1000 habitants. En Alberta c’est 95,1 et dans le ROC c’est 82,9.

En 2009, si le Québec avait eu le même taux d’entrepreneuriat que dans le reste du Canada, il y aurait eu 84 294 entrepreneurs de plus au Québec. Si chacune de ces entreprises avait permis de créer 3 emplois, c’est 252 882 Québécois qui seraient au travail, soit plus de la moitié du nombre de bénéficiaires de l’aide sociale (486 300 personnes).

Pierre Brasseur:
Au Québec on représente 23% de la population canadienne… et 19% du PIB

Êtes-vous donc né de la dernière pluie? Êtes-vous conscient que le taux de chômage à Montréal a déjà été à 14%? Que depuis au moins 2 générations l’écart entre Montréal et Toronto avait toujours été de 1,5% à plus de 5%, et que maintenant il est négatif? Idem pour l’écart du taux de chômage entre le Québec en général et l’Ontario.

Le PIB per capita de l’Ontario était considérablement plus élevé que celui du Québec en 1945. Depuis, l’écart se comble, que ce soit sous Duplessis en 45-60 ou depuis la révolution tranquille. Et ce, en dépit de plusieurs chocs que Montréal a dû absorber comme le déclin dans le transport (voie maritime du St-Laurent, Mirabel), la finance (fuyant la prise du pouvoir par les « nazis » en 76) et sans certains des avantages (pacte de l’Auto, présence de la capitale fédérale etc) ontariens.

Il est absurde de se contenter de comparer les chiffres du jour et d’en déchirer sa chemise sans les replacer dans un contexte. Des retards systémiques ne se rattrapent pas du jour au lendemain. Un peu de perspective historique je vous prie.

David,

Cette manie des libertaires de choisir l’Alberta comme comparable pour le Québec est assez ridicule. Partout dans le monde, les revenus du pétrole sont une manne pour les pays qui en ont. Le Yemen est un pays extrèmement pauvre, l’Arabie Saoudite est très riche. La différence n’est pas que les Yéménites sont pleins de socialistes du Plateau donc pauvres alors que les Saoudiens sont libertaires donc riches, c’est que l’un a plein de pétrole et l’autre peu. Idem pour Norvège vs Suède, Gabon vs Cameroun, etc. Il y a une limite à refuser de voir le nez au milieu de la figure. Les Albertains ont frappé le gros lot géologique, tant mieux pour eux, mais SVP arrêtez de vouloir en faire une question de supériorité morale.

Les hydrocarbures albertains ont attiré la pétrochimie, amènent des profits d’entreprise, des redevances, des emplois bien payés. Les derniers chiffres que je trouve indiquent que le gouvernement provincial albertain aurait reçu 12 milliards uniquement en redevances. Avec 12 milliards, le gouvernement du Québec comble son déficit, passe à contributeur dans la péréquation et trouve encore le moyen de faire un surplus.

NB: il semble qu’en 2007 8 des 10 plus gros employeurs en Alberta étaient publics. Des communistes, je vous dis!

François 1
« Monsieur Lisée repousse les limites de la logique et du rationnel »

En quoi constater que le taux de chômage au Québec est présentement plus bas que celui de l’Ontario, des États-Unis ou de l’Union Européenne relève-t-il de l’irrationnel ou de l’illogique?

@ Léon Blanc-Sec

Je suis libertarien, pas libertataire. Libertarien et libertaire sont 2 philosophie politiques totalement différentes.

De plus, dans mon commentaire je ne pas pas uniquement de l’Alberta mais aussi du Manitoba, Saskatchewan,Colombie-Britannique et Ontario.

C’est Rod qui a voulu parler spécifiquement de l’Alberta.

Et la comparaison avec l’Alberta reste parfaitement valable car on a la preuve depuis quelques semaine que si les Québec avait des sables bitumineux, il serait impossible de les exploiter.

David,

Oui bon, ça va, je connais les « libertarians » depuis 20 ans. La traduction de libertarian en libertarien me fait grincer des dents comme étant peu française, mais bon, soit, libertarien.

Je maintiens que les libertariens québécois comparent sans cesse le Québec à l’Alberta. Or jusqu’à ce qu’à l’exploitation du pétrole, l’économie de l’Alberta roulait sur les céréales et l’élevage du boeuf, un autre Manitoba. Point. Terre-Neuve était de loin la province la plus pauvre au pays. Rien contre les Terre-Neuviens, mais on ne devient pas riche avec la pêche à la morue. Depuis qu’ils exploitent du pétrole offshore, c’est le pactole. Ils ne sont pas devenus du jour au lendemain des génies de l’entrepreneurship et de la création de richesse. Ils ont foré du pétrole et ça paie. Énormément.

Évidemment, pour que la logique libertarienne fonctionne, il faut comparer les pommes avec les tomates tout comme l’électricité avec le pétrole.

Mon Dieu que j’ai hâte que l’on exporte notre électricité dans le reste du monde!

@25Léon Blanc-Sec :
décembre 5, 2010 à 12:03
François 1
“Monsieur Lisée repousse les limites de la logique et du rationnel”

En quoi constater que le taux de chômage au Québec est présentement plus bas que celui de l’Ontario, des États-Unis ou de l’Union Européenne relève-t-il de l’irrationnel ou de l’illogique? »

Faut surtout pas demander à un libertarien d’être rationnel, c »est impossible.

@ Léon Blanc-Sec

Ce n’est pas une « traduction », ces 2 termes désignent des réalité complètement différentes.

Et qu’elle décision a été prise récemment par le gouvernement concernant l’exploitation du pétrole dans le St-Laurent ?

Un moratoire !

Voilà pourquoi la comparaison avec l’Alberta est d’autant plus pertinente.

D’un côté une province qui exploitent ses ressources pour être indépendantes. De l’autre une province de quêteux qui n’est bonne que pour demander de l’argent aux autres provinces.

@ Albert

C’est rational de dire que le Québec est 2e quand un paquet de provinces font mieux que nous ?

La logique des mathématiques socialistes je suppose.

David,

Et je disais simplement que je trouve malheureuse la traduction en « libertarien » de l’anglais « libertarian ». D’autant plus que le « libertarian » anglais vient du français « libertaire ».

Je souhaite l’exploitation des hydrocarbures québécois, tout comme le gouvernement du Québec d’ailleurs. Mais ces ressources ne vont pas disparaitre. On peut prendre le temps de regarder comment on va procéder. Les Madelinots ne sont pas aussi enthousiastes que vous; ils se souviennent encore de l’Irving Whale. Un libertarien comme vous vous targuez d’être devrait comprendre qu’ils veulent des garanties que leurs propriétés, leurs bateaux et permis de pêche, leurs revenus de tourisme ne seront pas anéantis par les décisions gouvernementales sur l’exploitation des ressources.

David #30,

Ça commence à bien faire, le Québec quêteux. Vous parlez de péréquation? Le Québec n’a jamais quêté la péréquation. Il s’agit d’un principe canadien, enchâssé en 1982 dans la constitution canadienne, rapatriement célébré par tous comme le triomphe des valeurs canadiennes (sauf par le gouvernement du Québec). Depuis il est géré par des Canadiens, qui décident entre eux quels en seront les paramètres.

Si les valeurs fondamentales du Canada vous font tant horreur, libre à vous de le quitter.

@ Léon Blanc-Sec

Ce n’est pas une question de traduction. Ces 2 mots, libertaires et libertariens, désignent des philosophie politique aux antipodes.

Et pour les Madelinots, ils ont parfaitement le droit de refuser d’exploiter le pétrole. Mais ils ne devrait pas s’attendre à recevoir de l’aide de l’État.

Ils doivent assumer les conséquences de leurs décisions.

Et désolé mais la péréquation, c’est l’équivalent d’un chèque de BS.

On ne devrait pas être fier de recevoir de la péréquation.