Chômage : Québec en tête pour un neuvième mois

Nous interrompons (pour un neuvième mois consécutif) le lancinant commentaire anti-modèle québécois des plumes économiques locales pour vous transmettre ce bref message d’intérêt public.

Commentateur de droite apprenant que le taux de chômage est moins élevé au Québec
Commentateur de droite apprenant que le taux de chômage est moins élevé au Québec.

Taux de chômage en juin 2010 :

Québec  :  7,8 %
Canada : 7,9 %
Ontario : 8,3 %
États-Unis : 9,5 %
Union européenne : 9,6 % (mai)

Selon StatsCan : « Le Québec s’est classé au premier rang de toutes les provinces pour ce qui est de la progression de l’emploi depuis juillet 2009, son taux de croissance à ce chapitre s’étant établi à 3,0 % (+ 117 000). »

Nous retournons maintenant à notre programme régulier.

Note en petits caractères :

Les billets du vendredi « Temps durs pour les détracteurs du modèle québécois » ne prétendent pas que tout est parfait au Québec, loin s’en faut. L’auteur a d’ailleurs proposé, dans ses ouvrages et sur ce blogue, des réformes nombreuses et importantes visant à surmonter plusieurs des importants défis auxquels le Québec est confronté. Cependant, la série permet de percer quelques trous dans le discours ambiant qui tend à noircir la situation globale du Québec qui, pourtant, affiche d’assez bons résultats comparativement aux autres sociétés semblables.
Laisser un commentaire

Salut Jean-François,
Je ne comprends pas le but de cette chronique. D’une part, jamais les détracteurs du « modèle québécois » n’admettront la réalité et d’autre part, cette chronique ne convaincra personne de la nécessité de faire l’indépendance. Je préférerais de beaucoup une chronique dans laquelle vous pourriez démontrer, selon l’actualité, à quel point le « modèle québécois » serait plus efficace dans un Québec indépendant.
Sans rancune.

Michel Laurence,

« … jamais les détracteurs du “modèle québécois” n’admettront la réalité…” (Michel Laurence)

Bien sûr qu’ils n’admettront jamais.

Ils seraient fous et incohérents de le faire. Le pire est qu’ils se donnent eux-mêmes les coup de pieds au cul chaque fois qu’ils écrivent ou s’ouvrent le clapet. Que voulez-vous la religion a très bien enseigné l’esprit de sacrifice aux Québécois.

Par contre, ce sont les détracteurs qui ont eu le plus grand droit de parole depuis 40 ans. De plus si on inclue le clergé au Québec on remonte à plus de 200 ans de mensonges.

Les Québécois ont été détractés et désinformés comme rare des peuples l’ont été dans le monde. On a qu’à penser à notre histoire que ces derniers nous ont cachée ou tordue à tour de bras au point qu’il faille aller chercher des informations aux USA pour la compléter.

Alors M. Laurence, à mon avis, la première chose à faire est de dénoncer ces détracteurs qui nous MENTENT depuis 200 ans et encore aujourd’hui.

Dans un deuxième temps, sortir la vérité, ce que M. Lisée fait aujourd’hui dans son billet.

La seule chose que je peu reprocher, est que ces informations ne parviennent pas au « petit peuple », ce dont se chargent les détracteurs en faisant leur show de « mentries ».

L’important Monsieur est que le peuple sache ce à quoi les détracteurs s’opposent comme vous le verrez dans les prochaines interventions.

Par la suite, ce peuple sera très bien en mesure de se faire une opinion.

Pour une fois que les québecois puissent se permettre de se péter les bretelles. Vous devez une fiere chandelle au gouvernement Charest.

Je bisse le commentaire de monsieur Laurence. Bien que même dans la perspective évoquée, je suis d’avis que jamais cela convaincra quelqu’un fermé à l’idée même de la Souveraineté du Québec. Et il y en a quelques uns ici.

C’est loin d’être terminé il y a encore à ajouter celles chez Shell et ses sous-contractants celles dans le domaine pharmaceutique et toutes celles qu’on ne connait pas encore. Mais tout cela n’a rien avoir avec la Souveraineté, mais avec le pouvoir de l’argent, des multinationales.

Héhé ! ce n’était qu’une question de temps avant que les preuves se fassent. Quand la richesse se concentre dans les mains de quelques uns comme ailleurs en Amérique du nord c’est la catastrophe quand le système plante mais le modèle québécois se base sur les travailleurs, ceux qui produisent. Quelle chose effrayante que 40% des travailleurs soient syndiqués, un vrai boulet pour l’économie. Il ne reste qu’à faire un peu de ménage et on devrait être bons pour aller loin.

@ Paul Pieter Kruijmer

Votre chandelle en est une morte.

Ce que récolte aujourd’hui le Québec est du à 50 ans d’efforts à s’instruire, à relever le défi du remplacement des entreprises américaines et à s’ouvrir sur le monde.

Le frisé anglophone John James n’a absolument rien à voir, au contraire il s’affaire à donner de la misère au système de santé et de l’éducation.

Notre priorité qu’il disait.

Il a tenu parole.

Ce qui arrive aujourd’hui, est dû au peuple québécois qui s’est pris en main.

@laurence

On ne peut pas prédire que ce qu’un Québec souverain fera.

Si j’ai bien compris, le but de cette savoureuse série n’est pas de prouver qu’un Québec souverain ferait mieux, mais juste de montrer que le modèle québécois, en dépit de toutes ses tares, s’en tire beaucoup mieux que le reste du continent, voire du reste du monde.
M. Lysée précisera si j’interprète mal sa série.

Fraudait demander à Obama si le modèle Québécois fonctionne…

Moi ce que je remarque surtout c’est que l’écart diminue.

C’est donc ça le modèle Québécois.

Des décennies de dette, et de taux de chômage chronique pour avoir quelques mois inférieur à la moyenne.

Imaginez que vous placez votre argent dans une compagnie. Durant 29 ans, votre placement obtient un rendement négatif (vous perdez de l’argent) et finalement, à la 30e année, vous êtes en mesure d’avoir un petit rendement positif. Toute personne normalement constituée considérerait que ce placement a été désastreux, mais pas les partisans du modèle québécois. Parce que pour eux, le petit gain de la 30e année suffit à faire oublier les 29 années de pertes.

N’importe quoi.

Quand on se rattache à quelque chose d’aussi mince, c’est la plus belle preuve que ce fameux modèle a échoué lamentablement.

Bonjour,

Excellente chronique comme d’habitude.

J’ai bien hâte de connaître votre position sur la guerre de chiffres que se livrent Bachand VS Québécor…dans le grand silence de Power-Gesca (bizarre ce silence, non? Imaginez le PQ au pouvoir? HOH LA LA LA !!!

@Paul Pieter Kruijmer :
……… « Pour une fois que les québecois puissent se permettre de se péter les bretelles. »

Simple question, et une correction :

– il semble que, selon la formulation de son commentaire, ce Monsieur n’est pas Québécois ou du moins ne demeure pas au Québec ? Peut-être que je erre ?
J’espère que je ne suis pas raciste en posant cette question (héhé).

*
Il aurait dû, il me semble, écrire : « Pour une fois que nous pouvons nous péter les bretelles. » ; « Nous devons une fiere chandelle au gouvernement Charest.»

Pour cette dernière phrase il aurait été plus juste de dire : » Nous devons une fière chandelle au gouvernement Charest, qui après avoir gelé les dépenses de tous les ministères (excepé Éduc. + Santé) de 2003 à 2007, a été obligé — devant la grogne populaire (trous d’autruches et « Ponts et Chaussées » — de bouger ENFIN.

Quand ?
Juste avant les élections de 2008 ; à l’exemple de Duplessis, un autre conservateur qui promettait les mêmes choses, dit-on !

Bonne journée,

JRD

En passant, comment peut-on dire que le Québec est « en tête » depuis 9 mois ?

Le Manitoba, la Saskatchewan, l’Alberta et la Colombie-Britannique ont tous un taux inférieur ou égale à celui du Québec.

ReBonjour,

J’allais oublier de remercier Mme King pour son lien.

C’est apprécié et continuez d’être « constructive » et de nous dire votre désespérance ou votre enthousiasme sur l’avenir des francophones du ROC.

Vous êtes dans une position privilégiée pour nous donner l’heure juste.

Amicalement,

JRD

@Michel Laurence

Au contraire. Cette chronique permet de mettre les pendules à l’heure pour ceux qui n’ont pas adopté un point de vue comme une religion. Au lieu de tout rejeter en bloc, ça permet au moins de voir ce qu’il y a de bon pour ceux qui gardent l’esprit ouvert.
Évidemment, il y en a qui préfèrent garder une approche misérabiliste et se répéter à quel point nous sommes minables. Ou ceux qui voudront tout ramener à un débat fédéralisme/indépendance. Et ça y touche un peu: Les fédéralistes aiment dépeindre le Québec comme une société qui n’est pas viable pour favoriser leur propre idéologie. Mais s’il reste des électeurs qui veulent faire un choix éclairé sur les enjeux de société, alors ça vaut la peine de montrer les chiffres comme ils sont.

@David: Ouais, j’aimerais bien demander à Obama ce qu’il pense de nous. Nous avons l’assurance-maladie qu’il n’a pas réussi à implanter. J’aimerais comment il trouve l’impact de la crise immobilière au Québec. Puis qu’il commente notre écart entre minime les riches et les pauvres. Puis, tant qu’à y être, comment nous avons réussi à éviter le pire du choc démographique avec nos horribles politiques natalistes socialisantes.
Il n’aimerait surement pas tout. Mais lui, contrairement à vous, semble capable de nuance.

Pour un peuple comme les Québécois, la meilleure avenue de réappropriation économique réside dans l’État. Est-ce mieux, pire, que ce que proposent les tenants de la droite? Ça dépend pour qui. Pour ceux qui souhaitent que les Québécois deviennent maîtres de leur économie, c’est grandement avantageux. Pensez au régime d’épargne-actions de Parizeau, ou encore la nationalisation de l’électricité de Lévesque.

Pour ceux qui ne veulent que faire des affaires et profiter du statu quo, il en est autrement. N’oubliez pas que si la dérèglementation de l’économie, l’abolition des syndicats et le dégraissage de l’État profite à la classe d’affaires elle n’est pas nécessairement profitable aux citoyens.

J’en profite pour envoyer un message aux commentateurs de ce blogue: le fait d’être pour un développement étatique du Québec et d’un hausse de la richesse collective n’est pas exclusif aux seuls souverainistes; les fédéralistes aussi ont le droit d’être en colère contre l’élimination de la bourse de Montréal et l’abolition de la commission des valeurs mobilières du Québec. Ils le sont déjà, d’ailleurs. Nous avons le droit d’être fâchés quand notre industrie pétrolière se meurt à cause de choix économiques centralisés et pan-canadiens. Nous avons le droit d’être fier de notre industrie culturelle.

Le Québec, dans le Canada ou non, a le droit d’être de droite ou de gauche en matière d’économie.

Se péter les bretelles…

Rabelais n’aurait pas pu trouver expression plus parlante pour évoquer la satsfaction si les bretelles avaient existé de son temps. Cette langue vivante peut-elle renouveler le français ?
Si la France et l’Europe où je vis pouvaient se permettre de se péter les bretelles quant à leur niveau d’activité économique ce serait encore mieux !

@ Yvon Fleurent :

« Ce qui arrive aujourd’hui, est dû au peuple québécois qui s’est pris en main. »

Que de sages et éclairées paroles venant de votre part Yvon (vous permettez que je vous appelle Yvon?).

Le Québec a effectivement choisi démocratiquement de demeurer fermenment au sein du Canada à DEUX (2) reprises et il a élu Jean Charest à TROIS reprises. Il en récolte aujourd’hui les fruits!!!

Merci encore pour votre excellent travail Yvon (j’en profite également pour remercier l’auteur de ce blogue) et j’espère pouvoir compter sur vous et sur Jean-François pour continuer à soutenir vigoureusement le fédéralisme canadien comme vous le faites!

C’est bon de se savoir soutenu, épaulé et aimé…

Durant l’ère Charest, nous avons eu droit en regard « du profit à tout prix » à des risques plus élevés en ce qui concerne nos avoirs collectifs gérés par la caisse de dépôt.
Bon la tempête parfaite a été initiée par le gouvernement Charest sur les risques « du profit à tout prix ».
Cela on le savait, mais une firme comptable vient par le biais des médias nous révéler qu’à la caisse de dépôt ils avaient perdu le contrôle des risques et cela dès 2008.
« Pis » Charest nous disait et sa ministre des finances de l’époque la sacoche perçée disait itou qu’ils n’en savaiebt rien.
Menteur et menteuse.
Faudrait pas oublier que Power Pol, Charest, « pis » Sarko les « échangeux de médailles » sont de très bons amis…..puis à ceux qui nous ont rendu service (pas à la nation québécoise) mais via la caisse de dépôt comme Henri-Pol Rousso, on les récupère chez Gesca parce que comme disait Power Pol junior HP a un bon « track record »…..ouais tout un « track record »….Rousso avait perdu le contrôle de la gestion du risque parce que Charest lui avait permis ou plutôt exigé des profits…. chemin faisant de Rousso on a jamais su de qui à Toronto il avait acheté des (PCAA adossé à des actifs commerciaux…oui c’est une firme mais la firme avait un client)…bon mais toujours est-il qu’il a été engagé par Gesca….tous des bons amis….pas grave la perte de 40 milliards d’autant plus que le gouvernement pour les serrvices de HP lui a versé une prime de quelques centaines de milliers de dollars.
Malgré tout le modèle québécois ….toujours « bin » pas John James « toujours la faute aux autres » Charest qui l’a initié parce que comme sa mission l’a guidée il a tenté par tous les moyens de la détruire aux profits des amis…..d’où son refus d’une enquête publique sur la construction, le financement des partis, la nomination des juges….etc.
Faut avoir du toupet pour encenser Charest pis sa gang pour ne pas dire plus à moins de faire parti de sa gang.

Très bon article, Monsieur Lisée,

Mais le titre aurait dû commencer par Emploi au lieu de Chômage. …

«On ne peut pas prédire que ce qu’un Québec souverain fera.» écrit Rod. Ce qui ne veut absolument rien dire.

Évidemment Rod on ne peut prédire ce qu’un québec souverain fera. On ne peut pas prédire non plus dans quelle situation exacte sera un Québec perpétuellement inféodé dans la patente canadian.

J’espère que vous ne tenez pas votre affirmation comme le fin des fin des prophéties Nostradamesques…

Pauvre David. Tel un Pierre Elliott Trudeau, qui déclarait en janvier 1960 « J’ai confiance que les Canadiens français rateront encore une fois le tournant », vous insistez pour déclarer le modèle québécois comme un échec lamentable.

Qu’il me soit permis de référer les lecteurs vers la conférence que le « Lucide » préféré de M. Lisée, Pierre Fortin, prononçait le 11 mai dernier à la Grande bibliothèque.

Parle-t-il d’échec? Au contraire. Malgré plusieurs bémols, M. Fortin fait valoir que le Québec, qui partait d’un retard d’une génération, a rattrapé l’Ontario à tous égards importants depuis un demi-siècle, et en particulier depuis 1990.

Pour ce qui est de votre second commentaire, vous devriez poser la question aux analystes de StatCan qui ont rédigé le communiqué cité par M. Lisée.

Bonjour,
En se posant la question sur le pourquoi que certains ténors du nationalisme québécois s’évertuent à clamer sur tous les toits que le Québec possède le plus haut taux de syndicalisation en Amérique du Nord ! Et si nous nous posions la question sur le pourquoi nous avons ici les salaires les plus bas ou presque dans le Canada…..Bien sûr que la plupart des emplois créés sont au salaire minimum. Tandis que dans les autres provinces canadiennes, les gens qui travaillent au salaire minimum sont souvent très marginalisés et souvent très peu nombreux car le corporatisme syndical a pris le relais du militantisme syndical depuis que le Parti Québécois dès le début des années 1980 a demandé à Ottawa d’ouvrir la Charte des Banques pour ainsi permettre aux syndicats québécois de devenir des banquiers en créant les Fonds de Solidarité qui prêtent dans le capital de risques à un taux supérieur aux compagnies qui ne peuvent trouver du financement autrement. Si la FTQ et la CSN ont des millions de prêtés à une compagnie, le taux de rendement est le plus important alors que la productivité se doit d’être maximisée et les salaires le plus bas possible ! Est-ce le début d’une réponse ? John Bull.

@ Jean-Francois Trottier

L’assurance maladie d’Obama va, comme les libertarien l’avais prévu depuis le début augmenté les coûts des soins de santé aux USA:

http://content.healthaffairs.org/cgi/content/abstract/29/6/1136

Et les politique nataliste, un autre jolie gaspillage d’argent.

Voici les taux du Québec:
2004: 10,0
2005: 10,3
2006: 10,9
2007: 11,1
2008: 11,4

Voici les taux de l’Alberta:
2004: 12,6
2005: 12,8
2006: 13,7
2007: 13,9
2008: 14,2

Voici les taux du Manitoba:
2004: 11,9
2005: 12,1
2006: 12,5
2007: 12,8
2008: 13,0

Voici les taux de la Saskatchewan:
2004: 12,0
2005: 12,3
2006: 12,6
2007: 13,3
2008: 13,6

Ils ont mieux fait que le Québec sans endette la province avec des programme ridicule de garderies et d’assurance parentale.

Et si l’écart entre les riche et les pauvre au Québec diminue, c’est parce qu’on devient tous plus pauvre. C’est ça le socialisme: l’égalité dans la misère.

@ ClaudeB

Si le Québec a ratrapper le Québec ce n’est pas à cause de notre excellente performance, c’est à cause que l’Ontario a régressé.

Une autre bel preuve de l’échec du modèle Québécois. Pour y voir des signe de réussite, il faut se comparer à ceux qui échoue.

Voici la réalité, directement de l’OCDE.

La croissance du PIB pour les provinces et états d’Amérique du Nord entre 1995 et 2005 (dollars constant en PPP):

1-Alberta: 6,86%
2-Northwest Territories:5,96%
3-NEVADA:5,65%
4-WYOMING:5,57%
5-NEWFOUNDLAND AND LABRADOR: 5,14%
6-FLORIDA: 4,64%
7-ARIZONA: 4,36%
8-VIRGINIA: 4,27%
9-TEXAS: 4,23%
10-COLORADO: 3,93%

Ne cherche pas le Québec dans le top 10 puisque notre super modèle nous a donné une médiocre 50e position.

http://www.oecdilibrary.org/oecd/sites/reg_glance-2009-en/02/03/index.html;jsessionid=xszq9zjtdiiy.delta?contentType=&itemId=/content/chapter/reg_glance-2009-14-en&containerItemId=/content/serial/19990057&accessItemIds=&mimeType=text/html

Ce que prône les keynésiens à la Krugman, les socialistes comme Stiglitz ou la majorité des étatistes interventionnistes et les étatistes corporatistes, ça marche…

La preuve, on n’a qu’à regarder ces statistiques sur le chômage aux États-Unis (la moyenne).
12,4% juste dans l’État de Californie, où le Terminator promettait baisses de taxes, coupures dans les dépenses, disparitions de programmes vétustes… mais où il fit tout le contraire – comme Charest – pour pas se mettre à dos les syndicats ou même certains lobbys corporatistes qui tiennent à leurs subventions (avec les fonds des contribuables).

On ne parlera pas des conséquences des bailouts que Bush Jr. et Obama firent, écoutant les keynésiens qui disaient que de gaspiller des milliards allaient – Miracle! – ressusciter durablement l’économie.

Schumpeter avait parlé de «destruction créatrice» et du prolongement de la Grande Dépression, débutée par une crise en 1929 jusqu’à sa fin en 1943, comme le fait d’une suite d’interventions politiques et étatiques désastreuses.
(Faudrait en retenir les leçons… Mais encore faut-il que même nos PhD en sciences humaines et sociales s’intéressent aux théories des mondes économique et politique…)

Ce palmarès nous montre donc surtout que plus les États sont interventionnistes, plus pires seront leurs situations.

Aux dernières stats disponibles, le New Hampshire était à 5,9% ou 6,4% (selon que le taux soit ajusté avec la saison ou pas).
J’ai pas trouvé pour l’Alberta mais je ne doute pas que ce soit comparable malgré le pourcentage moyen pour l’ensemble du Canada.

Je parlais il y a quelques jours avec un ami de Québec venu vivre à Montréal.

Il m’a dit qu’il est surpris: à Québec, le débat se fait de plus en plus entre socialistes, marxistes, étatistes corporatistes mais officiellement sociaux-démocrates, conservateurs, libertariens.

Selon leurs valeurs et leurs idées.

Quand il parle politique à Montréal, on lui demande d’abord où il loge «fédéraliste ou indépendantiste?».

Lui, il s’en fout pas mal de ce vieux débat – il ne se considère pas nationaliste du tout, ni nationaliste canadien, ni franco-québécois – mais il a l’impression que son interlocuteur montréalais va prédéterminer son opinion de lui et de ce qu’il pense en fonction de cette position.

«C’est juste un séparatiste!»
«C’est juste un fédéraliste!»

Fallait que je le partage avec vous car plusieurs se disent automatiquement que si leur interlocuteur n’a pas la même opinion ou analyse d’une situation, il est définitivement fédéraliste ou indépendantiste.

Puis le débat perd toute rationalité.

P.S.: Je ne donne pas plus de crédibilité à ceux qui amalgament ensemble corporatisme d’État, capitalisme, interventionnisme, néoconservatisme, libertarianisme et anarchisme.

Certains ont même une chaire de recherche ou organisent des activités publiques pour parler politiqe mais sont pourtant incapables de différencier ces mouvements et ces idéologies.

@kruijmer #5

« Pour une fois que les québecois puissent se permettre de se péter les bretelles. Vous devez une fiere chandelle au gouvernement Charest. »

= = =

Bin oui. Raise the American Flagflag…

Tu trouves que Charest fait une bonne job.
Tes amis libertariens considèrent que Charest est socialiste.

Donc, si je comprends bien, c’est parce qu’il y a un gouvernement socialiste au Québec que ça va si bien!

Vite. Cours le dire à tes amis David Gagnon (#25) et Mathieu Demers (#28)…

@Jean-Renaud Dubois #12

Faut pas se surprendre, Paul Pieter K n’apprécie du Québec que sa carte d’assurance-maladie.

@david Gagnon

Tu écris (commentaire 13) que l’Alberta, le BC, la Saskatchewan et le Manitoba ont tous un taux inférieur au Québec; comment peut-on dire qu’il est Number One?

Très simple. Quand tu auras vraiment appris à lire, tu comprendras mieux le sens des mots.

= = =

« Le Québec s’est classé au premier rang de toutes les provinces pour ce qui est de la progression de l’emploi depuis juillet 2009, son taux de croissance à ce chapitre s’étant établi à 3,0 % (+ 117 000). »

Pour ce qui est de la progression. Progression. P-R-O-G-R-E-S-S-I-O-N…

TAUX et PROGRESSION DU TAUX, ce n’est pas synonyme.

Pourtant pas si difficile à comprendre, surtout pour un grand savant comme toi, auteur de plus de 1600 billets sur l’économie.

Ah, ces Libertariens. Faut toujours tout leur expliquer.

@david #25

Parmi les champions de ton tableau:

1- Alberta: si la population y a fait des bonds prodigieux depuis 1990, c’est à cause du pétrole. Les emplois reliés à l’extraction et à l’exploitation des champs pétrolifères sont parmi les mieux payés et ni le gouvernement ni la philosophie du gouvernement en matière sociale n’y sont pour quelque chose…

2. NW Territories: population 40000, 3 nouvelles mines de diamant depuis 12 ans. Plusieurs des mineurs qui y travaillent ramènent d’ailleurs leur paye en Abitibi. Et avec une population de 40000 dont très peu avaient des revenus comptabilisés, c’est facile de booster le PIB par habitant!

Disons que ça partait bas! Facile d’augmenter vite!

3. Nevada. By far the most hotels room per capita in the country. On se demande bien pourquoi… Mais aussi: As of May 2010, the state’s unemployment rate is the worst in the nation at 14.0%. (Wikipedia). C’est vraiment un modèle à suivre: le jeu, et le chômage!

Je passerai pas tous un par un mais je note Newfoundland. Ça aussi, ça partait bas (industrie de la pêche). Et c’est rendu avec du pétrole. La croissance n’émerveillera donc ici que les libertariens, qui s’attardent aux chiffres sans analyser les causes…

Le Texas? Si la Nasa était installée à Summerside, Île du Prince-Édouard, et si l’industrie pétrolière avait été concentrée sur la côte atlantique, PEI serait pas plus performante (per capita) que le Texas.

Faut voir les causes, mon coco.

Encore une fois, Monsieur Lisée nous pousse fortement ici à demeurer confortablement à l’intérieur de notre pays, Le Canada d’autant plus que ce dernier est en grande partie responsable de notre succès.

Voyez les statistiques positives et les commentaires élogieux envers la province de Québec que Jean-François expose ici avec un bonheur et une félicité authentiques. Ça c’est du solide!!!

Par contrte, pour ceux qui tentent de nous convaincre qu’un Québec indépendant serait en meilleure posture, je les renvoie aux promesses de leur cheftaine elle-même, Pauline Marois, qui nous assurait, la main sur le coeur, que nous, peuple québécdois indépendant, aurions à subir au moins CINQ (5) ANS de bordel économique (imaginez la réalité…10 ans? 15 ans? plus?) advenant une séparation entre Le Canada et la province de Québec…

Pour une rare fois, elle disait la vérité!!!

Il ne faut pas oublier que la province de Québec donne plus de subventions afin dàttirer des entreprises que toutes les provinces canadiennes réunis. C`est pathétique.

N’oublions pas que les fédéralistes depuis 7 ans contrôlent 100 % de tous nos argents et sont en train d’en vider le Québec pour les faire contrôler en Ontario et que la qualité des emplois se détériore

@David

Je suis surpris qu’un partisan du désengagement de l’État dans l’économie avoue si candidement que la « révolution du bon sens » de Mike Harris a été un échec lamentable. Nous sommes d’accord là-dessus.

Quant au fond de votre intervention, la progression du PIB entre 1995 et 2005 ne prouve certainement pas votre affirmation selon laquelle cette donnée, et elle seule, nous dit si le modèle mis en place il y a un demi-siècle a été efficace ou non.

Pour un point de vue plus nuancé, le lecteur devrait se référer à des auteurs qui analysent beaucoup plus de facteurs sur une période plus longue. À cet égard, l’analyse de Guay et Marceau (2004) pointe vers des conclusions contraires à celles de David et ses amis autrichiens.

@ #18François 1

Toujours le même discourt plate religieux, libertarien et fédéralisse.

Les fédéralistes ont gagné à 50% et des microbes, ce qu’ils reprocheraient aux séparatistes s’ils avaient eu le même score.

Et tu en es très heureux.

Viens un temps où les grandes politesses sont de trop pour certaines personnes.

Ha! Ces libertariens!

@ #24 David

« L’assurance maladie d’Obama va, comme les libertarien l’avais prévu depuis le début augmenté les coûts des soins de santé aux USA: »

Ce Monsieur David pourrait-il nous donner la date où la loi votée dernièrement aux USA est à sa pleine efficacité?

Sinon, M. David essaye d’humilier les USA.

Évidemment M. David aime comme toujours dévier le débat quand sa ne fait pas son affaire comme bon libertarien fidèle au dogme.

Il nous fait part du taux de natalité ce qui n’a rien à voir avec le billet présent.

Au Canada l’augmentation du taux de natalité de 2004 à 2009 est de:

1,4 pour le Québec

1,1 pour le Manitoba un peu moins de 1,2 millions d’habitants.

0,1 pour l’Ontario la province la plus importante.

Pour l’Alberta et la Saskatchewan c’est 0,2 de plus que le Québec.

Ces deux provinces sont « boostées » par le pétrole sale, la course à l’or noir. Il est facile de comprendre que leur taux, 0,2 de plus, est gonflé par les travailleurs du pétrole provenant de l’extérieur de la province. Il s’agit que les USA leur seuls client virent capot pour que ce taux devienne négatif le temps de le dire.

Pour les autres provinces l’augmentation du taux moyen est de 0,3 environ.

Donc si on enlève l’or noir, le Québec est largement supérieur.

Ces chers libertariens!

Paul Pieter Kruijmer :
juillet 11, 2010 à 10:17
Il ne faut pas oublier que la province de Québec donne plus de subventions afin dàttirer des entreprises que toutes les provinces canadiennes réunis. C`est pathétique.
– – – – – – – – – – –

Depuis quand avez-vous quitté le Québec pour un autre paradis canadien ?

@ Warren Peace

Le billet dit que nous sommes en tête pour un 9e mois consécutifs sur la base des chiffres du chômage.

On ne peut pas être #1 quand on est devancé par au moins 4 autres provinces !

C’est simple à comprendre.

Et désolé mais l’excuse du pétrole ça ne marche pas. Parce que du pétrole et du gaz il y en a au Québec mais on ne peut pas l’exploité à cause des écolo-socialistes.

@ ClaudeB

Nulle part je n’ai dit que le passage de Mike Harris n’avait pas été profitable.

J’ai même démontrer le contraire avec les chiffres sur le PIB de 1995 à 2005.

Ontario: 3e sur 10.
Québec: 9e sur 10.

L’Ontario a amorcé sa régression quand… les Libéraux ont pris le pouvoir!

@ Yvon Fleurent

Tu as lu le lien que j’ai donné ? On donne les chiffres en fonction de ce que la loi va exigé et il va se produire exactement ce que les libertariens avaient prédit: ça va coûter encore plus cher!

@ Warren Peace:

» si la population « Alberta) y a fait des bonds prodigieux depuis 1990, c’est à cause du pétrole… »

Et au Québec, on est supposé vivre dans le paradis mondial de l’énergie électrique non?

Ah…c’est vrai, notre électricité est étatisée alors que le pétrole albertain est géré par le privé, LUI!

@ Warren Peace:

Voici le titre de l’article de Jean-François Lisée au cas où il vous aurait échappé:

« Chômage : Québec en tête pour un 9e mois »

Comme David l’a relevé, on ne peut à la fois être premier et quatrième d’un même palmarès… C’est élémentaire Warren.

À moins bien sûr que le titre que Monsieur Lisée a choisi pour chapeauter son article ne soit intentionnellement trompeur et fallacieux…

Ah…ces tricheurs. Peut pas se fier à eux!!!

@David le libertarien (#41)

Tu écris: « @ ClaudeB – Nulle part je n’ai dit que le passage de Mike Harris n’avait pas été profitable.

Applique ce « Nulle part je n’ai dit » à ce billet.

Nulle part JFL n’a dit que pour un 9e mois consécutif, le taux de chômage au Québec n’est le plus bas au Canada.

Ce n’est pas le cas. JFL le sait. Et je le sais.

JFL titre son billet: « CHÔMAGE: le Qc en tête pour un 9e mois ». Il n’a pas titré « Taux de chômage: le Qc en tête…

Tous les mots ont un sens, très cher libertarien de mes deux. Et l’absence de certains mots, dans une phrase, a aussi un sens.

C’est la première règle que l’on enseigne aux étudiants en droit.

La deuxième règle: les mots doivent s’interpréter en fonction de leur contexte.

Or ici, le contexte, c’est le texte du billet: il n’y est pas question de TAUX, mais de « progression de l’emploi ».

Bonjour,
Bravo pour cet immense succès sur la bataille livrée au chômage endémique qui frappait la Belle Province depuis des lustres.Le Québec avait bien besoin de ce prix de consolation pour se réconforter car il y a toujours des maudites limites à patauger dans les bas-fonds. L’humeur populaire en prend pour son rhume et ce baume saura réconforter nos amis les péquistes qui en ont bien besoin. Et peut-être bien que la Souveraineté montera d’un cran ou deux, qui sait?
Surtout que les festivités de la fête nationale ont pris du plomb dans l’aile depuis quelques années. Lâchez pas, vous les péquistes car on a bien besoin de vous. John Bull.

« Et désolé mais l’excuse du pétrole ça ne marche pas. Parce que du pétrole et du gaz il y en a au Québec mais on ne peut pas l’exploité à cause des écolo-socialistes. » (David)

Faux:

Les travaux pour l’exploitation du gaz au Québec sont avancés. L’exploitation débute dans quelques mois.

Pour le pétrole les tests sismiques sont fait c’est Ottawa qui a refusé de donner le permis.

Les écolos et les très rares socialistes n’ont rien à voir.

Un autre détournement de libertarien.

Le Canada est en grande partie responsable de notre succès. Écrit François the first.

Il parle de succès et pourtant il n’arrête pas de d’écrire que le Québec est dans la m….

Faudrait que tu choisisses François.

Je note qu’encore une fois David nous laisse entrevoir sa vraie nature de ‘closet socialist’. A lire ses propos concernant Mike Harris, on croirait que le gouvernement est le moteur de l’économie.

Mike Harris fut responsable de la gestion des finances publiques du gouvernement l’Ontario, tout comme Jean Chrétien fut responsable de la gestion des finances publiques du Canada. Mais d’après moi ni l’un ni l’autre ne fut responsable de la vigueur de l’économie durant ces années.

Ca prend un closet socialist comme David pour déclarer qu’un gouvernement est responsable de l’économie.

Si l’Ontario attire autant les entreprises sans donnés de subventions astronomique, c’est qu’ils compenssent en offrant une main d’oeurvre de qualité. Beaucoup de chefs d’entreprise se possent la question; soit que je vais au Québec avec des millions de subventions, ou bien je vais en Ontario sans subventions mais par contre j’ai une main d’oeuvre productive. Et de plus les salaires sont plus haut en Ontario. Et comme John Bull a mentionné, le Québec c’est le paradis des salaires minimums.

@Yvon Fleurant

Vous dites :

« Pour le pétrole les tests sismiques sont fait c’est Ottawa qui a refusé de donner le permis. »

Or, cet énoncé est faux. Voici un extrait d’une lettre écrite par des membres de la Fondation David Suzuki publiée dans le Soleil (5 juin 2010)

[…Pourtant le Canada n’a pas l’intention de freiner le forage sur la côte est ou dans l’Arctique. La côte ouest jouit quant à elle d’un moratoire depuis 1972. Dans le golfe du Saint-Laurent, le gouvernement du Québec, après avoir lui-même adopté un moratoire, a récemment suggéré à Terre-Neuve de faire de même. …]

Pourquoi croyez-vous que Gastem va entreprendre des forages du coté de Terre-Neuve alors qu’ils ont déjà déclaré que le coté québécois offrait de meilleurs sites?

@François 1 – C’est bien StatsCan qui a écrit le texte cité, que je recite pour votre gouverne :

« Le Québec s’est classé au premier rang de toutes les provinces pour ce qui est de la progression de l’emploi depuis juillet 2009, son taux de croissance à ce chapitre s’étant établi à 3,0 % (+ 117 000 »

Etre au premier rang et être en tête c’est la même chose.

@ JeffB #50

Vous parlez d’une opposition récente du CRÉ aux îles de la Madelaine. Évidemment les gens ont peur à cause du golfe du Mexique.

Pourtant ces gens n’auraient pas d’électricité sans le pétrole. Le pas dans ma cour.

Ces gisement ont été confirmés vers 1997 (tests sismiques).

«Pour que les études puissent aller plus loin, il faudra d’abord régler un contentieux avec Ottawa sur la propriété des fonds marins…” (NORMAND MOUSSEAU département de physique, Université de Montréal)

Évidemment notre petit gars de Shawinigan à l’époque nous avait dit que sa pourrait déranger les baleines, mais pour Terre-Neuve sa ne dérangeait pas.

Le gouvernement du Québec désire l’exploitation (mai 2010).

Maintnant : « Québec suggère à Terre-Neuve de décréter un moratoire sur les forages pour trouver du pétrole sous le Saint-Laurent tant que «le bilan de la catastrophe environnementale du golfe du Mexique n’aura pas été connu» (1 juin 1010)

Vous avez bien lu, « suggère » et en « attendant golfe du Mexique ».

Tite politique.

Si Ottawa avait émis les permis, il y a 12 ans, les trous seraient déjà faits.
———-

Les tests sismiques sont faits depuis longtemps et personne n’a ou ne peut creuser sans permis.

Bonjour,

Excelent commentaire de Jean-Francois Trottier.

J’en profite pour ajouter un texte de Stéphane Garelli, professeur à IMD et à HEC Lausanne

…….. « Dans le cas des Etats-Unis, la dette nationale est estimée à 12 061 milliards de dollars, soit environ 111 000 dollars par contribuable – pas mal… mais ce n’est que le sommet de l’iceberg. En effet, ce n’est que la dette fédérale. A cela, il faut ajouter la dette des Etats. Par exemple, la Californie a 72 milliards de dollars de dettes. Et puis on descend au niveau des villes. Detroit a un déficit budgétaire de 300 millions et 28% de chômage. A côté, Genève et Lausanne c’est le paradis… Et, finalement, on pourrait ajouter les dettes de la sécurité sociale, du Medicare, etc. Soit au total 106 000 milliards de dollars non financés. Je m’arrête là… » Stéphane Garelli

Tant qu’à y être, un autre petit bout :

« L’endettement moyen des pays du G-20 passe de 76 % du PIB en 2007 à 106 % cette année (2010) » Garelli.

*

Et un autre petit bout :

Le Québec a une dette de 173 milliards de dollars au 31 mars 2010 (ndlr : il était de 111 milliards en 2003) . Pierre Fortin.

Conclusion :

N’est-ce pas le PLQ qui se targue d’être le parti par excellence de l’éconmomie :

– En 1994 il avait laissé la dette gonfler de plus de 20 G$ en 4 ans !!! Qui a ramassé la merde…

En mars 2010 il a laissé la dette gonfler de plus de 52G$ en 7 ans !!! Qui va ramasser encore la merde ?

Ouais, le parti de l’économie ? Mon oeil !

JRD

@ Warren Peace

Le titre du billet est: « Chômage : Québec en tête pour un 9e mois ».

Comment peut-on être en tête quand 4 province font aussi bien ?

@ Loraine King

Le gouvernement n’est pas le moteur de l’économie, sa présence constitue un frein !

Donc en réduisant la présence de l’État, Mike Harris a contribuer à faire progresser l’économie de sa province.

Pour une raison que j’ignore, tu n’a pas encore compris ce fait élémentaire.

56 David :
juillet 12, 2010 à 23:09
@ Loraine King

Le gouvernement n’est pas le moteur de l’économie, sa présence constitue un frein !
– – – – – – – – – – –

Comme les libertariens le constatent en Somalie !

@david

«Le gouvernement n’est pas le moteur de l’économie, sa présence constitue un frein !»
– – – – – – – – –

Pourtant Moody’s accorde au Québec « socialisss » une cote de Aa2, alors que la droitiste Californie doit se contenter de A2…

@ Loraine King, vous avez placé un lien dans votre premier poste qui vient refroidir un peu l’enthousiasme de messieurs Lisé pour peut que l’on utilise les fonctions du graphique qu’on y retrouve. A première vue il y a une tendance très joyeuse de progression du taux d’emploi pour le Québec, et c’est d’ailleurs la base ce post, sinon que ce « spin », sur les formidables performances économique d’ici. On peut prendre le pari immédiatement que cette merveilleuse progression vas avoir disparue dans 6 mois.
Pourquoi?
Très simple, dans un premier temps décochez Montréal du graphique pour que l’on se concentre que sur le duo Québec-Canada. Ensuite cliquez sur l’année 2009, puis sur l’année 2008, puis sur 2007 et ainsi de suite…
La chose nous permet de voir très clairement que la présente progression est avant tout un fait saisonnier, les mois du printemps au Québec sont toujours positifs pour l’emploi. C’est le reflet qu’au Québec on a des emplois saisonniers plus qu’ailleurs au ROC. Et si l’on regarde les données sur la période de dix ans au graphique (time frame), très clairement, le Québec a un taux d’activité plus bas, d’environ deux points en moyenne. Et que si l’écart se rétrécie en 2009 la tendance est a la baisse dans les deux cas…
Et il faut rappeler aussi que le taux de chômage ne s’applique qu’a l’intérieur du taux d’emploi. A taux de chômage égal un taux d’emploi plus petit signifie moins de gens au travail.

@David #55
”Le titre du billet est: “Chômage : Québec en tête pour un 9e mois”.

Comment peut-on être en tête quand 4 province font aussi bien ?”

= = =

La catégorie “chômage” se divise en plusieurs sous-catégories.

– taux de chômage
– évolution positive du taux de chômage
– évolution négative du taux de chômage
– création (ou perte) d’emplois à temps plein
– création (ou perte) d’emplois à temps partiel
– etc

Le Qc n’est pas en tête dans la sous-catégorie “taux” mais il est, et de très loin, en tête dans la sous-catégorie “évolution”, depuis les 12 derniers mois.

Il faut te faire un dessin?

L’Alberta est plus prospère que le Québec. Soit. Il n’en demeure pas moins que pour juin 2010, l’Alberta est “championne” dans la perte d’emplois à temps plein (plus de 6000).

L’Ontario a été championne dans les pertes d’emploi depuis le début de la “crise financière”. Mais si on s’en tient à juin 2010, l’Ontario a créé plus d’emplois à temps plein (47000) que le Québec… qui demeure en tête sur une perspective de 12 mois.

Je comprends que tu veux documenter ta série « arguing with idiots »; encore faudrait-il toutefois que tu ais raison…

@ Raymond Campagna

Quand une personne parle de la Somalie pour décrire un gouvernement libertarien, cette personne ne fait que démontrer qu’elle ne sait pas ce que représente cette philosophie politique.

Si l’absence de gouvernement fait de la Somalie un territoire anarchique, on ne peut pas qualifier ce pays de libertarien. La Somalie est passée de la tyrannie centralisée d’un gouvernement fort à un pays tribal dans lequel la tyrannie a été fractionnée entre plusieurs chefs de clan. Mais on ne peut pas parler de « paradis libertarien », car dans cette Somalie sans gouvernement, les citoyens restent toujours inféodés au pouvoir en place (leur chef de clan); la seule différence est que ce pouvoir est maintenant décentralisé. Ironiquement, la décentralisation de la tyrannie en Somalie rendue possible par la chute du gouvernement, a amélioré le niveau de vie des Somaliens. Comme quoi l’anarchie reste préférable à la tutelle d’un gouvernement tentaculaire.

http://www.independent.org/publications/working_papers/article.asp?id=1861

Tu ne semble pas avoir compris que l’anarchie et le libertarianisme ne sont pas nécessairement équivalents. Plus souvent qu’autrement, le libertarianisme fait référence à un système minarchiste. Ce système a été merveilleusement décrit par Thomas Jefferson quand il a déclaré lors de son premier discours inaugural: « A wise and frugal Government, which shall restrain men from injuring one another, shall leave them otherwise free to regulate their own pursuits of industry and improvement, and shall not take from the mouth of labor the bread it has earned. This is the sum of good government ».

P.S.: Je me suis bien marré quand j’ai lu ton commentaire voulant que la Californie soit à droite. En fait la Californie, comme je l’ai déjà expliqué sur mon blogue, c’est ce qui attend le Québec !

http://www.antagoniste.net/2009/05/19/le-quebec-en-californie/

@ Warren Peace

Depuis 9 mois, JF Lisée parle bien du taux de chômage, pas d’une quelconque sous-catégorie.

De plus, contrairement a ce que tu prétends, le Québec ne domine même pas au chapitre de l’évolution du taux de chômage.

Ce titre revient à… l’ONTARIO !

Depuis 12 mois, une diminution du taux de chômage de 11,7% contre 10,3% pour le Québec.

Et c’est sans compter que les provinces de l’Ouest, qui avait un taux de chômage d’environ 5% il y a 12 mois peuvent difficilement faire baisser celui-ci puisque 5% c’est déjà considéré comme le plein emploi !

Meilleure chance la prochaine fois !

David :
juillet 13, 2010 à 21:31
@ Raymond Campagna

(…)
Ironiquement, la décentralisation de la tyrannie en Somalie rendue possible par la chute du gouvernement, a amélioré le niveau de vie des Somaliens. Comme quoi l’anarchie reste préférable à la tutelle d’un gouvernement tentaculaire.
– – – – – – – – – – – – – – –

Chacun son choix.
Je préfère encore le « gouvernement tentaculaire » du Québec qui vous fait tellement souffrir, à votre modèle anarchique somalien !

PS. Vous déménagez bientôt vers ce paradis ?

« Tu ne semble pas avoir compris que l’anarchie et le libertarianisme ne sont pas nécessairement équivalents. »

Vrai!

Mais une grande partie des libertariens sont anarchiques.

Y ont de ma misère à comprendre ces chers libertariens.

« la décentralisation de la tyrannie en Somalie rendue possible par la chute du gouvernement, a amélioré le niveau de vie des Somaliens. » Écrit David. Vraiment? Quand tu as un niveau de vie d’à peine ,50$ par jour, rien ne peut arriver de pire.

C’est-ti comme le Nunavut est plus riche que l’Ontario.

Dieu que je ne voudrais pas être sous la chape des libertariens. Ce serait le chaos le plus total.

Mais voilà, je n’ai pas peur, ils ne gouvernent nulle part sur notre bonne terre. Si c’était bon leur patente à gosse, ça se saurait.

Continuer de rêver les boys, pendant ce temps-là, je continue à améliorer mon bien-être physique et monétaires dans les conditions politiques et sociologiques actuelles. Qui, soit-dit en passant me sont très favorables. Manipuler vos satanés statistique libertariens, moi je m’ouvre une bière bien froide… Pitchou…Gluglugluglu.

@ Jean-Renaud Dubois # 53

Excellent résumé de la situation déficit-politique. Que dire de plus: Inattaquable, limpide et clair.

Est-ce que certains auraient compris que durant ces périodes, ce n’était pas un gouvernement séparatissss.

Et vous avez eu le malheur, Monsieur, de présenter ici des faits sans sombrer dans la démagogie. Je dis malheur car certains se targuent d’avoir toute la vérité sur la cause du déficit au Québec, sans jamais avoir une piste de preuve.

« Que voulez-vous », un Québec endetté dans un Canada riche, ce sera toujours mieux pour les fédéralistes. De là à y voir une volonté intentionnelle de notre bon gouvernement provincial, je ne m’y aventurai pas…

@David #61
« De plus, contrairement a ce que tu prétends, le Québec ne domine même pas au chapitre de l’évolution du taux de chômage.
Ce titre revient à… l’ONTARIO !
Depuis 12 mois, une diminution du taux de chômage de 11,7% contre 10,3% pour le Québec.

Je ne prétends rien. Je n’affirme rien. Je cite, tout simplement, Statistique-Canada:

« Le Québec s’est classé au premier rang de toutes les provinces pour ce qui est de la progression de l’emploi depuis juillet 2009, son taux de croissance à ce chapitre s’étant établi à 3,0 % (+117 000). »
http://www.statcan.gc.ca/subjects-sujets/labour-travail/lfs-epa/lfs-epa-fra.htm

Tu peux toujours aller leur dire qu’ils ont menti. Après tout, Antagoniste.net et son promoteur libertarien sont bien plus forts en économie que les gens de Stat Can…

Comme tu dis, « meilleure chance la prochaine fois »

= = =

Tu écris: « Depuis 9 mois, JF Lisée parle bien du taux de chômage, pas d’une quelconque sous-catégorie. »

Faux. What else is new? JFL fait deux choses.

a) il compare les TAUX québécois, Ontarien, Canadien et Américain. Avantage au Québec. Il ne compare pas avec la Saskatchewan ou l’Alberta; il compare avec des juridictions qui, il n’y a guère, devançaient (parfois largement) le Québec. Et de un.

b) il compare l’évolution, et c’est une agence fédérale qu’il cite. C’est la même agence que je cite moi-même. Or cette agence, mon petit David, me semble constituer une source plus fiable que ce qui sort de ta tête…

Quand tu écris « depuis 9 mois, JF Lisée parle bien du taux de chômage », ça ne veut pas dire « JF Lisée parle bien du taux de chômage [tel qu’on le voit] depuis 9 mois.

Subtile, la langue française.

Or depuis « 9 mois », notre hôte a parlé, dans sa série « nous interrompons », de bien d’autres choses que du chômage…

2 juillet: analphabétisme
17 juin: crimes haineux
10 juin: suicide
4 juin: TAUX de chômage
27 mai: lutte contre la pauvreté

Je répète: il faut savoir lire. JF n’affirme pas que le Qc est champion des taux de chômage. Il affirme qu’à cet égard, le Qc bat l’Ontario, le Canada et les USA. Rien de plus. Tout en ajoutant – et en citant StatCan, que « Le Québec s’est classé au premier rang de toutes les provinces pour ce qui est de la progression de l’emploi depuis juillet 2009 ».

JF n’affirme rien. Il cite des chiffres, d’une source hors de tout soupçon de partialité en faveur du Québec.

Voilà. Meilleure chance la prochaine fois.

@ Jean-Yves Arès – je suis heureuse que vous ayiez apprécié autant que moi le site de la Chambre de commerce de Montréal. Je suis à 100 % d’accord avec vos observations.

@ Raymond Campagna

Dans mon commentaire je dis précisément que la Somalie n’est pas un modèle libertarien mais tu revient à la charge. La définition du dogmatisme…

Ton affirmation voulant que les libertariens soient des anarchistes le montre bien.

Pour ton info, les anarchistes ce sont ceux qui ont tout cassé lors du G20. Il faut être royalement ignorant pour oser prétendre que ces gens sont des libertariens.

Tu semble confondre libertaire et libertarien.

@ C. Perron

C’est le chaos à Hong Kong ?

@ Warren Peace

C’est toi-même qui a dit que le Québec était #1 au chapitre de l,évolution du taux de chômage depuis 12 mois. C’est faux, l’Ontario est DEVANT le Québec.

D’ailleurs je vais reposer ma question, depuis quand on considère que le modèle Québécois a été adopté en juin 2009 ?

Ton nouvel argument c’est de dire que JF Lisée ne compare pas le taux de chômage du Qc à celui de l’Alberta, du Manitoba ou de la Saskatchewan.

C’est justement mon point. Pour dire que le Québec est #1 en matière de taux de chômage il faut faire du cherry-picking !

Sur ce point au moins tu es d’accord avec moi.

Parce que quand on cite les chiffres, on ne peut pas prétendre que le Qc est #1 si d’autres provinces font mieux.

Élémentaire.

On peut faire dire n’importe quoi aux chiffres.

Le pourcentage de fonctionnaires est beaucoup plus élevé au Québec que dans les autres provinces canadiennes, ce qui explique le taux de chômage artificiellement bas.

Selon sa propre étude, le Québec est presqu’aussi endetté, per capita, que la Grèce et l’Islande. Les Québécois ont perdu confiance dans leurs dirigeants, Les dirigeants, toute allégeance politique confondue, ont démontré à moultes reprises leur incompétence, leur manque d’éthique, leur irresponsabilité et leur négligence dans la gestion des fonds publics. Et j’en passe…

Le modèle québécois, il n’y a pas de quoi se pêter les bretelles.

@David #69

T’es OBTUS, pis pas à peu près.

Tu me reproches encore d’avoir affirmé que…

Je n’affirme rien. Je cite, et je répète une affirmation de Statistique-Canada.

Si t’as des plaintes à formuler, adresse-toi à Stat-Can.

L’Ontario en avant du Qc? Toi tu le dis; Stat-Can dit le contraire. Alors cite tes sources, et ne te cite surtout pas toi-même…

= = =

« D’ailleurs je vais reposer ma question, depuis quand on considère que le modèle Québécois a été adopté en juin 2009 ? »

Pourquoi devrais-je répondre à cette question? Le modèle québécois a été façonné par 50 ans de gouvernance depuis l’élection de Jean Lesage.

Le modèle albertain, c’est quoi? Le pétrole?

= = =

En ce qui concerne la distinction entre LIBERTAIRE et LIBERTARIEN, je me sens étranger à ce débat mais je dois te donner raison contre Raymond C.

Ce que j’en dis aujourd’hui, c’est que l’un et l’autre – libertarien et libertaire, ont tort.

@ Warren Peace

Tu peux me donner le lien ou Stats Canada écrit: « Chômage : Québec en tête pour un neuvième mois » ?

Je suis curieux de lire ça 😉

Ho, et si tu veux la source de l’Ontario devant le Québec c’est assez simple à trouver:

http://cansim2.statcan.gc.ca/cgi-win/cnsmcgi.exe?Lang=F&RootDir=CII/&ResultTemplate=CII/CII___&Array_Pick=1&ArrayId=2820087

Taux de chômage désaisonnalisées, ONTARIO
Juin 2009: 9,4%
Juin 2010: 8,3%
Évolution: -11,7%

Taux de chômage désaisonnalisées, ONTARIO
Juin 2009: 8,7%
Juin 2010: 7,8%
Évolution: -10,3%

P-S: Puisque comme moi tu es d’accord pour affirmer que le modèle québécois n’a pas été mis en place en juin 2009, alors tu seras d’accord avec moi pour dire qu’il est ridicule d’affirmer que ce modèle fonctionne en utilisant uniquement des chiffres qui remontent à juin 2009 😉

Si on veut savoir si ce modèle fonctionne, il faut faire une analyse sur quelques décennies, pas sur quelques mois !

CQFD

P-S: La crise de la dette qui frappe les pays industrialisés montre que les libertariens ont raison sur toute la ligne.

Le #73 de M. David est tout un exploit et extrêmement facile à comprendre.

Un lien où il faut faire les recherches sois même pour comparer selon lui l’Ontario comparé à l’Ontario, évidence qu’il ne veut pas les donner.

Et CQFD à propos de ce qui fait son affaire et un P.S. qui est simplement son avis et seulement son avis.

Mêlé et mêlant comme ces chers libertariens.

Tu devrais fonder un parti politique David et voir le succès d’une telle idéologie? À moins que tu ait peur d’une telle démarche.

Tu vois dans notre démocratie (pas toujour jojo) c’est le seul moyen de prendre le pouvoir et faire valoir ses idées.

«Si les libertariens ont raison sur toute la ligne David, pourquoi personne ne le sait…lol»

Parce que le système nationalo-étatique dans lequel nous vivons voudrait te dire qu’il est mauvais et qu’il a échoué plus qu’il n’a été un succès?

Pourquoi un politicien social-démocrate et interventionniste du PLQ ou du PQ qui veut être réélu va-t-il te dire que ces interventions et nouvelles lois dans la société et l’économie depuis 4 ans furent plus nuisibles qu’utiles et positives?

Va lire l’Allégorie de la Caverne, s.v.p., ou va revoir la Matrice, pour autre chose que pour les effets spéciaux et les combats.

Tu es probablement l’une des nombreuses personnes qui se sont faits dire des préjugés et des mensonges tellement souvent par le système (médias, système éducatif d’État) qu’ils les prennent pour des vérités.

Quel pays, province, région où le nationalisme est très présent n’essaie pas de convaincre sa population qu’il est «LE PLUS MEILLEUR», même si les faits peuvent ne pas affirmer cela?

Combien de jeunes adultes, même universitaires, a-t-on formé à connaître Keynes, Marx et Rawls mais qui ignorent à peu près tous des philosophes politiques et des économistes critiques des États (qu’ils soient anarchistes, anarcho-capitalistes, minarchistes, libéraux, autrichiens, etc.).

«Tu devrais fonder un parti politique David et voir le succès d’une telle idéologie? À moins que tu ait peur d’une telle démarche.

Tu vois dans notre démocratie (pas toujour jojo) c’est le seul moyen de prendre le pouvoir et faire valoir ses idées.»

Tu liras un peu sur la Théorie des Choix Publics aussi.

Cette école de pensée montre que la démocratie représentative se fait en «achetant» des clientèles électorales avec l’argent des autres, motivé en disant que «c’est dans l’intérêt de tout le public», même si, dans le même échantillon de la clientèle-cible ou de la population, chaque individu a des aspirations et des objectifs différents.

Quand on est libertarien, ça prend du temps à faire comprendre aux gens que l’argent des autres est aux personnes qui l’ont acquéries honnêtement.
Et qu’on ne peut pas octroyer une subvention à un tel si on dit à un autre. Alors, mettons fin aux subventions tout court et si des gens jugent qu’une entreprise vaut 10 G$ ou qu’un organisme mérite 1000$ de vos poches, il faut que ce don soit volontaire et non pas décidé par un(e) ministre qui fouille dans vos poches.

Beaucoup ne comprennent pas ça, moi non plus il y a quelques années.

Tant mieux si ça avance bien avec la Wildrose Alliance en Alberta, un parti plutôt libéral dans le vrai sens du terme.

«Pourtant Moody’s accorde au Québec “socialisss” une cote de Aa2, alors que la droitiste Californie doit se contenter de A2…»

Parce que la Californie a été très dépensière aussi sous l’administration d’Arnold Schwarzenegger?

http://reason.tv/video/show/hasta-la-vista-arnold

Là-bas aussi, le gouvernement rêve de grandeur et veut son train à grande vitesse… même si les coûts seront astronomiques.

Les lobbys intéressés à le construire pondent des rapports optimistes où les points négatifs et les comparaisons avec d’autres lignes ailleurs dans le monde ne figurent pas.

http://reason.com/blog/2010/07/01/california-still-going-off-the

Pas grave, le contribuable est une ressource qu’on peut toujours tordre plus qu’une éponge… jusqu’à ce qu’il déménage là les politiciens sont moins agressifs ou bien qu’il se mette à travailler au noir.

J’avais déjà suggéré à M. Lisée de refaire son palmarès mensuel sur le chômage d’une autre façon, en comparant des États américains/provinces canadiennes hyper-interventionnistes avec des États/provinces qui le sont moins.

On en viendrait facilement à la conclusion que, même sans injecter de fonds publics dans telle ou telle PME ou multinationale, il y a 2 fois moins de gens sans travail dans les États les plus libres, des finances publiques plus saines (pas ou peu de dette publique, pas ou peu de déficit public) et probablement de meilleures infrastructures puisqu’il est plus simple dans ces conditions de trouver de l’argent pour l’entretien et la rénovation.